Zemst (Sempst)

historique / historisch overzicht

1803

1811

1892

1914-1918

Military cemetery Eppegem 1914

Cimetière militaire d'Eppegem 1914

Militaire begraafplaats in Eppegem 1914

1940-1945

{Back}                                                                                                                                {Go To}

Zemst et NAPOLÉON

 

Zemst village en 1731 - Zemst dorp in 1731 - Archiv Zemst

Zemst village en 1731 - Archives de Zemst - Zemst dorp in 1731 - Archiv Zemst.

Semst (Zemst) en 1780 - Archiv Zemst

Semst (Zemst) village en 1780 - Archives de Zemst - Semst (Zemst) dorp in 1780 - Archiv Zemst.

Voyage de Bonaparte en Belgique en 1803

Le 20 Messidor an XI (9 juillet 1803)

Ypres, Nieuport vers 22 heures.

Le 21 Messidor an XI (10 juillet 1803)

Nieuport, Ostende.

Le 22 Messidor an XI (11 juillet 1803)

Quitte Ostende vers 10 heures passe par Blankenberge pour arriver à Bruges vers 14 heures.

Le 23 Messidor an XI (12 juillet 1803)

Quitte Bruges vers 1 heure pour l’île de Cadzant et Walcheren.

Le 24 Messidor an XI (13 juillet 1803)

Bonaparte est à Breskens et Flessingen, retour à Bruges vers 13 heures.

Le 25 Messidor an XI (14 juillet 1803)

Quitte Bruges pour Eeklo, et à Gand ou il arrive vers 18 heures.

Le 26 Messidor an XI (15 juillet 1803)

Il passe la journée à Gand.

Le 27 Messidor an XI (16 juillet 1803)

Bonaparte visite Gand, ses fabriques et manufacture.

Le 28 Messidor an XI (17 juillet 1803)

Il est toujours à Gand.

Le 29 Messidor an XI (18 juillet 1803)

Quitte Gand vers 10 heures pour Lokeren, Saint-Nicolas, Beveren pour arriver à Anvers vers 17 heures.

Le 30 Messidor an XI (19 juillet 1803)

Il visite Anvers.

Le 1er Thermidor an XI (20 juillet 1803)

Il passe la journée à Anvers.

Napoléon et Joséphine passèrent par Sempst (Zemst) en 1803

L'empereur Napoléon et l'impératrice Joséphine, lors du sacre en décembre 1805

L'empereur Napoléon et l'impératrice Joséphine, lors du sacre en décembre 1805.

Le 2 Thermidor an XI (21 juillet 1803)

Le 1er Consul Napoléon Bonaparte passe à Zemst (Sempts en 1803)

Le 1er Consul Bonaparte, son épouse Joséphine et sa nombreuse suite, quitte Anvers vers 12 heures pour Malines. Ville ou ils arrivent peu après 15 heures et les autorités de Malinoises vont accueillir le premier Consul et sa suite à l’entrée de la ville sous un arc de triomphe flanqué d’un char allégorique représentant "Malines remerciant Napoléon Bonaparte du grand honneur fait à la cité en la visitant". Il se fait présenter les personnalités locales à l’hôtel de ville et reprend la route de Bruxelles. En passant par Zemst, escorté par les Garde d’honneur de Malines, vers 18 heures 30 par la route principale (actuellement chaussée de Bruxelles « Brusselsensteenweg », qui est également la Nationale N° 1).

Bonaparte accompagné du sous-préfet et des gardes d’honneur d’Anvers et de Malines qui l’escortaient jusqu’à Vilvoorde parvint bien vite à Sempst (Zemst) où son attention fut attirée sur le château "de Steen", l’ancienne demeure du peintre Rubens. Puis, Eppegem, Vilvoorde.

À la frontière des départements des Deux Néthes et de la Dyle, se dressait un motif décoratif ; c’était la statue colossale d’une femme personnifiant la rivière et sur son socle on lisait : "Je donne mon nom à ce département. Tu donneras le tien à ton siècle". Bonaparte arriva avec sa suite à Bruxelles vers 20 heures par le pont de Laeken, pont décoré d’un magnifique arc de triomphe.

