1940 - 1945        CE QUE FUT la RESISTANCE COMMUNISTE et DE LEURS ALLIÉS, en BELGIQUE OCCUPÉE

en Belgique dès 1940, sans attendre juin 1941 et l’ attaque nazie contre l’ Urss, comme certains le prétendent et tentent de le faire croire aux nouvelles générations … Il serait d'ailleurs idiot de croire qu'un réseau de Résistance actif et armé pouvait démarrer du jour au lendemain (le 29 mai 1940 pour la Belgique). Bien des militants se trouvaient en captivité. Il fallait renouer les contacts avec prudence, informer, convaincre individuellement de la nécessité de résister à l'occupant, trouver des alliés, rétablir les moyens de communiquer, de se déplacer, trouver de l'argent, des explosifs, des armes, ... Cela était vrai, non seulement pour les communistes mais aussi pour toutes les autres tendances de la Résistance.

 

Coordonnée avec la résistance C.L.S. aux entreprises et dans les services publics, avec la résistance paysanne, avec la presse clandestine, avec les services d'intendance de "SOLIDARITÉ", avec les nombreuses organisations spécialisées de la Résistance F.I (Front de l'Indépendance) dans tout le pays, la résistance armée (ARMÉE BELGE DES PARTISANS et MILICES PATRIOTIQUES) a fortement contribué à la libération de la BELGIQUE et même au-delà.

Un peuple qui veut sa liberté et son indépendance nationale trouve en lui la force, y compris la force militaire, pour chasser ses oppresseurs. 

BRÈVE INTRODUCTION :

Comme le stipule le Livre d'Or de la Résistance, les origines du FRONT DE L'INDÉPENDANCE (F.I) remontent au printemps 1941. C'est le PARTI COMMUNISTE DE BELGIQUE qui en proposa la formation et sa Fédération liégeoise qui en réussit le départ en août 1941 par le lancement du FRONT WALLON POUR LA LIBÉRATION DU PAYS.

Mais, même à LIÈGE, les organisations qui allaient s'unir au sein du Front de l'Indépendance, avaient commencé la Résistance à l'occupant hitlérien dès le mois de juin 1940, un an avant que HITLER ne se rue sur l'UNION SOVIÉTIQUE. C'était le cas pour le PARTI COMMUNISTE dont les premiers groupes armés et les premiers comités de lutte syndicale se signalent par leur action dès 1940.

Certes, les impératifs de la clandestinité ont imposé un cloisonnement entre les différentes formes de la Résistance, mais de même que nous avons regretté, malgré nos insistances en BELGIQUE et à LONDRES, le retard à créer un comité de coordination de la Résistance, nous pensons qu'après la victoire sur le fascisme, un seul et unique statut  de la Résistance était nécessaire.

Chacun dans sa sphère d'activité s'imposait les mêmes sacrifices, s'exposait aux mêmes dangers. Il est clair que la multiplication des statuts favorisait les possibilité de division.

Le FRONT DE L'INDÉPENDANCE a dû pratiquer toutes les formes de résistance et il a entretenu la collaboration entre ses nombreuses organisations adhérentes chaque fois que l'efficacité de l'action l'exigeait.

Il ne désespère pas d'arriver à relater l'action propre et nationale de ses diverses organisations composantes.

Mais en attendant, il publie ce qu'il a sous la main et notamment les "Extraits de la Chronologie des Actions de l'Armée Belge des Partisans".

Il s'agit d'extraits -c'est-à-dire que la Chronologie n'est pas complète, loin s'en faut.

Mais vous pouvez vous rendre compte que c'est bien l'oeuvre d'une Armée Belge rayonnant sur la WALLONIE, BRUXELLES et la FLANDRE et dont les origines remontent aux débuts de l'invasion hitlérienne en BELGIQUE.

Cette armée où les militaires de carrière étaient rares n'en a pas moins été d'une efficacité incontestable. Plus personne ne pourra le contester après la publications de ces Extraits que nous faisons procéder d'un Sommaire des Opérations déjà publié, mais probablement oublié.

Les derniers commandants nationaux de l'Armée Belge des Partisans : Raoul BALIGAND, Louis VAN BRUSSEL.

Le Secrétaire National du F.I. : Louis HAMMELRIJCK.

Le Président National de la Commission d'Histoire du F.I. : Théo DEJACE.         1974.

 

EXTRAITS DE LA CHRONOLOGIE DES ACTIONS DE L'ARMÉE BELGE DES PARTISANS :

1940

août 1940 - naissance de l'Armée Belge des Partisans.     décembre 1940 - COURCELLES, sabotage aux ateliers d'aviation Junkers.

1941

28.03.41 - VELTHEM, sabotage de la ligne Bruxelles-Louvain.     02.09.41 - arrestation de Léon WILLOCK, un des fondateurs des Partisans. Arrestation de Valentin TINCLER (sénateur communiste).   28.12.41 - BRESSOUX, sabotage de la ligne à haute tension.

1942

07.01.42 - BRUXELLES, plusieurs attentats en vue de récupérer des armes sur les membres de la Wehrmacht.    27.01./42 - ANVERS, les partisans désarment plusieurs membres de la Wehrmacht.     10.02.42 - CHARLEROI, sabotage à l'usine de La Providence.     04.0.42 - CHARLEROI, sabotage de la Centrale de Bas Long-Pré.     07.03.42 - BRUXELLES, deux membres d'une organisation militaire pro-nazie abattus.     08.04.42 - SENEFFE, destruction par le feu d'un dépôt de paille destiné à l'ennemi.    09.04.42 - MANAGE, destruction par le feu de cinq wagons de paille.     20.04.42 - TRIVIERES, dynamitage des cinq pylônes haute tension de la sous-station.     27.04.42 - MARCINELLE, attaque des Charbonnages du Cazier. Les partisans descendent au fond de la mine et s'emparent de 300 kgs de dynamite. Ils profitent de leur présence pour saboter la salle des machines.     01/05/42 - sabotage à la S.A.F.E.A.. Destruction  de la salle des machines à la dynamite. L'usine qui fournissait du benzol à l'ennemi est immobilisé pour six semaines. SERAING, sabotage des voies vicinales.     15/05/42 - LIÈGE, dynamitage de la voie Liège-Namur.     23/05/42 - MARCINELLE, destruction à la dynamite de trois alternateurs prêts pour l'expédition en Allemagne.   22/06/42 - CHARLEROI, une bombe est déposée à la Kommandantur. Sérieux dégâts.     06/08/42 - LIÈGE, deux membres d'une organisation militaire pro-nazie sont abattus.     08/08/42 - le partisan Jean GUILLAUME tombe victime du devoir au cours d'une tentative de sabotage. Sept partisans sont arrêtés.     10/08/42 - QUAREGNON, sabotage de la Centrale électrique.    12/08/42 - SOLRE S/SAMBRE, sabotage et destruction de la sous-station électrique. Le partisan Victorien LABRUYERE tombe victime de son devoir.     17/09/42 - LESSINES, les partisans provoquent un déraillement sur la ligne Lessines-Grammont.    20/09/42 - LIÈGE, dynamitage de la station de pompage des Usines d'Ougrée-Marihaye.     21/09/42 - HAINE St PIERRE, destruction d'une locomotive et dix wagons. Trafic interrompu 72 heures.     27/10/42 - arrestation de Jules VERDIN.   06/11/42 - WALCOURT, dynamitage de neuf locomotives. Destruction de la cabine de signalisation.     13/11/42 - MARIABURG, dynamitage de la ligne de chemin de fer Belgique-Hollande.    25/11/42 - CHARLEROI, exécution du traître TEUGELS par les Partisans.     14/12/42 - BRUXELLES, exécution d'un S.S. flamand par les Partisans.     23/12/42 - Arrestation de l'État-major des Partisans de Charleroi et de vingt Partisans.     24/12/42 - LIÈGE, exécution par les Partisans de plusieurs traîtres au service de l'occupant.     31/12/42 - LOUVAIN, sabotage de la ligne ferrée Louvain-Aerschot.  

