Les uniformes des gendarmes de 1804 à 1815

                                                                                                                                     

{Back}                                                                                                                                {Go To}

Documents de la collection Yves Moerman, reproduction interdite - Copyright.    Documents de la collection Yves Moerman, reproduction interdite - Copyright.    Documents de la collection Yves Moerman, reproduction interdite - Copyright.

Gendarmes d'élite vers 1812, dessins de Rousselot.

       

Pour vos commandes Pedersoli en Belgique une seul adresse

Wapenhandel Nikabi

Testeltsesteenweg 66C

3271 Averbode - Belgium

e-mail : wapenhandelnikabi@telenet.be

website : www.wapenhandelnikabi.be

 

L’uniforme de gendarme de 1804 à 1815

Pour la reconstitution, (re-enactment)

L’habit de grand uniforme : L’habillement des officiers de gendarmerie était composé et confectionné comme celui de leur troupe, mais en drap fin.

L’habit sera de drap bleu impériale, et doublé de drap "casimir". Il sera coupé de manière à ne former qu’un pli, et croiser par derrière et sera assez large pour qu’il puisse s’agrafer aisément sur la poitrine par-dessus une veste sans manches. L’habit sera tenu assez long pour qu’étant agrafé, il arrive à 80 mm de la terre, l’homme étant à genoux. La taille aura 115 mm du centre d’un bouton au centre de l’autre, la largeur des côtés de l’habit, mesurée au dessus de la poche, sera de 300 à 325 mm de manière à bien emboîter les manches.

Parement de drap écarlate

Revers seront arrondis, ils seront garnis d’un liséré de la couleur de drap écarlate, Ils auront à partir de la pointe du milieu de l’écusson, 420 mm de hauteur et 95 mm de largeur, mesurée aux pointes de l’écusson. Leur largeur sera de 80 mm, leur partie supérieure la plus large aura 125 mm, et le milieu sera de 95 à 110 mm. Ils auront 90 mm dans le bas qui sera coupé carrément, il seront garnis chacun de sept petits boutons.

Manches, seront tenus aisées et doublées de bonne toile, leur longueur sera telle, qu’elles arrivent précisément au pli du poignet. Les parements auront 80 mm de hauteur, terminés sur la couture de la manche qui les sépare, par une petite patte de drap bleu de 100 mm de longueur sur 35 mm de largeur. Cette patte sera fermée par trois petits boutons d’uniforme.

Les poches, seront sous les basques, elles auront 160 mm de profondeur. Les pattes des poches, qui seront figurées à l’intérieur auront 200 mm de largeur à leur partie supérieure et 190 mm à leur partie inférieur, liséré compris. Leur hauteur, mesurée aux pointes sera de 85 mm mesurée à l’évidure, la hauteur sera de 55 mm.

Les basques, seront coupées carrément par le bas et tenues agrafées, leur retroussis tomberont droit et se réuniront précisément au bas des basques de telle sorte que les basques soient toujours jointes.

Collet de drap écarlate, Le collet sera droit et suivant les tailles de 70 à 80 mm. Il sera, du devant, plus bas de 10 mm que du derrière, il sera agrafé avec trois (3) agrafes. Il sera doublé de serge et garni d’une toile entre la serge et le drap, il sera piqué d’un point serré l’un sur le bord, l’autre au milieu et sera bordé d’un liséré.

Retroussis, porteront deux (2) grenades de 70 mm à 9 flammes brodés de fil d’argent uni  pour les officiers et blanc pour les gendarmes.

L’habit, sera garni de onze (11) gros boutons et de vingt-deux (22) petits boutons.

L’habit de petit uniforme :

La veste de couleur chamois, doublée de toile de coton blanche, la veste est avec des poches et sans manches, en "amadis", garnie de deux petits boutons. Le devant est fermé de douze petits boutons argent. La veste, sera garni de douze (12) petits boutons.

Documents de la collection d'Y.J.T.M., reproduction interdite - Copyright.

La gendarmerie impériale.

Le gilet est en drap bleu, à manche et poche et garni de petits boutons argent. L’officier ne le porte qu’avec le petit uniforme.

Les boutons en cuivre de 22 mm pour les grands modules et de 16 mm pour les petits modules. Bouton couleur argent.

