entrée dans le site

Anthologie grecque

introduction description des statues du gymnase public de Zeuxippe les inscriptions de Cyzique les préfaces des anthologies épigrammes érotiques épigrammes votives
épigrammes funéraires épigrammes descriptives épigrammes exhortatives et morales épigrammes de table et comiques la muse de Straton épigrammes de mètres divers
problèmes, énigmes, oracles épigrammes variées épigrammes chrétiennes épigrammes de Saint Grégoire anthologie de Planude
appendice
notices sur les poètes de l'anthologie

NOTICES BIOGRAPHIQUES ET LITTÉRAIRES SUR LES POÈTES DE L'ANTHOLOGIE.

A - D

E - M

 

ABLABIUS illustris ACÉRATUS ADAEUS ou ADDÉE ADMÈTE AESCHRION AGATHIAS AGIS ALCÈE ALEXANDRE d'Étolie ALPHÉE
AMMIEN AMMONIDAS AMMONIUS ANACRÉON ANASTASE ANDRONIC ANTAGORAS ANTIGONE de Caryste, ANTIMAQUE ANTIOCHUS
ANTIPATER  ANTIPHANE ANTIPHILE ANTISTIUS ANTONIUS ANTONIUS THALLUS ANYTÉ APOLLINAIRE APOLLONIDAS APOLLONIUS grammaticus
ARABIUS scholasticus ARATUS ARCÉSILAS ARCHÉLAUS ARCHIAS ARCHILOQUE ARCHIMÈDE ARCHIMÈLE ARÉTHAS ARGENTARIUS
ARISTIDE ARISTOCLÈS ARISTODICUS ARISTON ARISTOTE ARTÉMIDORE ARTÉMON ASCLEPIADE ASCLÉPIODOTE ASINIUS QUADRATUS
ASTYDAMAS ATHÉNÉE AUTOMÉDON BACCHYLIDE BARBUCALLE BASSUS BÉSANTINUS BIANOR BOÉTHUS CALLIAS
CALLICTER ou CILLACTOR CALLIMAQUE CAPITON CARPHYLLIDE CÉRÉALIUS CHAERÉMON CHOERILE CHRISTODORE CLAUDIEN CLÉOBULE
CLÉOBULINE COMÉTAS CONSTANTIN DE RHODES CONSTANTIN DE SICILE COSMAS CRATÈS le Grammairien CRATÈS de Thèbes CRINAGORAS CYLLÉNIUS CYRILLE
CYRUS DAMAGÈTE DAMASCIUS DAMOCHARIS DAMOSTRATE DAPHITAS DÉMÉTRIUS DE BITHYNIE DÉMIURGE DÉMOCRITE DÉMODOCUS
DENYS DIOCLÈS DIODORE DIODORE DE TARSE DIODORE ZONAS DIOGÈNE D'HÉRACLEE DIOGÈNE LAERTE DIOGÈNE L’ÉVÊQUE DIOPHANE DE MYRINE DIOPHANTE D'ALEXANDRIE
DIOSCORIDE DIOTIME DIPHILE DORIÉE DOSIADE DE RHODES DURIS D'ÉLÉE

ABLABIUS ILLUSTRIS, Ablabios Illoustrios (1).

Ablabius Illustris, d'abord professeur de rhétorique, puis évêque des Novatiens à Nicée, était un poète du règne de Théodose le Jeune, petit-fils du grand Théodose, qui régna de 408 à 460.
Les anthologies de Planude et de Céphalas ne nous ont conservé qu'une seule épigramme de cet Ablabius (2). Elle est d'un tour ingénieux et poétique, et curieuse en ce qu'elle atteste le goût, la passion des anciens pour les objets d'art antique : il s'agit d'un plat de très ancienne fabrique, Hêphaistos m'etelesse, IX, 762.
Il y avait, à la même époque, un médecin du nom d'Ablabius, sur lequel Théosébie a fait l'épigramme funéraire, VII, 759, où elle le compare à Gallien et à Hippocrate. Il y a eu, de plus, un préfet du prétoire du mémé nom sous Constance.
Il importe de ne pas confondre ces trois Ablabius.

ACÉRATUS, Akêratos.

Acératus le grammairien ne nous est connu que par le tétrastique sur Hector que l'Anthologie lui attribue, Hektor Homêreisin, VII, 138. C'est une épigramme d'une facture ingénieuse.

ADAEUS ou ADDÉE, AdaiosAddaios.

Il nous reste un petit nombre d'épigrammes, onze au plus, d'Adaeus ou Addée de Macédoine, qui florissait à l'époque où mourut Alexandre le Grand, 323 ans avant notre ère.
Addée de Macédoine est très probablement le même qu'Addée de Mitylène, la Macédoine ayant pu être le lieu de sa naissance, et Mitylène celui de sa plus habituelle résidence.

ADMÈTE, Admêtos.

Admète ne nous est connu que par le vers Gaia lab'Admêtou elutron, bê d'eis theon autos, que l'Anthologie palatine lui attribue, et par le passage de Lucien, Démonax, 44, où ce même vers est cité.
Admète, un mauvais poète, avait dit à Démonax qu'il avait composé sa propre épitaphe en un seul vers, et qu'il avait ordonné dans son testament que ce vers fût inscrit sur la colonne de son tombeau. Le voici :
La terre a ma dépouille, Admète est près des dieux.
"Ce vers est si beau, mon cher Admète, dit Démonax en souriant, que je voudrais déjà qu'il fût inscrit."
Le philosophe Démonax vivait dans la première moitié du second siècle, et Admète était son contemporain.
Quant à son vers, il ne semble pas si mauvais ; il y a de l'esprit et de la poésie dans cette assimilation du corps à une dépouille, à une élytre, et de l'âme, psuchê au papillon, psuchê, qui s'en échappe. Marc-Aurèle lui a, je crois, emprunté cette expression et cette image, Ta eis heauton, IX, III, quand il nous recommande d'attendre l'heure où le petit papillon ou l'âme se dégagera de son élytre, tên hôran en hêi to psucharion tou elutrou toutou ekpeseitai.

ADRIEN, Adrianos, Voy. HADRIEN.

AESCHRION, Aischriôn.

Un Aeschrion de Samos a écrit des iambes et des choliambes que citent Athénée et Tzetzés. Or l'épigramme Egô Philainis, VII, 345, la seule que nous ayons sous ce nom d'auteur, est une petite pièce choliambique. N'est-ce pas là une présomption qu'elle est de cet Aeschrion de Samos ? II y a un autre Aeschrion, parent et disciple d'Aristote, dont nous parle Suidas et qu'il qualifie de epopoios, poète épique Celui-ci était un Lesbien de Mitylène. Mais comme l'épigramme en question est sous une forme d'épitaphe la justification de l'infâme courtisane Philénis, il est peu probable qu'on doive la lui attribuer. Du reste, nous ne savons rien de plus sui l'un et l'autre de ces poètes.

AGATHIAS, Agathias.