Napoléon et Joséphine étaient escortés des Gardes d'honneur de la ville de Malines, uniforme de 1803, dessin colorié par J. Hilpert.

Napoléon et Joséphine étaient escortés des Gardes d'honneur de la ville de Malines, uniforme de 1803, dessin colorié par J. Hilpert.

(Le 21 juillet à Zemst, c’est le hasard du calendrier. Le 21 juillet deviendra plus tard le jour de la fête nationale belge.)

Le 3 Thermidor an XI (22 juillet 1803)

Dès 6 heures le général Bonaparte passe en revue les troupes casernées à Bruxelles. Vers 11 heures tient une conférence avec l’envoyé du Pape. L’après-midi il visite la cathédrale Saint-Michel et le soir assiste a une fête à l’hôtel de ville, assis dans le fauteuil de Charles Quint.

Le 4 Thermidor an XI (23 juillet 1803)

Il est toujours à Bruxelles et dans l’après-midi reçoit en audience privée Lombard le secrétaire du roi de Prusse.

Le 5 Thermidor an XI (24 juillet 1803)

Après la messe à la cathédrale Saint-Michel, il assiste aux manœuvres d’infanterie.

Le 6 Thermidor an XI (25 juillet 1803)

Le Premier Consul accorde une deuxième audience à Lombard, le soir il va accompagner de Joséphine, au théâtre de La Monnaie assister à une représentation de Cinna.

Le 7 Thermidor an XI (26 juillet 1803)

Le 1er Consul va se promener dans les environs de Bruxelles et notamment à la Cambre où le carrossier Simons a installé ses ateliers. Il lui passe une importante commande de voiture. Pendant ce temps Joséphine accompagnée des ses dames d’honneur visite les fabriques de dentelles et commande beaucoup. Avant d’aller au bal Bonaparte reçoit le Consul Lebrun venu de Paris.

Le 8 Thermidor an XI (27 juillet 1803)

Bonaparte et Joséphine reçoivent plusieurs députations des Corps Constitués, des Commerçants etc. Bonaparte accorde une troisième audience à Lombard. Le soir Bonaparte et sa suite vont voir Talma à La Monnaie, il joue Britannicus.

Le 9 Thermidor an XI (28 juillet 1803)

Bonaparte visite le Lycée de Bruxelles.

Le 10 Thermidor an XI (29 juillet 1803)

Le Consul Bonaparte, remet à Lombard sa réponse au roi de Prusse. Le soir avec Joséphine, il assiste à une grande fête dans le parc de Bruxelles, tous les déplacements du Premier Consul et de sa nombreuse suite ont été escortés, par la rutilante Garde d’Honneur de la ville de Bruxelles.

Le 11 Thermidor an XI (30 juillet 1803)

Le cortège consulaire quitte Bruxelles vers 5 heures (du matin) pour arriver à Louvain vers 8 heures, toujours escorté de la Garde d’Honneur de Bruxelles. De Louvain, le 1er Consul et sa suite roulent vers Tirlemont et arrivent à Maëstricht vers 17 heures.

Le 12 Thermidor an XI (31 juillet 1803)

Bonaparte passe la journée à Maëstricht, où il est reçu par les autorités de la ville.

Le 13 Thermidor an XI (1er août 1803)

Quittant Maëstricht de très bonne heure, le cortège arrive à Liège vers 7 heures 30. Le 1er Consul et sa suite passent par le boulevard Saint Léonard, au milieu d’une foule en délire, et s’installe au Palais de la Préfecture, quai de Maëstricht. Dans l’après-midi, il visite Liège.

Le 14 Thermidor an XI (2 août 1803)

Dans la matinée, à la caserne, Bonaparte fait faire l’exercice aux soldats. Dans l’après-midi, il se rend au quartier d’Amercoeur, incendié par les Autrichiens en retraite en 1794 et accorde une somme de 300.000 francs en vue de la reconstruction du faubourg. Le soir, après le feu d’artifice, il assiste au bal à l’Hôtel de ville de Liège.

Le 15 Thermidor an XI (3 août 1803)

Bonaparte et sa suite, quitte Liège vers 4 heures pour Namur, ou ils arrivent vers 9 heures.

