6 juin 1944 Normandie débarquement guerre

6 juin 1944 : le débarquement en NORMANDIE : autres points de vue, autres vérités ...

http://users.skynet.be/roger.romain/BELGIQUE_Staline.htm http://users.skynet.be/roger.romain/1940-1945.html    (Résistance au nazisme)  

http://membres.lycos.fr/edipro/Histoire/60debarquement.htm#H-texte1

        

----- Original Message -----
From: Michel Collon
Sent: Saturday, June 05, 2004 6:03 PM
Sujet:  6 juin 44 : ce qu'on ne vous dira pas demain

 
6 juin 44 : ce qu'on ne vous dira pas demain
Pourquoi Ford, GM et Esso ont-elles armé Hitler ?
MICHEL COLLON

"Oui, mais quand même les Américains nous ont ont libérés en 45!"  Combien de fois, l'ai-je entendue celle-là! Sur les bancs de l'école. Mais aussi lors de débats sur les guerres actuelles des USA.
40-45, la seule 'bonne' guerre US ? Peut-être à nuancer. Quelques faits troublants sont documentés dans un excellent livre de l'historien Jacques Pauwels (1).

Ses documents irréfutables prouvent qu'une grande partie des sociétés US ont carrément collaboré avec Hitler, et pas seulement au début de la guerre : Du Pont, Union Carbide, Westinghouse, General Electric, Goodrich, Singer, Kodak, ITT, JP Morgan...
Pire. La grande nouveauté stratégique d'Hitler, ce fut la "Blitzkrieg", la guerre-éclair : porter très vite ses troupes au coeur de l'adversaire. Pour cela, deux conditions indispensables : des camions et de l'essence. L'Allemagne n'ayant aucun des deux, c'est Esso qui a fourni l'essence, tandis que les camions provenaient des usines allemandes de Ford et General Motors.

"Que cette guerre dure le plus longtemps possible!"
Pauwels montre que :
1. Une grande partie du patronat US était pro-Hitler dans les années 30 et 40.
2. Cela n'a changé qu'au moment où les ventes des firmes US furent mises en danger par l'agressivité commerciale allemande en Amérique latine et ailleurs. Et par les occupations japonaises qui confisquaient tout le commerce en Asie.

En fait, les Etats-Unis jouaient double jeu. Ils souhaitaient que la guerre dure longtemps. Pourquoi ?
D'un côté, les énormes profits que leurs sociétés réalisaient en Allemagne étaient en croissance. De l'autre côté, ils s'enrichissaient en prêtant à la Grande-Bretagne qui supportait tout le poids financier de la guerre. Washington posait d'ailleurs comme condition que Londres abandonne ses colonies après la guerre. Ce qui fut fait. Les Etats-Unis ont réussi à profiter de la Deuxième Guerre mondiale pour affaiblir leurs rivaux et devenir la seule superpuissance capitaliste.

Henry Ford : "Ni les Alliés, ni l'Axe ne devraient gagner la guerre. Les USA devraient fournir aux deux camps les moyens de continuer à se battre jusqu'à ce que tous deux s'effondrent."

Le futur président Harry Truman, 1941 : "Si l'Allemagne gagne, nous devons aider la Russie et si la Russie gagne, nous devons aider l'Allemagne, afin qu'il en meure le maximum de chaque côté."

Ce jeu cynique ne cessa que lorsque l'URSS vainquit Hitler. Alors seulement, les Etats-Unis se précipitèrent pour sauver leurs intérêts en Europe.

Demain 6 juin, on fera comme si la guerre avait été gagnée en Normandie et non à Stalingrad. On ne dira pas qu'Hitler perdit 90% de ses soldats à l'Est. Que pour un soldat US tué, il y en eut 53 soviétiques. Les manuels scolaires sont parfois bizarres, non ?

Voilà, désolé de vous avoir ôté une de vos dernières illusions. Demain, 6 juin, vous pourrez penser à tout ça lorsque sur une plage normande, on fêtera George Bush alors que son grand-père a financé Hitler. Dans quel monde vivons-nous ?

MICHEL COLLON

PS. Si vous êtes historien, si vous traquez les mythes, les tabous, les secrets de l'Histoire officielle, ou si vous connaissez de tels historiens, écrivez-nous. Notre site en construction fera bientôt connaître "l'Autre Histoire"...

(1). Paru en néerlandais sous le titre
Le mythe de la bonne guerre (l'Amérique et la Deuxième Guerre mondiale), EPO 2000. La version française sort bientôt. A recommander, c'est aussi plein de révélations sur Roosevelt, Truman, la menace d'envahir l'URSS, la récupération des espions et criminels nazis, Churchill, De Gaulle, Yalta...

