Cliquer pour voir mes dossiers et actualités au quotidien:

http://histoire.skynetblogs.be

http://courcelles.skynetblogs.be

 

Roger Romain Courcelles Belgique Marxisme Léninisme Socialisme Communisme Paix  Internationalisme Anti-racisme Anti-fascisme Unité des Travailleurs : bienvenue ! 

 Faits historiques :1944 - 1945, quand STALINE sauvait la Belgique...

 

1944 - 1945 : Quand STALINE, pour contrer l'offensive VON RUNDSTEDT, volait au secours de l'Occident capitaliste et de la Belgique, en répondant à la demande urgente de CHURCHILL :
 
En 1945, les Allemands ont dû arrêter leur offensive des Ardennes pour tenter de faire face aux divisions soviétiques. La Belgique fut ainsi sauvée grâce à l'offensive de STALINE sur le front de l' Est.
 
Aujourd'hui, on célèbre de plus en plus la Libération de la Belgique, toujours avec un hommage appuyé principalement aux troupes américains. C'est une façon d'oublier d'autres volets historiques. Le 8 mars 1953, on trouvait une version bien différente dans Le Drapeau Rouge, organe du Parti communiste de Belgique d'alors...
 
Fin décembre 1944, les troupes hitlériennes conduites par von Rundstedt, déclenchent une offensive sur le front ouest dans la région des Ardennes.
 
Elles percent le front et mettent les troupes anglo - américaines dans une situation difficile. Les alliés affirmaient que les Allemands voulaient, en attaquant en direction de Liège, écraser la 1ère Armée américaine, déboucher sur Anvers, isoler la 9ème Armée américaine, la 2ème armée Anglaise, la 1ère Armée canadienne et infliger aux alliés un nouveau Dunkerque pour mettre la Grande - Bretagne hors combat.
 
Churchill appelle au secours...
Le 6 janvier 1945, Churchill adressa dans ces circonstances le message suivant à Staline:
"Des combats très pénibles se livrent en Occident et le commandement suprême peut être forcé à tout moment de prendre de graves décisions. Vous savez vous - même par votre propre expérience, combien alarmante est une situation, lorsqu' il faut défendre un très large front, après avoir perdu temporairement l' initiative. Le général Eisenhower a le plus grand désir et éprouve le besoin de savoir dans les lignes essentielles ce que vous proposez de faire, car cela aura naturellement une répercussion sur toutes les importantes décisions tant de son côté que du nôtre.
Conformément à la communication reçue, notre émissaire, le maréchal en chef d' aviation Tedder se trouvait hier soir au Caire où il était retenu par les conditions atmosphériques. Son voyage s' est trouvé fortement prolongé non pas par notre faute. S'il n' est pas encore arrivé auprès de vous, je vous serais reconnaissant de bien vouloir me communiquer si nous pouvons compter sur une grande offensive russe sur le front de la Vistule ou quelque part, à un autre endroit, au cours de janvier ou toutes autres informations qu' il vous plaira peut - être d' indiquer. Je ne communiquerai à personne cette information rigoureusement confidentielle à l' exception du feldmaréchal Brook et du général Eisenhower et à la condition de tenir dans le secret le plus strict. J' estime cette affaire urgente".
 
"Nous ferons tout notre possible" répond Staline...
Le 7 janvier 1945, Staline adressait à Churchill la réponse suivante:
"J' ai reçu dans la soirée du 7 janvier votre message du 6 janvier 1945. Malheureusement, le maréchal en chef d' aviation, M; Tedder n' est pas encore arrivé à Moscou. Il importe beaucoup d' utiliser contre les Allemands notre supériorité en artillerie et en aviation. Il faut à cet effet une temps clair pour l' aviation et l' absence d' une basse nébulosité qui empêche l' artillerie de mener un tir réglé. Nous nous préparons à l' offensive, mais actuellement le temps ne la favorise pas.
Cependant, prenant en considération la situation de nos alliés sur le front ouest, le Grand Quartier Général du Commandement Suprême a décidé d' achever les préparatifs à un rythme accéléré, et, sans tenir des conditions atmosphériques, de déclencher de larges opérations offensives contre les Allemands sur tout le front central, dans la deuxième moitié de janvier au plus tard. Vous pouvez être sûr que nous ferons tout le possible pour aider nos glorieuses troupes alliées".
 
Dans sa réponse à Staline, Churchill écrivait le 9 janvier:
"Je vous suis très reconnaissant de votre émouvant message. Je l' ai envoyé au général Eisenhower pour qu' il en prenne seul connaissance. Qu' un succès complet couronne votre noble entreprise".
 
Une offensive gigantesque est déclenchée...
Désireux d' aider au plus vite les troupes alliées à l' Ouest, le Commandement Suprême des troupes soviétiques décide d' avancer la date de l' offensive contre les Allemands sur le front soviéto - allemand au 12 janvier. Le 12 janvier, une grande offensive des troupes soviétiques commença sur un large front de la mer Baltique aux Carpates. Cent cinquante divisions soviétiques, pourvues d' une grande quantité d' artillerie et d' aviation, entrèrent en action, enfoncèrent le front allemand et ramenèrent les troupes allemandes à des centaines de kilomètres en arrière. Le 12 janvier, sur le front ouest, les troupes allemandes, y compris les 5ème et 6ème armées blindées qui se préparaient à porter un nouveau coup, interrompirent leur offensive et dans les cinq à six jours furent retirées du front et transférées dans l' Est contre les troupes soviétiques qui avançaient. L' offensive des troupes allemandes dans l' Ouest était mise en échec.
 
Le 17 janvier 1945, Churchill écrivait à Staline:
"Je vous suis très reconnaissant de votre message. Au nom du gouvernement de Sa Majesté et de toute mon âme, je tiens à vous exprimer notre gratitude et et nos félicitations à l' occasion de l' offensive gigantesque que vous avez commencée sur le front est".
Vous êtes maintenant, sans aucun doute, au courant des plans du général Eisenhower et vous savez jusqu' à quel point leur réalisation a été retenue et dérangée par l' offensive de von Rundstedt. Je suis persuadé que des combats vont se livrer sans interruption sur tout notre front. Le 21ème groupe d' armée britannique, sous le commandement du feldmaréchal Montgoméry, a commencé aujourd'hui l' offensive dans la zone sud de Roermond".
 
L' Armée rouge a brisé le système de défense allemand...
Dans son ordre du jour aux troupes soviétiques en date de février 1945, J. Staline disait au sujet de cette offensive des troupes soviétiques:
"En janvier dernier de l' année courante, l' Armée rouge a asséné à l' ennemi un coup d' une vigueur sans précédent sur tout le front, de la Baltique aux Carpates. Elle a brisé sur une longueur de 1.200 kilomètres le puissant système de défense que les Allemands avaient mis plusieurs années à construire. Au cours de son offensive, l' Armée rouge a, par ses actions rapides et habiles, refoulé l' ennemi loin à l' ouest.
Les succès de notre offensive d' hiver ont eu avant tout pour résultats de faire échouer l' offensive d' hiver entreprise par les Allemands à l' Ouest, et qui avait pour but de s' emparer de la Belgique et de l' Alsace, et ils ont permis aux armées de nos alliés de passer, à leur tour, à l' offensive contre les Allemands et d' associer ainsi leurs opérations offensives à l' ouest aux opérations offensives de l' Armée rouge à l 'est".
Ainsi agissait Staline, commandant suprême de la glorieuse Armée soviétique qui joua le rôle décisif dans la libération de l' Europe.
 
                                                    "Le Drapeau Rouge", 8 mars 1953.