Le 16 Thermidor an XI (4 août 1803)

A Namur, Bonaparte et Joséphine assistant à un combat d’échassiers.

Le 17 Thermidor an XI (5 août 1803)

Le cortège consulaire quitte Namur vers 3 heures pour arriver vers 5 heures à Givet, où le général Bonaparte visite le fort de Charlemont, il séjourne en ville jusqu’au lendemain.

Le 18 Thermidor an XI (6 août 1803)

Le premier Consul et sa suite partent de Givet vers 2 heures pour Mézières. De là, il ira à Sedan Reims, Soissons, pour arriver à Saint-Cloud le 23 Thermidor an XI (11 août 1803), vers 21 heures. Ce voyage de Napoléon Bonaparte en Belgique en 1803, laissa une forte impression sur la population qui l’a accueilli en "Libérateur".

Napoléon et Marie-Louise passèrent par Zemst (Sempst) en 1810

Voyage de Napoléon et de Marie Louise en Belgique en 1810

Saint-Cloud, 31 mars 1810

Le 31 mars 1810 eut lieu à Saint-Cloud la présentation officielle de la future impératrice. Le Sacré Collège y était au complet. Le 2 avril était fixé pour l'entrée publique à Paris et le mariage religieux. Ce jour-là devait marquer pour Napoléon le faîte de sa gloire et de sa fortune et rien ne fut donc ménagé pour relever le faste de la cérémonie.

Mons, le 29 avril 1810

Quittant Valenciennes pour la Belgique, le cortège impérial passe par Jemappes et Mons pour entrer à Bruxelles vers 19 heures.

Napoléon Ier souhaitait prolonger la navigation vers la Sambre et la Meuse. Le 29 avril 1810, alors que l'empereur visite les travaux du canal Mons à Condé, il reçoit de l'ingénieur en chef Piou, un avant projet de jonction avec la Sambre. Un mois plus tard, le projet était approuvé. L’empereur Napoléon, l’Impératrice Marie-Louise et leurs suites logeront au château de Laeken.

Bruxelles, le 30 avril 1810

L’Empereur se lève à l’aube et veut recevoir les autorités bruxelloises à l’improviste et notamment les membres de l’université de Bruxelles. A midi, la suite impériale s’embarque sur le canal de Bruxelles vers Anvers. La famille impériale loge à la préfecture.

Napoléon et Marie Louise sont à Anvers le 30 avril 1810

Mariage de l'empereur Napoléon et de l'Impératrice Marie-Louise le 2 avril 1810, carte postale - collection particulière.

Mariage de l'empereur Napoléon et de l'Impératrice Marie-Louise le 2 avril 1810, carte postale - collection particulière.

Le 30 avril 1810, le canot d’apparat fait une entrée remarquée dans Anvers : Napoléon et la jeune impératrice Marie-Louise sont à bord, accompagnés du maréchal Berthier, du ministre de la Marine Decrès et de l’amiral Missiessy, commandant l’escadre de l’Escaut ; un véritable cortège naval les entoure. Pendant plusieurs jours le canot assure les déplacements de l’Empereur qui visite le vaisseau amiral "Le Charlemagne", assiste au lancement spectaculaire du "Friedland" et inspecte l’ensemble de sa flotte.

Napoléon et Marie-Louise a Anvers

Napoléon Ier et Marie-Louise à Anvers.

Le Canot impérial qui servi à Anvers en 1810 à Napoléon Ier et de Marie-Louise

Le canot impérial qui servit à Anvers en 1810 à Napoléon Ier et de Marie-Louise.

Anvers, le 1er mai 1810

Dès 7 heures, Napoléon vite le port et les fortifications. A midi il déjeune chez le Préfet maritime. Après le repas en compagnie de Marie-louise, du Roi et de la Reine de Westphalie, ils montent à bord de "L’Anversois" un vaisseau de 74 canons. Puis passe en revue la flotille de l’Escaut.

Anvers, le 2 mai 1810

Napoléon et Marie-louise assiste au lancement d’un vaisseau de 80 canons "Le Friedland" à 15 heures précises. C’est le plus grand navire construit à Anvers jusqu’à cette date.

