L'époque baroque ( 1600-1750).

Pour écouter un extrait musical cliquez-ici

Deux grands points importants:

1) Avènement d’un style d’écriture nouveau: la monodie accompagnée avec basse chiffrée.

2) Création de nouvelles formes.

a) Vocales: opéra oratorio cantate.

b) Instrumentales: suite sonate concerto grosso.

Nouveau style d’écriture: (= "monodie" = accompagnée sur basse chiffrée). Dès la fin du XVIèS., on a travaillé à mettre en évidence une voix ( souvent supérieure). Elle était soutenue:

a) d’abord par trois autres voix

b)Plus tard, par un accompagnement musical. Elle ne va pas éclipser totalement l’écriture polyphonique. On choisira d’employer l’une ou l’autre écriture suivant la composition.

Evolution de l’accompagnement: L’intérêt mélodique du solo ou des parties concertantes ne doit pas être éclipser par l’accompagnement d’une polyphonie complexe.On prend l’habitude d’écrire une basse chiffrée qui décrit la succession des sons les plus graves:

“ Le fondement harmonique de l’édifice ”. Le talent des instrumentistes rend inutile l’écriture intermédiaire qui consiste à un complément harmonique simple. Pour éviter un accompagnement trop personnel de la musique par l’interprète, on indique par des chiffres et des altérations placés au-dessus de la basse continue, la nature des harmonies = le chiffrage. La réalisation de cette basse chiffrée est confiée à un instrument polyphonique ( orgue, clavecin...) et la basse proprement dite est exécutée par une viole de gambe ( plus tard par le violoncelle ). Cette basse continue est d’abord apparue en Italie, puis reprise en Allemagne ( en ± 1615 ), en Angleterre ( en ±1617 ), en France ( en ±1635 ). Elle devient l’accompagnement indispensable de toute la musique du XVIIèS. et du début du XVIIIèS. Elle joue un rôle important dans la formation des genres et des styles nouveaux. En effet, elle favorise l'expression du lyrisme individuel. De ceci va découler:

- d'abord le mélodrame; c-à-d. l'opéra

- puis le style concertant.

Dans cette musique, les voix, les instruments, les groupes vocaux vont concerter, dialoguer librement, soutenue par la basse continue: ceci donnera la musique baroque.

 

Création de nouvelles formes.

L'opéra et la cantate sont possible, grâce à la monodie accompagnée.

L'opéra en Italie

Opéra: terme qui reprenait toute oeuvre dramatique chantée. Exemple de prémices de l'opéra: les masques, les ballets comiques au Louvre.

Il y a eu des essais dans les sénacles c'est - -à - dire rassemblements de différentes personnes de l'art chez le Comte Bardi, mais il faudra attendre 1607 pour avoir l' Orpheo de Monteverdi, qui est le premier véritable. Striggio en a écrit le récit et a retravaillé le texte de Monterverdi selon les demandes de l’époque.

Orpheo: opéra en 5 actes précédé d’un prologue. Au début il y a une toccata qui n’est pas liée à l’opéra et doit être jouée trois fois par l’orchestre tout en étant étrangère à celui-ci. Monteverdi va donner à ses personnages une signification dramatique qui va dépasser les conventions mythologiques. On y trouve aussi: des choeurs, des interludes instrumentaux ou leitmotive plus “ des récitations chantées ” (airs et récitatifs typiquement monteverdien ) modelées sur les sentiments. Monteverdi emploie des instruments différents selon les actes afin de rendre les atmosphères particulières. Autre opéra de Monteverdi: Le Couronnement de Popée (1642). Dans les premières années, les arguments de l’opéra sont légendes, puis les sujets vont se diversifier selon les pays, les époques. Exemple: en Italie, les opéras vont évoluer différemment selon les villes; et lorsqu’il arrivera à Naples (1651), il est composé de sujets plus satyriques, de thèmes plus prosaïques quotidiens, et qui donnera naissance à l’opéra bouffe. Tout ceci pour répondre aux goûts d’un public plus vaste, plus populaire.

Rappel: A Venise en 1639, s’ouvrira la première salle publique et qui connaîtra tellement de succès, que pour finir, il y aura sept salles dans la même ville! L’art de bien chanté ( bel canto) se développe à la même époque en Italie; les chanteurs sont acclamés de tous, même au milieu d’un morceau.

En 1650: l’église interdit aux femmes de se produire sur scène pour raison de moralité.

En 1671:elles sont à nouveau autorisées, mais elles seront peu nombreuses sur scène, car il restera attaché à ce métier, des préjugés moraux. A la même époque, les castrats envahissent la scène lyrique.

