Préface de l'Amiral Geluyckens

 

Ancien cadet de la Ligue Maritime Belge, reconnu volontaire de guerre pour sa participation en 1943 au Service de Renseignement et d'Action alors qu'il n'avait pas encore quinze ans, Jean Rigot n'accepte pas d'être statutairement exempté de service militaire et obtient du Ministre de la Défense nationale son incorporation à la Force Navale en 1948. Un sévère amarinage constitué par plusieurs stations météorologiques dans l'Atlantique Nord à bord de la frégate "Lieutenant de Vaisseau Victor Billet" est suivi par sa désignation pour l'Ecole des Candidats Gradés. C'est là, en 1949, que j'ai pour la première fois rencontré le premier matelot Jean Rigot dont je n'ai pas à ce jour oublié la chaleureuse personnalité.


Candidat en sciences politiques, il revient à la marine qui le fera enseigne de vaisseau de 2ème classe dans son cadre de réserve. L'appel du large le pousse plus haut dans la troisième dimension. Il se présente à l'Ecole d'Aviation Civile où il est admis haut la main. Dès 1954, il va entamer une carrière de pilote de ligne à la SABENA. Enfin, toujours passionné par la navigation, il opère sa conversion en navigateur aérien à une époque où les avions se dirigeaient encore au sextant.


Après sa retraite, Jean Rigot recueille dans des notes personnelles les éléments de ses connaissances et de son expérience. Il se dit alors que cela pourrait servir à d'autres. Les moyens électroniques de positionnement actuels peuvent faire défaut et par leur emploi systématique le navigateur perd petit à petit la pratique de son art. Un aide-mémoire viendrait bien à point pour lui permettre, en cas de nécessité, de déterminer où il se trouve avec un minimum d'outils : une montre, un sextant, les éphémérides de quelques astres dont la position est facilement prévisible, un rapporteur, du papier et un crayon devraient suffire. Tel est le fil conducteur de ce véritable "vade-mecum" de navigation maritime d'urgence.

Comme le dit l'auteur dans sa propre introduction : "...Cet ouvrage est destiné au navigateur prévoyant, et devrait permettre à celui que les circonstances ont mis en difficulté, de se tirer, à son honneur, d'un pas désagréable."

 

D. Geluyckens
Amiral de flotille e.r.
Vice-président de la Ligue Maritime Belge

 

 

 

La frégate "Lt ter Zee Victor Billet" de la Force Navale belge,
ancienne frégate américaine de combat contre les sous-marins "Sheboygan" de la classe "Tacoma",
rentre à Ostende en 1948, après une de ses stations météorologiques de quatre semaines
dans l'Atlantique.
Elle est fatiguée, rouillée, défigurée par un hangar à ballons-sonde, privée de son armement.
Mais elle était mon bateau.
 

 page d'accueil

préface

 presse

 liens