 

From: r.jean20
To: ForumCommuniste@yahoogroupes.fr
Sent: Sunday, June 06, 2004 10:32 AM
Subject: Re: [ForumCommuniste] MRAP : 6 juin 1944 : Justice et reconnaissance pour tous les libérateurs de la France


Chers amis, le MRAP évoque la mort de ces soldats "qui ont péri dans cette bataille qui allait conduire à la Libération...."
 Permettez moi une précision: le 6 juin 44 n'a pas conduit à la Libération. La libération de la Corse, toujours française à ce qu'il semble, a commencé le 9 septembre 1943.

Elle fut l'oeuvre des résistants corses, pour la plupart communistes, aidés ensuite, par les tabors marocains dont un monument (au col "des goumiers" ou de "Teghime") témoigne de l'héroïsme Le débarquement du 6 juin 44 pour héroïque qu'il ait été,  a permis l'achèvement de ce qui avait été commencé en Corse: la libération totale du pays.

 fraternellement

 

From: Marc Van Campen
Sent: Sunday, June 06, 2004 2:44 PM
Subject: Fw: 6 juin : commémoration ou mystification ?

 
6 juin : commémoration ou mystification ?
------------------------------

Par leur accumulation et par leur caractère unilatéral, les
commémorations du soixantième anniversaire du Débarquement sont en
train d'installer, dans la conscience collective des jeunes
générations, une vision mythique, mais largement inexacte, concernant
le rôle des Etats-Unis dans la victoire sur l'Allemagne nazie. L'image
véhiculée par les innombrables reportages, interviews d'anciens
combattants américains, films et documentaires sur le 6 juin, est celle
d'un tournant décisif de la guerre. Or, tous les historiens vous le
diront : le Reich n'a pas été vaincu sur les plages de Normandie mais
bien dans les plaines de Russie.

Rappelons les faits et, surtout, les chiffres.

Quand les Américains et les Britanniques débarquent sur le continent,
ils se trouvent face à 56 divisions allemandes, disséminées en France,
en Belgique et aux Pays Bas. Au même moment, les soviétiques affrontent
193 divisions, sur un front qui s'étend de la Baltique aux Balkans. La
veille du 6 juin, un tiers des soldats survivants de la Wehrmacht ont
déjà enduré une blessure au combat. 11% ont été blessés deux fois ou
plus. Ces éclopés constituent, aux côtés des contingents de gamins et
de soldats très âgés, l'essentiel des troupes cantonnées dans les
bunkers du mur de l'Atlantique. Les troupes fraîches, équipées des
meilleurs blindés, de l'artillerie lourde et des restes de la
Luftwaffe, se battent en Ukraine et en Biélorussie. Au plus fort de
l'offensive en France et au Benelux, les Américains aligneront 94
divisions, les Britanniques 31, les Français 14. Pendant ce temps, ce
sont 491 divisions soviétiques qui sont engagées à l'Est.

Mais surtout, au moment du débarquement allié en Normandie, l'Allemagne
est déjà virtuellement vaincue. Sur 3,25 millions de soldats allemands
tués ou disparus durant la guerre, 2 millions sont tombés entre juin
1941 (invasion de l'URSS) et le débarquement de juin 1944. Moins de
100.000 étaient tombés avant juin 41. Et sur les 1,2 millions de pertes
allemandes après le 6 juin 44, les deux tiers se font encore sur le
front de l'Est. La seule bataille de Stalingrad a éliminé (destruction
ou capture) deux fois plus de divisions allemandes que l'ensemble des
opérations menées à l'Ouest entre le débarquement et la capitulation.
Au total, 85% des pertes militaires allemandes de la deuxième guerre
mondiale sont dues à l'Armée Rouge (il en va différemment des pertes
civiles allemandes : celles-ci sont, d'abord, le fait des
exterminations opérées par les nazis eux-mêmes et, ensuite, le résultat
des bombardements massifs de cibles civiles par la RAF et l'USAF).

Le prix payé par les différentes nations est à l'avenant. Dans cette
guerre, les Etats Unis ont perdu 400.000 soldats, marins et aviateurs
et quelques 6.000 civils (essentiellement des hommes de la marine
marchande). Les Soviétiques quant à eux ont subi, selon les sources, 9
à 12 millions de pertes militaires et entre 17 et 20 millions de pertes
civiles. On a calculé que 80% des hommes russes nés en 1923 n'ont pas
survécu à la Deuxième Guerre Mondiale. De même, les pertes chinoises
dans la lutte contre le Japon -- qui se chiffrent en millions -- sont
infiniment plus élevées -- et infiniment moins connues -- que les pertes
américaines.