L’opéra en France:

Le génie français se trouve plus dans la tragédie, dans la comédie que dans l’opéra. Cependant, étant donné l’esprit humaniste de l’époque, on cherchera à rendre moins conventionnel l’expression lyrique (expression des sentiments).

Ainsi: l’air des cours provenant du Moyen-Âge, de la Renaissance, devient monodique et le ballet de cour met à la mode des grands spectacles en musique.

En 1581: Organisation d’une fête à l’occasion du mariage de Duc de Joyeuse et de Mademoiselle Vaudémont (soeur de la Reine). Les poètes, les musiciens, décorateurs...sont réunis pour créer une oeuvre: “Ballet comique de la Reyne” (15octobre). Dans ce ballet dramatique à personnages mythologiques, se mêle la danse, les vers déclamés, les chants, les concerts instrumentaux et quelques airs à une seule voix ( aspect d’un opéra). Parmi les collaborateurs du spectacle, se trouve Agrippa, D’Aubigné , les musiciens du Roi, des poètes de l’école Baïf ( poète français). Selon la coutume, les interprètes seront les seigneurs et les familiers de la cour.

Grâce à la régence de Marie de Medicis ( entre 1610-1620), et aussi au gouvernement de Mazarin (1642à1661), on découvrira l’opéra italien. En effet, Mazarin va faire représenter à la cour, les opéras suivants: Egisto de Cavalli (1646), Orpheo de Rossi (1647). Mais ces spectacles sont condamnés par: la Sorbonne; au nom de la morale le gouvernement; au nom de l’économie. Dans le même temps, Cambert, musicien français (1628-1677), fait représenter la première “ Comédie française en musique”. Vu succès de cet essais, on va ouvrir le premier théâtre opéra de Paris le 3 mars 1671. Au même moment, on commence à parler de Lully.

L’opéra en Angleterre

Il y avait le “ mask” qui était un peu comparable au ballet de cour en France. C’est grâce à Shakespeare, grand dramatique, que la mentalité des gens va changer. Le genre lyrique devient de plus grande qualité. Mais l’opéra anglais ne prendra forme qu’en 1680 dans un style original: la féerie et l’humour.

Quelques compositeurs

H. Lawes, M. Locke, J. Blow ( maître de Purcell).

 

L’opéra en Allemagne

Au XVIIèS., c’est la grande tradition du lied, dont la forme simple et le caractère familier vont donner à l’opéra allemand, son originalité.Après la guerre de 30 ans (1648), il y a la construction de plusieurs théâtres de cour qui marque un peu le signe d’invasion italienne. Des musiciens italiens (ex Cesti) s’installent à Venise. Des musiciens allemands composent des opéras italiens et la ville Hambourg deviendra la capitale de l’opéra allemand

.Quelques compositeurs

Les 3 K: Kusseur (1660-1727), Krieger (1649-1725), Kaiser (1675-1739).

La monodie accompagnée = mise en évidence d’une voix, soutenue par un accompagnement vocal ou instrumental. L’Oratorio ± opéra mais sur un texte religieux, sans représentation scénique.

Origine?

Philippe de Néri, organise à Rome, dans le cadre de la confrérie de l’oratoire (“ pieuses réunions”), dans l’église St Girolamo puis dans l’église Santa Maria Vallicella. Il y a un goût formidable dans le choix des musiciens qui vont former des cantiques. Palestrina va composer pour lui des “Madrigaux spirituels” (écrit pour l’église). Peu à peu, la méditation et le cantique, suivant l’évolution générale de groupe, vont prendre un caractère de dialogues qui seront conduits par un meneur de jeux appelé Texte ou l’ Historien . Lors de circonstances plus solennelles, ce dialogue mêlé de choeur, fut représenté scéniquement et costumé. Cela s’appelera alors ” Sacra Reppresentazione “.

En 1600 Cavallieri introduit une “Sacra Reppresentazione “. Les éléments musicaux sont d’un style nouveau et cela va créer: l’Oratorio.

Oeuvres

En 1601

Cavallieri: “ La Représentation de l’âme et du corps”; c’est une courte action allégorique en langue vulgaire ( ici en italien) comprenant des soli, des choeurs, des ensembles instrumentaux et des interludes. Cette action met en scène les conflits entre les aspirations de l’âme du chrétien et l’appétit de son corps pour le plaisir. Le retentissement de cette oeuvre fut relativement limité, car le premier but était l’édification, tandis que l’aspect artistique était secondaire. Ce modèle de Cavallieri ne fut jamais repris tel quel.

Vers 1630

Carissimi lui écrit une oeuvre dont le modèle sera repris pendant un siècle

. Vers 1640

Le terme d’oratorio sera adopté.

