1859. Voiture à vapeur de Fischer (États-Unis)

 

LES travaux des Anglais n'étaient point méconnus aux États-Unis — du moins par certains physiciens et mécaniciens — mais rien de pratique n'en avait été tiré jusque-là. Cependant, en 1840, un New-Yorkais nommé HODGE avait transformé un véhicule à vapeur en pompe incendie, la première du genre. Elle comportait quelques intéressantes originalités : la machine servant à la traction actionnait la pompe lorsque le véhicule était au poste d'incendie et les roues soulevées de terre formaient volants, tandis que la pompe parvenait à lancer 2899 tonnes d'eau à l'heure. Malheureusement, le poids inusité de l'engin (2 tonnes) rendait ses déplacements difficiles et lents. À la suite de cette expérience, malgré tout concluante, les nouveaux constructeurs américains s'orientèrent tous vers cette " spécialité " : la pompe à incendie à vapeur. Aussi tous les véhicules à vapeur construits aux États-Unis, de 1840 à 1860, furent-ils des voitures-pompes. Un de ces réalisateurs de pompes à vapeur, FISCHER, fit construire par les usines Novelty de New York deux pompes automobiles suivant la tradition inaugurée par HODGE ; Puis, brusquement, il se détourna de ces engins spéciaux pour réaliser un véhicule très curieux. Tricycle à passagers, cette voiture, qui fut terminée en 1859, offrait quelques innovations originales. La direction était assurée par un jeu de tiges, permettant au pilote, pour la première fois, de s'asseoir assez loin en arrière. D'autre part, elle rompait avec les anciens systèmes à attaque de direction directe : réalisé de manière certes très rustique, le procédé nouveau fut cependant l'ancêtre des " directions " automobiles modernes. En outre, cette voiture fut la première à être " centrée " entre les roues, au point même d'offrir une certaine symétrie ! Très bien achevée et construite avec le souci de créer un style nouveau, elle aurait dû connaître un certain succès !... Hélas, le public américain d'alors s'intéressait peu, sinon pas du tout, à ce genre de nouveauté.