révolutionnaires de luttes sociales

CHANTONS !  

 

L'Internationale

Texte: Eugène Pottier
Musique: Pierre Chrétien Degeyter
1. Debout! les damnés de la terre,

Debout! les forçats de la faim!

La raison tonne en son cratère,

C'est l'éruption de la fin.

Du passé faisons table rase,

Foules esclaves, debout! debout!

Le monde va changer de base:

Nous ne sommes rien, soyons tout!

Refrain (x 2)

C'est la lutte-finale:)

Groupons-nous, et demain)

L'Internationale)

sera le genre humain !)

 

2. Il n'est pas de sauveur suprême:

Ni Dieu, ni César, ni tribun,

Producteurs, sauvons nous-mêmes!

Décrétons le salut commun!

Pour que le voleur rende gorge,

Pour tirer l'esprit du cachot,

Soufflons nous-mêmes notre forge,

Battons le fer quand il est chaud!

 Refrain: C'est la lutte finale...

 

3. L'état comprime et la loi triche;

L'impôt saigne le malheureux;

Nul devoir ne s'impose au riche;

Le droit du pauvre est un mot creux.

C'est assez languir en tutelle,

L'égalité veut d'autres lois;

"Pas de droit sans devoirs, dit-elle,

Égaux pas de devoirs sans droits!"

Refrain: C'est la lutte finale...

4. Hideux dans leur apothéose,

Le rois de la mine et du rail

Ont-ils jamais fait autre chose

Que dévaliser le travail?

Dans les coffres-forts de la bande

Ce qu'il a créé s'est fondu.

En décrétant qu'on le lui rende

Le peuple ne veut que son du.

Refrain: C'est la lutte finale...

 

5. Le rois nous soûlaient de fumées,

Paix entre nous, guerre aux tyrans!

Appliquons la grève aux armées,

Crosse en l'air et rompons les rangs!

S'il s'obstinent, ces cannibales,

A faire de nous des héros,

Ils auront bientôt que nos balles

Sont pour nos propres généraux.

Refraéin: C'est la lutte finale...

 

6. Ouvriers, paysans, nous sommes

Le grand parti des Travailleurs;

La terre n'appartient qu'aux hommes,

L'oisif ira loger ailleurs.

Combien de nos chairs se repaissent!

Mais, si les corbeaux, ces vautours,

Un de ces matins, disparaissent,

Le soleil brillera toujours!

Refrain : C'est la lutte finale...

 

                                                             

Venceremos

Textet: Claudio Iturra
Musique: Sergio Ortega
Desde el hondo crisol de la patria

se levanta el clamor popular.

Ya se anuncia la nueva alborada,

todo Chile comienza a cantar.

Rcordando al soldado valiente,

cuyo ejemplo lo hiciera inmortal,

enfrentemos primero a la muerte,

traicionar a la patria jamás.

Venceremos, venceremos,

mil cadenas habrá que romper,

venceremos, venceremos,

la miseria sabremos vencer.

 

Campesinos, soldados, mineros,

la mujer de la patria también,

estudiantes, empleados y obreros,

cumpliremos con nuestro deber.

Sembraremos las tierras de gloria,

socialista será el porvenir.

Todos juntos seremos la historia,

a cumplir, a cumplir, a cumplir.

Venceremos, venceremos,

mil cadenas habrá que romper,

venceremos, venceremos,

la miseria sabremos vencer.

 

Le temps des cerises        

Quand nous chanterons le temps des cerises

Et gai rossignol, et merle moqueur

Seront tous en fête

Les belles auront la folie en tête

Et les amoureux du soleil au coeur.

Quand nous chanterons le temps des cerises.

Sifflera bien mieux le merle moqueur.

Mais il est bien court le temps des cerises

Où l’on s’en va deux, cueillir en rêvant

Des pendant d’oreilles

Cerises d’amour aux robes pareilles

Tombant sous la feuille en gouttes de sang.

Maïs il est bien court le temps des cerises

Pendants de corail qu’on cueille en rêvant.

 

Quand vous en serez au temps des cerises

Si vous avez peur des chagrins d’amour

Evitez les belles.

Moi qui ne crains pas les peines cruelles

Je ne vivrai pas sans souffrir un jour.

Quand vous ru serez au temps des cerises

Vous aurez aussi des peines d’amour.

J’aimerai toujours le temps des cerises

C’est de ce temps là que je garde au coeur

Une plaie ouverte

Et Dame Fortune en m’étant offerte

Ne pourra jamais fermer ma douleur.