Agathias est un des épigrammatistes les plus distingués du Bas-Empire, un des meilleurs annalistes du siècle de Justinien, 527-565.
Né à Myrine, ville éolienne de l'Asie, il vint à Constantinople où il s'attacha à la profession du barreau, ce qui lui valut le titre de scholasticus (3). On lui doit la continuation da l'histoire de Procope de Césarée depuis l'an 532 jusqu'à l'an 559. Dans sa jeunesse, il publia un recueil de poésies amoureuses, intitulé Daphniaka. Comme historien, comme poète, sa réputation fut si grande que ses compatriotes lui érigèrent une statue. Sa poésie et surtout ses épigrammes valent bien mieux que sa prose.
Pour faire suite aux Anthologies précédentes de Méléagre et de Philippe, il composa une troisième collection du même genre et l'intitula Cercle, Kuklos. Ce recueil, qui contenait un choix fait dans les poètes des cinq ou six premiers siècles de notre ère, avec les poésies d'Agathias et des autres poètes de son temps, est perdu, comme les Anthologies de Philippe et de Méléagre.
Bien que ce recueil fût inférieur en mérite aux deux collections de Méléagre et de Philippe qui renfermaient les morceaux de la plus belle antiquité, tel fut le mauvais goût du siècle et des siècles suivants que l'on donna la préférence aux pièces recueillies dans le Kuklos d'Agathias sur celles des deux collections plus anciennes. Celles-ci tombèrent peu à peu dans l'oubli ; beaucoup de pièces se perdirent et s'il nous en reste encore quelque chose, nous le devons peut-être uniquement à l'idée heureuse de Constantin Céphalas, littérateur, d'ailleurs, presque inconnu, qui, dans les dernières années du neuvième siècle ou plutôt du dixième, a rédigé une quatrième Anthologie, en faisant un choix dans les trois premiers recueils et parmi les poètes postérieurs à Agathias. II nous reste de ce poète plus de cent épigrammes de genres très divers, ne manquant ni d'esprit ni d'élégance, mais manquant. de cette sobriété, de cette précision qui caractérisent les oeuvres d'art de l'antiquité classique.

AGIS, Agis (4)

Dans l'Anthologie, il se trouve une épigramme dédicatoire d'Agis, Kai stalikas, VI, 152. Est-elle d'Agis d'Argos, l'un des flatteurs d'Alexandre, lequel, d'après Quinte Curce, aurait été le plus mauvais faiseur de vers après Choerilus, Agis quidam Argivus, pessimus carminum post Choerilum conditor, VIII, 52; ou bien est-elle d'un autre Agis, auteur de traités culinaires, suivant Athénée (5)? L'épigramme paraît digne d'une meilleure attribution.

ALCÈE, Alkaios.

Il est fort douteux qu'on puisse attribuer avec quelque certitude au poète éolien Alcée de Mitylène, qui florissait vers l'an 604 avant notre ère, une seule des vingt-deux épigrammes qu'on trouve dans l'Anthologie grecque sous le nom d'Alcée. Elles sont toutes très probablement de l'Alcée de Messénie qui, moins poète que son devancier, et aussi moins patriote, poursuivit de sa haine et de ses vers Philippe, fils de Démétrius, l'avant dernier roi de Macédoine, le vaincu de Cynocéphales.
Ce poète ne peut être le même que l'épicurien Alcée, qui fut chassé de Rome par un sénatus-consulte de l'an 580, sous le consulat de Lucius Postumius. Mais il n'est pas nécessaire de reconnaître un troisième Alcée dans l'auteur de l'épigramme où il est question de Pylade, parce qu'il ne s'agit pas du pantomime de l'empereur Auguste, comme l'a cru Brunck, mais d'un citharède qui vivait sous Philippe et dont parle Plutarque (6).

ALEXANDRE d'Étolie, Alexandros Aitôlos.

Le nom d'Alexandre d'Étolie brille dans la pléiade tragique, parmi ces poètes hoiper epeklêthêsan hê Pleias (7).
Cette pléiade se compose de sept poètes qui ont vécu sous le règne des premiers Ptolémées : Alexandre l'Étolien, Philiscus de Corcyre, Sosithée, Homère le jeune, Aeantide, Sosiphane et Lycophron. La pléiade tragique diffère de la pléiade poétique. Celle-ci comprend sept poètes de différents genres, savoir : Aeantide, Apollonius de Rhodes. Aratus, Homère le jeune, Lycandre, Lycophron et Théocrite.
Alexandre l'Étolien était natif de Pleuron, en Etolie, et a vécu sous le second Ptolémée, 285-247, avant l'ère chrétienne. Parthénius de Nicée, dans ses Erôtika pathêmata, nous a conservé des passages de ses élegies dans lesquels il règne une certaine grâce et une facilité agréable. Le même mérite se retrouve dans les épigrammes en trop petit nombre qui portent son nom. Macrobe qualifia avec raison Alexandre d'Étolie de Poeta egregius (8).
L'épigramme qui est attribuée à Alexandre Magnète ou de Magnésie, Pigrês ornithôn, VI, 182, est d'un poéte dont nous ne savons absolument rien.

ALPHÉE, Alpheios.

Nous avons douze épigrammes d'Alphée de Mitylène, et l'on y voit qu'elles ont été composées à une époque où Rome était arrivée a l'apogée de sa puissance, où la ville de Troie, son berceau, renaissait de ses ruines. Or Strabon nous apprend (9) que Jules César et Auguste avaient rendu aux Troyens leur territoire et la liberté avec des immunités et des priviléges. II est donc très vraisemblable que ce poète florissait sous le règne de l'empereur Auguste. Mais alors le Macrin dont il parle ne sera plus l'empereur du troisième siècle, le meurtrier de Caracalla, comme le conjecturent Reiske et Fabricius sans nécessité aucune ; et quant à l'épigramme Toud'areta (10), sur la statue de Philopémen, qui a dû être composée en même temps que la statue et non différée de deux siècles, on peut avec Schneider l'attribuer à Alcée de Messénie, ou mieux la regarder comme anonyme, adespoton.

AMMIEN, Ammianos.

Ammien ou Ammianus vécut sous Trajan et Hadrien. Il nous reste vingt-trois épigrammes de ce poète, dont Planude altère sans douta le nom en l'appelant Abbianus. C'est sous ce nom qu'il lui attribue les six épigrammes que peut revendiquer Ammien. Toutes les épigrammes d Ammien sont du genre comique et railleur, et figurent parmi les skôptika

AMMONIDAS, Ammônidas.

Ce poète est tout à fait inconnu; on croit que c'est le même qu'Ammonius. Il n'y a de lui qu'une seule épigramme, Antipatran gumnên, XI, 201, parmi les skôptika ; elle porte le nom d'Ammonius dans Planude.

AMMONIUS, Ammônios.

Nous avons deus épigrammes d'Ammonius. Il y a eu plusieurs écrivains de ce nom. Socrate (11) parle d'un Ammonius qui en 438, récita devant Théodose le jeune un poème sur la révolte de Gaïnas,qu'on admira beaucoup. Rien n'empêche d'admettre l'identité de ces deux Ammonius.

ANACRÉON, Anakreôn.

Anacréon, de Téos en Ionie, naquit vers 560 et comme il vécut, au témoignage de Lucien, quatre-vingt-cinq ans, il mourut quinze vos après la bataille de Marathon, vers 475. Ce n'était pas seulement un poète lyrique, il composa aussi des élégies, des ïambes, egraphen elegeia kai iambous iadi panta dialektôi (12) Ses poésies brillent par l'enjouement, la délicatesse, la grâce. Celles que nous devons à une heureuse découverte de Henri Estienne, et qu'il publia le premier à Paris en 1554, ne sont pas suffisamment authentiques. Il n'y a vraiment d'Anacréon que les fragments d'Anacréon épars dans les auteurs de l'antiquité et publiés à la suite des odes, et aussi peut-être les seize épigrammes que l'Anthologie a sauvées de l'oubli. Cela donne une valeur toute particulière à ces épigrammes qui sont simples et charmantes : summam antiquae aetatis simplicitatem redolent, dit Jacobs.

ANASTASE, Anastasios.

