Franck Beaubois
   

Formation plastique dans les écoles d'art de Caen et d'Avignon. DNSEP.Crée et est actif dans le groupe Faits Divers de 92 à 95.Développe pendant quelques années un ensemble d'installations et d'actions faisant appel à la participation de tiers ou de public comme les actions repas ou d'autres liées à un travail photographique de rayogramme en grand format,comme par exemple 7 jours de vie en zone sensible, réalisation d'un rayogramme de 38 m2 insolée pendant une semaine pendant la quelle deux protagonistes vivent à sa surface sans jamais la quitter et crée l'image en laissant leurs ombres. Après les Beaux Arts d’Avignon ou il rencontre la danse dans les ateliers de Maïté Fossen, il se consacre à l’étude et à la pratique de la danse, e.a, à l’Université de Nice Section Danse se formant part ailleurs à la Labanotation. Il découvre l’improvisation dansée comme forme de spectacle, son intérêt se concentre alors sur ce champ de la danse. Il suit l’enseignement déterminant de Julyen Hamilton, Lisa Nelson, Katie Duck, Simone forti, Steve Paxton… Son apprentissage ayant eu pour constante le soutien de la pratique de la technique Alexander qu’il continue d’approfondir aujourd’hui.
Formé en particulier au Contact Improvisation auprès de Nancy Stark Smith, Ray Chung, Andrew Harwood, Mary Prestidge, Kirstie Simson …Il enseigne régulièrement le contact en Belgique et en France et Italie dans des institutions des Compagnies ou des associations (e .a, CCN du Havre, Cie Christiane Emmanuelle, Fort-de-France, La Manutention à Bordeaux, Service Universitaire de Clermont Ferrand….). Il fut par ailleurs 2 années consécutives conférencier à l’Ecole d’Art de La Cambre (Bxl) pour un atelier sur le mouvement.
Depuis 97 au sein de Transition, il coréalise avec P. Kuypers des spectacles d’improvisations structurés joignant ses pratiques d’arts visuels et de danse, il a conçu et joué notamment dans les pièces Lest, Et ou ou, Détours, et a collaboré au projet Pièces Détachées, pièce pour quatorze improvisateurs et au projet Container. Ces spectacles ont tourné régulièrement en Europe (Belgique, France, Allemagne, Suisse, Italie, GB). Il y a introduit des environnements pour les improvisateurs, pensés pour rester ouvert au mouvement .
Son engagement dans l’improvisation l’implique dans de nombreuses performances avec des partenaires danseurs comme Franco Zita, Andrew Harwood, Kirstie Simson, Antje Schur, Khosro Adibi, Kurt Koegel et les musiciens Barre Phillips, Fabrizio Rota, Joëlle Léandre, Pieter Jacquemain, Nuno Rubello, Lê Quan Ninh, …. dans différents contextes comme les festivals d’improvisations, studio et théâtres.
Depuis 2005, il participe au Tuning@brussel réunissant six danseurs qui pratiquent et interrogent le Tuning Score de Lisa Nelson.
Il a créé une série de patch Isadora flux? qui explorent les potentiels vidéos du logiciel Isadora pour la revue Nouvelles de Danse et son numéro accompagné d’un CDROM Intéragir avec les nouvelles technologies numériques paru en (oct.04). Après différentes formations en logiciels interactifs (Isadora, MAX/MSP), il explore le mouvement par le médium vidéo lors de pièces « life ». A travers le delai vidéo associé au feedback il créé des rapports entre passé proche et présent, cette recherche s’actualise dans la pièce Delay avec différentes collaboration Versus Duo avec Patricia Kuypers et Versus Trio avec le musicien Lê Quan Ninh.
Il réalise de courtes pièces filmiques dont Jeux Vidéos présentées, e.a , au festival Argos (2004 et 2005) à Bruxelles.

