GENTILLE ALOUETTE

J’étais assis dans la campagne sur le bord d’un champ de blé. Je m’étais mis à chanter : « Alouette gentille alouette, je te…

« Stop ! me cria l’alouette qui prenait son envol, tu dois dire : « Je te chanterai et pas je te plumerai ».

Et ma chanteuse s’éleva à la verticale.

Elle montait, elle montait, elle montait en chantant. Elle chantait, elle chantait sans arrêt. Elle montait , les ailes déployées comme une petite croix vibrante. Etonnamment elle portait sa croix vers le ciel bleu.

Elle n’arrêtait pas de monter. Elle ne cessait pas de chanter. Je la suivis du regard, puis je l’ai perdue de vue et ne l’ai plus entendue. Elle avait disparu là-haut.

Je pensai alors à Jésus qui dans son Ascension disparaissait « dans la nuée » chez son Père après avoir porté courageusement sa Croix jusqu’au bout. Mais en partant, il avait annoncé qu’il ne nous laisserait pas orphelins : « Moi, Je prierai le Père et il vous donnera un autre consolateur qui sera pour toujours avec vous, l’ Esprit de Vérité.. »

J’étais encore à fixer le ciel comme les Apôtres. Je n’ai pas vu les deux hommes en blanc dont parle saint Luc dans les AA 1 : 9 à 11. Je suis donc resté là, en silence. Mais fixant une fois encore le ciel bleu, j’aperçus là-haut, très haut, un tout petit point noir. Il se rapprochait lentement. Il planait en silence et décrivait de grands cercles . Enfin à quelques cents mètres du sol le petit point gris – noir se laissa tomber en piqué, rejoignant ainsi sa nichée dans les éteules.

Après un certain temps de calme, l’alouette se relança vers le ciel. Dans son babil elle me chanta : « Tu sais, l’image de ma descente est aussi le signe du mystère du Père qui donne l’Esprit de Vérité et d’ Amour ».

Souviens-toi lors de la Transfiguration de Jésus, la voix disait dans la ‘nuée’ : « Celui-ci est mon Fils bien aimé. Ecoutez-le. » 

Et l’oiseau qui s’élevait toujours continuait son chant : « La descente que je vais exécuter en vol plané après mon ascension, est l’image du don d’amour du Père et du Fils. C’est le don de l’Esprit qui fait de tous les terriens ( s’ils le veulent bien) des fils et des filles de Dieu. Ce Saint Esprit en eux les aide à chanter : ABBA ! Père ! Papa !

L’alouette disparu encore dans le bleu du ciel et moi, je rentrai chez moi, j’ouvris mon livre des prières du jour : 

« O Seigneur, envoi ton Esprit Consolateur sur les pauvres et les petits, sur les méprisés , les opprimés, sur les enfants mal aimés, sur les vieillards délaissés, 

O Seigneur, envoi ton Esprit Consolateur sur les malades, les intoxiqués, les désespérés, sur les victimes de la faim, de la guerre et de tous les fléaux. 

Seigneur envoi ton Esprit Consolateur sur les prisonniers, sur ceux qu’on rejette, 

O Seigneur envoi ton Esprit sur les hommes de désir qui cherchent la lumière. 

Amen ! Alléluia !.