Il y a eu beaucoup d'Anastase à l'époque byzantine. Celui que désigne le surnom de le Bègue, ho Traulos était, à ce qu'on croit, un prêtre chrétien ou un moine : c'est très vraisemblable d'après l'épigramme qui lui est attribuée, eis Straurôsin, XV, 28, sur le Crucifiement.

ANDRONIC, Andronikos.

Il n'y a de lui qu'une épigramme, Oiktra dê, VII, 181. S'il est le même que le poète mentionné par Ammien Marcellin (13), ut virum a studiis liberalibus et claritudine carminum notum, et par Libanius, Lettres, 75, comme jouissant d'une réputation qui s'étend jusqu'au bout du monde, mechris Aithiopôn, il vivait vers la fin du quatrième siècle. Combien il est regrettable que nous n'ayons pas un plus grand nombre d'épigrammes d'un poète ainsi loué !

ANTAGORAS, Antagoras.

Antagoras de Rhodes, vers l'an 275 avant notre ère, vivait à la cour d'Antigone Gonatas, où il se fit la réputation d'un gourmand, opsophagos (14). 
Ce poète est une des fleurs de la Couronne de Méléagre ; il y est symbolisé par la fleur omma boos qui est le bouphthalmos, espèce de balsamine ou de camomille. La justesse de l'emblème ne saurait plus être appréciée, attendu que nous n'avons de ce poète qu'une seule épigramme ; et encore Planude l'attribue-t-il à Simonide, méprise qui en signale le mérite.
Cette épigramme, ô ite Dêmêtros, IX, 147, au sujet d'un pont qui servait de passage pour aller aux mystères d'Éleusis ou à un autre temple de Cérès, nous apprend le nom d'un ingénieur des ponts et chaussées de l'antiquité, Xénoclès de Linde, compatriote d'Antagoras de Rhodes.
Linde, Camire et Ialise étaient trois villes de l'île de Rhodes que Pindare appelle tripolin nêson (15). Cette île fut la patrie de Diognète, habile ingénieur et architecte ; de Panaetius philosophe stoïcien ; d'Andronic qui, au temps de Pompée, fit connaître à Rome les écrits d'Aristote, et de Polydore, Agésandre et Athénodore, trois sculpteurs, qui taillèrent d'un seul bloc de marbre le groupe de Laocoon ; enfin de ce Xénoclès dont je n'ai pu trouver le nom ailleurs, sinon dans Plutarque, qui parle d'un Xénoclès (16), architecte et contemporain de Périclès, Le poète Simonide, dans tous les cas, ne pouvait en parler, et l'attribution de Planude est erronée.

ANTIGONE de Caryste, Antigonos Karustios.

L'Anthologie nous a conservé une épigramme d'Antigone de Caryste, qui a vécu vers la fin de la période alexandrine sous Ptolémée Philadelphe. Il nous est de plus connu comme ayant écrit une vie ou un éloge en vers d'Antipater, un des généraux d'Alexandre; Athénée en cite quelques vers, dans son Banquet des savants (17).
Son épigramme Argureê krênê, IX, 406, sur une grenouille tombée dans un cratère où il y avait de l'eau et du vin préparés, a été, par erreur sans doute, publiée dans le recueil de Planude, sous le nom de Épigone de Thessalie. Souvent imitée, elle a donné l'idée de petits poèmes, notamment de l'élégie de la Musca in lacte naufraga des Lusus allegorici du P. Sautel, et de l'ode anglaise, le Chat noyé dans un bocal, du célèbre Gray (18).

ANTIMAQUE, Antimachos.

Antimaque, de Claros, suivant Ovide et Cicéron, et de Colophon, suivant d'autres, florissait de 450 à 470 avant notre ère. Parmi ses ouvrages, on cita souvent une élégie érotique, intitulée Lydé, que les anciens vantent comme un chef-d'oeuvre, mais dont il ne nous reste que cinq ou six vers tous mutilés, et une Thébaïde dont nous avons, en fragments épars, une soixantaine de vers, reste précieux d'un poëme qu'on mettait en comparaison avec l'Iliade. L'empereur Hadrien lui donnait même la préférence sur ce chef d'oeuvre des épopées ; mais il est déjà bien assez honorable, le jugement de Quintilien (19), qui assigne à Antimaque le premier rang après Homère. Céphalas et Planude nous ont conservé de ce poëte une épigramme d'un tour vif et gracieux, qu'il composa à l'occasion d'une statue de Vénus armée : Tipte mathôn atlêtos, IX, 321. C'est une des plus jolies de leurs Anthologies.

ANTIOCHUS, Antiochos.

Antiochus est l'auteur de deux épigrammes, du genre sceptique ou railleur, Bêsas ei phrevas, XI, 422, et Psuchên men grapsas, XI, 412.
Fabricius soupçonne que l'épigrammatiste est le même qu'Antiochus d'Aeges, le Sophiste, dont Philostrate a esquissé la vie (20).

ANTIPATER DE MACÉDOINE, ANTIPATER DE SIDON, ANTIPATER DE THESSALONIQUE.

Dans l'Anthologie de Planude (édit. de Wechel, 1600), il y a quatre-vingt-dix-huit épigrammes au nom des Antipater : deux sont attribuées à Antipater de Macédoine, Anripatros Makedôn, quatorze à Antipater de Sidon, Antipatros Sidônios, neuf à Antipater de Thessalonique, Antipatros Thessalonikeus, et il s'en trouve soixante-treize au compte d'Antipater sans autre désignation.
Dans l'Anthologie palatine le contingent d'épigrammes des Antipater est beaucoup plus considérable ; il est de cent soixante-neuf épigrammes ainsi réparties: quarante-quatre pour Antipater de Sidon, trente-six pour Antipater de Thessalonique, et quatre-vingt-neuf pour Antipater sans plus de désignation.
Celui-ci représente-t-il l'épigrammatiste macédonien, et dans quelle mesure ? C'est ce qu'on ne saurait dire. Les collectionneurs et les copistes n'ont pas avec assez de soin distingué les trois poètes du même nom ; et il en est résulté d'évidentes confusions dans le classement et les suscriptions de leurs petits poèmes.
Ce qui est certain, c'est qu'Antipater de Macédoine est le plus ancien des trois Antipater. Il vécut au siècle de Philippe, soit le père d'Alexandre le Grand, soit l'avant-dernier roi de Macédoine, père de Persée.
Antipater de Sidon lui est postérieur de plus d'un siècle et demi. Contemporain de Méléagre, il est une des fleurs de sa Couronne où il étale les couleurs d'un jeune troëne de Phénicie, phoinissan te nean kurpon (v. 42). Dans le de Oratore, IlI, 50 et le de Fato, 2, Cicéron en parle comme d'un remarquable improvisateur, poeta qui poterat versus hexametros aliosque variis modis fundere ex tempore ; mais il manquait d'originalité et d'invention, se bornant à jouer en quelque sorte des variations sur des thèmes connus, et Jacobs a parfaitement raison de le qualifier de perpetuus Leonidae imitator. Pline, dans son Histoire naturelle (21), rapporte que tous les ans la fièvre le prenait le jour anniversaire de sa naissance, et que, sans avoir éprouvé d'autre maladie, il parvint à un âge fort avancé.
Ce même Antipater est nommé parmi les stoïciens ; mais nous ne le connaissons pour tel que par l'admiration qu'une de ses épigrammes exprime pour Zénon. Ce philosophe n'a pas, dit-il. transporté le Pélion sur l'Ossa. il n'a pas accompli les travaux d'Hercule ; mais il a trouvé la route de la vertu qui mène aux astres. Il eût été plus vrai d'en faire, un épicurien, car une pièce authentique, son épitaphe par Méléagre, Ha stala sunthêma, VII, 428, nous apprend qu'il était adonné au vin et qu'il périt des suites d'une chute occasionnée par l'ivresse.
L'érudit Boivin (22) dit que les épigrammes de ce poète sont en dialecte dorique ; ce n'est pas entièrement exact : il y en a qui sont dans le dialecte ionien.
Antipater de Thessalonique, a succédé de près à son homonyme Antipater de Sidon : il vivait à la fin du dernier siècle avant l'ère chrétienne, ainsi que le prouvent les sujets mêmes qu'il traite : par exemple, ses épigrammes en l'honneur de Pison, L. Calpurnius Pison qui fit la guerre aux Besses et auxThraces, l'an de Rome 743, les mentions de Nicopolis, ville fondée par Auguste après la bataille d'Actium, de l'expédition de cet empereur en Asie qui amena la soumission des Parthes, de l'athlète de Pergame Glycon dont parle Horace (23), du pantomime Pylade (24).
Reiske croit qu'il vécut. jusque sous l'empereur Caligula, que c'est lui qu'il désigne par Rômas patras eruma dans l'épigramme Tessares aiôrousi, IX, 59, et que le Cotys qu'il célèbre dans l'épigramme Dzêni kai Apolloni, Anth. Plan., 75, est celui-là même que Caligula fit gouverneur d'Arménie.
On cite de lui notamment deux belles épigrammes sur Délos, Eithe me, IX, 405, et Kleinên ouk, IX, 550, et une autre non moins belle, Tasde theoglôssous, IX, 26, sur les neuf poétesses lyriques de la Grèce.

