Une famille Saint-Mard (1613 à nos jours)


premier document


Accueil

Présentation

Chronique
des Saint-Mard

17-18ème siècle
18-19ème siècles
19ème siècle
20ème siècle

Du côté de chez :
François
Hubert
Jean


Les Saint-Mard

Cadre géographique et historique

Actes et documents

Archives familiales "Noël"

Patrimoine des Saint-Mard

Généalogies

Articles

Bibliographie

Sources

Liens

Plan du site



Généalogie et histoire des familles St Mard et alliées du comté de Chiny (Meuse (55) France, Gaume (Province de Luxembourg) Belgique)

«Je ne sais qu'une chose, c'est que je ne sais rien.»
Socrate

Présentation

Thierry Saint-Mard

Thierry Saint-Mard,
né en 1971
à Etterbeek (Bruxelles – Belgique).

Mon Profil public Google
Une autre passion, mon blog photos «Flâneries»

Courriel :

Le 19 février 2007

L’étude d’une famille ne se limite pas à la sècheresse d’un arbre généalogique. Tout à commencer par accident, un lointain désire de dessiner cet arbre, une visite aux Archives Générale du Royaume à Bruxelles, la découverte de la salle des microfilms, le début d’une aventure qui m’a amené beaucoup plus loin que je n’avais espéré.

Juin 1998, en compagnie de Papa et de son cousin Charles, je rencontre Madeleine et Amand Noël. Ils ont hérités d’une des cassettes de documents familiaux. Deux jours pour tout photocopier, cinq ans pour les analyser et rédiger une synthèse. Un premier succès, un premier essai.

Un couple qui se sépare, beaucoup de temps libre à tuer. La salle de lecture des Archives de l’Etat à Arlon devient mon deuxième bureau, j’y passe tout mes samedis. Après une année et demie, je me calme. J’ai rassemblé énormément d’information, je commence à rédiger mais déception. Un obstacle ! J’ai reconstitué le patrimoine de plusieurs couples et célibataires mais je n’ai aucun élément pour les situer dans leur communauté villageoise. Je n’ai pas de points de comparaisons.

Je reprends les dépouillements. Après le notariat de Virton, le cadastre, je m’intéresse à la justice de paix. Une bouffée d’oxygène, les ancêtres semblent vivre. Puis une idée. Une idée de fou, un poison : je décide d’encoder la totalité des bulletins de propriétés des villages de la vallée du Ton aval. Un cauchemar, six mois d’encodage intensif, des dizaines de tableaux statistiques froids, mais au final la possibilité de situer les Saint-Mard dans un environnement socio-économique.

Une période de dégout, je prends du recul. Je me rends de temps en temps à Arlon pour recueillir quelques informations généalogiques, j’essais d’identifier les cousins de mon arrière-grand-mère paternelle assassinés à Ethe. Je rencontre Jean Migette avec qui j’ai plusieurs fois correspondu. Il trouve un acte dans l’œuvre de loi de Virton concernant François St Mard, mayeur de la seigneurie de Dampicourt.

La flamme se rallume. Trente registres parcourus en vain, puis le filon pressenti. J’accumule les preuves, les Saint-Mard ne forment qu’une seule et même famille. La dernière déception est balayée.

Un voyage en Italie, Rome et ses merveilles, j’adore cette ville. De retour, ma décision est prise. Je vais tourner la page. Un dernier sprint final, reprendre le travail de rédaction abandonné seize mois plus tôt. Un mois de travail soutenu, trois autres semaines pour préparer le site, un dépôt légal et un résultat qui me plait.

Une page est tournée, il est illusoire de croire que je vais abandonner ma passion, mais je la vivrai autrement, différemment. Suit une période de transition où je me consacre à quelques généalogies dont la famille Simonet de Chatillon. Cette dernière sera un véritable chemin de croix. Maudit soit ce curé qui ignora systématique les parents dans les actes de mariages.

La transition dura une année au terme de laquelle je commençai à être de plus en plus brouillé avec les nouveaux « généanautes » qui vous bombardent de courriels, recopient des généalogies entières sans y apporter la moindre plus value. De guerre lasse, victime d’un gros râle bol, je ferme mon compte Geneanet (adieu mon arbre en ligne).

Les Saint-Mard et plus particulièrement mes ancêtres seront mon dada. Cela ne m’empêchera pas de prendre un chemin de traverse pour étudier les fermes de Stockfontaine dans le bois de Guéville entre Ruette et Virton, ainsi que la vie de Joseph Noël (1830-1891) décédé au Québec.

Trois visites aux archives de la Meuse m’ont permis d’esquisser la vie des St Mard de Verneuil-Petit au 18ème siècle. Un grand vide est en partie comblé.

Aujourd’hui, toutes mes attentes sont comblées. Touts mes objectifs de recherches sont largement dépassés. Du côté des Saint-Mard, beaucoup de pistes restent ouvertes. Le patronyme étant rare, toute mention de celui-ci dans une région précise, essentiellement l’ancien Comté de Chiny, mérite vérification. Mais, il faut aussi ternir compte que le nom est celui d’un bourg, d’une prévôté qui a fusionné avec celle de Virton. Il faut donc toujours évaluer si la mention « (de) Saint Mard » se rapporte au patronyme, au village, à la prévôté ou à un titre rattaché à une terre.

Les destructions d’archives rendent cette recherche de plus en plus compliqué. La probabilité d’unifier les St Mard isolé dans le comté de Chiny au 16 et 17ème siècle est relativement faible. Mais la passion étant là, l’aventure continue.

Dans les prochains moins, je consulterai les archives du Tribunal de Première Instance de Neufchâteau. Côté écriture, une refonte des chroniques St Mard s’avérait indispensable. Le récit partait dans tous les sens, mes ancêtres étaient noyés dans le fatras de la vie de touts les St Mard. Maintenant, il y a d’un côté « la chronique de mes ancêtres » et d’un autre coté « des récits St Mard ». Personnes n’est oublié.

Pour terminer, ne prenons pas nos rêves pour des réalités. Je suis le fils d’un fonctionnaire, petit-fils d’un gendarme, arrière-petit-fils d’une multitude de cultivateurs propriétaires (laboureurs).

A suivre.


A propos du nom du site

« Saint-Mard généalogie » était le premier nom du site. Lors de sa création, la généalogie était le sujet principal voir exclusif. Mais les années passant, je me suis éloigné de cette optique et j'ai commencé à « écrire » l'histoire de ma famille. Fin 2007, pendant une période de ralle-bol, j’ai « détruit » mon arbre et mon compte sur Geneanet. Fini la généalogie. Fini de répondre à des néo-généanautes qui ne mettront jamais les pieds dans un dépôt d’archives.

Changement d’humeur, changement de nom. Je choisis « Une famille Saint-Mard » : 1613 date calculée de la naissance de mon premier ancêtre St Mard. C’est un choix malheureux, le titre est trop abstrait. Il ne reflète pas le contenu du site.

Novembre 2008, depuis un trimestre, j’ai envie de corriger le tir. Quel est le sujet du site ? Une famille Saint-Mard (Saintmard et St Mard). Ce sera le titre. Je garde 1613 et j’y ajoute « à nos jours. »


Ce qu’il reste à faire :

Avis aux amateurs, le travail ne manque pas.


Accueil


Copyright © 2001-2008; Thierry Jean Saint-Mard
Revise le: 08-11-2008
Une famille Saint-Mard : http://users.skynet.be/saintmard/index.html