J’aimerai toujours le temps des cerises

Et le souvenir que je garde au coeur.


 

La Jeune Garde  

Nous somm’s la jeune garde

Nous somm’s les gars de l’avenir,

Elevés dans la souffrance.

Oui, nous saurons vaincre ou mourir.

Nous travaillons pour la bonn’ cause,

Pour délivrer le genre humain,

Tant pis si notre sang arrose

Les pavés sur notre chemin.

REFRAIN

Prenez garde! Prenez garde!

Vous les sabreurs, les bourgeois, les gavés,

V'là la jeune garde,

V'là la jeune garde,

Qui descend sur le pavé.

C’est la lutte finale qui commence,

C’est la revanch‘ de tous les meurt de faim,

C’est la révolution qui s ‘avance,

C’est la bataille contre fous les coquins.

Prenez garde! Prenez garde!

V'là la jeune garde!

Enfants de la misère.

De forc’, nous sommes les révoltés,

Nous vengerons nos pères

Que des brigands ont exploités.

Nous ne voulons plus de famine

A qui travaille il faut du pain.

Demain nous prendrons les usines,

Nous somm’ des homm’s et non des chiens.

Nous n’voulons plus de guerre

Car nous aimons l’humanité,

Tous les hommes sont nos frères,

Nous clamons la fraternité,

La république universelle.

Tyrans et rois tous au tombeau!

Tant pis si la lutte est cruelle,

Après la pluie le temps est beau.

    

Le Chant des Partisans   

Ami entends-tu
Le vol noir des corbeaux
Sur nos plaines.
Ami entends-tu
Les cris sourds du pays
Qu'on enchaîne,
Ohé partisans
Ouvriers et paysans
C'est l'alarme!
Ce soir l'ennemi
Connaîtra le prix du sang
Et des larmes…

Montez de la mine,
Descendez des collines,
Camarades.
Sortez de la paille
Les fusils, la mitraille,
Les grenades.
Ohé! les tueurs
A la balle et au couteau
Tuez vite!
Ohé! saboteurs
Attention à ton fardeau…
Dynamite…

C'est nous qui brisons
Les barreaux des prisons
Pour nos frères.

La haine à nos trousses
Et la faim qui nous pousse,
La misère.
Il y a des pays
Où les gens au creux des lits
Font des rêves.
Ici, nous vois-tu
Nous on marche et nous on tue
Nous on crève…

Ici, chacun sait
Ce qu'il veut, ce qu'il fait
Quand il passe
Ami, si tu tombes,
Un ami sort de l'ombre
A ta place.
Demain du sang noir
Séchera au grand soleil
Sur les routes.
Chantez compagnons,
Dans la nuit, la liberté
Nous écoute…

Ami, entends-tu
Les cris sourds du pays qu'on
Enchaîne!…
Ami, entends-tu
Le vol noir des corbeaux sur nos Plaines !…

 

 

 

La Butte Rouge   


Sur c'te butt'-là y'avait pas d'gigolettes,
Pas de marlous ni de beaux muscadins;
Ah ! c'était loin du moulin d'la galette
Et de Panam' qu'est le roi des pat'lins.
C'qu'elle en a bu du beau sang cette terre !
Sang d'ouvriers et sang de paysans
Car les bandits qui sont cause des guerres
N'en meurent jamais on n'tue qu'les innocents.
La Butt' roug' c'est son nom,
L'bâptêm' s'fit un matin,
Où tous ceux qui montaient
Roulaient dans le ravin.
Aujourd'hui y'a des vignes,
Il y pouss' du raisin,
Qui boira ce vin-là,
Boira l'sang, des copains !                                           

Sur c'te butt'-là on n'y f'sait pas la noce
Comme à Montmartre où l'champagn' coule à flot ;
Mais les pauv's gars qu'avaient laissé des gosses
Y f'saient entendre de terribles sanglots !
C'qu'elle en a vu des larmes cette terre,
Larm's d'ouvriers, larmes de paysans;
Car les bandits qui sont cause des guerres
Ne pleur'nt jamais car ce sont des tyrans !