ANTIPHANE, Antiphanês.

Antiphane de Macédoine est représenté dans l'Anthologie par onze épigrammes, sans qu'aucune nous mette sur la trace de sa famille ou de son époque. Sa patrie seule nous est révélée par l'ethnique Makedôn accolé à son nom. Seulement nous savons qu'il vivait avant Philippe de Thessalonique, puisque celui-ci a mêlé à sa Couronne la fleur de ses poésies, et après Méléagre, qui s'en serait aussi fait honneur s'il avait pu les connaitre. Or nous savons que Philippe fut presque contemporain d'Auguste et que Méléagre lui est antérieur de près d'un siècle. C'est donc entre Méléagre et Philippe que se place la vie d'Antiphane.
Quoique la plus grande partie de ses épigrammes soit du genre sentencieux, il sait y mettre de la grâce; à plus forte raison, là ou le genre le comporte mieux, comme dans l'épigramme à sa maîtresse Ino, Autê soi Kuthereia, VI, 88.

ANTIPHILE, Antiphilos.

Antiphile de Byzance est un des épigrammatistes les plus féconds et les plus élégants. Il occupait une place d'honneur dans le recueil de Philippe, son contemporain, et il compte ainsi parmi les poètes du siècle d'Auguste. Nous avons encore cinquante de ses épigrammes. Quelques-unes ayant paru, faute d'avoir été bien comprises, s'appliquer à des faits et à des personnes d'une époque postérieure à l'Anthologie de Philippe, certains critiques, Reiske notamment, ont supposé qu'il y a eu plusieurs Antiphile.
L'un aurait vécu sous Auguste et Tibère, celui qui parle de la jetée construite par Agrippa dans le golfe de Pouzzoles (25).
L'autre aurait vécu sous Néron et Domitien, et serait l'auteur de l'épigramme Hôs paros Aeliou, IX, 178, où sont mentionnés les bienfaits de Néron envers l'île de Rhodes cruellement éprouvée par des tremblements de terre.
Le troisième aurait vécu sous Marcellus ou sous Gallien.
Quelle latitude ! mais il faut bien se la donner si l'on veut que l'Athénée de l'épigramme Sêma duôdekamoiron, VII, 641, sur une 
horloge d'eau, ait été l'ingénieur qui construisait les machines de guerre de Marcellus au siège de Syracuse, ou s'il est celui que l'empereur Gallien employait à la restauration des villes de l'empire. Mais est-il nécessaire que l'Athénée qui fit placer l'horloge en ait été l'inventeur ? et d'ailleurs Athénée n'est pas un nom particulièrement rare.
Dans l'autre épigramme on peut voir au lieu de Néron l'empereur, Drusus Néron, le fils de Livie adopté par Auguste, et qui, lui aussi, fut un bienfaiteur des Rhodiens.
Ce qui est certain, c'est qu'il est plus facile de trouver un poète élégant et distingué comme Antiphile que d'en rencontrer trois.

ANTISTIUS, Antistios.

Antistius; dont l'Anthologie nous a conservé trois épigrammes, est peut-être cet Antistius Sosianus qui, exilé par Néron pour les vers qu'il avait composés contre lui, rentra en grâce auprès de ce prince par une infâme délation (26). Ses vers valent mieux que sa conduite, et le poëte, quoique médiocre, l'emporte de beaucoup sur le citoyen.

ANTONIUS, Antônios.

Cet Antonius ne nous est connu que par une seule épigramme, sur les ruines de Mycènes, Hê prin egô, IX, 102, trés belle sans doute, mais imitée de celle d'Alphée Argos, homêrike muthe, IX, 104.
L'épithète d'Argien, Argeios, qu'on lui donne le distingue de son hemonyme Antonius Thallus, et encore est-on assez disposé à les confondre.

ANTONIUS THALLUS, Antônios Thallos.

Antonius Thallus ne nous est pas connu plus que le précédent; nous n'avons également de lui qu'une seule épigramme; mais du moins elle est originale et touchante. Qui ne serait ému du sort de la jeune Cléonasse frappée de mort subite le jour même de ses noces, Dudaimon Kleonassa, VII, 188. Il y a là le sentiment qu'on trouve dans ces vers si sympathiques d'Ovide, Epist. VI, 41 : 
Non ego sum furto tibi cognita; pronuba Juno
Adfuit, et sertis tempora vinctus Hymen.
At mihi nec Juno, nec Hymen, sed tristis Erinnys 
Praetulit infaustas sanguinolenta f'aces.

ANYTÉ, Anutê.

Anyté de Tégée, une des poètesses lyriques dont s'honore l'ancienne Grèce, vivait 300 ans avant notre ère. Une légende (27) nous apprend qu'elle exerçait à Épidaure le ministère de chrêsmopoios, c'est-à-dire qu'elle versifiait les oracles d'Esculape. Nous n'avons qu'un très petit nombre de fragments des poésies de cette femme célèbre, et une vingtaine d'épigrammes qui se distinguent par une grande simplicité. Telle était l'estime ou plutôt l'admiration que son talent inspirait aux Grecs, qu'il lui fut élevé une statue, oeuvre d'Euthycrate et de Céphisodote (28). Ce qui nous reste de ses poésies suffit pour expliquer le symbole du lis sous lequel elle est figurée dans la Couronne de Méléagre, Anutês krina ; ce n'est pas assez pour justifier le bel éloge d'Antipater dans son épigramme Tasde theoglôssous, IX, 26, où elle est appelée un Homère; féminin, Anutês stoma, thêlun Homêron.
Il y a cependant quelque chose d'homérique, parce que la force y est unie à la grâce, dans l'épigramme sur la mort volontaire des trois jeunes Milésiennes outragées par des Galates, Ochometh' ô Milete, VII, 492. En voici la belle traduction de Grotius:
Ah ! morimur, morimur, Miilete, nec impia probra 
Gallorum volumus, patria cara, pati.
Injicit hunc nobis ardorem barbaricus Mars,
Virginibus ternis, civibus, alma, tuis.
Non expectamus thalamum prolemque nefandam, 
Assertor casti corporis orcus erit.