 

 

   

Faits Divers

Martine Garnier, Pascal Gelmi, Marine Fieyre, Fabienne Gras, Serge Meyer, Sébastien Dupont, Franck Beaubois...

Groupe actif de 92 à 96. Ils organisent les Vitrines Éphémères en Avignon, mise à disposition de locaux commerciaux vacants (en particulier une boucherie sur plusieurs années) à la disposition des artistes qui y réalisent installations, performances. Vernissage dans la rue devant la vitrine. Ils organisent aussi des rencontres ou événements, comme à l'occasion de l'anniversaire de l'art de Filliou ou comme Intervenson, exposition et rencontre autour de la place du son dans les oeuvres plastiques. Ils font différentes actions, comme Driving Cross, cinéma ambulant de films réalisés en fonction du contexte et projetés aux automobilistes (aux feux rouge). On peut citer également 1er Avril, à consommer de préférence, invitation à un repas dans des caddies sur un parking de supermarché.

   

1er Avril, à consommer de préférence

Caen, Centre Commercial D'Hérouville St Clair

1er Avril 1995

 
   
 

Les personnes ont reçu par courrier une invitation sous forme d'une boîte de conserve contenant l'invitation avec date, heure et lieu et leur demandant d'emporter un baladeur. Nous les attendons sur le parking du centre commercial et à leur arrivée nous leur remettons un kit caddie, comprenant un ensemble de couverts, un support en carton adapté formant une tablette à la taille du chariot, un système de ficelle/crochet se transformant avantageusement en siège, ainsi qu'une cassette audio composée par nos soins et qu'ils sont invités à écouter pendant leurs courses.

A la sortie, nous formons un cercle de caddie et nous nous y installons pour le picnic qui durera 2 heures, vaste échange de produits, qui aura lieu sur le parking après avoir du déménager et que l'on nous ai finalement toléré à l' arrière du supermarché.

   
                                                               

Objets et actions

En collaboration avec Marine Fieyre

 
                                                               
 

Le cercle 1992

 
                   
                                           
 

Ikéahah 1991

4 x 1,6 x 2 m

Métal laqué, tulle , carton

                 
                                                     
                                                               
                                               
   

Actions repas

l'objet principal servant à l'action est un volume contenant dont l'expression formelle est la fin des limites entre chaque assiette lorsque "la table est mise". L'assiette est fabriquée sur moule, avec de la résine de classe alimentaire; elle n'existe que pour le temps du repas, elle est ensuite détruite.

 
                                               
                                                 
                                                               
 

Conservatoire de musique slave, Paris 18 juin 1992

59 personnes mangent dans la même assiette

   
                                             
                                                             
Photographie   cliquer sur l'image pour l'agrandir                
                 
       
Réalise des images, sténopé du contenu de ses poubelles, de l'ombre de l'eau, puis des actions ou l'image tient lieu d'empreinte, les ombres d'un vécu, comme celles d'un repas, d'un coït, d'une danse, d'un temps passé à regarder la télévision, ou d'une tranche de vie.
       

Repas en lumière inactinique: l'auberge rouge

En collaboration avec Marine Fieyre

28 avril 1993, Ferme du Buisson, Noisiel.

Rayogramme de 6 x 2 m.

cliquer sur l'image pour l'agrandir
 
       
         

Sont invitées à l'Aubergee rouge, toutes les personnes travaillant au centre d'art de la Ferme du buisson. L'auberge est éclairée par de la lumière inactinique, une grande table est mise de manière à recevoir une trentaine de convives. les asssiettes sont transparentes, la nappe est remplacée par un papier photosensible.

Un dispositif de flash insole de manière aléatoire la nappe tout au long du déjeuner.

Quand le repas est fini, les serveurs débarrassent puis passent l'éponge; l'éponge est imbibée de révélateur, les personnes assistent à la révélation de l'image du repas.