1943

02.01.43 - LOUVAIN, dynamitage de la ligne Louvain-Aerschot. La mine saute au  passage d'un train militaire allemand.     02.01.43 - STOCKEM, sabotage d'un moteur de la station de pompage. Aucune locomotive ne peut quitter le dépôt pendant 24 heures.     04.01.43 - ERBAUT, incendie d'un dépôt de paille de la Wehrmacht. BAISY-THY, incendie de 100 tonnes d'orge. HUY, dynamitage et mise hors service de la Fonderie et Ateliers de Construction Thiry.     06.01.43 - MONS, dynamitage des voies ferrées Tournai-Mons.     07.01.43 - WERVIK, incendie d'un atelier de tissage travaillant pour l'armée allemande et destruction d'un dépôt de lin.     08.01.43 - WILSELE, dynamitage de la voie ferrée. Déraillement d'un train de permissionnaires ennemis.     12.01.43 - ANVERS, sabotage de la voie ferrée Bruxelles-Anvers. Une locomotive hors service.     15.01.43 - BRUXELLES, un garde wallon est abattu au cours d'un accrochage au Palais des Sports.     16.01.43 - CORBEEK-LOO, sabotage de la voie ferrée. Déraillement d'un train de permissionnaires.     17.01.43 - BAISY-THY, destruction  par le feu de 200 tonnes de paille destinées à la Wehrmacht.     19.01.43 - LOUVAIN, action d'ensemble du Corps des Partisans  de Louvain contre la déportation : chaulage de mots d'ordre à Louvain, Kessel-Loo, Hever, Linden, Herent, Wygmael, Tildonck, Wespellaer, Boortmeerbeek, Haacht, Kampenhout, Velthem, Winksele, Lovenjoel, Bautersem... "A bas la déportation!", "Pas un homme pour Hitler!", "Femmes manifestez!", etc...  OTTIGNIES, sabotage et destruction de plusieurs locomotives.     20.01.43 - OTTIGNIES, sabotage d'un transbordeur et de trois tours.     21.01.43 - BARVAUX, destruction d'une cabine de signalisation.     23.01.43 - ANVERS, exécution d'un major allemand.     24.01.43 - ANVERS, exécution d'un sous-officier allemand. MARBAIX, destruction de 200 tonnes de paille. EINDHOVEN, destruction de 8 tonnes de paille.     25.01.43 - MUYSEN, sabotage de la voie ferrée et destruction d'une locomotive.     26.01.43 - TILDONCK-HAMBOSCH, sabotage de la voie ferrée. GRAMMONT, dynamitage du pont de la Dendre, navigation interrompue pendant 7 jours. RENAIX, destruction d'un aiguillage sur la voie ferrée. NEDERBRAKEL, destruction d'un important stock de grains d'avoine et de paille destiné à l'ennemi. UCCLE, exécution du journaliste collaborateur FONSNY.     28.01.43 - KESSEL-LOO, sabotage de l'atelier des chemins de fer. Incendie d'un dépôt de bois. Destruction de 3.000 litres d'essence, de wagons, machines et deux wagons électriques, etc...     30.01.43 - MALINES, dynamitage des locaux du V.N.V., destruction complète de l'immeuble.     31.01.43 - BOOM, détachement de Partisans met le feu à l'Arbeitsambt détruisant tous les dossiers.     01.02.43 - MUYZEN, sabotage d'un avion qui se trouvait sur wagon. VILVORDE, dynamitage du local de l'O.N.T; destruction du fichier et des classeurs.     03.02.43 - BINCHE, enlèvement d'un rail de voie ferrée; déraillement d'un train de marchandises; locomotive hors d'usage; 18 wagons contenant en particulier des pièces d'avions détruits; trafic interrompu pendant 2 jours. ANVERS, les P.A. procèdent à l'exécution d'un traître. Ils récupèrent des armes et des munitions.     04.02.43 - BLATON, destruction de deux croisements de voie ferrée des lignes Leuze et Perwelz; trafic interrompu pendant 12 heures. LIÈGE, dynamitage de la voie de chemin de fer Hasselt-Landen. CEROUX-MOUSTY, destruction par le feu de 200 tonnes de paille.     05.02.43 - WARQUIGNIES, une bombe explose dans la maison d'un traître. LESSINES, PAPIGNIES, dynamitage de deux portes d'écluse; trafic fluvial interrompu pour 3 semaines. BURCHT, les P.A. exécutent un membre d'une organisation militaire pro-nazie.     06.02.43 - MALINES, dynamitage d'un local rexiste. LESSINES, destruction de 18.000 litres de mazout. VILVORDE, exécution d'un membre de la gestapo. FLÉRON, exécution d'un membre belge de la gestapo. JETTE, exécution d'un membre V.N.V. (organisation pro-nazie). ANVERS, destruction par le feu d'un atelier de confection de vêtements de cuir destinés à l'ennemi. ATH, sabotage de 10 locomotives. HASSELT, dynamitage de la voie de chemin de fer vers Maestricht.     08.02.43 - SAVENTHEM-LEZ-BRUXELLES, la voie ferrée Vienne-Bruxelles est dynamitée faisant dérailler l'express; plus de 100 officiers et soldats allemands tués et blessés; plusieurs wagons détruits.     09.02.43 - VELTHEM, dynamitage de la voie ferrée Louvain-Bruxelles. Déraillement d'un train : une locomotive et 18 wagons hors service; trafic interrompu pendant 24 heures. BARVAUX, dynamitage d'un pylône de haute tension. NOIRHAT, destruction par incendie de deux wagons de paille. LIÈGE, exécution d'un membre belge de la gestapo.     10.02.43 - LOUVAIN, le sabotage de la voie ferrée Louvain-Tirlemont provoque le déraillement : trois voitures sortent des rails et interrompent le trafic pendant 12 heures.     11.02.43 COURTRAI, sabotage de la voie ferrée Courtrai-Gand. Le déraillement d'un train met la locomotive et plusieurs wagons hors d'usage. ANVERS, destruction à la bombe de la maison d'un traître.     12.02.43 - CEROUX-MOUSTY, destruction par incendie de 150 tonnes de paille. LIÈGE, exécution d'un membre de la gestapo. MOLENBEEK, exécution d'un membre de la gestapo. JEMEPPE S/MEUSE, dynamitage d'un local de recrutement de la Garde Wallonne.     13.02.43 - BRUXELLES, exécution d'un membre d'une organisation pro-nazie. MERKSEM, destruction par incendie d'essence et de produits chimiques destinés à l'ennemi. BRUGES, exécution d'un membre de la gestapo.     14.02.43, LA VILLETTE, les principales installations d'un établissement travaillant pour l'ennemi sont dynamitées interrompant son activité. VILLERS-POTERIE, destruction par incendie de 100 tonnes de paille. BAISY-THY, destruction par incendie de 100 tonnes de paille.     15.02.43 - ANGLEUR, destruction par incendie de trois wagons de paille.     16.02.43 - ANDERLECHT, exécution d'un membre d'une organisation militaire pro-nazie. LIÈGE, exécution d'un candidat officier allemand. LOUVAIN, la destruction de la voie ferrée vers Tirlemont provoque le déraillement d'un train de permissionnaires. Interruption du trafic pendant 12 heures.     17.02.43 - BRUXELLES, dynamitage d'un bureau de recrutement pour l'ennemi. Un officier allemand est désarmé.     18.02.43 - LESSINES, destruction par incendie d'une fabrique d'appareils électriques travaillant pour l'ennemi. PEPINSTER, un détachement de Partisans livre combat à une patrouille allemande : deux soldats ennemis tués. WAYS, destruction par incendie de 30 tonnes de paille destinées à l'ennemi.     19.02.43 - ANDERLECHT, exécution d'un membre de la gestapo. BAISY-THY, destruction par incendie de 50 tonnes de paille.     20.02.43 - VELTHEM, sabotage de la voie ferrée Louvain-Bruxelles; déraillement d'un train de marchandises : 16 wagons détruits. Trafic fermé 36 heures. LOUVAIN, dynamitage en gare de formation d'un wagon-citerne d'acide sulfurique.     21.02.43 - ROTHEUX-RIMIERE, destruction de trois pylônes de haute-tension.      22.02.43 - LOUVAIN, destruction d'un wagon-citerne contenant 12.000 litres de mazout destinés à l'ennemi.     23.02.43 - BRUGES, exécution d'un membre d'une organisation militaire pro-nazie. BRUXELLES, exécution d'un membre de la gestapo.     27.02.43 - STAVELOT, dynamitage de moteurs et de machines; destruction par incendie de 100 m3 de bois destinés à l'ennemi. BRUXELLES, sabotage et destruction des machines d'un atelier( travaillant pour le compte de l'ennemi.     01.03.43 - JAMOIGNE, sabotage et mise hors d'usage d'un camion ennemi.     02.03.43 - IXELLES, exécution d'un membre de la gestapo. MERKSEM, destruction par incendie de 30 tonnes de paille.      03.03.43 - GRAMMONT, destruction du câble de dispatche du chemin de fer. VIANE-MOERBEEK, sabotage de 10 wagons. NEDERBRAKEL, dynamitage et destruction d'une scierie travaillant pour l'ennemi. MARBEHAN, dynamitage et sabotage d'une distillerie travaillant pour le compte de l'ennemi. MARANSART, destruction par incendie de 250 tonnes de paille.     04.03.43 - BRUXELLES, exécution d'un membre d'une organisation militaire pro-nazie. MUYSEN, sabotage de la voie ferrée Malines-Louvain. Déraillement d'un train de la Wehrmacht : des dizaines de soldats ennemis tués.      05.03.43 - HEVER, destruction par dynamitage d'un aiguillage sur la voie ferrée Anvers-Bruxelles.     10.03.43 - BRUXELLES, exécution d'un membre de la gestapo. BRUXELLES, exécution du S.S.     11.03.43 - GEDINNE, un rail est déboulonné dans le tunnel sur la voie ferrée Dinant-Bertrix : 17 wagons déraillent; le tunnel reste obstrué 5 jours. BRUXELLES, exécution d'un N.S.K.K.   BRUXELLES, exécution de deux membres d'une organisation militaire pro-nazie.      12.03.43 - BRUXELLES, exécution d'un indicateur de la gestapo. BRUXELLES, exécution d'un membre d'une organisation militaire pro-nazie.      13.03.43 - WOLUWE, exécution d'un membre d'une organisation militaire pro-nazie. ETTERBEEK, destruction à la bombe d'un local allemand; un V.N.V. tué et deux soldats allemands blessés.     15.03.43 - COURTRAI, dynamitage d'un aiguillage et sabotage des appareils de signalisation. BOSSUIT, destruction par incendie de deux wagons de paille. JAMOIGNE, destruction de 2.000 litres d'essence destinés à l'occupant. GITS, destruction par incendie de 300 tonnes de paille.      16.03.43 - RIVAGE, sabotage de 5 wagons. RIVAGE, destruction par incendie de 4 tonnes de foin.     17.03.43 - SERAING, sabotage d'un compresseur dans une importante usine.     19.03.43 - VIANE, sabotage de 3 wagons.     20.03.43 - LIÈGE, sabotage de 6 presses et destruction des courroies de transmission dans une usine travaillant pour compte de l'ennemi. HALANZY, réquisition d'explosifs dans une mine.      21.03.43 - VERTRYCK, sabotage de la voie ferrée Bruxelles-Liège; déraillement d'un train de la Wehrmacht, trafic interrompu pendant 6 heures. LOUVAIN, action d'ensemble du Corps des Partisans contre les voies ferrées de Louvain-Malines, Louvain-Liège, Louvain-Ottignies, Louvain-Aerschot; Louvain est isolé du restant du pays, tous les trains doivent être détournés, d'où retards considérables. Le personnel roulant refuse de partir et de reprendre le service. WILSELE, exécution d'un indicateur de la gestapo.     22.03.43 - MONS, dynamitage de la cabine de signalisation. MEVERGNIES, une bombe détruit en partie la maison d'un traître.     23.03.43 -  ANVERS, attaque d'un poste de garde V.N.V.; un garde tué, trois blesses. STATTE, destruction par incendie d'un wagon de paille et sabotage de 8 wagons. NINOVE, sabotage de 4 wagons. GAMMERAGES, sabotage de 3 wagons.     LESSINES, dynamitage d'un barrage, trafic fluvial interrompu 5 jours.     28.03.43 - KAPELLE-OP-DEN-BOS, destruction par incendie de 15 tonnes de paille. ATH, BLATON, sabotage de deux portes d'écluse sur le canal.     29.03.43 - MANAGE, sabotage de la voie de chemin de fer, destruction de 7 wagons et de la locomotive. CORBEEK-LOO, sabotage de la voie ferrée Louvain-Liège nouvellement remise en état; déraillement d'un train dont plusieurs wagons sont renversés. ZEEBRUGES, sabotage de deux moteurs de pompe.     30.03.43 - MOUSCRON, dynamitage de la voie ferrée vers Tourcoing, trafic fermé durant 12 heures.     31.03.43 - MALINES, un détachement P.A. provoque le déraillement d'un train de marchandises : la locomotive et 7 wagons sont détruits.     01.04.43 - HOBOKEN, dynamitage d'un croisement de la voie ferrée Anvers-Boom.     02.04.43 - LESSINES, destruction des fiches de déportation à l'Hôtel de Ville. ZWARTBERG, sabotage de 18 wagons.     03.04.43 - LOUVAIN, un détachement de Corps de Partisans de Louvain attaque et occupe la gare de formation. L'assaut est donné à 20,30 hrs et jusqu' à minuit, après avoir maîtrisé la garde et le personnel, les P.A. ont saboté 136 wagons, dynamité un wagon de 10 tonnes de mazout et incendié plusieurs wagons de paille. Au cours de l'occupation, nos hommes sont attaqués par une patrouille ennemie. Celle-ci est mise en fuite en abandonnant un mort. MERXSEM, incendie et destruction de 5 wagons de paille. ANVERS, le local de l'O.N.T. est détruit à la grenade. EYSDEN, destruction de 2 locomotives de mines et de 2 moteurs.     04.04.43 - HEALING, destruction par incendie de 70 tonnes de paille. HEYST-OP-DEN-BERG, sabotage de deux wagons. HEYST-SUR-MER, sabotage de 6 wagons.     05.04.43 - RUISBROECK, les poteaux de signalisation des voies ferrées sont détruits.     06.04.43 - ANVERS, un détachement de Partisans attaque à la grenade un peloton de N.S.K.K. revenant de l'exercice : trois ennemis restent sur le terrain. BERTEMBERG, destruction par incendie de  10 wagons de paille. MERXEM, un traître paye de sa vie ses trahisons. BRASSCHAAT, une bombe éclate dans la maison d'un traître.      07.03.43 - ANVERS, destruction à la grenade d'un local V.N.V.  08.04.43 - BRAINE-LE-COMTE, un détachement de Partisans enlève un rail à Bois Mignault. Un train de marchandises de la Wehrmacht déraille, la locomotive et 7 wagons sont entièrement détruits, 18 wagons fortement endommagés; la ligne est bloquée pour plusieurs jours. TONGRES, dynamitage de la voie Visé-Tongres : déraillement d'un train, destruction de la locomotive et de plusieurs wagons. HEYST-SUR-MER, destruction par incendie de 160 tonnes de paille. COURTRAI, dynamitage de kla voie ferrée Courtrai-Bruges, trafic interrompu 6 heures. REBAIX, dynamitage de l'écluse du canal de la Dendre. Une péniche chargée rompt ses amarres et aggrave les dégâts causés par l'explosion.      09.04.43 - GROENENDAEL, destruction par incendie de 6 wagons de paille. ETTERBEEK, destruction par incendie de 2 wagons de paille et sabotage de 7 wagons. KNOKKE, destruction par incendie de un wagon de paille. SAINT-NICOLAS LEZ LIEGE, dynamitage de deux maisons de traîtres.     