Anvers, le 3 mai 1810

Le matin, Napoléon visité l’arsenal maritime d’Anvers. Dans la soirée, les fêtes populaires se déroulent dans l’enthousiasme, et les Anversois sortent les fameux géants de l’Ommegang.

Anvers, le 4 mai 1810

Napoléon, Marie-Louise et leurs suites assistent à l’Hôtel de ville a une grande réception à laquelle sont invitées plus de 900 personnes.

Anvers, le 5 mai 1810

Dans la matinée, l’Empereur reçoit son frère, le roi Louis de Hollande. Dans l’après-midi, il visite le navire "Le Dalmate".

Anvers, le 6 mai 1810

Napoléon quitte à 6 heures Anvers pour se rendre en Zélande. Où il arrive vers 15 heures. Quitte Breda vers 17 heures et arrive à 's-Hertogenbosch (Bois-le-Duc) vers 22 heures 30.

's-Hertogenbosch, le 7 mai 1810

A 10 heures, Napoléon reçoit les autorités de la ville. Et dans l’après-midi, il visite les fortifications.

's-Hertogenbosch, le 8 mai 1810

La suite impériale quitte 's-Hertogenbosch (Bois-le-Duc) à 7 heures, passe par Gertruydenberg et arrive à Berg-op-Zoom vers 21 heures.

Berg-op-Zoom, le 9 mai 1810

De très grand matin, Napoléon visite les environs de Berg-op-Zoom. A 7 heures, l’Empereur et l’Impératrice embarquent pour Midelberg. Le cortège arrive à Middelberg vers 19 heures.

Middelberg, le 10 mai 1810

Après une réception des autorités et une visite de la ville, l’Empereur se rend à Teveere, puis revient à Middelberg pour la nuit.

Middelberg, le 11 mai 1810

Dans la journée Napoléon va visiter les travaux du port de Flessingue.

Middelberg, le 12 mai 1810

Napoléon fai une deuxième visite Flessingue.

Middelberg, le 13 mai 1810

Le cortège impérial quitte Middelberg pour rejoindre Anvers.

Anvers, le 14 mai 1810

Dans l’après-midi vers 17 heures, l’empereur Napoléon, l’impératrice Marie-Louise, et leurs suites quitte Anvers pour Bruxelles. En passant par, Malines ou ils ne s’arrête pas.

Napoléon et Marie Louise à Zemst (Sempts) le 14 mai 1810

Napoléon passa pour la deuxième fois par Zemst (Sempts en 1810) tous comme le 2 Thermidor an XI (21 juillet 1803) alors qu’il était Consul de la République. Il traverse Zemst ce 14 mai 1810 vers 20 heures, par la route principale (actuellement chaussée de Bruxelles « Brusselsensteenweg », qui est également la Nationale N° 1), puis sur Eppegem, Vilvoorde pour arriver à Bruxelles vers 21 heures au château de Laeken.

Napoléon en route détail du tableau de Desvarreux - collection Musée de Brienne-le-Château.

Napoléon en route détail du tableau de Desvarreux - collection Musée de Brienne-le-Château.

Bruxelles, le 15 mai 1810

Ce mardi 15 mai 1810, il y a grande audience au Palais impérial de Laeken, l’Empereur et l’Impératrice reçoivent tout ce que Bruxelles compte de personnalités et de hauts fonctionnaires. Le soir, Napoléon et Marie-Louise daignent honorer de leur présence le spectacle donné au grand théâtre de La Monnaie. Malgré le temps affreux, une foule importante se presse dans les rues pour acclamer le cortège impérial. En arrivant dans sa loge, l’Empereur parait fort ému par les marques de loyalisme et d’affection des Bruxellois. Le programme de la soirée annonce "Les Prétendus" et "Adolphe et Clara". La représentation terminée les souverains regagnent le Palais de Laeken. Le soir même l’Impératrice éprouvant des crampes violentes, appel le chirurgien Jouan, de service en l’absence de Corvisart. Jouan, influencé par Napoléon qui prend ses désirs pour des réalités, affirme aux autorités que l’Impératrice est en "espérance d’héritier" et risque une fausse couche si elle ose poursuivre son voyage. Mais la menace d’une saignée lui fait reprendre ses esprits.

