1514. Le " Henri Grâce à Dieu " (Angleterre)

 

CE célèbre navire serait celui qui transporta au Camp du Drap d'or le roi Henri VIII d'Angleterre, en vue de sa rencontre avec le roi de France François Ier. Mais si le Henri Grâce à Dieu eut une telle renommée, c'est surtout parce qu'il marqua une révolution dans l'histoire de la construction navale. Il ne fut pas lui-même un bon vaisseau, mais de l'audacieuse expérience faite par ses constructeurs allaient naître, plus tard, des bateaux réellement perfectionnés. Construit en l'espace d'un an (en 1514), il navigua fort peu et brûla en 1552. Du type caraque, il devait avoir au moins 60 mètres de long et jauger de 1.000 à 1.500 tonneaux. Cette impressionnante masse de chêne fut le premier bâtiment à avoir deux batteries complètes superposées. Avec ses 21 gros canons et ses 231 petits, le Henri Grâce à Dieu devait ressembler à un porc-épic géant... Ses châteaux, exagérément élevés, comportaient trois étages. Il avait à l'avant, très haut au-dessus de l'eau, une sorte d'éperon portant, pour la première fois, une figure de proue. Tandis que les pavois du pont et des châteaux étaient décorés de blasons aux couleurs éclatantes, le bas de la coque était noir. Les pavillons et banderoles, dont certaines atteignaient 40 mètres, se déroulaient à profusion, Le gréement n'était pas moins extravagant que la coque. Sur quatre grands mâts se dressait un invraisemblable échafaudage de voiles, dont l'aspect général est peu marin et dont certaines même semblent impossibles à man'uvrer. Heureusement pour lui, le Henri Grâce à Dieu n'eut jamais à affronter les grandes brises océaniques ! Si les caractéristiques de ce singulier navire ne sont pas très connues, nous savons, par contre, quel fut, a un penny près, son prix de revient : 8.708 livres 5 shillings 3 pences. À ce détail financier, nous aurions préféré un bon plan du bateau. Tel quel, celui-ci comportait certaines innovations hardies et l'on comprend que, devant elles, tous les marins de ce temps aient éprouvé des sentiments mêlés où dominait la surprise...