10.04.43 - EMELGEM, destruction par incendie de 2 wagons de lin. PERWELZ, destruction des dossiers au local de l'ONT.     11.04.43 - COTE BELGE, sabotage et mise d'usage de deux lance-flammes. PAPIGNIES, dynamitage d'un camion. GAND, attaque à la grenade du local du Vlaamse Wacht : un garde est tué, 2 blessés. COUTRAI, dynamitage de la voie ferrée Courtrai-Gand : trafic interrompu 8 heures. REBAIX, dynamitage d'un transport de bois. BRUGES, un sous-officier allemand est abattu.     12.04.43 - AUX HAYETTES, les partisans provoquent le déraillement d'une locomotive. Un train de troupes qui suivait est bloqué 12 heures. EYSDEN, destruction d'un moteur de halage. CHARLEROI, mise hors service de 2 grues à La Providence, par sabotage.     13.04.43 - COTE BELGE, destruction d'une bétonneuse de fortification.     14.04.43 - BRUXELLES, les Partisans exécutent le traître Paul COLIN. BEKEMAN, qui tentait d'intervenir, termine également sa carrière de journaliste au service de l'occupant nazi. EYSDEN, destruction de flexibles au charbonnage diminuant ainsi la production. DUDZELE, un sous-officier nazi est abattu. WAVRE Ste CATHERINE, dynamitage d'un croisement de la voie ferrée. ZEEBRUGES, sabotage de  6 wagons. ANVERS, attaque à la grenade d'un local V.N.V.  SAINT MARC, destruction par incendie d'un hangar de foin. BRUXELLES, arrestation de André BERTHULOT, Arnaud FRAITEUR et Maurice RASKIN, justiciers de Paul COLLIN.     15.04.43 - ANVERS, les bureaux du V.N.V. pour le recrutement des SS est attaqué à la grenade. Deux V.N.V. sont tués. EYSDEN, destruction par incendie de 2 wagons de paille. SOIGNIES, le sabotage de la voie ferrée provoque le déraillement d'un train : la locomotive et plusieurs wagons, dont un citerne, sont fortement endommagés. BERTRIX, depuis le 1er avril, les Partisans ont saboté 25 locomotives.     16.04.43 - MAASEIK, dynamitage de la voie ferrée vers l'Allemagne. ALBEKE, dynamitage de la  voie ferrée Courtrai-Mouscron : les lignes téléphoniques sont également détruites. BERCHEM-ANVERS, les Partisans attaquent un peloton de Z.B. à l'exercice.     17.04.43 - PIN, attaque à la grenade du local rexiste : gros dégâts. CHARLEROI, destruction du moteur d'un transbordeur de charbon. LEBBEKE, destruction par incendie d'un dépôt de paille et de lin.     18.04.43 - CANAL ALBERT, les câbles électriques sont dynamités immobilisant les entreprises de la région pendant 48 heures. POURRI, dynamitage de la grue de la gare.     20.04.43 - COTE BELGE - sabotage d'un moteur de bétonneuse de fortification. IN MEMORIAM, au Tir national, les partisans THONET Victor, GEENEN Raymond, MAUFORT Émile, MICHIELS Franz tombent sous les balles du peloton d'exécution.     21.04.43 - MUYZEN, destruction par incendie d'un wagon de paille et de lin. LIEGE, sabotage de deux carlingues d'avion sur wagons en vue de leur expédition.     22.04.43 - BERTRIX, les robinets des freins Westinghouse sont enlevés et détruits à 22 locomotives.     23.04.43 - SCHENDELBEKE, le sabotage de la voie ferrée Ninove-Grammont provoque le déraillement d'un train de SS. La locomotive et un wagon sont entièrement détruits. WILLEBROECK, une bombe explose dans la maison d'un traître. COTE BELGE, destruction d'un moteur de pompe à eau d'un abri fortifié. MOULBAIX, destruction à l'Etat-Civil des documents servant à la déportation. WATERLOO, destruction par incendie d'un dépôt de paille. FLOBECQ, dynamitage de la grue de la gare.     24.04.43 - LOUVAIN, exécution d'un agent de la gestapo. ZOTTEGEM, sabotage de 5 wagons. MERXEM, les locaux de recrutement pour l'Allemagne sont attaqués à la grenade; ils subissent de gros dégâts tandis que plusieurs collaborateurs sont blessés. LOUVAIN, la demeure d'un traître est détruite par une bombe. VELTHEM, sabotage de 4 wagons.     25.04.43 - BAASRODE, sabotage de la voie ferrée Termonde-Malines, trafic interrompu 24 heures. TINTIGNY, destruction de 2 camions de bois. ORGEO, destruction d'un camion de bois. GRACE-BERLEUR, après avoir maîtrisé la garde d'un dépôt d'explosifs, les Partisans enlèvent  3 tonnes d'explosifs à l'aide d'un camion du dépôt.     26.04.43 - LEUWE, destruction par incendie de 4 wagons de lin. MERXEM, un local V.N.V. est détruit à la bombe. CORBEEK-LOO, destruction par le feu d'un dépôt d'avoine destiné à l'ennemi.     28.04.43 - VELTHEM, sabotage de 4 wagons. WILSELE, destruction par le feu d'un dépôt de paille. MARBEHAN, les P.A. attaquent à nouveau une distillerie; cette entreprise fournit d'importants produits pour l'occupant. Elle était immobilisée depuis deux mois suite à une action P.A. et devait être remise en service le 3 mai 1943. Malgré une surveillance sévère et les dispositifs d'alerte nouvellement installés, l'action a pleinement réussi et l'entreprise arrêtée pour un temps indéterminé.     29.04.43 - BRAINE-L'ALLEUD, destruction par le feu de 4 wagons de paille. COTE BELGE, sabotage de 6 wagons.     30.04.43 - HEVERLEE, dynamitage de la voie ferrée Louvain-Liège. LOUVAIN, dynamitage de la voie ferrée Louvain-Tirlemont; déraillement d'un train de permissionnaires. NANDRIN, dynamitage de la maison d'un traître. FLOBECQ, dynamitage de la seconde grue de la gare.     01.05.43 - SERAING, la maison d'un traître est dynamitée. CLAVIER, dynamitage des moteurs d'une industrie travaillant pour l'ennemi. LA LOUVIERE, dynamitage d'un mélangeur et d'une cuve dans des industries travaillant pour l'ennemi. ERBISSOEUL, les P.A. font dérailler un train de marchandises : une locomotive et deux wagons détruits;  trafic bloqué pendant 24 heures. GODARVILLE, les P.A. font dérailler une locomotive et cinq wagons détruits. COURTRAI, la voie ferrée Courtrai-Gand est dynamitée; un train de wagons-citernes déraille. 02.05.43 - IZEL, destruction à la dynamite d'un camion de bois. MELIN, destruction à la dynamite de 2 camions de bois. ALBEKE, dynamitage de la voie ferrée Courtrai-Mouscron. LIGNE, destruction par le feu de foin et de paille destinés à l'ennemi. GAND, dynamitage de la voie ferrée Termonde-Gand. TILLEUR, une compagnie de P.A. dynamite un pilier du pont sur la ligne de Fexhe le Haut Clocher vers Angleur. Le pont est fissuré et le trafic suspendu. La grande partie du matériel de guerre et de trains de troupes en transit par Liège empruntait cette ligne.     03.05.43 - ASSESSE, sabotage de 15 wagons. HARELBEKE, le sabotage de la voie efrrée Coutrai-Gand a provoqué le déraillement d'un train de troupes, les dégâts sont importants et de nombreux hitlériens y ont trouvé la mort.     04.05.43 - ANVERS, dynamitage de la station de pompage des locomotives desservant le Port. CHAPELLE WATTINES, un détachement de P.A. occupé à saboter la voie ferrée Bruxelles-Lille est surpris par une patrouille ennemie. Au cours de l'engagement, un hitlérien est tué et un autre blessé. Nos hommes sont obligés de décrocher; ils ne subissent aucune perte.     05.05.1943 - HAINE ST PIERRE, les P.A. enlèvent un rail sur le pont des Hayettes, 6 wagons s'écrasent d'une hauteur de 15 mètres. La locomotive et 9 wagons sont également endommagés. TIRLEMONT, une compagnie de P.A a délivré 8 détenus hospitalisés à Tirlemont. Au cours de la retraite, des forces ennemies assez importantes essayent de couper la retraite aux Partisans; un combat de rues s'engage au cours duquel 7 ennemis trouvent la mort et 5 sont blessés tandis que nos hommes ne subissent aucune perte. BRUGES, sabotage de 10 camions de la Wehrmacht.     06.05.1943 - AUVELAIS, destruction par le feu, en gare, de 150 tonnes de paille.     07.05.1943 - FLOBECQ, dynamitage de la 3ème et dernière grue de la gare. KORTENBERG, sabotage de plusieurs wagons; les P.A. doivent battre en retraite en se défendant contre une patrouille ennemie.     08.05.1943 - REBAIX, dynamitage d'une écluse sur la Dendre. LESSINES, dynamitage  de la pompe alimentant le château d'eau de la gare. PAPIGNIES, dynamitage de l'écluse. LESSINES, sabotage et destruction des installation d'une usine travaillant pour l'ennemi. LESSINES, dynamitage de la maison d'un traître. BIERGES, dynamitage et destruction de 3 grues servant au transbordement d'arbres. LOUVAIN, sabotage d'une locomotive.     09.05.1943 - MAINVAULT, destruction d'une entreprise travaillant pour l'ennemi. LOUVAIN, destruction à la bombe de la maison d'un collaborateur. DAMPREMY, dynamitage du pont transbordeur du charbonnage de Sacré Madame, interrompant pour 8 jours le chargement des bateaux. ACOZ, sabotage aux laminoirs : un jour d'arrêt.     10.05.1943 - BREENDONCK, nos camarades André Berthulot, Arnaud Fraiteur et Maurice Raskin sont pendus. LOBBES, destruction de la centrale électrique qui alimente la ligne de Thuilies : trafic interrompu 4 jours. PAPIGNIES, la péniche transportant le matériel pour la réparation de l'écluse récemment sabotée est coulée. OUGREE, dynamitage d'une cabine haute tension. JEMEPPES, dynamitage d'une cabine haute tension. LANDEGEM, destruction par le feu de 5 wagons de paille. WINKSELE, une grenade éclate dans la maison d'un traître. ROTSELAER, une grenade éclate dans la maison d'un traître. WERCHTER, une bombe éclate dans la maison d'un traître. ROTSELAER, une grenade éclate dans les locaux d'une organisation pro-nazie. PUTTE, un traître paye de sa vie la rançon de sa trahison.     11.05.1943 - LIEGE, un Allemand de la polizei est abattu. SCLESSIN, dynamitage des deux voies ferrées. MOERBEEK, sabotage de 18 wagons. GALUWAERDE, sabotage de 5 wagons. HERNE, sabotage de 8 wagons. WYGMAAL, une grenade éclate dans la maison d'un traître.     12.05.1943 - LOBBES, destruction à la dynamite de la cabine d'aiguillage. WASMES, dynamitage d'un moteur au charbonnage de Hornu. WYGMAEL, une grenade éclate dans la maison d'un traître. ZWIJNAERDE, sabotage de la pompe d'alimentation en carburant d'une usine travaillant pour le compte de l'ennemi, arrêt 6 heures.     13.05.1943 - MAFFLES, deux portes d'écluses sont dynamitées sur le canal d'Ath à Blaton.     14.05.1943 - BOOM, destruction par le feu de 3 wagons de lin. FRASNES, les fils téléphoniques sont coupés. Déboulonnage d'un rail. Sabotage de 9 wagons.     15.05.1943 - MARCHIENNE, dynamitage de l'aiguillage de la gare. ERBISSOEUL, le déboulonnage d'un rail provoque le déraillement d'un train. FRASNES LEZ BUISSENAL, destruction par le feu de 2 wagons de paille. BAUTERSEM, dynamitage et destruction par le feu de la maison d'un traître. GRAMMONT, destruction de 200 kgs de goudron destinés à la réfection de la grande route. TAMISE, destruction par le feu de 300 tonnes de paille. WAVELGEM, destruction par le feu d'un dépôt de lin. HAEREN, sabotage de 15 wagons.     16.05.1943 - ALBEKE, dynamitage de la voie ferrée Courtrai-Mouscron et les lignes téléphoniques sont également sabotées. WARQUIGNIES, sabotage de 25 wagons. LOUVAIN, dynamitage de la maison d'un traître. GROENENDAEL, sabotage de la voie ferrée Bruxelles-Namur, déraillement d'un train militaire : nombreux morts et blessés. La plupart des wagons entièrement détruits. RHODES ST GENESE, sabotage de la voie ferrée Bruxelles-Charleroi : déraillement d'un train de marchandises. WATERLOO, sabotage de la voie ferrée Bruxelles-Charleroi.     17.05.1943 - PAPIGNIES, un accrochage avec une patrouille rexiste fait un mort et deux blessés parmi eux. HASSSELT, dynamitage de la voie ferrée Hasselt-Tongres.     18.05.1943 - MAASEIK, les lignes téléphoniques sont coupées entre Molenbeersel. SAUVEGARDE, destruction par le feu de 3 wagons de paille. SOIGNIES, dynamitage de la voie ferrée Bruxelles-Paris : 24 hrs d'interruption de trafic. WILSELE, destruction par dynamitage et incendie d'une importante manufacture travaillant pour le compte de l'ennemi. JEMEPPE S/MEUSE, dynamitage de la maison d'un traître après avoir maîtrisé la garde.     19.05.1943 - BRESSOUX, dynamitage d'un pylône haute tension  de la ligne de St Trond.  PORCHERESSE, destruction des registres de la population empêchant ainsi l'établissement des listes de déportation.  WANNEBECQ, destruction des registres de la population.     20.05.1943 - OUTHE-AMBLEVE, à la suite d'une dénonciation, un fort groupe de feldgendarmes attaquent une maison où se trouvent une compagnie de P.A. Le commandant couvre la retraite de 5 hommes en ouvrant le feu sur les assaillants. Avant de tomber sous les balles hitlériennes, il parvient à tuer 4 de ses agresseurs. Deux jours après, une expédition punitive détruisait la maison de la dénonciatrice qui y périt. SAINT-GILLE LEZ TERMONDE, dynamitage de la maison d'un traître.     21.05.1943 - GAND, gare de formation, destruction par le feu d'un dépôt de paille : 6 wagons détruits par l'incendie. KESSEL-LOO, destruction de l'immeuble d'un traître.     23.05.1943 - WATTINES, dynamitage de la voie ferrée Bruxcelles-Lille. Trafic bloqué 36 heures.     24.05.0943 - TONGRES, sabotage de 6 wagons. CHAPELLE A WATTINES, un groupe de partisans, surpris par une patrouille ouvre le feu : un assaillant est tué et un autre blessé, tandis que nos hommes se retirent sans perte. Une autre patrouille, alertée par les coups de feu, ouvre le feu contre la première patrouille.     05.05.1943 - ENSIS, sabotage de 10 wagons. COURRIERES, sabotage de 15 wagons.     26.05.1943 - ANTOING, sabotage de 33 wagons. BOMMERSHOVEN, sabotage de 4 wagons.     27.05.1943 - OUFFET LEZ LIEGE, un fort groupe ennemi attaque et cerne une maison occupée par les Partisans. Après un combat qui dura de 22 hrs à 6 hrs du matin, les hitlériens sont contraints de battre en retraite, emportant 16 morts et de nombreux blessés. FRASNES, destruction par le feu de 5 wagons de paille. ANVAING, destruction par le feu de 3 wagons de paille.     29.05.1943 - BRACQUEGNIES, destruction, par dynamitage aux compresseurs, de l'ascenseur n°4.     30.05.1943 - FAYENBOIS, engagement avec une patrouille allemande. Six tués. HABAY, destruction par le feu de 200 m3 de bois et sabotage de 3 wagons.     