ROMAIN Roger de Courcelles - Belgique: Cliquer pour voir mes dossiers et actualités au quotidien:

http://histoire.skynetblogs.be

http://courcelles.skynetblogs.be

 

Vous voulez faire partie de ma mailing list et recevoir mes messages, cliquez ici et indiquez "subscribe", svp  : Diffusez vos infos.

 

 

 
"Autopsie des terrorismes" de Noam Chomsky
 
 
 
""Il faut rappeler que les États-Unis sont les seuls, comme pays, à avoir été condamnés pour terrorisme international par la Cour internationale de justice et les seuls à avoir rejeté une résolution du Conseil de sécurité qui appelait les États à observer les lois internationales.
 
Les États-Unis continuent leur terrorisme international. Il y a des exemples qui, en comparaison, peuvent paraître moins importants. Chacun ici avait été totalement scandalisé par l'attentat d'Oklahoma City et, pendant quelques jours, les grands titres des journaux disaient: "Oklahoma City ressemble à Beyrouth." Je n'ai entendu personne remarquer que Beyrouth aussi ressemblait à Beyrouth, et l'explication tient en partie à ce que l'administration Reagan avait fait exploser là-bas, en 1985, une bombe très semblable à celle d'Oklahoma City, un camion plein d'explosifs, placé à l'extérieur d'une mosquée, minuté pour tuer le maximum de gens au moment où ils sortiraient. Cette explosion avait tué quatre-vingts personnes et en avait blessé deux cents cinquante, pour la plupart des femmes et des enfants, selon un rapport publié dans le Washington Post trois ans plus tard. Cet acte de terrorisme visait un dignitaire musulman que l'administration Reagan n'aimait pas et qu'elle a raté. Ce n'est pas vraiment un secret. je ne sais pas quel nom vous donnez à une politique qui entraîne, d'une manière délibérée, la mort de peut-être un million de civils en Irak, sans compter celle d'un demi million d'enfants, ce qui serait le prix que nous voudrions  payer, selon la secrétaire d'Etat. Y a-t-il un nom à cela? Le soutien à Israël dans ses atrocités est un autre exemple.""
 
Appuyer la Turquie, qui écrase sa population kurde, et pays auquel l'administration Clinton avait apporté une aide décisive, 80% de son armement, contribuant ainsi à intensifier la terreur, en est un autre exemple encore. Il s'agissait là-bas d'atrocités véritablement massives, l'une des  pires campagnes de nettoyage ethnique et de destructions des années 1990, à peine connue en raison de la reponsabilité majeure des Etats-Unis - et si par hasard cette question malséante était mentionnée, elle était rejetée sous prétexte que ce n'était là qu'une "fausse note" dans notre engagement général pour "mettre fin à l'inhumanité" partout dans le monde.
 
Ou encore, prenons l'exemple de la destruction de l'usine de produit pharmaceutiques d'Al-Shifa, au Soudan - une simple note de bas de page dans la liste du terrorisme d'Etat, vite oubliée. Quelle aurait été la réaction si les réseaux Ben Laden avaient fait sauter la moitié des réserves pharmaceutiques américaines ainsi que les installations pour les  reconstituer? Nous pouvons l'imaginer, bien que cette comparaison soit faussée: les conséquences sont infiniment plus graves pour le Soudan. Cela mis à part, si les États-Unis, ou Israël, ou le Royaume-Unis avaient été la cible d'une telle monstruosité, quelles auraient été les réactions? Dans le cas du Soudan, nous disons: "Ah oui, c'est vraiment regrettable, c'est une erreur sans importance, passons à autre sujet, et tant pis pour les victimes." D'autres, dans le monde, ne réagissent pas ainsi. Lorsque Ben Laden fait exploser ses bombes, il touche la corde sensible, même chez ceux qui le  méprisent ou qui le craignent; et il en va de même, malheureusement, pour une grande part de sa rhétorique.
 
Même s'il ne fait l'objet  que d'une petite note, le cas du Soudan n'en est pas moins hautement instructif. Un des aspects intéressant est la réaction que l'on suscite dès que l'on ose mentionner cette affaire. C'est ce que j'ai fait dans le passé, et j'ai recommencé, en réponse aux questions que me posaient les journalistes peu après les attentats du 11 septembre. J'ai indiqué que le nombre des victimes de ces "crimes horribles" du 11 septembre commis avec "une malignité et une cruauté terrifiantes" pouvait être comparable à celui du bombardement de Clinton sur l'usine  d'Al-Shifa en août 1998. Cette conclusion  plausible a déclenché des réactions extraordinaires, des sites Internet et des journaux ont  été submergés de  condamnations fébriles et extravagantes, que j'ignorerai. Le seul aspect important est que cette simple phrase -qui, à y regarder de plus près, apparaît plutôt comme une affirmation au-dessous de la vérité - a été considérée par un certain nombre de commentateurs comme tout à fait scandaleuse. Il est dès lors difficile d'éviter de conclure qu'à un certain niveau, et même s'il le nient eux-mêmes,pour eux, nos crimes contre les faibles sont considérés comme aussi naturels que l'air que nous respirons. Je dis "nos" crimes, car nous sommes responsables, en tant que contribuables, pour ne pas avoir offert des dédommagements conséquents, pour avoir accordé refuge et immunité à leure auteurs et parce que nous permettons que ces actes terribles soient enfouis dans les profondeurs d'une mémoire sélective. Tout cela  revêt une signification extrême, comme c'était le cas dans le passé.
 