APOLLINAIRE, Apollinarios.

Nous avons deux ou trois épigrammes d'Apollinaire de Laodicée, probablement l'ami de Libanius et son correspondant.
L'Anthologie de Planude en a trois : la première contre un mauvais grammairien, Glycon, Grammatikos pot'onôi, XI, 399 ; la seconde contre ce rhéteur dont les panégyriques étaient plus fâcheux que les diatribes (29), An men aponta, IX, 421, et la troisième contre un banqueroutier ou mauvais payeur, mechri tivos polukarpe, XI, 346.
Dans l'Anthologie de Céphalas, les deux premières seulement appartiennent à ce poète. La troisième, mechri tinos, est attribuée à Automédon.

APOLLONIDAS, Apollinôdas

Apollonidas de Smyrne, dont nous avons trente-deus épigrammes, a vécu sous les empereurs Auguste et Tibère, ainsi que le témoignent plusieurs de ses petits poëmes, notamment l'épigramme sur l'aigle qu'on aperçut dans le palais de Tibère à Rhodes, Ho prin egô Rhodioisin, IX, 287. Il est peut-être le même qui le critique qui, au récit de Diogène Laërte, IX, 109, dédia à Tibère un commentaire sur les silles de Timon. Il est vrai que cet historien lui donne Nicée pour patrie; mais Nicée et Smyrne ont pu, par leur voisinage se confondre; et quel meilleur commentateur du sillographe Timon qu'un poëte ?

APOLLONIUS GRAMMATICUS, Apollônios grammatikos.

Cet Apollonius le grammairien est certainement le même I'Apollonius de Rhodes. Ce poète naquit selon les uns à Alexandrie, selon les autres à Naucratis vers l'année 230 avant notre ère. Se voyant poursuivi dans sa patrie par la jalousie des autres savants, il se rendit à Rhodes où il enseigna la rhétorique avec tant d'éclat et s'acquit un tel renom par ses écrits, que les Rhodiens lui accordèrent le droit de cité. Il vint à Alexandrie pour succéder à Ératosthène dans la direction de la bibliothèque de cette ville. Nous n'avons de ses nombreux travaux que ses Argonautiques, poème épique en quatre chiants, si remarquable par l'épisode des amours de Médée et de Jason, quelques scolies sur les poèmes d'Homère, et l'épigramme contre Callimaque, Kallimachos to katharma, XI, 275. Cette boutade violente et grossière contre un rival dont on dit qu'il était l'ennemi déclaré, l'épithète de grammatikos qui lui est généralement donnée par les anciens et qui le désigne dans des scolies, tout établit une identité évidente entre les deux Apollonius. Ce qui est moins douteux encore, c'est que l'épigramme est bien peu digne du poète, des Argonautiques.

ARABIUS SCHOLASTICUS, Arabios scholastikos.

Arabius le scolastique, dont nous avons sept épigrammes, est un poëte, très peu connu d'ailleurs, du règne de Justinien, 537-567 après J. C.; deux de ces épigrammes sont en l'honneur de Longin qui fut préfet de Constantinople et préfet excellent ; les cinq autres sont relatives à des oeuvres d'art, et à ce titre elles ont une réelle importance.

ARATUS, Aratos.

Aratus, de Soles en Cilicie, vécut à la cour de Ptolomée Philadelphe, 285-247 avant notre ère, et dans la constante intimiité d'Antigone Gonatas, le fils de Démétrius Poliorcète. Ce fut sur l'invitation du roi de Macédoine qu'il mit en vers les Phénomènes, ouvrage astronomique d'Eudoxe. Ce poème était estimé des anciens; il l'est encore des modernes. Quintilien accorde au poète de n'être pas resté au-dessous de son sujet: suffecit operi. Ovide lui assure une durée égale à celle des grands objets qu'il avait chantés : Cum sole et luna sernper paratus erit. Théocrite, son contemporain, le mentionne honorablement dans une de ses idylles (30). Cette mention, ces éloges il ne les eût pas obtenus, s'il n'avait fait que des épigrammes comme les deux que nous a conservées l'Anthologie, XI, 473 et XII, 129.

ARCÉSILAS, Arkesilaos.

Arcésilas, philosophe grec, naquit à Pitane en Éolide, 316 ans avant notre ère. Il se rendit dans sa jeunesse aux écoles d'Athènes, où de disciple de l'Académie il en devint le chef, en succédant à Sosicrate. Il professa avec beaucoup de succès jusqu'à sa mort en l'année 241. Pour la vie pratique il se faisait une règle fondamentale d'admettre ce que la raison enseignait comme le plus probable ; et recommandant le scepticisme pour les vérités spéculatives, il fut regardé, à cause da ce double principe, comme le fondateur d'une nouvelleAcadémie, dite moyenne Académie. On n'a rien de ses écrits philosophiques ; mais ses doctrines qui ont pour base la vraisemblance et le doute, nous sont assez bien exposées par Diogène Laërte qui a été son biographe (31), par Cicéron, qui leur a consacré de belles pages (32), par Sextus Empiricus (33). Nous avons d'Arcésilas deux épigrammes, d'après lesquelles on peut affirmer, contrairement à sa doctrine, qu'il était un poëte assez médiocre.

ARCHÉLAUS, Archelaos.

Nous avons d'Archélaüs quatre épigrammes, l'une pour la sttatue d'Alexandre le Grand par Lysippe, Tolman AlexandrouAnth. plan., 120, qu'a recueillie Planude, les trois autres sur les merveilles d'histoire naturelle conservées par Antigone de Caryste et qui sont passées de son recueil d'histoires merveilleuses dans l'appendice de l'Anthologie, numéros 12,13 et 14. Ces épigrammes sont curieuses en ce qu'elles nous font connaître les idées des anciens sur les générations particulières des scorpions, des guêpes, etc.
Cet Archélaüs, qui vivait sous Alexandre et le premier Ptolomée, est quelquefois qualifié d'Égyptien, uniquement parce qu'il vivait en Égypte; car il était Grec comme les Callimaque, les Apollonius. Il est le même que l'Archélaûs des Déipnosophistes qu'Athénée (34) appelle ho Cherronistês, d'une ville d'Égypte, et auquel il attribue les ldiophyes Ta Idiophuê, ou les générations particulières, Ta Idiophuê poiêsas, dit-il. C'est de là que, sans doute, proviennent les épigrammes relatives à ces faits d'histoire naturelle que Virgile lui-même a accrédités (35).

ARCHIAS, Archias.