La Butt' roug' c'est son nom,
L'bâptêm' s'fit un matin,
Où tous ceux qui montaient
Roulaient dans le ravin.
Aujourd'hui y'a des vignes,
Il y pouss' du raisin,
Qui boit de ce vin-là
Boit les larmes des copains.
Sur c'te butt'-là on y r'fait des vendanges,
On y entend des cris et des chansons ;
Filles et gars tendrement y échangent
Des mots d'amour qui donnent le frisson.
Peuv'nt-ils songer dans leurs folles étreintes,
Qu'à cet endroit où s'échang'nt leurs baisers,
J'ai entendu, la nuit, monter des plaintes,
Et j'y ai vu des gars au crân's brisés !
La Butt' roug' c'est son nom,
L'bâptêm' s'fit un matin,
Où tous ceux qui montaient
Roulaient dans le ravin.
Aujourd'hui y'a des vignes,
Il y pouss' du raisin,
Mais moi j'y vois des croix
Portant l'nom des copains.

 

 

La Chanson de Craonne

La « Chanson de Craonne » demeure la plus émouvante complainte des tranchées de la première guerre mondiale (1914-1918). La hiérarchie militaire avait offert un million de francs-or et la démobilisation à qui lui donnerait des enseignements sur le ou les auteurs, sans succès .Paul Vaillant-Couturier la popularisa.

« Quand au bout d'huit jours, le repos terminé,
On va rejoindre les tranchées,
Notre place est si utile
Que sans nous on prend la pile.
Mais c 'est bien fini, on en a assez,
Personne ne veut plus marcher.
Et le cœur bien gros comme dans un sanglot
On dit adieu aux civelots.
Même sans tambour, même sans trompette,
On s'en va là-haut en baissant la tête.
Refrain
Adieu la vie, adieu l'amour, adieu toutes les femmes.
C'est bien fini, c 'est pour toujours de cette guerre infâme.
C'est à Craonne, sur le plateau, qu 'on doit laisser sa peau :
Car nous sommes tous condamnés,
Nous sommes les sacrifiés.
Huit jours de tranchées, huit jours de souffrance,
Pourtant on a l'espérance

Que ce soir viendra la r'léve
Que nous attendons sans trêve.
Soudain dans la nuit et dans le silence
On voit quelqu'un qui s'avance :
C'est un officier de chasseurs à pied
Qui vient pour nous remplacer.
Doucement dans l'ombre sous la pluie qui tombe
Les petits chasseurs vont chercher leurs tombes.
Refrain
C'est malheureux de voir sur les grands boul'vards
Tous ces gros qui font la foire.
Si pour eux la vie est rosé
Pour nous, c 'est pas la même chose.
Au lieu de s'cacher tous ces embusqués
Fraient mieux d'monter aux. tranchées
Pour défendre leurs biens, car nous n'avons rien,
Nous autres pauvres purotins.
Tous les camarades sont enterrés là
Pour défendre les biens de ces messieurs-là.
Refrain
Ceux qui ont l'pognon, ceux-là.r viendront
Car c 'est pour eux qu 'on crève
Mais c'est fini car les troufions
Vont tous se mettre en grève
Ce s ra vot' tour, messieurs les gros,
De monter sur l'plateau :
Car si vous voulez la guerre
Payez-la de votre peau. »

 

 

 

Le Déserteur - The Deserter

(Boris VIAN)

Monsieur le Président,
je vous fais une lettre,
que vous lirez peut-être,
si vous avez le temps.

Je viens de recevoir
mes papiers militaires
pour partir à la guerre
avant mercredi soir.

Monsieur le Président
je ne veux pas le faire,
je ne suis pas sur terre
pour tuer de pauvres gens.

C'est pas pour vous fâcher,
il faut que je vous dise,
ma décision est prise,
je m'en vais déserter.

Depuis que je suis né,
j'ai vu mourir mon père,
j'ai vu partir mes frères,
et pleurer mes enfants.

Ma mère a tant souffert,
qu'elle est dedans sa tombe,
et se moque des bombes,
et se moque des vers.

Quand j'étais prisonnier
on m'a volé ma femme,
on m'a volé mon âme,
et tout mon cher passé.

Demain de bon matin,
je fermerai ma porte
au nez des années mortes
j'irai sur les chemins.

Je mendierai ma vie,
sur les routes de France,
de Bretagne en Provence,
et je crierai aux gens:

refusez d'obéir,
refusez de la faire,
n'allez pas à la guerre,
refusez de partir.

S'il faut donner son sang,
allez donner le vôtre,
vous êtes bon apôtre,
monsieur le Président.

Si vous me poursuivez
prévenez vos gendarmes
que je n'aurai pas d'armes
et qu'ils pourront tirer.

