Accueil.
Présentation & contact.
Origine de la monnaie.
Définition et rôle.
Fabrication.
Les monnaies racontent l'Histoire.
Histoire de la monnaie.
•La Grèce.
•Rome et Byzance.
•L'Europe.
•La Renaissance.
•La Révolution Industrielle.
•La monnaie électronique.
Ecu & Euro.
Notre dynastie.
Les monnaies en Belgique
•Léopold Ier
•Léopold II
•Albert Ier
•Léopold III
•La Régence
•Baudouin Ier
•Albert II
La Numismatique.
Petite histoire.
Informations & Astuces
•Qualité et valeur.
•Nettoyer les pièces.
Lexique et glossaire.
Bibliographie et liens.


La monnaie à travers l'Histoire : Rome et Byzance.

Les premières pièces romaines furent en bronze , c'était le métal courant en Italie. Les ateliers de Sicile et de Grande Grèce avaient été les premiers à frapper une monnaie de bronze, au Ve siècle av JC et la première monnaie d'argent des Siciliens et des Etrusques était taillée par rapport à un poids étalon de bronze, la litra, qui équivalait à une petite pièce d'argent égale au cinquième environ de la drachme antique. 12
12 Vers 289 av JC, le Sénat confie à des magistrats la responsabilité des émissions de monnaie. L'atelier des monnaies était placé sous la protection de Junon Moneta et se trouvait vraisemblablement dans le temple de la déesse. Son effigie apparaît sur des pièces de la fin de la République et c'est son nom qui est à l'origine du mot "monnaie".
13 Les premières pièces de forme et de poids constant étaient connues sous le nom d'aes grave, elles étaient coulées et non frappées. Il était peu pratique pour le commerce et tout en lui conservant une place importante dans la monnaie à usage interne, Rome commença à frapper des monnaies d'argent, les deniers. Les motifs de ces premières pièces d'argent étaient d'inspiration romaine. 14
15 Sous la république, il était de tradition pour un général de battre monnaie pour ses soldats au cours d'une campagne. Lors des guerres civiles, les protagonistes firent un large usage de ce droit en faisant frapper leur propre effigie sur un grand nombre de monnaies . 16
17 La grande oeuvre d'Auguste en 27 av JC fut de transformé la monnaie en un instrument propre à servir un grand empire.
La monnaie de la Rome impériale fut le système monétaire de la presque totalité du monde civilisé pendant cinq siècles. La répartitions des ateliers de frappe répondit à des considérations à la fois politiques et stratégiques. Auguste imagina de monnayer de nouveaux métaux, le laiton et le cuivre rouge.
18 L'empereur pouvait donner une valeur artificielle aux unités les plus élévées, le sesterce et le dupondius; les monnaies plus petites, l'as et ses fractions, en cuivre pur, étaient acceptées pour leur poids juste et leur aspect séduisant. 19
20 Auguste et ses successeurs exploitèrent directement la fibre historique des romains et leur fierté en utilisant des symboles républicains, en déifiant les aieux ou en mettant en circulation des pièces commémoratives. Ils furent servis par l'habilité des artistes pour réaliser les portraits Le revers était réservé à la figuration de renseignements sur le régime. ou de symboles jouant un rôle important dans la pensée religieuse romaine. 21
Une grande partie du lourd fardeau financier de l'administration et de la défense de l'empire romain était supportée par le revenu tiré des monnaies dont le poids et l'aloi furent continuellement altérés. 22
23 La renaissance de l'empire romain s'accompagna d'une métamorphose complète qui est illustrée par sa monnaie. Les réforme de l'organisation apparaissent dans la représentation de l'empereur lui-même : la personnalité du chef de l'Etat s'effaçait au bénéfice de sa fonction . Il s'ensuivit une stylisation croissante de leur effigie. . La pièce pricipale du système monétaire de Dioclétien et de Constantin était une pièce d'or de poids et de titre garantis, le solidus. La monnaie d'argent était rare mais très pure. La monnaie de bronze, au cours forcé, le follis, supportait tout le poids des transactions domestiques. 24
Dans la moitié occidentale de l'empire, les ateliers de frappe tombèrent aux mains des barbares et le monnayage du bronze s'effondra complétement. En Orient, Byzance conserva le solidus ou sou d'or qui, fidèle à son nom de monnaie solide, garda un poids et un aloi inaltéré jusqu'au XIe siècle. Il était utilisé pour le commerce extérieur et joua un rôle important dans le commerce international. A partir du IXe siècle, le "besant" comme on l'appellait en Occident, fut pratiquement la seule pièce d'or de la Chrétienté.
25 L'image du Christ apparut au revers du sou d'or lors du règne de Justinien II (685-695) et celui de la Vierge Marie après la mort de Léon VI (886-912) 26
Par ses inscriptions et son imagerie, la monnaie byzantine donne une juste idée de cette civilisation lointaine et querelleuse.


Légende des images.

  • fig 12République romaine, denier d'argent vers 45 avant JC
  • fig 13 République romaine, as de bronze, appelé aes grave, vers 289 avant JC
  • fig 14 République romaine, didrachme d'argent, postérieur à 269 avant JC
  • fig 15 République romaine, aureus, vers 41 avant JC
  • fig 16 République romaine, denier d'argent émis par Sextus Pompée en Sicile, vers 42-38
  • fig 17 Empire romain, denier d'argent de Tibère , 14-37
  • fig 18 Empire romain, dupondius de laiton, vers 20 avant JC
  • fig 19 Empire romain, as de cuivre de Caligula, 37-41
  • fig 20 Empire romain, denier de Vespacien, 69-79
  • fig 21 Empire romain, sesterce d'Hadrien, 117-138
  • fig 22 Empire romain, sesterce d'Antonin le Pieux, 138-161
  • fig 23 Empire romain, sou d'or de Constantin le Grand, 307-337
  • fig 24 Empire byzantin, pièce de bronze de 40 nummia, émise par Justinien Ier vers 538-539
  • fig 25 Empire byzantin, sou d'or , 969-976
  • fig 26 Empire byzantin, sou d'or de Justinien II, 705-711