Bruxelles, le 16 mai 1810

L’Empereur passe la matinée dans son cabinet de travail. L’Impératrice visite Bruxelles et les manufactures de dentelles et un musée. Le soir le bourgmestre offre en l’Hôtel de ville un grand bal. Plus de six cents invités ont répondu à l’invitation. Le couple impérial arrive vers 20 heures 30. L’Impératrice daigne danser le quadrille avec son Ecuyer, le baron de Lalaind d’Audenaerde. Les souverains se retirent vers 22 heures 30 et, sous les vivats des Bruxellois et regagnent le Palais de Laeken escortés par la Garde d’Honneur à cheval.

Bruxelles, le 17 mai 1810

Avant de quitter Bruxelles, l’Empereur veut marquer sa satisfaction aux autorités de la ville pour l’accueil chaleureux qu’il a reçu. A 8 heures le cortège impérial quitte Bruxelles pour Gand, ou il arrive vers midi.

Gand, le 17 mai 1810

Le cortège impérial est accueilli à l’entrer de la ville par le préfet, le maire, l’évêque de Gand, et la Garde d’Honneur forte d’une quarantaine d’hommes. L’après-midi, le couple impérial reçoit les personnalités locales. Napoléon écrit à Clarke, Ministre de la Guerre, pour faire envoyer des prisonniers travailleurs à Breskens et à Anvers. Dans la soirée, l’Empereur et sa suite assistent à une fête à l’Hôtel de ville.

Gand, le 18 mai 1810

Le cortège impérial quitte Gand à 4 heures pour Bruges. Mais malgré l’heure fort matinale, les autorités sont à la sortie de la ville pour saluer l’Empereur et l’Impératrice. L’Empereur, fait un détour qui lui permets de visiter la rive gauche de l’Escaut. L’Impératrice ce dirige sur Bruges.

Bruges, le 18 mai 1810

L’impératrice Marie-Louise entre dans Bruges vers 14 heures. Peu après 22 heures la berline de Napoléon entre dans Bruges par la Porte de Damme. Le bourgmestre présente les clefs de la ville à Napoléon et, malgré la pluie et l’heure tardive, la foule est nombreuse à crier "Vive l’Empereur" et "Vive notre souverain" !

Bruges, le 19 mai 1810

Samedi 19 mai, après avoir reçu les autorités, Marie-Louise et Napoléon se rendent à la cathédrale Notre-Dame, où ils visitent le tombeau de Charles le Téméraire et de Marie de Bourgogne. De retour à la préfecture, l’Impératrice reçoit un grand nombre de dames de la société bourgeoise. L’après-midi est consacré par le couple impérial à la réception  des officiers de la Garde nationale et des régiments en garnison de la ville. Le soir, le bourgmestre de Bruges offre une grande fête avec bal à l’Hôtel de ville en l’honneur des souverains.

Bruges, le 20 mai 1810

Dimanche 20 mai, après avoir entendu la messe, la famille impériale prend congé des autorités brugeoises. Les souverains et leurs suites prennent place dans une très ancienne embarcation la " Welhemina", construite au début du XVIIIème siècle, richement décorée pour la circonstance et conduite par un pécheur de Blankenberge. Ce bâtiment emprunte le beau canal qui relie Bruges à Ostende.

Ostende, le 20 mai 1810

Après s’être rendu compte de l’état du port, de la jetée, des digues et des fortifications  d’Ostende, l’Empereur rejoint l’Impératrice pour la réception de l’après-midi à la chambre de commerce. Le soir, il y a illumination et bal à l’Hôtel de ville.

Ostende, le 21 mai 1810

Le mardi 21 mai, vers 7 heures, le cortège impérial quitte Ostende, et longe la côte jusqu’à Dunkerque. La famille impériale a quitté le territoire de la Belgique.

À Dunkerque, Napoléon visite les fortifications en compagnie de son frère Jérôme. Le voyage de retour mènera le cortège impérial de Dunkerque à Lille, puis Béthune, Boulogne, Albertville, Dieppe, Le Havre, Rouen, pour arriver enfin à Saint Cloud le vendredi 1er juin 1810.

* Merci à Jean-Jacques Pattyn, pour son aide.