Mr. President
I'm writing you a letter
that perhaps you will read
If you have the time.

I've just received
my call-up papers
to leave for the front
Before Wednesday night.

Mr. President
I do not want to go
I am not on this earth
to kill wretched people.

It's not to make you mad
I must tell you
my decision is made
I am going to desert.

Since I was born
I have seen my father die
I have seen my brothers leave
and my children cry.

My mother has suffered so,
that she is in her grave
and she laughs at the bombs
and she laughs at the worms.

When I was a prisoner
they stole my wife
they stole my soul
and all my dear past.

Early tomorrow morning
I will shut my door
on these dead years
I will take to the road.

I will beg my way along
on the roads of France
from Brittany to Provence
and I will cry out to the people:

Refuse to obey
refuse to do it
don't go to war
refuse to go.

If blood must be given
go give your own
you are a good apostle
Mr. President.

If you go after me
warn your police
that I'll be unarmed
and that they can shoot.

 

 

 

      Prolétaires, unissez-vous !

Cette vieille chanson de lutte ouvrière était chantée, dans les années '20, par la chorale bruxelloise "Les Enfants du Peuple" notamment

1.
Opprimés, vous êtes tous frères
Et dans la joie et le malheur
Vous devez malgré les frontières
Vous aimer de tout coeur.
Que la haine de race à race,
Qui déchire l' Humanité
S' éteigne sans laisser de traces.
Et vive la fraternité.
 
REFRAIN
Pour que sur l' Univers, règne la paix féconde
Et pour que le bonheur, bientôt, sourit à tous;
En ce jour, sollennel, Prolétaires du monde
Unissez-vous... Unissez-vous... Unissez-vous.

 

2.
La guerre a fait tant de ravages
Et tant de vides dans nos rangs,
Assez de ces luttes sauvages
Qui enrichissent les tyrans.
N' êtes-vous pas las de répandre
Votre sang pour défendre ceux
Qui viennent au monde pour tout vous prendre
Et qui vivent en paresseux.
(Refrain en choeur).
 
3.
Unissez-vous afin de renaître,
De vivre en toute liberté.
Unissez-vous, afin de connaître
Le bonheur, la fraternité.
Unissez-vous, pour que la terre
se recouvre d' épis et de fleurs,
Pour que s' oublient les misères
Et pour que se sèchent les pleurs.
(Refrain en choeur)

 

 

Le Chant des Marais

  Loin vers l’infini s’étendent

Des grands près marécageux.

Pas un seul oiseau ne chante

Sur les arbres secs et creux.

La mort pour celui qui fuit.

Mais un jour dans notre vie,

Le printemps refleurira

Libre enfin, ô ma patrie,

Je dirai tu es à moi.

REFRAIN

 

O, terre de détresse

Où nous devons sans cesse

Piocher.

Bruit des pas et bruit des armes,

Sentinelles jour et nuit,

Et du sang, des cris, des larmes,

REFRAIN

O, terre d’allégresse

Où nous pourrons sans cesse

Aimer.

 

 

           Le Régiment des Révoltés.

Celle-ci était chantée, avant 1914, dans la chorale socialiste lessinoise "Le Réveil de la Jeunesse" (plus communément appelée "La frousse cléricale"!).

1.)

Il est un régiment superbe

Dont les soldats sont si nombreux

Que les brins d' herbe

Et que les étoiles des cieux.

Ces vaillants, redressant la taille,

Ont livré de rudes combats.

Leur élément, c' est la bataille,

Ils n' ont jamais mis les armes bas.

 

 

REFRAIN :

 

Dressant par de nobles conquêtes

Sa bannière aux plus agités,

Il passe, en semant les tempêtes, )  bis

Le régiment des révoltés.              )

 

 

2.)

C' est dans des nuages de poudre

Que ce régiment s' est formé.

S' il est dans sa brillante histoire

Des pages teintes de son sang,

Bien souvent leur fière victoire

A couronné son front puissant.

 

3.)

Il suit sa marche triomphante,

Répandant des flots de clarté

Et souvent, partout, il enfante

Le bonheur et la liberté.

Il passe comme un flot qui roule,

Arrêtant tout sur son chemin.

Et devant lui, le passé croule

Pour le bonheur du genre humain.

 

                                      

Le Chiffon Rouge

Michel FUGAIN

                                      
Refrain :

Accroche à ton coeur
Un morceau de chiffon rouge
Une fleur couleur de sang.