Les boutons, ont dans leur centre, l’aigle avec la couronne impériale ; au-dessous, le numéro de la légion et sur le pourtour sera écrit ces mots, "GENDARMERIE IMPERIALE".

La chemise, sera de couleur blanche ou ocre en cotton.

Boutons de la collection d'Yves Moerman.

Bouton argenté d'officier subalterne de la 1ère légion 

(petit et grand module) de gendarmerie impériale

Documents de la collection d'Yves Moerman, reproduction interdite - Copyright.    Documents de la collection d'Yves Moerman, reproduction interdite - Copyright.

La chemise du gendarme              Lieutenant en tenue d'hivers

Le col noir confectionné en soie noir, de la hauteur de 110 mm, Il sera attaché par deux cordons de même couleur, noués et placés sous la partie inférieure du col, qui présentera sept plis, assujettie à une distance de 13 mm et demi l’une de l’autre.

La culotte de drap chamois pour la tenue à pied ou à cheval. Celle-ci est ouverte à petit pont-levis et garni de quatre (4) boutons d’étoffe à la taille et aux canons des jambes. La culotte sera supportée par des bretelles.

Le pantalon de drap bleu impériale, façonné à la "Matelote". Il sera assez large pour être boutonné par vingt (20, voir plus suivant la taille du gendarme) petits boutons d’uniformes par-dessus la botte et prendra au-dessus des hanches jusqu’à la cheville du pied.

Documents de la collection d'Y.J.T.M., reproduction interdite - Copyright.

Planche de Michel Petard revue "Uniformes" mai juin 1977

Copyright © Reproduite avec autorisation.

Les boutons du pantalon en cuivre de 22 mm, pour les grands modules et de 16 mm pour les petits modules. Bouton couleur argent pour les officiers.

Les bretelles en coton de couleur blanche (généralement, pour les officiers, ils pouvaient suivant leurs bourses, ce permettre des fantaisies).

Les guêtres des sous-officiers et gendarmes porterons des guêtres façonnées en estamette noir; elles serons longue, de manière à emboîter le genou ; elles auront dix huit boutons de cuivre jaune ! ! ! (Tiens pas argenté ?)

Le manteau sera en drap bleu impériale, gallon d’argent de 4,5 cm, pour les officiers.

La cape des officiers, sera en drap bleu impériale avec une doublure en satin de couleur bleu foncé, voir noir, avec sur le pourtour un bord de plus ou moins 120 mm de satin rouge vif.

La redingote capote, sera en drap bleu impériale, (avec un gallon d’argent de 4,5 cm, pour les officiers). Et boutonnera d’un seul côté sur la poitrine au moyen de sept (7) boutons (voir bouton)  sur un seul rang. Il sera pratiqué une poche sur le côté  gauche. Le dos et les manches seront doublés de toile jusqu’à la hauteur de la taille. Les manches auront des parements façonnés en bottes. Il sera pratiqué deux ouvertures dans les coutures de chaque côté et à la hauteur du dernier bouton, chaque ouverture, qui aura 190 mm de hauteur, sera recouverte d’une patte de 25 mm de largeur et garnie du haut en bas d’un gros bouton. La redingote capote aura en tout onze (11) gros boutons et deux (2) petits destinés à attacher les épaulettes.

Documents de la collection d'Y.J.T.M., reproduction interdite - Copyright.    Documents de la collection d'Y.J.T.M., reproduction interdite - Copyright.

Le bicorne du gendarme, la forme du chapeau aura 120 mm, de profondeur, le derrière aura 225 mm, les ailes auront 185 mm, la corne de devant aura 200 mm, l’inclinaison des ailes sera de 60 mm. Le galon sera d’argent de 60 mm. Ces bords seront garnis à la lisière d’une crête de 10 mm. Le chapeau portera dans les cornes, des macarons avec franges retenus par une tresse d’argent. Cette tresse sera de 120 mm d’un tissu d’argent. Les franges auront 40 mm de longueur et ne dépasseront l’extrémité de la corne que de 10 mm. Les officiers, a nouveau pourrons ce permettrent des fantaisies.

La cocarde : sera tricolore, en partant du centre, les couleurs seront; bleu, rouge, argent, pour les officiers et en laine de couleur bleu, rouge, blanc (voir aussi en argent) pour les gendarmes.      