31.05.1943 - MONS, attaque de la sous-station électrique des charbonnages de l'Ouest. Après avoir maîtrisé les 4 gardiens, les charges sont placées. L'explosion détruit une partie de la sous-station. Perte : 900 tonnes de charbon.  AISEAU, sabotage de la machine d'extraction. Travail interrompu 8 jours. PERWELZ, destruction par le feu d'une voiture roulant pour le compte de l'ennemi.     01.06.1943 - SOIGNIES, destruction par le feu de 200 tonnes de paille.  NEUFVILLE, destruction par le feu de 200 tonnes de paille. DAMME, destruction par le feu de 50 tonnes de paille. PERWWELZ, destruction par le feu de 2 tonnes de blé.     04.06.1943 - DANCOURT, dynamitage de l'acqueduc du canal. BURY, destruction par le feu de la maison d'un traître. SAVENTEM, dynamitage de la voie ferrée Bruxelles-Liège.     06.06.1943 - DIEGEM, les P.A. s'emparent de matériel de chemin de fer.     07.06.1943 - THUIN, les P.A. mitraille, au passage, un train de permissionnaires. Le nombre de victimes n'a jamais été révélé.     09.06.1943 - MALINES, une bombe explose dans la maison d'un traître. MALINES, l'explosion d'une bombe dans le local du V.N.V. fait 30 blessés.     11.06.1943 - LOUVAIN, échauffourée entre feldgendarmes et P.A. Le partisan Georges Omloop est tué tandis que Hasaerts est fait prisonnier. LOUVAIN, destruction de 800 sacs de ciment destinés aux fortifications de Zeebruges. LOUVAIN, attaque d'un train de troupes allemand sur la ligne Louvain-Tirlemont. L'intérieur des wagons chargés de troupes est mitraillé à la grenade.     13.06.1943 - HORNU-WASMES, dynamitage de 5 locomotives.     16.06.1943 - LIEGE, des détachements de P.A. attaquent en plusieurs points de la ville des membres de la gestapo. Nous avons malheureusement a déplorer la mort de 4 hommes tués au cours de ces opérations.     26.06.1943 - ATH, les P.A. récupèrent un stock de 200 mètres de cordon Bickfort.     08.07.1943 - BRUXELLES, arrestation de Jean Moetwil.     14.07.1943 - BRUXELLES, plusieurs traîtres payent de leur vie leur attachement, pas toujours désintéressé, à l'ennemi.     30.07.1943 - VIEUX HEVERLEE, dynamitage de la voie Louvain-Ottignies, déraillement d'un train de troupes, destruction d'une locomotive et de 10 wagons de matériel de guerre, 285 allemands tués dont tou un état-major. VELTHEM, déboulonnage d'un rail et déraillement d'un train de permissionnaires.     02.08.1943 - HERENT, sabotage de 4 wagons.     03.08.1943 - LIEDEKERKE, sabotage de 5 wagons.     04.08.1943 - NIEUWRODE, destruction par le feu de meules de paille destinées à l'ennemi.     05.08.1943 - WAVRE, destruction par le feu de la maison d'un traître.     10.08.1943 - LEUZE, attaque et destruction de la maison d'un traître.     04.08.1943 - WYGMAEL, les câbles de signalisation des voies ferrées sont coupés.     15.08.1943 - WEZEMAEL, sabotage et déraillement d'une locomotive et de deux wagons. HOUTHAELEN, sabotage de 5 wagons. ZOLDER, sabotage de la voie ferrée, déraillement d'une locomotive et de deux wagons.     18.08.1943 - WEZEMAEL, les câbles de signalisation de la voie ferrée sont coupés.     19.08.1943 - BOMMERSHOVEN, attaque et destruction de la maison d'un traître.     20.08.1943 - HERENT, sabotage de 4 wagons.     25.08.1943 - BASSE-WAVRE, sabotage de 7 wagons.     27.08.1943 - WASMES, sabotage et destruction de la cabine électrique et d'une turbine. Les puits de Hornu-Wasmes et Escouffiaux ont subi un grave préjudice dans leur production. BRUXELLES (Josaphat), récupération de matériel de chemin de fer.     29.08.1943 - BASSE GODECHAIN, attaque et destruction de la maison d'un traître.     30.08.1943 - WEERT ST GEORGES, destruction de deux sémaphores.     04.09.1943 - HORNU, sabotage du chemin de fer aérien des charbonnages du Grand Hornu.     07.09.1943 - LIEDEKERKE, sabotage de 4 wagons détruits ensuite par le feu. HORELBEEK, destruction de la ligne téléphonique.     08.09.1943 - WOLUWE ST LAMBERT, destruction par le feu de 100 tonnes de paille. RHODE ST GENESE, destruction par le feu de 30 tonnes de paille. WATERLOO, destruction par le feu de 50 tonnes de paille. GENVAL, destruction par le feu de 40 tonnes de paille. NIMY, dynamitage de la voie ferrée Bruxelles-Mons, déraillement d'un train de permissionnaires : locomotive endommagée, 3 voitures et 60 mètres de rail détruits, nombreux blessés, trafic bloqué 17 heures. ANDERLECHT, dynamitage de la maison d'un traître.     09.09.1943 - SCHAERBEEK, destruction de 4 camions de la wehrmacht dans un garage. MOLENBEEK, dynamitage de la maison d'un traître. WYGMAEL, combat entre P.A. et brigade noire. KESSEL-LOO, attaque d'un bâtiment servant de logement aux soldats ennemis; les P.A. emportent des armes et des munitions.     11.09.1943 - BRUXELLES, dynamitage du local de la Légion wallonne; 3 blessés. CORBEEK-LO, dynamitage de la voie ferrée Louvain-Malines; déraillement d'un train : une locomotive et 11 wagons. Trafic bloqué 14 heures. HEVER (Evere ?), dynamitage de la voie ferrée Louvain-Malines; déraillement d'un train : une locomotive et 11 wagons; trafic bloqué 14 heures.     13.09.1943 - LOUVAIN, dynamitage de la voie ferrée Ottignies-Louvain. BRUXELLES, sabotage de 12 wagons en gare de Tour et Taxis. UCCLE, réquisition de matériel de chemin de fer.     17.09.1943 - HASSELT, dynamitage de la ligne Hasselt-Maaseik au pont Noir; déraillement d'un train de matériel, tanks, véhicules et pièces détachées, pour avions détruits ou endommagés. Trafic bloqué 10 heures. BLAREGNIES, l'enlèvement d'un rail provoque le déraillement d'un train de marchandises en pleine vitesse; 2 locomotives et 15 wagons détruits, dont 3 citernes renversées et vidées; trafic bloqué 48 heures.     18.09.1943 - BASECLES-VAUX-BLATON, destruction de 3 locomotives et de 3 aiguillages. LIEGE, le ponton du charbonnage de l'Alliance est dynamité, son affaissement provoque l'arrêt du travail.     20.09.1943 - MONS, dynamitage de la voie ferrée Mons-Charleroi.     23.09.1943 - LA HULPE, sabotage de la ligne Bruxelles-Namur; déraillement d'une locomotive. FRAMERIES, une grenade est lancée dans la maison d'un traître.     25.09.1943 - WATERLOO, sabotage de la voie ferrée Bruxelles-Charleroi.     26.09.1943 - LOUVAIN, sabotage de 15 wagons. LINKEBEEK, sabotage de la voie ferrée Bruxelles-Charleroi.     27.09.1943 - TERTRE, dynamitage de 2 pylônes haute tension.     29.09.1943 - MIGNAULT, dynamitage de la ligne de chemin de fer : une locomotive et 10 wagons détruits, ligne bloquée pendant 24 heures. BEVERLOO, destruction par le feu de 3 tonnes de seigle.     30.09.1943 - SOIGNIES, sabotage de la voie, déraillement d'un train, 2 locomotives gravement endommagées, trafic bloqué pendant 12 heures.     01.10.1943 - MARCHIENNE, deux détachements P.A. attaquent la cabone de régularisation et de transformation de Marchienne-Etat, 2 moteurs de 6.000 volts hors service, perturbations importantes.     02.10.1943 - BARVAUX, attaque du local de la C.N.A.A., destruction des documents. FRET DE MEERDARL, attaque d'un dépôt d'armes allemand, récupération importante d'armes et de munitions malgré une vive résistance des sentinelles allemandes.     03/10/1943 - LENS, destruction de 2 locomotives. MARBAUX, destruction d'un excentrique.     04/10/1943 - FRASNES, destruction de 2 locomotives. GENLY, sabotage de la ligne et déraillement d' un train; plusieurs soldats ennemis tués, trafic bloqué 72 heures. BLATON, destruction de 3 locomotives. Sabotage de 152 wagons. Plaque tournante sabotée. Epurateur des eaux saboté. VELTHEM, sabotage de la ligne Louvain - Bruxelles; déraillement d'un train : locomotive et plusieurs wagons  endommagés. HEVER, sabotage par déboulonnage d'un rail. NAVEAU, sabotage de la ligne Arlon - Bruxelles : double déraillement, 4 locomotives définitivement hors d' usage, énorme perturbation du trafic pendant plus de 48 heures.     05/10/1943 - VILVORDE,sabotage de la voie ferrée Bruxelles - Anvers. STOCKEM, destruction des pompes de chemin de fer. FLORENVILLE, sabotage de la voie et déraillement de 2 trains de minerais. HACHY, destruction de la voie ferrée au tunnel; déraillement d' un train et obstruction du tunnel; les wagons et la locomotive ont dû être découpés au chalumeau. ALOST, sabotage de 50 wagons àla gare de triage. NEUFCHATEAU, attaque de la Kommandatur, destruction par le feu de documents. Au cours du combat, deux Allemands sont tués et un blessé. Nous avons malheureusement à déplorer la mort d' un de nos P.A. HASSELT, dynamitage et destruction complète du local SS.     06/10/1943 - RYKEL, dynamitage d'un pylône de haute tension. CIPLY, un détachement PA arrête et s' empare d'un train de marchandises. Après avoir fait descendre le personnel, le train est lancé à toute vapeur en direction de Mons. Le déraillement a endommagé la locomotive et 17 wagons. WARQUIGNIES, attaque de la gare. Après avoir ma����trisé les 24 membres du personnel, un train de 20 wagons de paille prêt à l'expédition en Allemagne est aspergé de poétrole en vue d' y  mettre le feu. Durant l' action, un autre train entre en gare. Nos PA s' en emparent, attachent les deux convois et les lancent à toute vapeur en direction de Wasmes. Deux locomotives et 20 wagons sont entièrement détruits.     07/10/1943 - FLORIVAL, sabotage de 4 wagons. LIERRE, sabotage de la voie ferrée Lierre-Herenthals. FRAMERIES, Destruction de deyux locomotives et de plusieurs wagons.     08/10/1943 - LEUZE, l' immeuble de la C.N.A.A. est attaqué. Les dossiers et documents sont détruits. CINEY, les locaux de l' O.N.T. sont détruits par le feu. HAVELANGE, l' immeuble de la C.N.A.A. est attaqué. Le mobilier et les dossiers sont brûlés sur la route à la grande joie de la population. GAND, dynamitage de la voie ferrée Bruxelles-Gand. Une locomotive déraille et est gravement endommagée. RUISBROECK, sabotage de la voie ferrée Hal - Bruxelles. GROBBENDONCK, sabotage et destruction d' une voiture, de 3 wagons frigidaires et de 2 camions. HERENTHOUT, destruction de la voie ferrée.     09/10/1943 - KORTENBERG, un détachement attqued' importants ateliers travaillant pour l' ennemi. 2 transformateurs haute tension, les tableaux et un alternateur sont dynamités tandis que les courroies de transmission sont coupées. La fabrique est complètement immobilisée. GANSHOREN, sabotage de la voie ferrée. UCCLE, sabotage de la voie ferrée. LINKEBEEK, saboitage de la voie ferrée. BERCHEM, sabotage de la voie ferrée. VILVOORDE, sabotage de la voie ferrée. GROENENDAEL, sabotage de la voie ferrée. WATERLOO, sabotage de la voie ferrée. FOREST, destruction d' un aiguillage. LAEKEN, destruction de la voie ferrée au pont du canal. IXELLES, destruction de la maison d' un traître.     10/10/1943 - MARBEHAN, la locomotive d' un train de voyageurs est précipitée dans la fosse de la plaque tournante.     15/10/1943 - WOLUWE, les partisans enlèvent une voiture. Elle servira dorénavant aux besoins du Corps de Bruxelles. GESVRES, sabotage par inondation d' une fosse d' argile plastique dont l' ennemi usait exclusivement.  BANDE, sabotage de la ligne vicinale, déraillement de 6 wagons de bois. BACONFROY, dynamitage d' une pompe de la ligne vicinale. SAINT-HUBERT, attaque et destruction de 3 camions de bois.     16/10/1943 - JEMEPPES-ARGIMONT, destruction par le feu de 6 wagons de bois.     17/10/1943 - ASSESSES, sabotage de 5 wagons. TAMINES, les PA provoquent un déraillement à l' entrée de la gare. 1 locomotive et 10 wagons sont détruits, lignes bloquées. WASMES, un détachement P.A. attaque une importante usine. Les compresseurs sont détruits à la dynamite. Arrêt de l' usine 3 semaines. FRAMERIES, à l' arrêt du tram, les P.A. ont livré combat à 3 soldats ennemis qui emmenaient un patriote arrêté. Pendant le combat, qui a permis au prisonnier de prendre le large, un Allemand est tué et un autre blessé. CHAMPLON, destruction par le feu de 4  wagons de bois.     19/10/1943 - HAL, dynamitage de la voie ferrée Bruxelles - Mons.     20/10/1943 - VAUX s/CLERMONT, dynamitage de la voie ferrée en direction du plateau de Herve. BRUXELLES, les voies ferrées sont détruites aux bifurcations vers Charleroi et vers l' Ouest.     23/10/1943 - DEN HOECK, dynamitage de la voie ferrée vers Charleroi. BRUXELLES, dynamitage de la voie ferrée vers Louvain. En se retirant les P.A. sont attaqués par une patrouille. Ils ouvrent le feu et achèvent leur mouvement de repli sans perte, en tuuant un Allemand et en en blessant d' autres. FOREST, dynamitage de la maison d' un traître. BRUXELLES, dynamitage et destruction des locaux et de l' imprimerie du J.N.B; rue Royale. Dégâts matériels très importants. SAINT-GILLES, ANDERLECHT, SCHAERBEEK et JETTE, des maisons de traîtres sont dynamitées. JESSEREN, sabotage de 6 wagons. HOESELT, sabotage de 6 wagons.     24/10/1943 - ANS, sabotage de la voie ferrée.     25/10/1943 - FLORENVILLE, sabotage et déraillement sur la voie ferrée. Trois trains ont sucessivement déraillé, 4 locomotives hors d' usage, 46 wagons renversés, voies bloquées pour 96 heures. RESSAIX, dynamitage de la ligne Erquelinnes - Haine St Pierre, déraillement d' une locomotive, trafic bloqué 12 heures. MASNUY, le feu est mis à un train de troupe transportant autos et paille. 3 wagons entièrement détruits par les flammes.     26/10/1943 - SAINTE - MARIE, destruction par le feu de 2 wagons de bois. LANAEKEN, sabotage de 3 wagons.     27/10/1943 - BRAINE LE COMTE, dynamitage de la voie ferrée, trafic bloqué 12 heures.     28/10/1943 - MARCHIENNE, deux détachements P.A. ont dynamité les câbles souterrains du téléphone international. Lignes interrompues 48 heures.     29/10/1943 - OETINGEN, destruction par le feu de 5   hectares de paille. IXELLES, une charge explosive saute à la maison d' un traître. ERQUELINNES, dynamitage de la voie ferrée vers Haine StPierre. Ligne bloquée 7 heures. SERAING, dynamitage de la voie ferrée vers Ougrée, ligne bloquée 10 heures.     31/10/1943 - SOMBREFFE, destruction par le feu de 8 meules de colza. ANGLEUR, destruction de la cabine de signalisation.