Un soldat de Napoléon Ier, habitant de Weerde (Zemst), 1892

Médaille de Sainte-Hélène et sa boîte - medaille van Sint-Helene en zijn doos.

Médaille de Sainte-Hélène et sa boîte - medaille van Sint-Helene en zijn doos - Photo Yves Moerman.

Le dernier médaillé belge de Sainte-Hélène

Jean Joseph GOOVAERTS est né et décédé à Weerde (27 mars 1792 - 21 octobre 1893), à l'âge de 101 ans. Il est l'un des fils de Nicolas et d'Élisabeth VERBRUGGEN, tous deux originaires de Rumpst (Belgique).

Il est appelé pour le tirage de la conscription le 12 septembre 1812, et tire le numéro 93. Comme son frère est déjà à l'armée, il n'est pas incorporé Il sera cependant appelé plus tard à rejoindre son corps, qui est la Marine.

Jean Joseph GOOVAERTS, se retrouve enfermé dans Hambourg avec le corps d'armée du maréchal Davout, qui ne rend la place que sur ordre de Louis XVIII, le 27 mai 1814. Il était entré dans les armées de Napoléon suite à la conscription de la fin de l'Empire : il revient dans sa Belgique natale en 1814, comme les autres conscrits. Il reçoit  la  médaille de Sainte-Hélène sous le second Empire.

En 1892, à Weerde son village natal, on fête son centenaire : il  assiste aux festivités en son honneur. Jean Joseph a revêtu son plus beau costume sur lequel il porte avec fierté la médaille de Sainte-Hélène qu’il a bien méritée.

Son frère Pierre Jean GOOVAERTS, était né lui aussi à Weerde, le 19 mars 1787. Le 12 janvier 1807, il tire le numéro de conscription 33 et doit rejoindre l'armée. Il reçoit le numéro 3583, et part le 21 mars 1807 pour Bruxelles, puis Venlo pour rejoindre le 8e Régiment d’Infanterie de Ligne.

Le 1er avril 1811, il participe au siège de Cadix ; il est alors dans la 3e compagnie du 2e bataillon. (info Heemkring "de Semse", Zemst).

ean Joseph GOOVAERTS dessin réalisé pour son 100e anniversaire, collection Heemkring "de Semse" Copyright © reproduction interdite. Jean Joseph GOOVAERTS tekening die voor zijn 100e verjaardag wordt gemak, Verzameling Heemkring "de Semse" Copyright © verboden reproductie.

Jean Joseph GOOVAERTS dessin réalisé pour son 100e anniversaire,

collection Heemkring "de Semse" Copyright © reproduction interdite.

 Jean Joseph GOOVAERTS tekening die voor zijn 100e verjaardag wordt gemak,

Verzameling Heemkring "de Semse" Copyright © verboden reproductie.

 

Het laatste Sint-Helene uit België

Joannes Josephus GOOVAERTS werd geboren te Weerde op 27 maart 1792 als zoon van Nicolaes et Elisabeth VERBRUGGEN.

Hij werd opgeroepen op 2 september 1812 en ingeloot met het nummer 93. Hij werd gerangschikt op het einde van de lijst wegens broederdienst (zijn broer Petrus Joannes deed reeds dienst. Hij werd toch later opgeroepen en werd bestemd voor de Marine.

Maarschalk Davout, ontruimde Hamburg op 27 mei 1814 en dit op bevel van Lodewijk XVIII, Joannes Josephus GOOVAERTS was één van zijn soldaten.

In 1892, werd hij te Weerde als honderdjarige gevierd met een stoet ter zijner eer. Joannes Josephus stapte flink mee in de stoet en op zijn beste kostuum was de medaille van Sint-Helene gespeld.

Petrus Joannes GOOVAERTS, (broer van Joannes Josephus) werd geboren te Weerde op 19 maart 1787 als zoon van Nicolaes et Elisabeth VERBRUGGEN.

Op de prefectuur te Brussel loottr op 12 januari 1807, Petrus Joannes zich in met het nummer 33 in de Franse leger. Hij kreeg het nummer 3583. Op 21 maart 1807 vertrok huj vanuit Brussel naar Venlo met het 8ste Regiment infanterie linie.

