Button_Conte_OK2.jpg (5855 bytes)

21 - La méchanceté des êtres

Autrefois un kinkirga tissait dans la brousse du fil de coton. Quelqu'un alluma du feu dans l'herbe, sans mauvaise intention, mais le feu se dirigeant vers le kinkirga, commença à brûler son fil.

Un homme passait: " Viens m'aider, dit le kinkirga, à sauver mon fil.

- Bon, ça va bien ", dit l'homme; et il alla chercher une cruche pleine d'eau et il eteignit le feu.

" Demain matin, dit le kinkirga, viens me trouver ici

- Où est ta case? " dit l'homme.

Le kinkirga lui montra une grande termitière rouge: " Voilà ma case, viens demain à côté, j'en sortirai et je viendrais à toi. "

Le lendemain matin, l'homme vient à côté de la termitière. Le kinkirga en sortit et lui donna une poudre: " Mets cette poudre dans l'eau, lave-toi la figure avec cette eau et alors tu verras toutes les choses invisibles de la brousse. "

Quand l'homme eut fait cela, il devint aveugle et voyant que le kinkirga l'avait trompé, il reprit tristement le chemin de son habitation. Cependant un milan vint frapper de ses deux ailes la figure de l'aveugle et du coup les yeux de celui-ci se rouvrirent. Alors il attrapa le milan, le dépluma complètement et, le jetant par terre sans le tuer:

" J'avais fait du bien au kinkirga: il m'a fait du mal. Toi tu m'as fait du bien, aussi je te fais du mal. "

Le milan, abandonné, restait par terre sans pouvoir voler.

Une petite tortue passe et vit le milan: " Qu'est-ce que tu fais ainsi? "

Le milan raconta ce qui lui était arrivé.

" J'ai peur de toi, dit la tortue, sans quoi je t'apporterais à manger jusqu'à ce que tes plumes aient repoussé.

- Je t'en pris, fais-le, dit le milan, je ne te ferai jamais de mal."

La petite tortue alla donc chercher des termites et elle les apportait au milan qui les mangeait. La plume repoussait cependant et le milan sentit qu'il pouvait voler. Il attendit la tortue et, quand celle-ci revint avec ses termites, il la saisit et l'emporta dans les airs:

" L'homme dit du bien au kinkirga, dit-il, et celui-ci le paya en lui faisant du mal; moi-même j'ai fait du bien à l'homme et celui-ci me paya en me faisant du mal; toi, tu m'as fait du bien, je te paye en te faisant du mal.

Et il précipita la petite tortue par terre. Celle-ci tomba sur une pierre, s'écrasa contre elle et mourut.

Depuis cette époque les gens et les animaux payent toujours le bien par le mal.

 

Conte burkinabé

(source http://www.ensam.inra.fr/w3-diplomes/promo95/contes/contes.html)