Citation à l' ordre du jour du Corps des Partisans de : 

Louvain: le Commandant de Bataillon et les quatre hommes du détachement sous ses ordres qui ont mené à bien l' opération de réquisition effectuée le 3 octobre.

Louvain: les Commandants de détachement et les hommes qui ont participé à l' action courageuse exécutée le 1er octobre contre le dépôt allemand de la forêt de Meerdael. Ce raid a permis d' améliorer l' armement du Corps et a montré à tous les Partisans la voie dans laquelle il faut s' engager pour se procurer le matériel indispensable.

Louvain: les hommes de la Brigade spéciale qui ont exécuté un traître notoire le 8 octobre.

Louvain: le Commandant et les hommes du détachement qui, le 9 octobre à Kortenberg, ont rendu inutilisables, pour un temps, les ateliers qui travaillaient pour l' organisation Todt.

Centre: le Commandant et les hommes du détachement qui, le 9 octobre, ont à Frameriess libéré un patriote arrêté et emmené par un groupe de trois soldats ennemis. cette action a été accomplie avec un remarquable esprit d' initiative et une grande rapidité d' exécution; elle a une fois de plus apporté la preuve que les groupes ne doivent pas hésiter à attaquer les formations allemandes.

Centre: Le Commandant et les hommes de la Brigade Spéciale qui, le 5 octobre, ont exécuté un agent de la Gestapo.

Citation à l' ordre du jour de l' Armée Belge des Partisans: Le Commandant et les hommes du Corps du Borinage qui, le 6 octobre, se sont rendus maîiiitres de la gare de Warquignies durant 2 H. 30; ils ont provoqué la destruction de trois locomotives et quinze wagons et ont incendié dix-huit wagons de paille. Ces Compagnies ont fait preuve de décision et d' audace ce qui démontre la possibilité des action de grande envergure.                                                                                                                          

*     *     *

01/11/1943 - VOLLEZELLE, la récolte de 33333 hectares de paille est incendiée.     02/11/1943 - UCCLE, dynamitage de la maison d' un traître. ANDERLECHT, dynamitage de la maison d' un traître. UCCLE, dynaamitage de la voie ferrée vers Charleroi. NOSSEGEM, dynamitage de la voie ferrée vers Louvain : une locomotive déraille. VOLLEZELLE, destruction par le feu de 2 hectares de paille. BIERGES, dynamitage de la voie ferrée vers Lille et destruction des lignes téléphoniques; une locomotive est endommagée. VILVORDE, dynamitage de la voie ferrée vers Anvers; en voulant désamorcer une charge, une patrouille allemande compte compte un mort et deux blessés par l' explosion. GHLIN, une bombe éclate dans la maison d' un traître. CORBEEK - LO, destruction à la dynamite de la maison d' un traître. GHLIN, sabotage et destruction de la centrale des charbonnages de la Boule réunis : 2 turbine et 3 compresseurs sont détruits.     03/11/1943 - DENDERWINDEKE, destruction par le feu de 2 hectares de paille. NEUFVILLE, dynamitage de la voie ferrée Mons - Soignies, destruction de une voiture, six wagons, une locomotive et 100 mètres de rails. Voie bloquée 14 heures.    04/11/1943 - XHORIS, destruction par le feu de 300 m3 de bois.     05/11/1943 - CLABECQ, dynamitage et destruction d' une locomotive. LES AWIRS, sabotage de 14 wagons. IXELLES, dynamitage de la maison d' un traître. JETTE, dynamitage de la maison d' un traître. ZELLIK, destruction par le feu de 5 tonnes de paille.     06/11/1943 - CHARLEROI, action d' ensemble contre les voies d' eau. Destruction par dynamitage des écluses de Marchienne, Docherie et Roux. TAMINES, sabotage de 6 wagons. OETIINGEN, destruction par dynamitage du local du V.N.V. ETTERBEEK, dynamitage de la maison d' un traître. SCHAERBEEK, dynamitage de la maison d' un traître.     07/11/1943 - LOUVAIN, dynamitage des transformateurs de la cabine électrique. Sabotage de la Centrale électrique: 2 dynamos entièrement détruits et les tableaux.     08/11/1943 - HORNU- WASMES, dynamitage du moteur et du treuil du terril central: un jour de chômage dans 6 charbonnages. SCHAERBEEK, dynamitage des locaux de l' organisation Todt. Dégâts très importants. Plusieurs morts et blessés.      09/11/1943 - TUBIZE, dynamitage de la voie ferrée. BLANDEN, sabotage de la voie ferrée Louvain - Tirlemont. Trafic interrompu. Isolement de la plaine d' aviation de Beauvechain. PECOT, dynamitage de la voie ferrée Louvain - Ottignies. LA HULPE, destruction par le feu de 8 tonnes de fourrage. BOITSFORT, dynamitage de la voie ferrée Bruxelles - Namur. UCCLE, dynamitage de la voie ferrée Bruxelles - Charleroi : une locomotive endommagée et ligne téléphonique détruite.     10/11/1943 - RIVAGE, sabotage d' une locomotive. SENEFFE, dynamitage du tunnel en dessous du canal. 18 kms de canal à sec, transport par eau interrompu entre Mons et Charleroi et Mons et Bruxelles pour 3 mois.  300 péniches sont bloquées. Travail interrompu dans les usines Boël,  hauts - fourneaux; Safea, produits chimiques; Graver, verreries; Nicaise Deleuwe, voitures, wagons, roues, etc... cimenteries, gazomètres, toutes les voitures de La Louvière sont bloquées faute de gaz. Chemin de fer bloqué faute d' eau pour les locomotives. Fabelta, Moulin Lambot: bloqués. THEUX, les Partisans armés ont hissé le drapeau national sur le château de Franchimont. SPA, le drapeau national est hissé à la flêche et au pont de la Sauvennière et dépôt d' une gerbe au Monument aux Morts. LA REID, sabotage des fils de signalisation des deux côtés de la gare.     11/11/1943 - STATTE-LANDEN, dynamitage du petit pont du chemin de fer sur la Mehaigne. Dans le numéro 7 du journal clandestin LA RESISTANCE BELGE, organe officiel du F.I., fédération de Huy-Waremme-Andenne et Ourthe-Amblève, paraît l' article suivant : "La mobilisation du 11 novembre 1943. Le 11.11.1943, le F.I. a mobilisé tous les patriotes contre l' occupant. Dans toutes les localités, des manifestations ont rappelé le sens du glorieux anniversaire. Les monuments aux morts de 1914-1918 ont été fleuris abondamment; même à Huy où nos délégués ont agi à la barbe des Allemands. Les drapeaux Belge et Alliés ont flotté dans les villes et les villages. Des salves d' honneur ont été tirées, des tracts et des journaux clandestins distribués partout. Des inscriptions à la chaux évoquent sur les murs la date fatale de la défaite Teutone. Les ateliers et les usines ont fait grève volontairement, dans beaucoup de cas  sur l' intervention des Partisans ou à la suite de mystérieux coups de téléphone, chez Jabon notamment. Des destructions à la dynamite ont eu lieu, à Braive par exemple. Bref, le11 novembre 1943 restera une date dans l' histoire de la Résistance à l'occupant". ETTERBEEK, dynamitage de la maison d' un traître. MOLENBEEK, dynamitage de la maison d' un traître.     12/11:1943 - AISEAU, sabotage de 3 wagons. IXELLES, destruction d' une librairie. LOTH, sabotage sur la voie ferrée Bruxelles-Tournai.     13/11/1943 - CHARLEROI, dynamitage du mur extérieur de la prison. Par la brêche, plusieurs patriotes réussissent à s' enfuir.     15/11/1943 -  FLORENVILLE, dynamitage du château d' eau. BANDE, dynamitage d'une industrie travaillant pour l' ennemi. BACONFROY, dynamitage d' une industrie travaillant pour l' ennemi. GRUPONT, destruction par le feu de 200 m3 de bois. BRUXELLES, dynamitage de la maison d' un traître. LINKEBEEK, dynamitage de la voie ferrée Bruxelles-Charleroi. 56 mètres de rail arrachés.     16/11/1943 - LAMBUSART, sabotage de 14 wagons. Récupération de 100 kgs d' explosifs.     17/11/1943 - LEERBEEK, dynamitage de la maison d' un traître. WOLUWE ST LAMBERT, destruction par le feu de 100 tonnes de paille.     18/11/1943 - SCHAERBEEK - dynamitage d' un local V.N.V.     20/11/1943 - IXELLES, une bombe éclate dans le local de la Jeunesse légionnaire. BRUXELLES, destruction à la bombe d' un local de l' Arbeitsfront. ANDERLECHT, dynamitage de la maison d' un traître.     21/11/1943 - SCHAERBEEK, dynamitage de la maison d' un traître.     23/11/1943 -  ANDERLECHT,  dynamitage de la voie ferrée au Pont du Canal. RUISBROECK, destruction de la voie ferrée Bruxelles - Hal. VOLLEZELE, une bombe éclate dans la maison d' un traître.    24/11/1943 - IXELLES, dynamitage de la maison d' un traître.     25/11/1943 - DENDERWINDEKE, dynamitage de la maison d' un traître.     26/11/1943 - MEIX devant Virton, sabotage du château d' eau. SAINT-GILLES, destructionpar le feu d' une vitrine de propagande. SCHAERBEEK, sabotage de la voie ferrée au lieu dit "Cage aux Ours". GOOIK, dynamitage de la maison d' un traître.  

 Citation à l' ordre du jour du Corps des Partisans de :  Centre : le Commandant et les hommes qui ont, le 30 octobre 43, exécuté un traître au service de la gestapo.

 Citations à l' ordre du jour de l' Armée Belge des Partisans: Le Commandant et les hommes du Corps de Charleroi, pour avoir dans la nuit du 5  au 6 novembre 1943 détruit 3 écluses" du canal Bruxelles - Charleroi, interrompant pour plusieurs semaines le trafic par eau vers Bruxelles et l' Allemagne.

Le Commandant et les hommes du Corps de Louvain pour avoir organisé et réussi, le 2 octobre 1943, un coup audacieux qui a permis d' améliorer l' armement de l' organisation toute entière.

Le Corps de Liège pour l' exécution d' un traître au service de la Gestapo qui, par ses agissements, avait entraîné l' arrestation et la mort de nombreux patriotes.

Le Corps de Liège ppour avoir conçu et réalisé d' une manière parfaite une opération contre la cabine de signalisation de la gare d' Angleur portant ainsi un coup très dur aux moyens de transport de l' ennemi.