Ces macabres statistiques n'enlèvent bien évidemment rien au mérite
individuel de chacun des soldats américains qui se sont battus sur les
plages de Omaha Beach, sur les ponts de Hollande ou dans les forêts des
Ardennes. Chaque GI de la Deuxième guerre mondiale mérite autant notre
estime et notre admiration que chaque soldat russe, britannique,
français, belge, yougoslave ou chinois. Par contre, s'agissant non plus
des individus mais des nations, la contribution des Etats Unis à la
victoire sur le nazisme est largement inférieure à celle que voudrait
faire croire la mythologie du Jour J. Ce mythe, inculqué aux
générations précédentes par la formidable machine de propagande que
constituait l'industrie cinématographique américaine, se trouve
revitalisée aujourd'hui, avec la complicité des gouvernements et des
médias européens. Au moment ou l'US-Army s'embourbe dans le Vietnam
irakien, on aura du mal à nous faire croire que ce serait le fait du
hasard...

Alors, bien que désormais les cours d'histoire de nos élèves se
réduisent à l'acquisition de « compétences transversales », il serait
peut-être bon, pour une fois, de leur faire « bêtement » mémoriser ces
quelques savoirs élémentaires concernant la deuxième guerre mondiale :

- C'est devant Moscou, durant l'hiver 41-42, que l'armée hitlérienne a
été arrêtée pour la première fois.

- C'est à Stalingrad, durant l'hiver 42-43, qu'elle a subi sa plus lourde défaite historique.

- C'est à Koursk, en juillet 43, que le noyau dur de sa puissance de feu -- les
divisions de Pantzers -- a été définitivement brisé (500.000 tués et
1000 chars détruits en dix jours de combat !).

- Pendant deux années, Staline a appelé les anglo-américains à ouvrir un deuxième front. En vain.

- Lorsqu'enfin l'Allemagne est vaincue, que les soviétiques
foncent vers l'Oder, que la Résistance -- souvent communiste -- engage
des révoltes insurrectionnelles un peu partout en Europe, la bannière
étoilée débarque soudain en Normandie...


Nico Hirtt
Enseignant, écrivain (auteur de "L'école prosituée", ed Labor).

 

From: Emmanuel Lyasse
To: rougesvifs@yahoogroupes.fr
Sent: Sunday, June 06, 2004 11:27 PM
Subject: [rougesvifs] Bon anniversaire

 
Quelques remarques, complémentaires au texte de Michel Collon, à l'intention
de ceux qui se sentent obligés d'étouffer de reconnaissance.


Passons sur le pipeau qu'on nous joue actuellement sur le thème "batailles
décisive, suspens insoutenable, sort du monde en jeu" alors que les
Allemands étaient déjà vaincus à l'Est, pour rappeler quelques faits.

1) Tous les manuels d'histoire officielle flétrissent l'URSS, qui n'est
entrée en guerre que quand les Allemands l'ont attaquée (il y aurait
beaucoup de choses à dire sur ce point, mais ce n'est pas le sujet du jour)
le 22 juin 1941.
Curieusement, ils ne sont pas choqués que les Etats-Unis ne soient entrés en
guerre que six mois plus tard, quand leurs colonies du Pacifique ont été
attaquées par le Japon, et que leurs premières opérations contre l'Allemagne
aient encore attendu un an.

2) Pendant toutes la décennie précédente, les Etats-Unis s'étaient
totalement désintéressés des agressions successives de l'Allemagne de
Hitler. J'ai entendu des Américains et de leurs laquais parler de Munich
voici un an. Elle est bien bonne !

3) Il est vrai que, après que Wilson eut imposé à Versailles en 1919 un
traité aberrant, le sénat américain a refusé de l'appliquer. Le gouvernement
français d'alors n'avait accepté ce traité que contre la garantie des
anglo-saxons sur sa frontière de l'Est. Après la non-ratification
américaine, les Anglais ont fait savoir qu'ils ne se considéraient plus
comme engagés
Rappelons la réaction de Foch à ce traité "Je sais maintenant que nous
aurons la guerre dans vingt ans".

4) Personne n'a encore osé se demander, depuis soixante ans, pourquoi, du
moment où ils sont entrés en guerre, les Américains ont traité la poplation
française en ennemie.
Ils ont libéré la France comme ils sont en train de libérer l'Irak: par des
bombardements massifs sur les populations civiles.

5) Pourtant, ils ne considéraient pas le pseudo-gouvernement français
d'alors comme un ennemi. C'est des USA, et d'un nommé Robert Paxton, qu'est
partie la réécriture de l'histoire de France de ces années-là, grâce à
laquelle on considère aujourd'hui le gouvernement de Vichy comme ayant eu
une politique autonome, contre toute évidence. Mais personne ne dit que
Roosevelt, héros de lutte pour la liberté (au même titre que Reagan et Bush)
a maintenu jusqu'au dernier moment son ambassadeur auprès de Pétain (le
Maréchal l'a rappelé à son procès).
Mieux, en JUILLET 44, des émissaires américains négociaient avec Laval pour
le maintien du gouvernement, avec juste un changement d'occupant. C'est la
Résistance française, extérieure et intérieure, qui a empêché cela en les
prenant de vitesse.