Si tu veux vraiment que ça change et que ça bouge
Lève-toi car il est temps.

Allons droit devant vers la lumière
En montrant le poing et en serrant les dents
Nous réveillerons la terre entière
Et demain nos matins chanteront.

Compagnon de colère , compagnon de combat
Toi que l'on faisait taire , toi qui ne comptais pas
Tu vas pouvoir enfin le porter
Le chiffon rouge de la liberté
Car le monde sera ce que tu feras
Plein d'amour , de justice et de joie.
 


Refrain.

Si tu veux vraiment que ça change et que ça bouge
Lève-toi car il est temps.

Tu crevais de faim dans ta misère
Tu vendais tes bras pour un morceau de pain
Mais ne crains plus rien , le jour se lève
Et il fera bon vivre demain.

Compagnon de colère , compagnon de combat
Toi que l'on faisait taire , toi qui ne comptais pas
Tu vas pouvoir enfin le porter
Le chiffon rouge de la liberté
Car le monde sera ce que tu feras
Plein d'amour , de justice et de joie.

Siffloter le refrain.

 

 (chantons ensemble !) 

Chant de la Fédération mondiale de la Jeunesse démocratique

1966: extrait du chansonnier de la JCB (Jeunesse communiste de Belgique)

                             

Une seule espérance                                              

Nous rassemble et nous dicte sa loi                            

Et sur cette espérance,                                           

Nous avons établi notre foi.                                   

Tous les pays du monde                                             

En leur langue répondent:                                      

Par la jeunesse vient la promesse                               

D' un avenir meilleur

Refrain :

Nous voulons chasser la haine                               

pour toujours (x3)                                                      

Et bannir la peur, la guerre,

sans retour ! (x3)       

Oui, nous voulons donner 

Aux peuples le bonheur

Et bannir la peur, la guerre, 

sans retour (x3)                                  

                                                                       

 


 

 

Tous en notre mémoire                                          

Nous gardons une empreinte de feu.                        

De nos morts la victoire                                        

Notre union, nos efforts, sont l' enjeu.                     

Et du fond de la terre,                                                

Se joignant à leurs frères,                                          

Ils crient: JEUNESSE !                                         

Tiens ta promesse                                                       

D' un avenir meilleur !

 

Peu importe nos âges

A l' appel du devoir nous pressant,

Fiers de notre héritage,

Prix de tant de terreur et de sang,

Nous gagnerons la bataille

Et le monde tressaille:

Oui, la jeunesse

Tient sa promesse

D' un avenir meilleur !

                     

La jeune garde du prolétariat

1966: extrait du chansonnier de la JCB (Jeunesse communiste de Belgique)

                             

Le feu de la victoire

Rougit le ciel et luit,                            

Sans défense illusoire                                         

Notre ennemi s' enfuit.                                  

Marchons tous au dernier assaut                                             

Jeunesse, entoure ton drapeau

Voici la Jeune Garde du Prolétariat (x 2)                               

 

Nous connaissons l' épreuve                               

Des peines du labeur                                                      

Et  sur nos forces neuves

S' abattit  sa lourdeur       

Brisant joie et félicité 

Sous son poids sans cesse augmenté,

Voici ...                                

                                                                       

 

 

 

Le travail de nos masses

Sur la terre a toujours fait

La richesse où se tassent

Nos maux qui l' enfantaient

Mais nous sentons notre pouvoir,

Source d' où jaillit notre vouloir.

Voici ...

 

Nous marchons à la ronde

Jurant d' un même coeur :

Lutter pour la seconde

Où le travail vainqueur

Renversera tous nos tyrans,

Sous son drapeau rouge et claquant.

Marchez, vous, Jeunes Gardes,

du Prolétariat !   ( x2)

 
 

 

Bandiera Rossa

1966: extrait du chansonnier de la JCB (Jeunesse communiste de Belgique)

                             

Avanti, o popolo, alla ricossa !

Bandiera rossa, bandiera rossa !

Avanti, o popolo, alla ricossa !

Bandiera rossa trionfera !

 

Bandiera rossa trionfera ! (x 3)

Evviva il Socialismo e la liberta !                      

                            

                                                                       

 

 

 

Avanti, o popolo,  alla stazione !

Revoluzione, revoluzione !

Avanti, o popolo, alla stazione !

Revoluzione trionfera !

 

Revoluzione la trionfera ! ( 3)

Evviva il Communisme e la liberta !