                                                                                        *     *     *

01/12/1943 - JEMEPPES, sabotage de la voie ferrée; déraillement d'un train de matériel. SCHAERBEEK, une bombe éclate au domicile d' un traître. KESSEL-LOO, menaçant un P.A., un Feldgendarme trouve la mort. WYGMAEL, une grue du canal est dynamitée et détruite.     02/12/1943 - LESSINES, destruction par le feu d' un wagon contenant des moteurs d' avion. BRUXELLES, les P.A. s'emparent de la voiture d' un gros collaborateur; elle sera affectée aux besoins du Corps.    03/12/1143 - MOUSCRON, destruction des signaux de la voie ferrée Courtrai. OGY, dynamitage d'un croisement. MASNY St PIERRE, dynamitage de la voie ferrée Mons-Braine le Comte.; déraillement : 11 wagons détruits. FARCIENNES, un détachement P.A. immobilise la garde de l' écluse et en dynamite les portes.     04/12/1943 - ATH, sabotage d' une locomotive.     05/12/1943 - LEUZE, destruction de 40 mètres de rail sur la voie vers Maulde. PERWELZ, la plaque tournante est endommagée.     06/12/1943 - FAYT, une bombe éclate dans la maison d'un traître. HAECHT, destruction par le feu de la maison d'un traître. KINKEMPOIS, sabotage de 50 wagons et d'une locomotive. LIEGE, sabotage de 25 wagons. Ecrans d' arrêt précipités dans la Meuse. HERSEAUX, destruction d'un signal et de deux aiguillages.     08/12/1943 - HERENT, dynamitage de la maison d' un traître.  SERAING, un camion transportant 6 tonnes d' essence est détruit.  SART-LEZ-SPA, les Partisans détruisent par le feu 2 moteurs d' une scierie travaillant pour l' ennemi.  VENNES, sabotage des câbles de signalisation.  VAL BENOIT, sabotage des câbles de signalisation.  JEMEPPES, sabotage et déraillement d'un train.  LIEGE, dynamitage de la voie ferrée vers Visé. Déraillement d'un train de permissionnaires. Trafic bloqué 24 heures.  RESSAIX, sabotage de 8 wagons.  TOURCOING, un signal détruit.  LESSINES, sabotage de 2 grues, 8 wagons. Destruction de 200 raccords. Dynamitage d' une locomotive.     09/12/1943 - LESSINES, destruction de 100 mètres de rail sur la voie vers Bassily.  FLOBECQ, destruction des croisements sur la ligne Renaix-Lessines. Dynamitage de la ligne de signalisation B 14. LIEGE, sabotage de la voie ferrée vers Angleur. GOHY, dynamitage de la maison d'un traître.  BOIS DE LESSINES, dynamitage de la maison d'un traître.  BASCOUP, sabotage de 4 poteaux de téléphone.     10/12/1943 - ZWARTBERG, sabotage de 35 wagons.     10/12/1943 - LIEGE, les fils de signalisation coupés en 8 endroits sur la ligne Liège-Namur.  REMOUCHAMPS, sabotage de 5 wagons.  BIERSET, dynamitage de la voie ferrée vers Bruxelles.  THUILLIES, destruction de 3 poteaux provoquant un court-circuit, trafic interrompu 8 heures.  DEUX-ACREN, un détachement de Partisans détruit un moteur de 80 Hp. et une partie des bâtiments d'une usine travaillant pour l' ennemi.  VOROUX GOREUX, sur la ligne de chemin de fer Bruxelles-Liège, les Partisans entreprennent une action contre un train de permissionnaires allemands. Des mines sont déposées sur la voie. Le train saute faisant 85 tués, 150 blessés. Plusieurs wagons et la locomotive sont détruits. Trafic bloqué 24 heures.     12/12/1943 - OUGREE, les fils de signalisation sont coupés.  GODARVILLE, dynamitage de la voie ferrée Manage-Luttre. Trafic bloqué 7 heures.     13/12/1943 - LUTTRE, une compagnie de P.A. fait sauter l' écluse et 2 pompes avec leurs moteurs.  SPA, destruction par le feu d' une villa réquisitionnée par l' occupant.  TOURNAI, destruction de 2 poteaux téléphoniques.   LORCE, dynamitage d'un four gazobois.     14/12/1943 - RESSAIX, sabotage de 64 wagons.  OPGLABEEK, destruction par le feu de la maison d' un traître.  PERWELZ, sabotage d'une locomotive.  FRASNES, sabotage de 4 wagons.     15/12/1943 - KINKEMPOIS, sabotage de 5 wagons.  VAL ST LAMBERT, dynamitage de la voie ferrée.  RENORY,  dynamitage de la voie ferrée.  BAUDOUR, sur la route de Tertre, un accrochage avec une patrouille rexiste provoque l' anéantissement de celle-ci; les fusils et les cartouches sont récupérés.     16/12/1943 - JEMEPPE S/SAMBRE, dynamitage du pylônes H.T.  THUILLIES, sabotage de 32 wagons.  OUGREE, dynamitage de la voie ferrée. trafic bloqué 16 heures.  LA LOUVIERE, attaque du journal Le Centre, les vitres sont brisées.  MONT S/MARCHIENNE, sabotage de wagons.  MONTIGNIES LE TILLEUL, sabotage de wagons.     17/12/143 - BAULERS, destruction par le feu de 105 tonnes de paille.  FRASNES, destruction de 2 transports de bois destinés à l' ennemi.     18/12/1943 - LAMBUSART, la voie ferrée vers Tamines est sabotée en 4 endroits.  CORBEEK-LO, une compagnie P.A. occupe la gare. Les câbles du téléphone et de la signalisation sont coupés; destruction d' une locomotive et de plusieurs wagons; rail arraché; sabotage de 62 wagons; trafic bloqué 16 heures.  STREE, destruction par le feu de 3 wagons de paille.  LESSINES, dynamitage de l' écluse; les deux portes sont arrachées et 200 m3 de maçonnerie.  CELLES, destruction de 2 croisements sur la voie ferrée Tournai-Renaix.  GRUPONT, destruction par le feu de 4 wagons de fourrage.     19/12/1943 - SCLESSIN, dynamitage des voies ferrées vers Liège, trafic bloqué 20 heures.  BASTOGNE, dynamitage de 3 locomotives.     20/12/1943 - CHAPELLE LEZ HERLAIMONT, destruction par  le feu de la maison d' un traître.  LESTERNY, sabotage de la ligne et déraillement d' un train : une locomotive et 6 wagons détruits.  ORMEIGNIES, destruction d' un croisement. Trafic bloqué 18 heures.     21/12/1943 - ENGIES, trois bombes ont éclaté dans trois maisons de traîtres.  CHARLEROI, une compagnie de P.A. s' introduit dans la poudrière des usines Solvay. Après avoir maîtrisé la garde, elle s' empare de 520 kilos de dynamite, 300 détonateurs à mèche, 850 détonateurs électriques et 3.600 mètres de cordon Bickford.  ANVAING, destruction d' un croisement.     22/12/1943 - LIEGE, destruction des fils téléphoniques sur la ligne de Namur et déraillement d' un train de troupes.  SAINT-HUBERT, destruction d' un camion de 5 tonnes.  AVELGEM, sabotage de 2 croisements et de 2 wagons, destruction de signaux.  RUIEN, destruction d' un croisement.  CAMPENHOUT, destruction par le feu du bâtiment de la C.N.A.A..  MOUSCRON, sabotage des signaux sur la ligne de Tournai.     23/12/1943 - VERVIERS, sabotage de 76 wagons.  BORTMEERBEEK, le sabotage de la voie Louvain-Malines provoque le déraillement d' un train de troupe, destruction de la locomotive et de plusieurs wagons de matériel.  ATH, dynamitage de la voie vers Mons; trafic bloqué 20 heures.     24/12/1943 - SCLESSIN, sabotage de la ligne vers Namur; trafic bloqué 10 heures.  WONDELGHEM, les fils de signalisation coupés sur la ligne Gand Eekloo.  CELLES, dynamitage d' une locomotive.     26/12/1943 -  WYGMAEL, sabotage de 7 wagons.     27/12/1943 - destruction d' un wagon citerne rempli d' essence.  WIHERIS, dynamitage de la maison d' un traître.     28/12/1943 - LAMBUSART, sabotage de 15 wagons et destruction de wagons de fagots.  LOUVAIN, câbles de signalisation coupés sur la ligne de Malines.  LIEGE, ligne téléphonique de Visé sabotée.  SAINT-GERY, sabotage de 8 wagons.     29/12/1943 - WYGMAEL, sabotage de 4 wagons.  GUILLEMINS TILLEUR, 3 poteaux téléphonique sciés et renversés.  MONCEAU S/SAMBRE, dynamitage de la maison d' un traître.  MOEN HEESTERT, destruction de la signalisation.    30/12/1943 - AISEMONT, destruction d' un train de wagonnets.     31/12/1943 - FLEURUS, dynamitage de la maison d' un traître.  WEVELGEM, destruction par le feu de 7 fabriques de lin travaillant pour l' ennemi.

Citations à l' ordre du jour des Corps des Partisans de:                

                                                                                   ------------------------------------------------------------

Bruxelles: le Partisan de la 14ème Compagnie qui, attaqué par deux patrouilles allemandes, s' est défendu, seul, les armes à la main. Malgré une blessure à l' épaule, il est parvenu à s' échapper sans lâcher son transport d' armes et réussit à blesser grièvement deux soldats ennemis.

Borinage: la 2ème Compagnie pour avoir engagé le combat et anéanti une patrouille rexiste à Tertre ainsi que pour la récupération d' armes.

Citations à l' ordre du jour de l' Armée Belge des partisans:                                                                                          

                                                                                    -----------------------------------------------------------

Le Corps du Luxembourg pour son action contre les traîtres pendant le mois de décembre 1943.

Le Commandant du 2ème Bataillon du Corps de Louvain et la 2ème Compagnie de ce bataillon pour la magnifique organisation et l' action de la gare de Korbeek-Loo le 18 décembre 1943.

La 10ème Compagnie du Corps de Liège pour avoir dynamité, le 11 décembre 1943, à Voroux Goreux, un train de permissionnaires. Plusieurs wagons ont déraillé causant la mort de 65 ennemis et blessant 150. La Compagnie s' est retirée en bon ordre malgré le tir de la mitrailleuse défendant le train.  

Le Corps de Charleroi, pour avoir, au cours d' une action de 21 décembre 1943 contre la Poudrière des usines Solvay, enlevé une quantité importante d' explosifs, ce qui a permis d' améliorer très largement l' armement du Corps.                                                                                           

