Spécialiste en importation directe et vente de vin "bio et nature", respectant terroir, raisin et amateur de vin

Qui sommes-nous ?

Anne Maldague et Laurent Mélotte, deux passionnés de vins et de nature. L’une est scientifique, mais attirée par l’essentiel, elle se recycle vite en Psychologie et s’active dans les écoles et les plannings familiaux. Elle est le moteur silencieux mais puissant et le soutien quotidien de cette nouvelle aventure. L’autre attiré au départ par la littérature fait pourtant des études scientifiques, travaille en recherche et se passionne pour le « superflu » (en gros la bière et le vin). Tous deux sont des amoureux de la dégustation (des gastrosensuels !), des champignons, des vins de fruits, des thés et tisanes, des confitures, du miel, de la cuisine, des accords parfaits … et du respect de notre petite planète.

True Great Wines

De vrais grands vins quoi!
Ou plus simplement des vins « nature »!

De vrais vins! C’est Nicolas Joly de la célèbre Coulée de Serrant, qui dit « je ne veux pas faire du vin, je veux faire du vrai vin » en parlant de son option pour la biodynamie. Et bien nous aussi on veut du vrai vin et pour nous, le vrai vin, c’est un vin d’homme ou de femme respectant le raisin, son terroir et son environnement. Nous prêterons donc une attention particulière au vigneron et à la manière dont il cultive sa vigne et vinifie son vin.

Mais nous voulons aussi que le vin soit grand ! Des grands vins, cela ne signifie pas obligatoirement des étiquettes renommées et des vins chers. Non ! Par grand vin, nous entendons surtout des vins dont on se souvient (ni vite bu, ni vite oublié) de par leur caractère, leur complexité ou leurs arômes et bien sûr le plaisir qu’ils procurent et que l’on partage. Des vins qui parfois marquent ou identifient les moments de la vie, qui ont aussi une histoire à raconter. Des vins que l’on invite à sa table. Bref, des coups de coeur ! C’est une condition sine qua none pour figurer dans notre cave. Toutefois, la qualité du vin et le travail du vigneron ont un prix et certains prix plus élevés peuvent parfois être justifiés. Il faut simplement retrouver tout cela dans le verre!

Le grand vin reste à notre avis un produit de privilégiés, le fait que nous puissions en consommer nous donne quelques responsabilités vis-à-vis des désagréments que la culture de la vigne peut causer à notre planète bleue et aux générations futures. Une démarche respectueuse de l’environnement sera favorisée, beaucoup des vins présentés ici seront donc issus de l’agriculture biologique voire de la biodynamie, des vins nature quoi ! Mais aucun de ces vins ne sera choisi uniquement pour cette raison, il devra d’abord satisfaire au premier critère; être un très bon vin, et le fait d’être bio ne suffit pas toujours à cela. Il faut en plus le terroir et le talent du vigneron.

Le vigneron est un élément indissociable du terroir, si nous aimons les vins nature nous apprécions d’autant plus les vignerons nature, de caractère et honnêtes avec eux-mêmes. Des vignerons dotés d’une vision de leur vin et de leur terroir et qui savent se remettre en question.

Pour que la patte du vigneron se fasse sentir, il doit pouvoir s’investir dans toutes les étapes de production, on aura donc tendance à s’orienter vers de petites propriétés, plus conviviales et où la discussion tourne plus autour du vin et de la culture locale que des impératifs économiques.

Pour que le terroir soit respecté et se traduise dans le vin, il faut qu’il vive ! Et pour qu’il vive il faut éviter les traitements herbicides (c’est le minimum), insecticides et fongicides habituels; et là, même la lutte raisonnée (cela signifie-t-il que beaucoup d’autres soient en lutte irraisonnée … probablement) ne suffit souvent pas à maintenir la vie du sol et les levures endogènes actives. Eviter au maximum les produits chimiques et évaluer toute autre possibilité de lutte respectueuse de l’environnement joue en faveur de notre sensibilité.

De même, les excès de manipulation en cave ne sont pas souhaitables. On a peine à imaginer la batterie de produits mise à la disponibilité des œnologues pour corriger le vin au cours de sa fabrication. Ceci ne permet pourtant jamais d’éviter le BIBO syndrome (bullshit in, bullshit out). Donnez moi de bons raisins, je vous donnerai du bon vin disait Emile Peynaud, nous sommes bien d’accord ! On aura donc un grand faible pour les vins non trafiqués, peu ou pas chapatalisés et peu sulphités.

Un autre point important dans notre approche est le système de vente, trop de fois nous sommes attirés par une apparence, un nom, une étiquette racoleuse, une promotion, un commentaire élogieux, que sais-je encore et après avoir dépensé quelques euros ou plus (parfois beaucoup plus) la déception est au rendez vous. Ici, pas de mauvaises surprises, si bien sûr nous vous informons sur les qualités que nous reconnaissons aux vins, il est possible de déguster les vins dès leur rentée dans notre cave !

Un autre aspect primordial est le contact, l’univers qui entoure le vin. Le vin comme le vigneron ne doivent pas être anonymes, le caviste et le consommateur non plus. Ces dégustations seront également un endroit de rencontre et d’échanges.

Enfin, il ne faut pas non plus se prendre la tête et le fun sera de la partie ! Le but est aussi de vivre une nouvelle aventure, avec les risques que cela comporte, mais :

“A ship in harbour is safe,
but that is not what ships are built for”

Voilà, hissons les voiles, c’est parti, nous démarrons maintenant la construction de cette carte, vous pourrez suivre les différentes étapes de celle-ci dans notre Journal.

Dans l’attente de notre première dégustation…

Tarifs

février 2006