Cicéron, dans son discours pro Archia, nous a transmis les principales circonstances de la vie de ce poète. A peine Archias était sorti de l'enfance, qu'il s'essaya dans l'art d'écrire. Antioche vit ses premiers succès. Né dans cette ville de Syrie, 119 ans avant notre ère, il éclipsa de bonne heure ses rivaux par l'éclat de ses talents. Bientôt les autres contrées de l'Asie et de la Grèce se disputèrent l'honneur de le posséder et de l'entendre. Alors florissaient dans toute l'Italie les sciences et les arts de la Grèce. Aussi Tarente, Rhége, Naples, s'empressèrent d'accorder à Archias, avec le droit de cité, tous les priviléges qui en dépendent. Agé de moins de dix-sept ans, mais précédé de la plus brillante réputation, il vint à Rome sous le quatrième consulat de Marius (36). La maison des Lucullus l'y accueillit ; et ce qui fait l'éloge de son caractère et de ses vertus, c'est au sein de cette même famille qu'il parvint à la vieillesse, honoré de l'amitié des plus illustres personnages de la république. A vingt-sept ans, Archias suivit en Sicile Lucius Licinius Lucullus, et en revint avec lui par Héraclée. Comme cette ville tenait le premier rang parmi les villes fédérées, il désira d'y être inscrit au nombre des citoyens. Ce fut sans peine qu'il obtint cette faveur. C'est alors sans doute que, par reconnaissance pour son illustre patron, il prit le nom de Licinius, et se fit appeler Aulus-Licinius Archias. Trois ans après, il fut porté une loi qui accordait le titre et les droits de citoyen romain à tous ceux qui, inscrits sur les registres civiques d'une des villes fédérées, auraient leur domicile en Italie, et feraient, dans le délai de soixante jours, leur déclaration au préteur. Archias fit sa déclaration et devint citoyen romain. Il partit l'année suivante pour l'Asie avec le même Lucullus, nommé questeur, et y resta sept ans. Il l'accompagna encore dans la guerre contre Mithridate (37). Depuis vingt-huit ans il jouissait du droit de cité romaine, lorsqu'un de ses ennemis lui contesta son titre. L'affaire fut portée devant le prêteur Q.Cicéron, frère du grand orateur; celui-ci défendit Archias son maître et son ami, et il est probable qu'il gagna la cause. On ignore la suite de la vie de ce poète, mais on sait qu'il paya la généreuse adoption de Rome en célébrant ses grands hommes et ses victoires. La guerre Cimbrique, la guerre de Mithridate, l'éloge de Roscius, le consulat de Cicéron sont ses principaux ouvrages ; mais le temps ne nous en a rien laissé que les titres. Ce serait une perte peu regrettable s'il en fallait luger par les trente-cinq épigrammes recueillies et conservées dans les Anthologies de Planude et de Céphalas. Les seules vraiment saillantes sont : sur un sanglier de Calydon en bronze (38) ; sur une statue de Priape élevée près du Bosphore de Thrace (39), sur une hirondelle qui avait fait son nid dans un tableau de Médée (40); sur Diogène le Cynique, voulant passer l'Achéron (41). Le reste est faible d'idée, de style, et sans originalité. Archias pourtant jouissait à Rome d'une réputation immense comme poète ; c'est que sans doute il y était regardé comme le panégyriste de la gloire nationale. Cicéron lui-même, chanté par Archias, a pu s'abandonner aux illusions de la reconnaissance et de la vanité. Assurément sans le plaidoyer prononcé pour sa défense, et qui renferme la plus belle apologie de la poésie et des lettres, la mémoire du poète d'Antioche serait presque oubliée, et chose assez remarqnable, c'est à Cicéron qui lui-même fondait sur les vers d'Archias ses espérances d'immortalité, que ce poëte doit toute sa gloire.
De l'introduction au discours pro Archia par M. Victor Leclerc, nous extrayons un passage où se révèlent le goût, le talent du spirituel et savant traducteur de Cicéron, où surtout Archias est apprécié à sa juste valeur.
Archias se montre de temps en temps le digne successeur de Léonidas, d'Antipater et de Méléagre. Il a peu d'invention, et il copie ses devanciers; mais on lui accorde l'élégance et la pureté du style. Ce n'est pas une chose aisée de donner une idée de ces petites compositions ; presque toutes, formées d'idées communes, et ne valant que par le choix et l'arrangement des mots, échappent au traducteur dont la langue ne peut pas toujours rendre ce luxe d'harmonie et ce calcul de syllabes. J'essayerai cependant quelques imitations.

Hercule vainqueur du lion, Mêketi tauroboroio, Planude, 94. 
Habitants de Némée, enfin des jours plus doux 
Dans le calme et la paix vont s'écouler pour vous. 
Le lion, qui longtemps désola ce rivage, 
Exhale aux pieds d'Alcide une impuissante rage. 
Allez, pasteurs; rendez à la voix des échos 
Le bruit de vos chansons, les bonds de vos troupeaux. 
Et toi, dont les mortels bénissent la victoire, 
Que Junon te contemple et pardonne à ta gloire.

Ces souvenirs mythologiques, trop commodes pour une imagination paresseuse, font quelquefois place, dans les épigrammes d'Archias, à des idées morales énergiquement exprimées.

Hektori men Troiê, VIII, 139. 
Hector tomba ; Pergame oublia la victoire. 
Alexandre n'est plus ; Pella pleure sa gloire. 
Un héros de son peuple est l'honneur et l'appui ; 
Le héros disparaît et son peuple avec lui.

Ailleurs, c'est une petite scène philosophique déjà saisie par d'autres poètes ; mais dans le texte l'imitateur a peut-être surpassé ses modèles.

Aidos ô nenuêje, VIII, 68.
Nocher des morts, toi que charment les pleurs, 
Toi qui nous fais passer le fleuve des douleurs, 
Quoique ta barque semble pleine, 
Diogène t'attend ; prends aussi Diogène. 
Tiens, voici mon bâton, mon manteau, ma besace;
J'ai même une obole pour toi ; 
Mais c'était tout mon bien, et chez l'humaine race 
Je ne laisse rien après moi.

"Combien de fois, dit Cicéron en parlant d'Archias, l'ai-je vu exprimer les mêmes choses en changeant les mots et les phrases ! " C'est là un bien petit mérite. Il nous reste un exemple de cette facilité. 

Offrandes à Pan, Tridzuges, ouresioike, VI, 16, 179, 180, 181. 
Trois frères, trois chasseurs, que l'amitié rassemble 
Sont venus, ô dieu Pan, te consacrer ensemble 
Les instruments de leurs travaux  :
Pigrès, les lacs trompeurs où tombent les oiseaux ; 
Damis, ses toiles redoutables ; 
Et Clitor, les filets qu'il lança sur les eaux.
Daigne, ô dieu Pan, leur rendre favorable 
L'air, la terre et les flots.

Croirait-on que le poète a la patience de rendre cette même idée de quatre manières différentes, dans quatre épigrammes consécutives, où il abuse des synonymes de la plus riche des langues pour rebattre ces frivolités ? Telle était donc alors cette nation qui avait produit Homère et Alexandre ! Virgile naissait. Cicéron disputait à Athènes la palme de l'éloquence, César songeait à l'empire du monde, et le Grec oisif cherchait des paroles pour ne rien dire.

ARCHILOQUE, Archilochos.

Archiloque, de Paros, poëte ionien, vivait au septième siècle avant notre ère. Il figure dans la Couronne de Méléagre sous l'emblème de l'euphorbe épineuse, euphorbês skoliotrichos anthos akanthes, image de son caractère âpre et méchant. Malheur à qui lui déplaisait ! Sa passion pour la satire allait si loin, que lorsqu'il était las de décrier ses ennemis et même ses amis, il se décriait lui-même. C'est ainsi qu'il divulgua par une épigramme sa lâcheté dans les combats, et ailleurs la bassesse de sa naissance. Aussi fut-il réduit à s'expatrier, à changer souvent de pays, délaissé de tout le monde et réduit à la misère. Un prix de musique et de poésie qu'il remporta aux jeux olympiques le réconcilia avec ses compatriotes fiers de sa gloire. Il revint dans sa patrie, mais il ne tarda pas à s'y créer de nouvelles inimitiés. On répondit à ses sarcasmes par un coup de poignard.
Quand on n'eut plus à le craindre, on rendit justice à ses oeuvres ; elles furent glorifiées, et l'on mit Archiloque au niveau d'Homère. Combien il est à regretter que nous n'ayons de ses nombreuses poésies (42) que des fragments et deux épigrammes (43).