1944

01.01.1944 - HEVER, destruction par incendie de 10 tonnes de paille.     03.01.1944 - ANVERS-BRUXELLES, le système de signalisation est détruit.  HERSEAUX,  sabotage de 5 wagons.  HERSTAL, les P.A. font sauter plusieurs rails de la voie ferrée Vivegnée - Hestal.  TIELT NOTRE DAME, destruction par incendie de deux wagons de paille.  KNOKKE, sabotage de 12 wagons.     04.01.1944 - CHARLEROI, sabotage de 7 wagons.  GENLY, destruction de l' aiguillage vers le Charbonnage de Grand - Trait.    05.01.1944 - CELLES, destruction de trois croisements de voies ferrées, interrompant le trafic pendant 24 heures.  BOSSUIT, sabotage de 6 wagons.     06.01.1944 - CHARLEROI, depuis le 1er janvier, 140 freins westinghouse ont été coupés en différentes gares entre Charleroi et Namur.  CUESMES, destructions des câbles électriques du Charbonnage de l' Eribus; perte: un jour de production. ORROIR, sabotage de trois wagons.  POTTES, destruction de deux croisements de voies ferrées.  TILLEUR, dynamitage de la voie ferrée vers Liège.  SERAING, dynamitage de la voie ferrée vers Kinkempois.  KNOKKE, destruction d' un signal sur la voie ferrée.     07/01/1944 - CHARLEROI, dynamitage de la sous-station des Usines de la Sambre; destruction de chasse-neige usinés et destinés au Front de l' Est.  MARCHIENNE-Est, sabotage de 4 wagons.  MONCEAU-Usines, sabotage de 5 wagons.  LA LOUVIERE, un membre d' une organisation militaire pro-nazie est abattu.  ANS, un détachement de Partisans fait dérailler un train de marchandises sur la ligne Ans - Guillemins.  DOTTIGNIES, les fils téléphoniques sont coupés à Broche de Fer.     09/01/1944 - TUBIZE, dynamitage de 3 pompes à la Centrale Electrique.  MELDERT, destruction par incendie de 5 tonnes de paille.  ZONNEBEKE, un garage travaillant pour l' ennemi est attaqué et incendié: pertes matérielles importantes.     10/01/1944 - LIEGE, les lignes téléphoniques sont coupées sur les parcours Seraing-Ougrée et Liège-Namur.  HERSTAL, dynamitage de la voie ferrée Liège - Herstal à 400 mètres de la gare.  ERPS - KWERPS, attaque de la Maison Communale: destruction des dossiers.     11/01/1944 - NIVELLES, un détachement de P.A., section Sambre, attaque Les Ateliers Métallurgiques de Nivelles. Après avoir maîtrisé la garde, les P.A. détruisent la sous-station et ses 5 transformateurs, les manomètres et autres appareils de précision, ainsi qu' un chasse-neige.     12/01/1944 - FLÉMALLE, un détachement de P.A. opérant sur la voie ferrée Flémalle - Ougrée, coupe les commandes de 3 signaux, les détruit et coupe les fils téléphoniques sur une longueur de 80 mètres.     13/01/1944 - AALBEKE, un détachement de P.A. arrête un train de 40 wagons de charbon sur la ligne Mouscron - Courtrai, coupe tous les boyaux de frein et les brûle dans le foyer de la locomotive qu' il faut ensuite sauter à la dynamite. Le train est resté bloqué sur la voie pendant 12 heures.     14/01/1944 - LIEGE, un détachement de P.A. attaque un atelier de réparation pour véhicules de l' ennemi, Quai des Grosses Battes. Après avoir maîtrisé la garde, Les P.A. incendient et détruisent plusieurs camions. Ils rendent in utilisable le matériel de réparation.  TILLEUR, les fils téléphoniques sont coupés en six endroits sur la ligne de Flémalle.  HOLSBEEK, vers 19 hrs,  les câbles de signalisation sont coupés sur la ligne Louvain - Aerschot. Les Partisans restent sur place pour empêcher la réparation et désarment la garde allemande. A 22 hrs, ils interdisent l' accès des lieux à l' équipe de réparation. A 24 hrs, le détachement est obligé de se retirer devant une force ennemie supérieure en nombre.  ESPIERRES, destruction par incendie d' un wagon de paille.     15/01/1944 - FLEMALLE - HAUTE, dynamitage de deux poteaux interrompant le trafic ferroviaire pendant 3 heures.  PECROT, dynamitage de la voie ferrée Louvain-Ottignies au pont d' Archenne: trafic interrompu pendant 20 heures.  LEBEKKE, l' installation pour l' enlèvement des clochers d' église est détruite.  SAINT-SAUVEUR, destruction par dynamitage d' un camion transportant du bois.  MAUBRAY, un détachement de P.A. détruit 11 pelles automatiques et 1 treuil aux Sablières travaillant pour l' ennemi.  LESSINES, la caserne des légionnaires wallons est dynamitée: deux légionnaires sont blessés.     16/01/1944 - IDEGEM, dynamitage de l' écluse. Dégâts considérables.  HERSEAUX, destruction d' un coeur d' aiguillage; trafic interrompu 24 heures.     17/01/1944 - LIEGE, un détachement de P.A. attaque un garage allemand et détruit 20 véhicules.  OUGREE, sabotage de la voie ferrée; trafic interrompu 14 heures.  TERMONDE, sabotage de deux wagons.  TAMINES, destruction par dynamitage de 2 pylônes haute tension.  LAMBUSART, destruction par, par incendie, d' un hangar du charbonnage Ste Marie contenant paille et foin.     19/01/1944 - HERSEAUX, un détachement de P.A. fait descendre le personnel d'un train de voyageurs et dynamite la locomotive.  ANTOING, de l'écluse sur l' Escaut.     20/01/1944 - WONDELGEM, les câbles de signalisation sont coupés sur la ligne Gand Eekloo.  AUBEL, destruction de 8 signaux électriques de la voie ferrée.   COMINES, destruction par incendie d'un wagon de lin.  LESSINES, destruction de la pelle à vapeur des carrières Willocq.     21/01/1944 - WIGMAEL, un détachement de P.A. fait dérailler un train de marchandises allemand; interruption du trafic durant 72 heures; deux locomotives et huit wagons gravement endommagés.  SERAING, sabotage des élévateurs de locomotives  aux usines Cockerill; aucune machine ne peut sortir de l'usine, les appareils étant hors d' usage pour plusieurs mois.  FILOT, les bureaux de la C.N.N.A. sont détruits: toute la documentation est brûlée.  XHORIS, même action.  EREZEE, même action.     21/01/1944 – PELLENBERG, exécution d’un membre de la Gestapo.  SAINT-GERY, sabotage de 6 wagons.     22/01/1944 – LUTTRE, attaque de la gare par un détachement de PA. Mise hors d’ usage de deux bassins d’ alimentation d’ eau pour locomotives ; axe central de la plaque tournante arrachée de son socle et destruction du moteur ; sabotage de la grue pour le remplacement des roues de locomotives ; destruction de la chaudière pour le lavage des plaques tubulaires.  SERAING, sabotage de la voie ferrée : interruption du trafic pendant 14 heures.  JEMEPPE S/MEUSE, les fils téléphoniques de la ligne Ans – Saint-Nicolas sont coupés.  TERMONDE, sabotage de 65 wagons en gare de formation.  PERWELZ, dynamitage de la cabine électrique de la gare ; trafic interrompu 56 heures ; cabine hors d’usage 60 jours.     23/01/1944 - LEVAL, sabotage de 41 wagons.     24/01/1944 - RUISBROECK, sabotage de 30 wagons.  ALOST, en douze jours les Partisans ont saboté six locomotives en introduisant des substances corrosives dans les boîtes de graissage.  LEBBEKE, sabotage de 8 wagons.  LESSINES, la grue à moteur diesel de la Carrière Cosyns, qui venait d'être réquisitionnée par l'organisation Todt, est dynamitée.  LESSINES, dynamitage de la grue des Carrières Vandevelde.  DEUX-ACREN, dynamitage de la maison d'un traître.    25/01/1944 - CHARLEROI, attaque conjuguée des écluses écluses de Charleroi. L' écluse n°4 à Roux est dynamitée; un Allemand de la garde est blessé. L' écluse n°3 à MARCHIENNE est dynamitée; un engagement avec la garde allemande fait deux morts dans les rangs ennemis. Les Partisans décrochent sans pertes.     27/01/1944 - LOUVAIN, attaque d' ensemble contre les installations du chemin de fer. Pendant qu'un détachement opère une manœuvre de diversion à 19,30 heures du côté de VELTHEM en détruisant les poteaux et appareils de signalisation, le gros des forces attaque: 1) vers 20 hrs, la cabine 1 de la gare de formation. La patrouille s'y trouvant, nos hommes après un bref combat, reçoivent l'ordre de se replier;  2) vers 20,30 hrs, la cabine n°2, près du pont du Blauwput, est prise d' assaut; la garde de 12 hommes est maîtrisée tandis que la cabine est entièrement détruite.  3) deux pompes d' alimentation sont détruites à l'installation d' eau de la gare.  PIETON, sabotage de 62 wagons.  WESPELAERE, destruction de la cabine de signalisation et de 4 petites cabines auxiliaires.  MALINES, dynamitage de la station de pompage de la gare et des transformateurs de deux sous-stations; mise hors service de quatre plaques tournantes.  BLATON, sabotage de la cabine électrique de la gare et destruction d' un exentrique.  LEUZE, combat contre une patrouille ennemie. Un Allemand est tué et un autre est gravement blessé. Les P.A. se retirent sans pertes.     28/01/1944 - PIETON, attaque de la gare, destruction des transformateurs de la sous-station immobilisant la plaque-tournante et plongeant la gare dans l'obscurité; les pompes sont dynamitées.  LIGNE, un détachement de P.A. attaque une importante usine travaillant pour l' ennemi. Le moteur de commande est dynamité, un réservoir d'huile est détruit, plusieurs pièces essentielles de machines outils sont enlevées. L' explosion du moteur provoque l' effondrement de deux nefs et d'une partie du mur. L'usine est arrêtée pour deux mois.    29/01/1944 - LIEGE, action d'ensemble sur le réseau ferroviaire de la région.: destruction de sémaphores, de poteaux téléphoniques et de signalisation ainsi que de câbles.      31/01/1944 - FONTAINE L'EVEQUE, sabotage de 5 wagons. 

 

Citations:

Est cité à l'ordre du jour du Corps des Partisans, le Partisan qui, dans la journée du 30 janvier 1944, a détruit seul, à coups de barre de fer, 30 moteurs électriques destinés aux transports de l' ennemi.

Sont cités à l'ordre du jour du Corps des Partisans d' Ath-Tournai, le Commandant de Compagnie et les hommes qui ont participé à l' exécution d'un traître particulièrement dangereux, le 24 décembre 1943.

Sont cités à l'ordre du jour du Corps des Partisans de Louvain, le Commandant de Compagnie et les hommes qui ont participé, le 31 décembre 1943, à la destruction de fabriques de lin à Wevelgem. Ils ont porté un coup très sensible à la machine de guerre de l' ennemi.

Sont cités à l' ordre du jour du Corps des Partisans de Huy, le Commandant de Compagnie et les hommes qui ont participé à l' exécution d'un traître alors que celui-ci leur avait offert un million pour avoir la vie sauve.

Sont cités à l'ordre du jour de l' Armée Belge des Partisans, le Commandant de Compagnie et les hommes du Corps de Liège qui ont participé, le 11 décembre 1943, à l' action de Voroux-Goreux causant à l' ennemi des pertes sensibles en hommes et en matériel.

Sont cités à l'ordre du jour de l' Armée Belge des Partisans, le Commandant de Compagnie et les hommes du Corps de Charleroi pour la réquisition, le 30 novembre 1943, au Charbonnage du Nord de Charleroi à Courcelles.

 

02.02.1944 - DOUR, exécution d'un membre de la Gestapo.     03.02.1944 - BRUXELLES, exécution d'un dénonciateur.  HOTTON, un camion de l' ennemi est dynamité.     04.02.1944 - BOIS DE BREUX, les P.A. attaquent la voiture de Liège - Fléron. Après avoir fait stopper un train de marchandises, ils le lancent dans la descente. En gare de Vaux sous Chèvremont, le train déraille endommageant gravement la locomotive et plusieurs wagons. La ligne est bloquée pendant 15 heures.  HERSTAL, lors du dynamitage de la voie ferrée Liège-Herstal, les P.A. sont surpris par une patrouille ennemie. Au cours du combat qui s' engage, deux Allemands sont tués et un autre gravement blessé. Malheureusement, un de nos hommes est tué et un autre est fait prisonnier.  LEDEGEM St PIERRE, destruction d'une fabrique.  RESSAIX, destruction de 9 locomotives.  JEMAPPES, dynamitage de deux transformateurs de laminoir.     5. 2.44 - Mise hors service d'une locomotive et d'un wagon aux Charbonnages du Grand Trait.  BRUXELLES, exécution d'un membre d'une organisation militaire pro-nazie. MALINES, destruction par le feu d'une entreprise travaillant pour l'ennemi. 35 tonnes de caoutchouc sont la proie des flammes.     8. 2.44 - TOURNAI, destruction des harnais des attelages de l'ennemi.     9. 2.44 - LESSINES, dynamitage du barrage de Palplanches causant de graves perturbations dans la navigation.  HORNU, exécution d'un membre de la Gestapo.     10. 2.44 - TUBIZE, sabotage de la voie ferrée Bruxelles-Mons : un train de troupes déraille faisant 30 morts et 200 blessés.     11. 2.44 - LIEGE, dynamitage de 30 pylônes haute tension alimentant le bassin industriel de Liège; par suite de la chute des câbles dans la Meuse, le trafic fluvial est interrompu.  BAASRODE, dynamitage de 4 pylônes haute tension.  MOIGNELEE, dynamitage d'un pylône haute tension.  ELLEZELLES, dynamitage de 3 pylônes haute tension.  CUESMES, dynamitage d'un pylône haute tension.  QUAREGNON, dynamitage de 2 pylônes haute tension.     16. 2.44 - ATH, combat avec une patrouille rexiste : 3 morts et un blessé dans le camp ennemi.     18. 2.44 - LIEGE, dynamitage de 8 pylônes haute tension.  ANS, au cours d'une mission, engagement entre les Partisans et une patrouille ennemie; le commandant de la patrouille est tué.     28. 2.44 - WERBOMONT, les Allemands attaquent nos camps. Après avoir cerné nos forces, l'attaque est déclenchée par l'ennemi supérieur en nombre et en matériel. Nos Partisans ne peuvent qu'opposer un armement léger et, malgré la présence de 170 soldats en ennemis, parviennent à se dégager en bon ordre emportant 3 morts et un blessé, tandis que l'ennemi perd 5 hommes et compte 34 blessés.  BREENDONK, notre Camarade Jean Moetwil tombe devant le peloton d'exécution.

Citations à l' ordre du jour :

Est citée à l'Ordre du Jour de l'Armée Belge des Partisans, pour son courage, son audace et son sang-froid, la Partisane du Corps de Louvain qui, dans la journée du 1er février 1944, enleva un Partisan dans une clinique où il était hospitalisé sous surveillance allemande.
Sont cités à l'Ordre du Jour de l'Armée Belge des Partisans, le Commandant et les hommes de la 3ème Compagnie du Corps du Centre pour avoir, dans la nuit du 10 au 11 février 1944, fait dérailler un train de troupes provoquant ainsi la mort de 30 soldats ennemis et en blessant 200 autres.
Sont citées à l'Ordre du jour de l'Armée Belge des Partisans, les Compagnies Depratere, Bultot, Walmacq, Ouvrard et Bon Combat du Corps d'Ath-Tournai, pour leur esprit combattif et les coups sensibles qu'elles ont portés à l'occupant pendant le mois de janvier 1944.
Est cité à l'Ordre du Jour de l'Armée Belge des Partisans, le Commandant de Corps d'Ath-Tournai pour ses qualités d'organisateur et d'entraîneur d'hommes.
Sont cités à l'Ordre du Jour de l'Armée Belge des Partisans, le Commandant et les hommes du Corps d'Ath-Tournai pour la régularité dans les actions et les coups portés à l'occupant durant le mois de janvier 1944.
Sont cités à l'Ordre du Jour de l'Armée Belge des Partisans, le Commandant et les hommes du Corps de Liège, pour l'action d'ensemble entreprise le 11 février 1944 contre le réseau électrique haute tension du bassin industriel de Liège. Par cette action, de graves perturbations ont été causées aux industries travaillant pour l'ennemi, non seulement dans la région liégeoise, mais également dans d'autres régions du pays.
Est cité à l 'Ordre 'du jour de l'Armée Belge des Partisans, le Partisan qui, poursuivi par une patrouille allemande alors qu'il transportait une caisse de matériel, est parvenu à s'échapper. La caisse, grâce à son sang-froid, a pu être récupérée et envoyée à destination. 
Est, citée à l'Ordre du Jour du Corps des Partisans du Borinage, la 2ème Compagnie pour avoir dynamité avec succès, dans la nuit du 11 février 1944, deux pylônes haute tension de la ligne Trivières-Quaregnon.