Le plumet, sera en plumes de coq teintes en rouge, aura 325 mm de hauteur non compris la tige de baleine. Il aura la forme d’un cône renversé, sa plus grande largeur sera de 120 mm.

La toile cirée pour protégé le bicorne : elle sera en toile cirée de couleur noire.

Le Schako ou Shako,  Les compagnies de police organisées dans la 30e Division Militaire, formant la 30e Légion de gendarmerie porteront pour coiffure un schako de la dimension adopté.

   

                   Lieutenant en habit               Lieutenant  avec son bonnet de police

Documents de la collection d'Y.J.T.M., reproduction interdite - Copyright.

Documents de la collection d'Y.J.T.M., reproduction interdite - Copyright.

Le bonnet de police, est en drap bleu impériale, ainsi que sa pointe qui aura 625 mm de hauteur, ses quatre coutures seront garnies d’un cordonnet de couleur argent, pour les officiers et d’un cordonnet de couleur blanc pour les gendarmes.

La grenade du bonnet de police, était en argent TOUJOURS pour les officiers en fil d'argent, parfois aussi en fil d'argent pour les gendarmes malgré le règlement Bardin qui dit que la grenade devra être en FIL BLANC.

Le gland du bonnet de police est en fil d’argent et sur le devant du bandeau sera garni d’une grenade en fil d’argent, pour les officiers et d’un cordonnet de couleur blanc pour les gendarmes.

Les cheveux devant être attaché en queue, à 25 mm de la nuque du col, et dépasser de 25 mm.

L’épaulette d’officier, une épaulette brodée avec des franges à graines aura 45 mm de longueur à partir du bouillon extérieur de l’épaulette. L'épaulette des officiers, devait TOUJOURS être porter à DROITE, mais certain officiers voir même des officiers généraux la portait à GAUCHE, voir même portait DEUX épaulettes.

Les épaulettes des officiers supérieur, les chefs de Légion auront des épaulettes d'argent ornées de torsades; le corps de l'épaulette sera brodé suivant le dessin du galon avec dentelure il aura 70 mm de largeur. Les torsades auront 45 mm de longueur.

Les chefs d'Escadron porteront une épaulette pareille à celle des chefs de Légion; la contre-épaulette sera semblable à l'épaulette à l'exception des torsades.

Les capitaines porteront également une épaulette brodée mais avec franges à graines; les lieutenants auront une épaulette en galon de même dessin. Les franges de tous ses grades auront 45 mm de longueur à partir du bouillon extérieur de l'épaulette.

Les épaulettes de Maréchal-des-Logis, seront pareille à celles des brigadiers mais leur franges rouge sera recouverte d'un tour et demi de franges d'argent.

Les épaulettes de brigadier, seront pareille à celles des gendarmes, mais la corde sera remplacé par deux torsades d'argent.

Les épaulettes de gendarmes, elles seront conforme à celle des grenadiers; le corps de l'épaulette sera fait en trois navettes ; celle du milieu en rouge et celle du côté en argent; l'apparent e l'argent sera de 10 mm et la partie rouge sera de 45 mm, elles seront doublé de draps bleu. La frange qui sera unie et retorse, aura de hauteur 60 mm elle se composera de quatre tour et demi-tour.

L’aiguillette, en trèfle sera TOUJOURS porter du côté gauche. Longueur de : 130 cm. Losangée en 3 rangs en coton banc. Pendants nattés en argent, pendants ronds, couleur  Argent (il est même connus des gendarmes qui portaient l’aiguillette à DROITE, il a même exister des aiguillettes bleu, blanc, rouge, mais cela était durant la Révolution et au début du Consulat).

Les ferrets unis, de couleur argenté, les officiers qui avait une bonne bourse, portait des ferrets en argent.

Comme est attacher l’aiguillette :

1 – Une nattes au premier bouton de l’habit, côté gauche.

2 – Un pendant au deuxième bouton de l’habit, côté gauche.

3 – Un pendant au troisième bouton de l’habit, côté gauche.

4 – Une tresse (la plus longue) passe sous le bras gauche.

Documents de la collection d'Y.J.T.M., reproduction interdite - Copyright.