ARCHIMÈDE, Archimêdês.

L'Anthologie (codex vaticanus ) attribue à un poëte entièrement inconnu, nommé Archimède, une épigramme assez belle en l'honneur d'Euripide, Tên Euripideô, VII, 50. Brunck et Jacobs l'ont mise sous le nom d'Archimèle.
M. Schoell, dans son Histoire de la littérature grecque (44) classe cet Archimède parmi ceux qui écrivirent sous le quatrième et le cinquième Ptolémée, 201-190 avant notre ère.07

ARCHIMÈLE, Archimêlos.

Athénée, après nous avoir donné (44) une description détaillée (45) de la galère magnifique que fit construire le roi Hiéron II, et sur laquelle il envoya en Égypte soixante mille médimnes de froment, dix mille barriques de viande salée, vingt mille talents pesant de laines et autant d'autres marchandises, rapporte l'épigramme (46) que le poëte Archimèle fit sur ce bâtiment. Hiéron récompensa le poète par un présent de mille médimnes de grain. C'est tout ce que nous savons d'Archimèle.

ARÉTHAS, Arethas.

Nous n'avons que trois épigrammes d'Aréthas, XV, 32, 33, 34, qualifié de diakonos, diacre. On dit cependant qu'il fut archevéque de Césarée en Cappadoce, vers l'an 920. Du reste, sa vie et ses services nous sont inconnus.

ARGENTARIUS, Argentarios.

L'Anthologie a recueilli de Marcus Argentarius trente-sept épigrammes, dont plusieurs sont du genre érotique, et décèlent un esprit élégant et fin. Dans quelques-unes il joue assez plaisamment sur des mots, par exemple dans les épigrammes, Poieis panta, V, 32 ; Antigonê, Sikelê paros, V, 63 ; Antigonên esterges, XII 320 ; Hêsiodou pote, IX, 161 ; Kômadzô, IX, 270; Ethrausês, IX, 246. Dans aucune des épigrammes de ce poète il n'y a d'indice qui nous fasse entrevoir son pays, son époque, sa famille. Reiske cependant se hasarde à croire qu'il est ou l'Argentarius que mentionne plusieurs fois Sénèque dans ses Suasoria, ou le Marcus de Byzance qui, d'après Philostrate, Vie des Sophistes, florissait sous l'empereur Hadrien.

ARISTIDE, Aristeidês.

Aelius Aristide, de Mysie, célèbre par de longs voyages et par son éloquence, a vécu sous l'empereur Hadrien et sous les Antonins. Il a imité les grands modèles des temps anciens, et dans son argumentation il y a de la richesse, de la force et de la clarté. On a de cet habile et fécond rhéteur un discours contre Leptine, cinquante-quatre déclamations et une théorie de l'éloquence. Lui-même nous apprend qu'il était aussi poète, et l'épigramme Pioêtês, athlôn te bradeus, Appendice, 301, ne le dément pas. 

ARISTOCLÈS, Aristoklês.

Nous n'avons d'Aristoclès qu'une seule épigramme, Damater polukrate, Appendice, 8, que nous a conservé Élien (47).
Cet Aristoclès est-il le grammairien qui a vécu sous Auguste ? Est-il le rhéteur qui florissait sous Trajan et Hadrien, et
dont Philostrate (48) a écrit la vie, ou bien l'écrivain d'Alexandrie, auteur d'un livre Peri chorôn, que loue Athénée, etc.?
Nous n'en.savons rien. Nous ne savons pas davantage quel est le traducteur qui a mis cette épigramme en assez bons vers
latins.

O faecunda Ceres, siculas veneranda per oras,
Cecropiosque agros ! hoc ego praecipue
Miror, in Hermione quod magno robore taurum,
Quemque viri possent vix domuisse decem,
E grege deductum sola aure adducit ad aram
Sancta tibi mulier; qui puer ut sequitur.
Haec tua vis, Ceres, est ; tu nobis esto benigna,
Per teque Hermione laeta beata fuat.

ARISTODICUS, Aristodikos.

Aristodicus a dans l'Anthologie deus épigrammes, VII, 189 et 478. L'une est sous le nom d'Aristodicus de Rhodes. Ce poète n'a pas laissé d'autres souvenirs que ces deux épigrammes et son nom.

ARISTON, Aristôn.

Sous le IVe et le Ve Ptolémée, 22Z-181 avant notre ère, vivait Ariston de Céos, le philosophe Péripatéticien, qui est probablement l'auteur des trois épigrammes qui se trouvent dans l'Anthologie sous le nom d'Ariston, sans désignation particulière. Ces épigrammes, VI, 303 et 306 ; VII, 457, agréablement versifiées, mais sans originalité, semblent des réminiscences de Philippe et de Léonidas et peu dignes d'un philosophe. Aussi doit-on douter de l'attribution.

ARISTOTE, Aristotelês.

Aristote, né à Stagire en Macédoine, l'an 284 avant notre ère, disciple de Platon et chef de l'école péripatéticienne, qui jouit d'une si glorieuse célébrité comme philosophe, est à peine connu comme poète.
Pour apprécier le philosophe, pour se faire une juste idée de l'immensité de son génie. de son admirable méthode, de sa science presque universelle ce sont ses oeuvres mêmes qu'il faut lire et étudier. A défaut de cette étude et peut-être aussi pour la mieux faire, il est bon de lire la vie d'Aristote dans Diogène Laërte, digne à peine d'être son biographe ; l'article Aristote dans la Biographie universelle, par Georges Cuvier, son légitime historien ; celui du savant M. Guigniaut dans l'Encyclopédie des gens du monde, et l'article du Dictionnaire des Sciences philosophiques {Paris, Hachette, 1844) (49).
Comme poète, Aristote a droit aussi à notre admiration, mais à un beaucoup moindre degré que comme philosophe et moraliste. Le temps qui a détruit plusieurs de ses traités a été plus impitoyable encore pour ses poésies ; il ne nous reste de lui qu'un hymne à la Vertu (50), une épigramme sur le meurtre d'Hermias (51), et le Péplos (52). On y trouve, le Péplos excepté, ce qui constitue le poète, une imagination brillante, un coeur passionné, un style qui a de l'éclat et de la grandeur.
Ce n'est pas sans de bonnes raisons que le Péplos a été attribué par des critiques à un autre Aristote que le Stagirite.

ARTÉMIDORE, Artemidôros.

Nous avons d'Artémidore le grammairien deux épigrammes, dont l'une est quelquefois mise sous le nom de Théocrite, Allos ho Chios, IX, 434 ; ce qui est assez honorable, et nous fait regretter qu'on n'ait pas recueilli plus de ses poésies. C'eût été justice de faire pour lui ce qu'il a fait pour le poëte de Syracuse, dont il a réuni les idylles éparses dans un recueil, comme on rassemble des brebis dans un seul bercail, ainsi qu'il l'a dit élégamment, IX, 205, Boukolikai Mousai sporades.
Ce grammairien ayant été un des plus remarquables disciples d'Aristophane, l'illustre grammairien d'Alexandrie, est quelquefois qualifié d'Aristophanéen, Aristophaneios (53).

ARTÉMON, Artemôn.

D'Artémon il nous reste deus épigrammes qui se trouvent dans la Muse de Straton, 55 et 124, l'une et l'autre sur Échédème. Il y a dans la bibliothèque grecque de Fabricius (54) onze Artémon. Reiske croit que l'épigrammatiste est Artemôn ho melopoios, contemporain d'Aristophane et que mentionne le poçte (55) ; d'autres croient qu'il est l'Artémon de Cassandrée, postérieur à la cent seizième olympiade (315 avant J. C.), époque où Cassandrée (56) fut le nom substitué à Potidée de la Chalcidique.