 

détail de l'image, cliquer dessus pour l'agrandir

 
           
               
                   

1 minute de télévision

9 juin 1994

,rayogramme de 3,8 x 6 m

         
 

Les personnes sont assises sur un support photosensible dans une pièce isolée de la lumière. J'allume la télévision, je zappe pendant une minute.

La lumière de la télévision insole le support. La minute écoulée les personnes sortent de la pièce. L'image est révélée.

Les personnes sont invitées à venir voir l'image en lumière du jour.

 
cliquer sur l'image pour l'agrandir
 

7 jours de vie en zone sensible

en collaboration avec Mathieu Vincent

Du 18 novembre au 25 novembre 1996, Hangar à Bateau, Avignon.

Rayogramme de 3,8 x 10 m

                                         
 

J'ai proposé à Mathieu Vincent de vivre en autarcie dans un espace à l'abri de la lumière sur une surface photosensible et de créer une image en la vivant. Partis pendant 7 jours avec le minimum que nous jugions nécessaire (vivres, duvets, eau, cigarettes ) nous avons sans jamais quitter sa surface composé une image avec nos corps et tout ce que nous avions emportés. Il était inclus dans les règles de jeu, que rien ne disparaîtrait, que tout resterait à la surface.

le support argentique faisait 38 m2 il était disposé au sol au centre du hangar comme une sorte de tapis ou plutôt de radeau puisque nous nous étions donné comme contraintes de ne pas quitter les limites intérieures de ce rectangle blanc durant les 168 heures que durait l'action.

Le processus d'exposition était irréversible. Une source dite inactinique (mais qui l'est sur la durée) servait pour insoler le papier sans interruption, calculée pour obtenir un noir au bout des 7 jours. Si un objet ou un corps restait à un endroit 24 heures nous obtenions une empreinte de l'ombre d'une valeur de gris d'un septième de noir.

Les contraintes relatives à la gestion du temps alors que, volontairement, nous n'avions emmené avec nous aucune mesure objective (pas de montre), était vécue de manière organique liée à nos activités basiques dormir, se nourrir etc... Nous n'avions pas de plans établis quand à la composition de l'image, elle fut improvisée. Au fure et à mesure s'est inventé une structure d'espace qui répondait à la fois à nos nécessités de capture des ombres et à une répartition fonctionnelle.

En haut se trouvait les activités de jeux que nous inventions. Plus bas, centre-haut se trouvait la réserve de nourriture, de chaque coté (les deux grande traces plus claires) le lieu ou nous dormions, prenions des notes en faisant de petites compositions dans un sens plus classique, pictural. un espace plus individuel, c'était aussi de là que nous observions notre espace de jeu, qui très vite à ressemblé à une sorte de paysage. Au centre, se trouvait la réserve d'eau, et de l'espace de stockage de la nourriture jusqu'à la réserve d'eau: le flux.

Le flux. Nous découpions en morceaux les plus petits possibles chaque reste de nourriture, d'emballage, que nous lancions vers le bas de l'image. C'était une activité régulière commune que nous avons entretenu durant toute la durée.

Autour de la réserve d'eau, se trouvait des champs d'expériences, où une idée de l'un pouvait être recouverte prolongée par celle de l'autre.

Le bas de l'image correspond à la zone ou finissait le flux, en bas à droite lieu pour se laver, et en bas à gauche zone des toilettes. Nous y déposions dans des sacs plastiques nos défécations, et dans les bouteilles plastiques (que nous avions préalablement bus) nos urines.

 

 
                         

Il était convenu qu'au bout des 7 jours quelqu'un venait nous siginifer la fin de l'action. Sans quitter le hangar, nous avons alors préparé la chimie et au ballet nous avons révélé l'image. Nous avons ouvert les portes, laissé le public entrer dans la pièce venir découvrir l'image.

L'image fut exposée à plat dans le lieu de sa fabrication, exactement au même endroit. C'est par le truchement d'une reconstitution par morceaux photographiés et réassemblés que nous avons pu en avoir une perception globale.
L'image est en possession de la ville d'Avignon.