Op 1 april 1811 nam hij deel aan het beleg van Cadix in Spanje met de 3de compagnie van het 2de bataljon. (info Heemkring "de Semse", Zemst).

 

Weerde 1780 - Archiv Zemst

Weerde 1780 - Archiv Zemst - Weerde en 1780 – Archives de Zemst.

 

Zemst durant la guerre de 1914-1918 

La guerre 1914-1918 et les combats pour le pont d'Eppegem (Zemst)

Plaque commémorative sur le mur de l'ancienne maison communale d'Eppegem - photo Yves Moerman. Monument op de muur van  het oud gemeentehuis van Eppegem - foto Yves Moerman.

Plaque commémorative sur le mur de l'ancienne maison communale d'Eppegem - photo Yves Moerman.

Monument op de muur van  het oud gemeentehuis van Eppegem - foto Yves Moerman.

Le cimetière / Begraafplaats Eppegem

Begraafplaats / le cimetière,  Eppegem - Foto / photo Yves Moerman.

Begraafplaats / le cimetière,  Eppegem - Foto / photo Yves Moerman.

Monument 1914-1918 van Eppegem - foto Yves Moerman. Monument commémoratif 1914-1918 d'Eppegem - photo Yves Moerman.

Monument 1914-1918 van Eppegem - foto Yves Moerman.

Monument commémoratif 1914-1918 d'Eppegem - photo Yves Moerman.

Aan de helden gesneuveld voor het vaderland - Aux héros morts pour la Patrie

Werde durant la guerre de 1914-1918

Monument commémoratif 1914-1918 de Weerde - photo Yves Moerman. Monument 1914-1918 van Weerde - foto Yves Moerman.

Monument commémoratif 1914-1918 de Weerde - photo Yves Moerman.

Monument 1914-1918 van Weerde - foto Yves Moerman.

Aan de helden van het 2e en 4e Linie Regiment alhier gesneuveld

Aux héros du 2e et 4e Régiment de Ligne morts ici.

Zemst durant la guerre de 1914 -1918

Monument 1914-1918 van Zemst - foto Yves Moerman. Monument commémoratif 1914-1918 de Zemst - photo Yves Moerman.

Monument 1914-1918 van Zemst - foto Yves Moerman.

Monument commémoratif 1914-1918 de Zemst - photo Yves Moerman.

Hulde aan de helden - Hommage aux héros

Zemst durant la guerre de 1940-1945

Un avion alliée s'écrase le 28 juin 1944 à Zemst-Laar.

"Liefelijk Laar" De historie en de folklore van de parochie Laar-Zemst

Le nom des deux jeune gens de Laar qui furent tués par les avions alliées était : Jan WILLEMS âgé de 24 ans et Edouard DE PRINS lui aussi âgé de 24 ans, voir dessin. Informations, sont tirée du livre "Liefelijk Laar" De historie en de folklore van de parochie Laar-Zemst en het gehucht Zemst-Laar ; édition VTB-VAB Zemst 2000.

Plus d'informations sur le site de COMETE KINSHIP BELGIUM - Mémoire de la Ligne d'Evasion Comète - Ter nagedachtenis aan de ontsnappingslijn 'Comète' - Comète Escaping Line Memory : http://www.evasioncomete.org/aPrincipal.html ou  http://www.cometeline.org/ficheD063.html

 

{Back}                                                                                                                                {Go To}

Napoléon Napoleon médaille Sainte Helene Sainte-Hélène Jean Joseph Goovaerts St Helene St-Hélène 1803 1810 1811 1812 1813 1814 1815 grognard route napoléon route napoleon joséphine marie-louise anvers Anvers Malines Mechelen Bruxelles Brussel Brussels garde d’honneur légion d’honneur Waterloo bataille batailles Zemst Sempts guerre 1914 - 1918 Eppegem Weerde brabant flamand Belgique België Belgium roi Albert 2e Chasseurs 3e Chasseurs Morts dood  mort blessé Second Empire 2e Empire Jean Joseph GOOVAERTS conscrits pont d'Eppegem 22 août 1914 12 septembre 1914 photo Yves Moerman foto Yves Moerman Begraafplaats Hulde aan de helden Hommage aux héros