La cravate, sera de couleur, Noir, (voir blanche pour certains officiers).

Les bottes, seront pareilles à celles des officiers de l’infanterie de ligne. Où, les bottes seront faite à l’écuyère, (uniforme de dragon). Les talons seront de la hauteur de 34mm et un quart.

Les manchettes de bottes, seront faites de bonne toile blanche, elles porteront en hauteur 220 mm, elles seront fendues dans la moitié de la largeur, attachées à la culotte par une seule boutonnière et dans l’intérieur de la botte, par deux cordons. Elles ne dépasseront la genouillère de la botte que de 27 mm.

Les gants, dits à la "crispin", enveloppant parfaitement le parement de l’habit. Ses gants, seront faits de peau de daim et entretenus dans leur couleur naturelle. Où, de couleur blanche.

Documents de la collection d'Yves Moerman, reproduction interdite - Copyright.

Les gants blancs, en tissus fin de couleur blanche.

La montre gousset plaqué or ou en argent, suivant la fortune de l’officier, pour la troupe, s'était une autre histoire.

Équipement et armement :

Le sabre de grenadier à cheval avec "garde de bataille" sur la lame sera gravé ces mots : "Gendarmerie impérial" et sur l’autre côté "Respect aux propriétés et au personne". Pour les gendarmes à pied, cela sera sabre briquet.

La dragonne, sera en argent et en soie pour les officiers, (et blanche voir en laine rouge pour les gendarmes) dans la longueur du galon de 2 mm, avec la franges à graines.

Le ceinturon fait en file d’argent (pour les officiers), à deux (2) bélières, portant dans sa longueur 175 mm et dans sa largeur ; 675 mm.

Le plateau de ceinturon, 94 mm de longueur et 67 mm de largeur. La Plateau sera en cuivre doré et l’écusson sera soit : Une Aigle couronné au centre, avec l’inscription "Gendarmerie Impériale" (voir croquis). Une grenade en argent au centre, et la boucle de ceinture en cuivre, pour les officiers. Ou l’œil de la surveillance et seront gravés en GROS caractère ces mots "Respect aux propriétés et au personne". Ce model, est plus présent dans la gendarmerie durant la période de la Révolution.

Les pistolets, une paire de pistolets d’arçons, uniforme de cavalerie, ou des pistolets de gendarmerie.

La giberne : La giberne en cuir noir, banderole de giberne en buffle blanchi. Et pour les officiers, à nouveau cela dépend de leur bourse. Il est même connu des gibernes en cuir rouge et la banderole de giberne de même.

Documents de la collection Yves Moerman, reproduction interdite - Copyright.    Documents de la collection Yves Moerman, reproduction interdite - Copyright.

Plateaux de ceinturon en service dans la gendarmerie impériale de 1804 à 1815

Les plaques de ceinturons sont tirées de "équipements militaires" tome 4° de Michel Petard

Copyright © Reproduite avec autorisation.

Sources :

- Musée de la gendarmerie de Melun, mais remerciements à l’Adjudant Bruno Dupuis.

- Règlement sur l’habillement des troupes françaises de terre. Titre premier, dispositions générales pour toute arme. Section 1ére – Habillement. Général Bardin, colonel Major aux Grenadiers à pied de la Garde Impériale, 1812.

- Guide a l’usage des artistes et  des costumiers. Contenant la description des uniformes de l’armée française de 1780 à 1848. Par H. MALIBRAN.

- Collection de l'auteur.

Documents de la collection Yves Moerman, reproduction interdite - Copyright.

Lieutenant de gendarmerie impériale de la 1ère Légion.

Détaché à la 16e Légion département de la Dyle, Lieutenance de Vilvoorde.

Décoré de la Légion d'honneur, après Austerlitz.

Les documents de la collection sont  reproduction interdite - Copyright.

contacter l'auteur : Yves Moerman

Contact : ym04@skynet.be

       

Pour vos commandes Pedersoli en Belgique une seul adresse

Wapenhandel Nikabi

Testeltsesteenweg 66C

3271 Averbode - Belgium

e-mail : wapenhandelnikabi@telenet.be

website : www.wapenhandelnikabi.be

{Back}                                                                                                                                {Go To}