Schutz: Les sept paroles du Christ ( 1645). L’histoire de la nativité (1665). Rmq: Il y a d’abord des sujets symboliques, puis narratifs et vont se tendre à devenir “ un opéra de concert sur un sujet religieux”. Les sujets sont pris dans l’ancien et le nouveau Testament.

Suite. succession de mvts de danse, de caractère différents, mais de même tonalité, et le plus souvent de structure identifiée. Elle se compose au minimum d'une: allemande, courante, sarabande, gigue.

Sonate oeuvre instrumentale en plusieurs mvts, ordinairement très développée et destinée à un petit nombre d'exécutants (1 ou 2). Apparue en Italie au début du XVIIèS., elle résulte de la fusion de la canzone et de la suite. Canzone: transcription pour orgue d'oeuvres vocales et plus spécialement de chansons polyphoniques françaises.

Concerto grosso bâti sur des rythmes de danse, tout comme la suite, il est réparti en plusieurs mouvements (4, 5, 6). Il aboutira au concerto pour soliste symphonie. né en Italie, le concerto grosso consiste en deux groupes instrumentaux qui dialoguent un groupe de soliste joue la mélodie=concertino un ensemble instrumental lui répond = le ripieno l’ensemble = le concerto grosso. Dans le concerto grosso on trouve généralement les cinq mvts suivants: ouverture ( ou prélude) allemande ( lent, assez lent) courante (modérément animé) sarabande ( adagio) gigue (rapide). Corelli a donné au concerto grosso sa forme classique. a favorisé son développement utilise déjà le nom désignant le type de morceau plutôt que la danse originelle allegro au lieu de courante.

Compositeurs:

Monteverdi, Vivaldi, Bach, Haendel, Lully, Rameau..

. Introduction Vers 1680-1700, c’est l’Italie qui produit ces nouveaux genres En France, cadre peu favorable exepté chez les jésuites.Marc Antoine Charpentier écrira les histoires sacrées.

La musique vocale

La cantate Provient du “motet” du Moyen-Âge. Mêmes éléments que dans l’opéra l’oratorio c.à.d; parties instrumentales choeurs récitatifs airs. Mais de plus petite ampleur La cantate est apparue en Italie en 1602, composition à une ou plusieurs voix avec accompagnement instrumental. La structure se présente généralement comme une succession d’airs et de choeurs par des récitatifs, introduction instrumentale, choeurs, récitatifs précédant l’air, un choeur final. Deux types de cantates:

1) Cantate de chambre qui se rapprochera de l’opéra à sujets profanes ( pastorale, cérémonie).

2) Cantate d’église qui se rapprochera de l’oratorio sur un texte religieux. Née en même que l’oratorio, la cantate provient des airs de cour ( France ) et du madrigal (Italie). Elle se développera surtout à partir de 1640 avec Rossi et Carissimi

En 1650

C’est un type, un genre presque exclusivement italien.

Après 1700

La cantate se répand hors Italie

Quelques compositeurs

Ayant contribué à son expansion: Torelli, Gabrieli.

En Allemagne

Il y avait le motet qui encadrait le sermon, il va suivre une évolution parallèle et va ressembler bientôt à une cantate à sujet religieux

Les musiciens:

Bach, Buxtehude.

En France.

La France prend son essor à partir de 1700, c.à d. le XVIIIèS

. Les musiciens:

Bernier, Campra.

La musique instrumentale

Genres?

Suite, sonate, concerto grosso symphonie concerto pour soliste.

Le baroque ( appelé aussi époque de la basse continue)

1) 1580-1600: baroque primitif: désir de liberté, nouveaux genres d’écriture...

Nom: Gabrieli

2) ± 1600-1700: plein baroque: épanouissement du genre avec les grands opéras mythologiques, les mises en scènes fastidieuses ( ex Lully) conflits, psychologiques ( Monteverdi ), concerti grossi (Corelli ), sonates et toccatas instrumentales.

3) baroque tardif: aboutissement du genre qui établit son propre classicisme.

Noms:

Haendel, JS Bach. :

Caractéristiques du baroque

Italie:

lyrisme France: pompeux, théâtral

Allemagne:

structuré ( peu paraître lourd )

Angleterre:

féerique, poétique Espagne: surcharge décorative.

Différents types d’airs

Monologues: plus lyriques qui expriment les sentiments Divertissements: sont plus ou moins des danses chantées reproduisants à peu près la mélodie de certaines danses qui existaient déjà. Les symphonies d’ouverture ne représentent pas une symphonie classique est plus structurée (ex chez Mozart).

Retour au sommaire