Accueil.
Présentation & contact.
Origine de la monnaie.
Définition et rôle.
Fabrication.
Les monnaies racontent l'Histoire.
Histoire de la monnaie.
•La Grèce.
•Rome et Byzance.
•L'Europe.
•La Renaissance.
•La Révolution Industrielle.
•La monnaie électronique.
Ecu & Euro.
Notre dynastie.
Les monnaies en Belgique
•Léopold Ier
•Léopold II
•Albert Ier
•Léopold III
•La Régence
•Baudouin Ier
•Albert II
La Numismatique.
Petite histoire.
Informations & Astuces
•Qualité et valeur.
•Nettoyer les pièces.
Lexique et glossaire.
Bibliographie et liens.


Définition et rôle de la monnaie.

En tant qu'instrument de réglement, la monnaie est un moyen de réglement ou un pouvoir d'achat qui permet au porteur de se procurer des biens ou des services, ou de rembourser une dette. La monnaie est alors, dans la conception moderne, un titre juridique qui matérialise la créance que le porteur a sur la société. La remise de ce titre à une autre personne rend celle-ci, à son tour, créancière de la société.

Les moyens de paiement se présentent sous des formes variées.
Précédemment, ils étaient constitués principalement par des pièces en métal précieux, ayant une valeur intrinsèque en tant que métal et pouvant être négociées au poids.

Les pièces de métal aujourd'hui utilisées n'ont pas de valeur intrinsèque et doivent être assimilées à la monnaie fiduciaire.

Les instruments de paiement les plus importants de nos jours sont constitués par la monnaie fiduciaire, dont la circulation repose, en principe, sur la confiance (d'où son nom), et par la monnaie scripturale ainsi dénommée parce qu'elle consiste en écritures.

La monnaie fiduciaire est constituée par les billets de banque, dont l'émission est strictement réglementée.

La monnaie scripturale se présente sous la forme de chèques bancaires, de chèques postaux et de virement émis par le titulaire d'un compte ; le compte est alors débité du montant du titre émis au profit d'autrui, tandis que le compte d'autrui est crédité.

Le terme monnaie est aussi employé dans le sens d'unité monétaire, qui sert à exprimer le prix des biens. Les instruments monétaires ont chacun une valeur nominale, inscrite sur chaque pièce ou billet. Autrefois, cette valeur nominale était garantie, en ce qui concerne les pièces de métal précieux, par la valeur commerciale du métal précieux qui les constituait, et en ce qui concerne les billets, par l'obligation faite à la banque d'émission de les rembourser sur simple demande en pièces d'or ou d'argent, au cours officiel.

Aujourd'hui, la valeur de l'unité monétaire résulte pratiquemment des prix des biens et des services. La véritable valeur du franc n'est plus un poids de métal, mais ce que le franc permet d'acheter.

La monnaie est enfin le montant total des moyens de paiement en circulation à un moment donné. Au siècle dernier, ce montant total comprenait une forte proportion de pièces d'or et d'argent. Les billets ont pris, au cours du temps, une place de plus en plus grande. Puis ils ont été complétés par les dépôts, qui permettent d'émettre de la monnaie scripturale. Le total des disponibilités monétaires joue un rôle considérable dans la vie économique. S'il s'accroît raisonnablement, il favorise l'expansion économique ; s'il s'accroît de façon excessive, il provoque la hausse des prix ; s'il se contracte, il entraine une réduction de l'activité économique. La masse monétaire est une notion instantanée, mais il est évident qu'elle permet de régler dans une période donnée un montant de transactions variant dans des proportions considérables selon qu'elle circule plus ou moins vite.