1533. " La Grande Françoise " (France)

LA renommée du Henri Grâce à Dieu avait rendu François Ier jaloux. Aussi ordonna-t-il la construction d'un navire qui surpasserait en grandeur et en splendeur son rival anglais. Le roi de France ne demandait rien moins à ses ingénieurs que de doubler les dimensions du Henri Grâce à Dieu ! Pareil projet étant irréalisable avec les moyens techniques de l'époque, les ingénieurs tournèrent la difficulté en se contentant de doubler le tonnage (ce qui n'était déjà pas si mal ... ) mais en n'augmentant la longueur que d'un tiers environ. Jamais on n'avait vu de bateau aussi énorme que cette Grande Françoise qui fut construite au Havre en 1533, C'était une caraque qui pouvait embarquer 1.500 à 2.000 hommes. Très luxueuse, largement pourvue de sculptures et de décorations fastueuses, elle était dotée d'un confort inusité. Sur le pont, entre les châteaux, avait été installé un jeu de paume. Le navire avait une chapelle entièrement dorée pour les besoins du culte, et un moulin à vent pour moudre le blé dont la farine servait à cuire le pain frais quotidien. Une forge permettait de faire à bord les réparations mécaniques. Le grand mât, qui atteignait près de 70 mètres, avait (a-t-on dit) 2 m. 50 de diamètre à la base : mais ceci paraît incroyable, car le poids d'une telle masse, ajouté à celui des autres mâts, des hunes, des voiles et du gréement, devait gravement menacer l'équilibre du vaisseau. Au reste, on ne sait pas comment La Grande Françoise se serait comportée à la mer, car les constructeurs avaient tout prévu, sauf que ce monstre serait trop gros pour sortir du port ! Bien qu'ils eussent attendu la grande marée d'équinoxe du 23 septembre 1533, ils ne purent faire franchir au bateau la passe où il s'était échoué. La caraque fut ramenée en arrière. Le 14 novembre suivant, une tempête la renversa sur le côté. Elle resta longtemps chavirée avant d'être démolie. Et avec le bois récupéré on construisit, dans un quartier du Havre, un grand nombre de maisons.