6) Enfin, au milieu des larmes de reconnaissance pour les morts américains
venus libérer la France, une petite comparaison chiffrée: la seconde guerre
mondiale a fait 300 000 morts américains au total (compris bien sûr ceux qui
sont morts dans le Pacifique pour y défendre leur empire colonial). Comme il
est interdit de parler des 21 millions de morts soviétiques, nous n'en
parlerons pas.
Il y a eu 610 000 morts français, alors que la France avait en 1939  42
millions d'habitants, les USA 131. Sur ceux-là, 250 000 militaires, 360 000
civils. Ce sont des chiffres qu'on trouve partout. En revanche, on ne
trouvera pas combien des civils ont été tués par les bombardements
anglo-saxons.

Il semble qu'à l'époque où l'Air Force rasait nos villes pendant que la
Wehrmacht brûlait nos villages, il y avait au moins entre elles une alliance
objective. Peut-être est-ce la pérennité de cette alliance que Bush et
Schröder sont venus célébrer ensemble en Normandie.
Quant au rôle que joue Chirac, il est facile à identifier.

Cette page a été mise à jour le 30/04/12.               
                                     

                                      bt14b.gif (2897 octets)      

IL FAUT LIRE "SOLIDAIRE", le seul journal hebdomadaire, vraiment de gauche et communiste, qui existe encore en BELGIQUE capitaliste ! Un journal irremplaçable !

Voir aussi mon site, mes liens et archives personnels  (archives)  (Solidaire)  (Courcelles)  (Courcelles-divers(Bush)  (Bush-bio)  (Bu$h-Havel)  (Bush/Sénégal)  (un boucher)  (Afghanistan "libéré")  (Allende(anti-mondialisation)  (auteurs/archives marxistes)  (Alija Izetbegovic)  (Belgique)  (Belgique/2)  (Ben Laden)  (Berlusconi(Catéchisme du  Peuple (chants)  (Chili)  (citations)  (Colombie-Farc(communistes)  (Congo (Congo/2)  (Corée)  (Corée/2)  ("crimes staliniens")  (Cuba)  (Cuba/2)  (Cuba/Bonaldi/Raffy)  (Cuba, RSF, Ménard,...)  (divers et/ou amis)  (éditions, débats)  (en bref/Belgique(Espagne (Euro-dictature capitaliste)  (Europe/2) (fichage, écoutes, surveillance)  (lutte des Forges de Clabecq (France) (Guevara) (haine, racisme, fascisme, (Front russe(histoire)  (hommage aux ouvriers-mineurs)  (Irak occupé)  (Irak/2)  (Israël)  (Israël/2) (Italie)  (jeunesse)  (l' Internationale - Degeyter et Pottier)  (Le Vatican Contemporain(manifeste communiste (Moriaux et le Népal)  (Negroponte en Irak (nomenklatura)  (nos droits)  (Otan, guerres, impérialisme, agressions, pillage des peuples, colonialisme (Otan)  (Otan/2 (Paastoors et Cuba (Paix, faim, dans le monde(Palestine occupée)  (Palestine/2)  (partisans en Belgique)  (Ier mai - histoire)  (presse)  (Queen Mary 2)  (Résistance au nazisme)  (religions) (Roux-fusillades 1886)  (six juin 1944: débarquement (socialisme, communisme, marxisme)   (solidarité internationale (Sorros)  ("Staline!", vous avez dit ?)  (Star Academy, TF1, Endemol, Universal (syndicalisme(théorie)  (Turquie)  (U$A)  (U$A/2(Vatican(Vietnam)  (wallon) 

 

 

Roger ROMAIN Mailinglist

Inscrivez-vous et restez au courant des informations de Roger ROMAIN.
Votre adresse reste strictement confidentielle et ne sera pas transmise à des tiers.

 

 Quel est votre nom ?
 

 Quel est votre pays ?
 

 Quelle est votre adresse e-mail ?
 

Quel(s) jour(s) souhaitez-vous recevoir mes messages ?

lundi  mardi  mercredi   jeudi  vendredi 

samedi  dimanche  ou quotidiennement

En quelle langue souhaitez-vous recevoir mes messages ?
 

Indiquez moi quel(s) pays, quel(s) domaine(s), vous intéresse(nt) en particulier

Merci de me faire part de vos commentaires

          

 

 



Partager sur Facebook

 

Vous voulez faire partie de ma mailing list et recevoir mes messages, cliquez ici et indiquez "subscribe", svp  :

Diffusez vos infos.