Sur les conséquences des destructions de l'usine d'Al-Shifa, nous n'avons que des estimations. Le Soudan a demandé une enquête auprès des Nations unies afin de connaître les justifications de ce bombardement. L'enquête a également été bloquée par Washington, et il semble que peu de gens aient tenté de la poursuivre. Mais nous devrions sûrement le faire. Peut-être devrions-nous commencer par rappeler quelques vérités de base, au moins pour ceux qui se sentent un peu concernés par les droits de l'homme. Lorsque nous procédons à une estimation du nombre de victimes d'un crime, nous ne dénombrons  pas uniquement ceux qui ont été tués sur le coup, mais aussi ceux qui sont morts à la suite de l'acte criminel. Telle est la démarche que la réflexion nous fait adopter (...)  
 
Un an après l'attaque, "dépourvu des médicaments d'importance vitale que les (installations détruites) produisaient, le Soudan voit augmenter inexorablement, le nombre de ses morts. (...) Ainsi, des dizaines de milliers de personnes - la plupart, des enfants -souffrent et meurent de palaudisme, de tuberculose, et d'autre maladies curable. Al-Shifa fournissait la population en médicaments abordables et fabriquait des produits vétérinaires vendu partout au Soudan. L'unsine prosuisait 90% des médicaments les plus utilisés dans le pays. Les sanctions contre le Soudan lui interdisent d'importer les quantités de produits pharmaceutiques nécessaires pour couvrir les manques occasionnés par la destruction du l'usine. L'acte commis par Washington le 20 août 1998 continue de priver le peuple du Soudan des médicaments indispensable. Des populations entières doivent se demander comment la Cour internationale de justice célébrera cet anniversaire."
 
"La perte de cette usine est une tragédie pour les communautés rurales qui ont besoin des médicaments." c'est ainsi que le bilan silencieux des morts ne cesse d'augmenter.""
 
"Astill cite le docteur Idriss Eltayeb, l'un des très rares pharmacologues soudanais, président du conseil d'administration d'Al-Shifa: ce crime, dit-il, est "exactement un acte de terrorisme, tout autant que ce qui s'est passé contre les Twin Towers - les tours jumelles -, mais la seule différence est que nous  savons qui l'a commis. Je ressens beaucoup de tristesse pour tous ceux qui ont perdu la vie (à New-York et à Washington), mais en terme quantitatifs et s'agissant du coût relatif pour  un pays pauvre, (le bombardement du Soudan) a été pire." (...)
 
Juste avant l'attaque par les missiles en 1998, le Soudan détenait deux hommes soupçonnés d'avoir lancé des bombes contre les ambassades américaines en Afrique orientale, et en avait averti Washington, comme l'ont confirmé des officiels américains. Mais les États-Unis ont rejeté l'offre de coopération du Soudan et, après l'attaque des missiles, le Soudan "a relâché avec colère" les suspects (...), ils ont depuis été identifiés comme des agents de Ben Laden. des rapports récemment communiqués par le FBI font état d'une raison supplémentaire pour laquelle le Soudan avait "relâché avec colère" les suspects. Selon ces rapports, le FBI aurait voulu que ces hommes soient extradés, mais le département d' État avait refusé. Une "source émanant de la direction de la CIA" décrit à  présent ce refus ainsi que le rejet d'autres offres de coopération faites par le Soudan comme "le plus grave de tous les échecs imputables aux services de renseignements dans toute cette terrible affaire" du 11 septembre. "C'est la clé de tout ce qui est arrivé ensuite" en raison des preuves surabondantes que le Soudan proposait de fournir sur Ben Laden, propositions qui ont été repoussées plusieurs fois à cause de la "haine irrationnelle" de l'administration Clinton pour le Soudan, indique cette même source provenant de la CIA.
 
Chomsky

Voir mon site, mes weblogs, mes liens et archives personnels  (archives)  (Solidaire)  (Courcelles)  (Courcelles-divers(Bush)  (Bush-bio)  (Bu$h-Havel)  (Bush/Sénégal)  (un boucher)  (Afghanistan "libéré")  (Allende(anti-mondialisation)  (auteurs/archives marxistes)  (Alija Izetbegovic)  (Belgique)  (Belgique/2)  (Ben Laden)  (Berlusconi(Catéchisme du  Peuple (chants)  (Chili)  (citations)  (Colombie-Farc(communistes)  (Congo (Congo/2)  (Corée)  (Corée/2)  ("crimes staliniens")  (Cuba)  (Cuba/2)  (Cuba/Bonaldi/Raffy)   (Cuba, RSF, Ménard,...)  (divers et/ou amis)  (éditions, débats)  (en bref/Belgique (Espagne (Euro-dictature capitaliste)  (Europe/2) (fichage, écoutes, surveillance)  (lutte des Forges de Clabecq (France) (Guevara) (haine, racisme, fascisme,(Front russe(histoire)  (hommage aux ouvriers-mineurs)  (Irak occupé)  (Irak/2)  (Israël)  (Israël/2) (Italie)  (jeunesse)  (l' Internationale - Degeyter et Pottier (manifeste communiste (Moriaux et le Népal)  (Negroponte en Irak (nomenklatura (nos droits)  (Otan, guerres, impérialisme, agressions, pillage des peuples, colonialisme (Otan)  (Otan/2 (Paastoors et Cuba (Paix, faim, dans le monde (Palestine occupée)  (Palestine/2)  (partisans en Belgique)  (Ier mai - histoire)  (presse)  (Queen Mary 2)  (Résistance au nazisme)  (religions) (Roux-fusillades 1886)  (six juin 1944: débarquement (socialisme, communisme, marxisme)   (solidarité internationale (Sorros)  ("Staline!", vous avez dit ?)  (Star Academy, TF1, Endemol, Universal(syndicalisme(théorie)  (Turquie (U$A)  (U$A/2(Vatican(Vietnam)  (wallon) 

Cette page a été mise à jour le 02/10/07.               
                                     

                                      http://users.skynet.be/roger.romain/bt14b.gif (2897 octets)