 

 

Chant des Partisans soviétiques

1966: extrait du chansonnier de la JCB (Jeunesse communiste de Belgique)

                             

Par le froid et la famine

Dans les villes et dans les champs

A l' appel du grand Lénine )        x2

Se levaient les partisans      )   

 

Pour reprendre le rivage

Le dernier rempart des blancs

Par les monts et par les plaines)       x2

S' avançaient les partisans        )

                       

 

 

Ecrasant les armées blanches

Et chassant les atamans

Ils finirent leur campagne )      x2

Sur les bords de l' Océans  )

 

Notre paix, c' est leur conquête,

Car en mil neuf cent dix - septe

Sous les neiges et les tempêtes)       x2

Ils sauvèrent les Soviets           )

 

 

Anthologie Anticléricale

Change The World, mouvement des jeunes du PTB

Chants de la Guerre d'Espagne

Chants révolutionnaires

Chants révolutionnaires, de révoltes et de luttes

Chants révolutionnaires par Eugène Pottier

Gérard - André chante Louis Aragon, Lamartine, Victor Hugo, Georges Brassens, François Villon, Jean Ferrat, Félix Leclerc, Léo Ferré....

HISTORY IN SONG

Karabol

la sélection éclectique de Charlottem, franc-tireuse munie d'une conscience

Le Drapeau Rouge

Le Merle Rouge : chansons sociales et révolutionnaires 

Les mps de la Cie Jolie Môme

Même pas Cap' est un duo de grateux "lanvénecois" parodies de chansons ...

Musiques de Colombie, Bolivie, ...

Un peu de musique cubaine

Musiques populaires de tous les pays

téléchargement de mp3. Grande collection de musiques d’URSS et de nombreux pays, dont des musiques d'archives provenant de vieux vinyls ; génial !

z'avez-t'y des sous par Le groupe Pierrot Noir

http://memepascap.free.fr

Cette page a été mise à jour le 16/02/09.               
                                     

                                      bt14b.gif (2897 octets)      

Voir aussi mon site, mes liens et archives personnels  (archives)  (Solidaire))  (Courcelles)  (Courcelles-divers(Bush)  (Bush-bio)  (Bu$h-Havel)  (Bush/Sénégal)  (un boucher)  (Afghanistan "libéré")  (Allende(anti-mondialisation)  (auteurs/archives marxistes)  (Alija Izetbegovic)  (Belgique)  (Belgique/2)  (Ben Laden)  (Berlusconi(Catéchisme du  Peuple (chants)  (Chili)  (citations)  (Colombie-Farc(communistes)  (Congo (Congo/2)  (Corée)  (Corée/2)  ("crimes staliniens")  (Cuba)  (Cuba/2)  (Cuba/Bonaldi/Raffy)   (Cuba, RSF, Ménard,...))  (divers et/ou amis)  (éditions, débats)  (en bref/Belgique(Espagne (Euro-dictature capitaliste)  (Europe/2) (fichage, écoutes, surveillance)  (lutte des Forges de Clabecq (France) (Guevara) (haine, racisme, fascisme, (Front russe(histoire)  (hommage aux ouvriers-mineurs)  (Irak occupé)  (Irak/2)  (Israël)  (Israël/2) (Italie)  (jeunesse)  (l' Internationale - Degeyter et Pottier(manifeste communiste (Moriaux et le Népal)  (Negroponte en Irak (nomenklatura)  (nos droits)  (Otan, guerres, impérialisme, agressions, pillage des peuples, colonialisme (Otan)  (Otan/2 (Paastoors et Cuba (Paix, faim, dans le monde(Palestine occupée)  (Palestine/2)  (partisans en Belgique)  (Ier mai - histoire)  (presse)  (Queen Mary 2)  (Résistance au nazisme)  (religions) (Roux-fusillades 1886)  (six juin 1944: débarquement (socialisme, communisme, marxisme)   (solidarité internationale (Sorros)  ("Staline!", vous avez dit ?)  (Star Academy, TF1, Endemol, Universal (syndicalisme(théorie)  (Turquie (U$A)  (U$A/2(Vatican(Vietnam)  (wallon) 

S'inscrire à romainroger

Assisté par fr.groups.yahoo.com

Il s' agit de mes 2 listes de diffusion d'où vous pouvez obtenir toutes mes infos quotidiennes de Courcelles, de Belgique et du Monde entier, si vous vous inscrivez. Merci et bienvenue !
S'inscrire à romain

Assisté par fr.groups.yahoo.com