Est cité à l'Ordre du Jour du Corps des Partisans d'Ath-Tournai, le Partisan qui, le 21 jaAvier 1944, a exécuté un traître notoirement connu et protégé par l'ennemi.

01.03.44 - BRESSOUX, un détachement de Partisans incendie et détruit entièrement un dépôt de produits pharmaceutiques de la Wehrmacht.     13. 03.44 - WERBOMONT, accrochage entre P.A. et gendarmes; au cours du combat, le commandant de gendarmerie est tué.    14. 03.44, attaque d'une importante usine à MALINES. La cabine électrique, la turbine à vapeur, 2 grosses machines industrielles sont détruites au moyen de bombes à retardement. Dix turbines, prêtes à l'expédition en Allemagne, sont également détruites. L'usine est en chômage.     17. 03.44 - HOUDEMENT, sabotage de la voie ferrée Bruxelles-Luxembourg. Déraillement d'un train, nombreux wagons détruits; ligne bloquée 10 heures.  MENIN, sabotage de deux poteaux électriques et destruction des fils.  HOUTHEM, sabotage de deux poteaux électriques et destruction des fils.    18. 03.44 - FLORENVILLE, sabotage de la voie ferrée Athus-Libramont. Déraillement d'un train: 2 locomotives et 26 wagons détruits; lignes bloquées 24 heures.   BRAINE-LE-COMTE, 3 locomotives et 2 chaudières sont sabotées au dépôt.  ESNEUX, après avoir maitrisé la sentinelle allemande et les 4 gardes armés du train, sabotage dans le tunnel, déraillement d'un train de marchandises; trafic bloqué 10 heures.    19. 03.44 - VOROUX GOROUX, sabotage sur la voie ferrée Bruxelles-Liège; des wagons citernes sont détruits. Lignes bloquées 24 heures.  AMRY, exécution du directeur de l'académie allemande de Liège.     20. 03.44 - BINCHE, attaque du Charbonnage de Péronnes les pompes sont détruites et de sérieux dégâts sont causés aux fours à cocke.     22.03.44 - BRUXELLES, le banc d'essai d'une importante usine est saboté et mis hors service pour 15 jours.    23. 03.44 - CHENEE, dynamitage d'un train de marchandises: 40 wagons et la locomotive sont entièrement détruits.     24. 3.44 - DAMPICOURT, sabotage de la voie ferrée Athus-Libramont. Trafic interrompu 10 heures. HABAY LA VIEILLE. Sabotage et destruction de 2 locomotives, 2 tenders et 5 wagons. ARLON. Une opération d' ensemble contre la ligne haute tension Bastogne-Martelange est déclenchée par le Corps du Luxembourg, 79 poteaux coupés ou dynamités provoquent de grands dérangements dans le transport de l' énergie électrique. BRUXELLES. Massacre par l' ennemi de vingt-quatre partisans du Limbourg, au Tir National.     27.3.44 - REBECQ ROGNON, un détachement de Partisans attaque la gare. Il occupe militairement la place pendant deux heures. Le train de matériel allemand qui s' y trouve est entièrement saboté avec l' aide du personnel réquisitionné à cet effet. Les canons de D.C.A., les pneus et l' huile sont détruits, tandis que les wagons sont sabotés.     28.3.44 - MONS, un détachement de P.A. provoque le déraillement d' un train de troupes sur la ligne Mons-Bruxelles. 15 wagons contenant hommes et matériel sont détruits; trafic interrompu 3 jours. Nombreux morts et blessés. ENGHIEN, dynamitage des voies ferrées Enghien-Tournai et Bassilly.     29.03.44 - FLEMALLE GRANDE, un détachement P.A. du Corps de Liège dynamite et culbute dans la Meuse la grue de chargement d' une importante usine de rails. Cette opération empêche l' acheminement par le fleuve, pendant 2 mois.

Citations à l' ordre du jour :

Sont cités à l' ordre du jour de l' Armée belge des Partisans, le Commandant et les hommes de la 4ème Compagnie du Corps de Liège qui, le 29 mars 1944, détruisirent une grue à Flémalle Grande.

Sont cités à l' ordre du jour de l' Armée Belge des Partisans, les Partisans du camp de Werbomont pour l' esprit combattif, le courage et les qualités tactiques dont ils ont fait preuve dans la lutte contre l' ennemi bin supérieur en nombre et pour les graves pertes qu' ils lui ont infligées. Le Commandant National s' incline devant la mémoire des camarades tombés au combat et invite tous les P.A. à développer la guerilla contre l' armée occupante.

                                       x     x     x 

01.04.44. - LIÈGE, attaque d' un garage travaillant pour l' ennemi. Après s' être rendu maître de la garde, nos hommes mettent des charges de dynamite sous les camions et les machines. Ils se retirent en incendiant le garage. Le bâtiment et tout ce qu' il contient est détruit : 6 camions, cars et autos.     04.04.44 - WILSELE, dynamitage d' un train de troupes. Le train n' est plus qu' amas de ferraille; de nombreux officiers et soldats y trouvent la mort; destruction d' un important matériel militaire; le pont sur lequel passait le convoi est détruit. LIÈGE, destruction des tuyaux à gaz de I'usine Cockerill. Grammont, destruction par dynamitage de l' écIuse.      05.04.44 - FLÉMALLE, destruction d' un poteau téIéphonique.     06.04.44 - FLÉMALLE, destruction de 2 poteaux téléphonlques.     07.04.44 - WINDELGEM, les robinets des wagons citerne sont ouverts. 5O.OOO litres d'essence sont perdus pour l'ennemi. ELLEZELLE, destruction par Ie feu de 4 wagons de 15  tonnes de paille.     10.04.44 - BRAINE -LE - COMTE, dynamitage et destructions de  deux tracteurs de 15 tonnes et d' un camion.     11/04/44 - MONS, destruction par le feu des locaux et des documents de la C.N.A.A.  JEMEPPE, dynamitage de 4 pylones haute tension. FLEMALLE, dynamitage du téléphérique d' un charbonnage. MERBES STE MARIE, destruction par le feu des locaux et des dossiers de la C.N.A.A.  CHIEVRES, dynamitage et destruction d' un collecteur d' eau. Interruption de la navigation pendant 48 heures.      12.04.44 - OURTHE-AMBLÈVE, destruction par le feu de 4 wagons de fourrage. BASTOGNE, trois partisans emprisonnés sont libérés par des intelligences dans la population et le personnel pénitenciaire . LADEUZE, destruction d' un croisement de voie ferrée.     13.04.44, MONTEGNÉE, dynamitage de la voie ferrée et destruction d' une locomotive.     14.04.44 - CHIÈVRE, la destruction d' un ponton de réparation bloque l' entrée de l' écluse du canal Blaton-Ath. WILSELE, sabotage de la voie ferrée Bruxelles-Louvain; déraillement d' un train; 10 wagons entièrement détruits. SCLESSIN,  un détachement de PA a coulé sur la Meuse un bâteau pétrolier bien qu' il se trouvait à 40 mètres d' un fortin.     17.04.44 - LA LOUVIÈRE, dynamitage de la centrale de Trivières. Destruction du transformateur de 70.000 volts et 3.000 litres d' huile perdus.     18.04.44 - MERBES LE CHATEAU, destruction, par le feu, des locaux et des documents de la C.N.A.A.  LIÈGE, destruction des courroies et tableaux de bord des fours électriques  aux usines d' Ougrée Marihaye. ATH, dynamitage de la voie ferrée Ath-Tournai; trafic interrompu 36 heures.    20.04.44 - BINCHE, sabotage des fours à coke, au charbonnage de Péronnes.    21/04/44 - OURTHE-AMBLEVE, destruction par le feu de 8 wagons de fourrage.     24.04.44 - VERVIERS, capture de soldats ennemis.   BUISSENAL, destruction d' un pont de la ligne Ath-Blaton, augmentant la durée de réparation de la ligne déjà perturbée par le sabotage précédant.    25.04.44 - PERONNE, attaque de la centrale électrique; après avoir maîtrisé le personnel, 2 turbines de 50 périodes sont dynamitées et détruites. Perte pour la macine de guerre ennemie : 20.000 kwh; Production des charbonnages diminuée de 50 %.     26.04.44 - BELOEIL, destruction d' un viaduc isolant ainsi que deux importantes usines de chemin de fer.     27.04.44 - BRAINE LE COMTE - dynamitage et destruction de la cabine électrique située à 25 mètres de la Kommandantur.  WAVRE, une rencontre avec des agents de la Gestapo se solde par un tué chez l' ennemi. Un de nos P.A. est malheureusement tué.     18.04.11- WEVELGEM, un soldat de la Luftwaffe est -tué par un P.A.     29.04.44 - BEDE, un groupe de P.A. du Corps du Luxembourg dynamite les digues de l' étang de Bede qui alimente en eau les pompes du bassin de Corheur et la gare de Bertrix.   VERVIERS, capture et désarmement de soldats ennemis.  ITTEGEM, les P.A. du Corps de Louvain provoquent le déraillement d' un train sur la ligne Lierre-Heyst; nombreux tués et et blessés; des autos sont détruites; la voie est voie est bloquée pour 4 jours.  GAND, sabotage de la voie ferrée Gand-Ostende; ligne coupée 8 heures.     29.04.44 - BEDE, un groupe de P.A. du corps du Luxembourg dynamite les diges de l' étang de Bede qui alimente en eau les pompes du bassin de Corheur et la gare de Bertrix.  VERVIERS, capture et désarmement de soldats ennemis.  ITTEGEM, les PA du Corps de Louvain provoquent le déraillement d' un train sur la ligne Lierre-Heyst: nombreux tués et blessés; des autos sont détruites; la voie est bloquée pour 4 jours.  GAND, sabotage de la voie ferrée Gand-Ostende; ligne coupée 8 heures.

1945

Cette page a été mise à jour le 14/06/17.               
                                     

                                      bt14b.gif (2897 octets)      

IL FAUT LIRE "SOLIDAIRE", le seul journal hebdomadaire, vraiment de gauche et communiste, qui existe encore en BELGIQUE capitaliste ! Un journal irremplaçable !

Voir aussi mon site, mes liens et archives personnels  (archives)  (Courcelles)  (Bush)  (Bush-bio)  (Bu$h-Havel)  (Allende(auteurs/archives marxistes (Ben Laden (Catéchisme du  Peuple (chants)  (Chili)  (citations)  (communistes)  (Congo (Congo/2)  (Corée)  (Corée/2)  ("crimes staliniens")  (Cuba)  (Cuba/2)  (Cuba/Bonaldi/Raffy)  (Cuba, RSF, Ménard,... (Espagne (Euro-dictature capitaliste)  (fichage, écoutes, surveillance (France) (Guevara(haine, racisme, fascisme, (Front russe(histoire)  (hommage aux ouvriers-mineurs)  (Irak occupé)  (Irak/2)  (Israël)  (Israël/2)   (jeunesse)  (l' Internationale - Degeyter et Pottier)  (Le Vatican Contemporain(manifeste communiste (Negroponte en Irak (nomenklatura)  (nos droits)  (Otan, guerres, impérialisme, agressions, pillage des peuples, colonialisme (Otan)  (Otan/2 (Paastoors et Cuba (Paix, faim, dans le monde(Palestine occupée)  (Palestine/2)  (partisans en Belgique)  (Ier mai - histoire)  (presse)  (Résistance au nazisme)  (religions) (Roux-fusillades 1886)  (six juin 1944: débarquement (socialisme, communisme, marxisme)   (solidarité internationale (Sorros)  ("Staline!", vous avez dit ?)  (syndicalisme(théorie)  (Turquie)  (U$A)  (U$A/2(Vatican(Vietnam)  (wallon) 

 

 

Roger ROMAIN Mailinglist

Inscrivez-vous et restez au courant des informations de Roger ROMAIN.
Votre adresse reste strictement confidentielle et ne sera pas transmise à des tiers.

 

 Quel est votre nom ?
 

 Quel est votre pays ?
 

 Quelle est votre adresse e-mail ?
 

Quel(s) jour(s) souhaitez-vous recevoir mes messages ?

lundi  mardi  mercredi   jeudi  vendredi 

samedi  dimanche  ou quotidiennement

En quelle langue souhaitez-vous recevoir mes messages ?
 

Indiquez moi quel(s) pays, quel(s) domaine(s), vous intéresse(nt) en particulier

Merci de me faire part de vos commentaires

          

 

 



Partager sur Facebook

 

Vous voulez faire partie de ma mailing list et recevoir mes messages, cliquez ici et indiquez "subscribe", svp  :

Diffusez vos infos.