ASCLEPIADE, Askêpiadês.

Une quarantaine d'épigrammes de l'Anthologie qui portent le nom d'Asclépiade ne sont pas toutes du même auteur.
Il y en a d'Asclépiade de Samos, le devancier ou le contemporain de Théocrite, de celui qu'il appelle, Idylle VII, 40, ton esthlon Sikelidan ton en Samô, l'illustre Sicilien de Samos, probablement parce qu'il était né à Samos d'un père sicilien, dit Schoell. Cette explication est inexacte. Il est plus probable que cet Asclépiade s'appelait aussi Sicélidas, et qu'il était Saurien. Le scoliaste de Théocrite se trompe également en disant qu'il était fils de Sicélidas. On ne formait pas de patronymique d'un patronymique; quand on voulait exprimer la filiation d'un homme dont le père portait déjà un nom de cette sorte, on se contentait de lui donner ce nom (57). C'est sous ce même nom de Sicélidas que cet Asclépiade se trouve dans la Couronne de Méléagre, où il a pour emblème des anémones en fleur, anemois anthea phuomena. C'est à ce poète qu'il convient d'attribuer la plus grande part des quarante épigrammes et la meilleure. Un Asclépiade d'Adramytte est désigné par le manuscrit du Vatican comme auteur de l'épigramme Nun aiteis, XII, 36. Il en reste un certain nombre qu'il faut mettre au compte des autres homonymes, tôn allôn homônumôn, comme dit Jacobs (58).

ASCLÉPIODOTE, Asklêpiodotos.

Une épigramme d'Asclépiodote, Dzôein, einalê Theti, avait été gravée sur la partie antérieure de la statue de Memnon ; elle a passé de là dans l'appendice de l'Anthologie, no 16.
"C'est une pièce remarquable par la pensée et l'expression, qui annonce un homme pénétré de la lecture des bons modèles. On s'en étonne peu, lorsqu'on voit qu'elle a pour auteur un poète de profession, Asclépiodote qui a pris le soin de se nommer en tête de l'inscription, Asklêpiodotou tou poiêtou. A la fin, après le sixième vérs, le mot eptitropou, placé ainsi tout seul, doit s'entendre du Procurator Caesaris, eptitropos Kaisaros.
" En sa qualité de poète, Asclépiodote est entré dans l'idée poétique de l'Aurore saluée par son fils. D'ailleurs, il voulait opposer Thétis, qui n'avait pas le pouvoir d'animer les cendres d'Achille, à l'Aurore qui, chaque matin, réveillait la voix de Memnon : mêtrôêi lampadi thalpomenon est une expression digne d'Homère (59)."
Tout ce que nous pouvons conclure de l'expression eptitropou et du commentaire, c'est qu'Asclépiodote est un poète de plus parmi ceux de l'empire, d'origine grecque et heureusement inspiré.

ASINIUS QUADRATUS, Asinios Kouadratos.

Sous le nom d'Asinius Quadratus, il y a dans l'Anthologie palatine une épigramme qui, dans l'Anthologie de Planude, est adêlon, anonyme. Elle est relative à un fait de guerre qui s'accomplit sous Sylla, Hoi pros Rômaious, VII, 312, et le style y a de la précision et de la force. S'agit-il d'Athéniens tués en grand nombre après la prise d'Athènes, ou plutôt d'ennemis étrangers qui, on ne sait où, tombèrent dans une embuscade de Romains et périrent ? Saumaise pense qu'il s'agit du combat où périrent Catilina et ses complices. Ou gar tis meta nôta tupeis thanen, dit l'épigramme, et Salluste dit de même omnes adversis volneribus conciderant. Peu importe. Ce qu'on tiendrait plus à savoir, c'est si notre poète est le même que l'historien Asinius Quadratus qui écrivit une histoire romaine depuis la fondation de Rome jusqu'au règne d'Alexandre Sévère, pendant un espace de mille ans; de là le titre de son oeuvre : Hê Rômaikê chilias, Histoire millénaire des Romains. Il l'avait écrite dans la langue d'Hérodote, Iadi dialektôi, dit Suidas. 

ASTYDAMAS, Astumadas.

Il est singulier que nous n'ayons qu'une seule épigramme d'un poète aussi fécond qu'Astydamas, d'un auteur qui fit deus cent quarante tragédies et qui remporta quinze prix. Il était d'Athènes, fils de Marsinus, disciple d'Isocrate, et vivait en 338 avant J. C. Son amour de la louange, sa vanité étaient excessifs, et l'on disait proverbialement se louer comme Astydamas, ainsi que l'atteste ce vers du poète comique Philémon, Sautên epaineis, hôsper Astudamas, gunai. Il fut dupe et victime de son orgueil : pour honorer ses succès de théâtre, les Athéniens lui élevèrent une statue (60) ; de lui-même il proposa l'inscription d'usage, mais l'éloge y était si exagéré qu'on lui intenta un procès et qu'il fut condamné à une forte amende.
Son épigramme, Eith' egô en keinois, Appendix, 17, a été ainsi traduite par Grotius : 

O ego si illorum vixissem aetate, vel illi
Mecum, quos celebres lingua diserta facit :
Ut par sub vero concurrere judice possem.
Nunc aetas illos liberat invidia.

ATHÉNÉE, Athênaios.

Diogène Laërte (61) qualifie Athénée de ho epigrammatographos, l'épigrammatiste, et pourtant nous n'avons de lui que deux épigrammes, l'une en l'honneur des Stoiciens, ô stoikôn muthôn, IX, 496, l'autre sur le fils de Néoclès, Épicure, Anthrôpoi mochtheite, Appendix, 2. On en peut conclure qu'il n'était ni pour Épicure, ni pour Zénon, qu'il n'appartenait à aucune école, et qu'il louait les philosophes et leur secté epideixeôs heneka, uniquement pour montrer son talent; et il en avait.

AUTOMÉDON, Automedôn.

On compte deux Automédon, l'un d'Étolie, l'autre de Cyzique. Philippe ayant admis leurs épigrammes dans sa Couronne, c'est dans le premier siècle de notre ère que ces poètes vécurent. Plusieurs de leurs épigrammes le prouvent d'ailleurs, notamment celle (62) où sont raillés les Athéniens au sujet du droit de cité dont ils faisaient commerce et qu'ils pratiquaient déjà sous le règne d'Auguste (63) ; celle (64) contre Nicétès, orateur illustre du règne de Nerva, et ami de Pline le Jeune. Ces Automédon 
étaient-ils contemporains ? on ne sacrait l'affirmer, mais ils ont dû vivre à uns époque assez rapprochée. Il serait impossible de faire la part de chacun dans les onze épigrammes publiées sous leur nom. Sur le nombre il y en a d'assez jolies, et il vaut mieux laisser la succession indivise.

BACCHYLIDE, Bakkhulidês.

Bacchylide, né à Iulis dans l'île de Céos, était un fils de la soeur de Simonide. Contemporain de Pindare et d'Eschyle, il était plus âgé qu'eux, et comme eux il vécut à la cour d'Hiéron roi de Syracuse, 472 ans environ avant notre ère. II fut même le poète favori de ce prince qui le préférait à Pindare. Dans la Couronne de Méléagre ses poésies figurent sous l'emblème de blonds épis, xanthous stachuas. La gerbe de ses ceuvres s'est fort amoindrie : il ne nous reste plus qu'une partie du beau Paean adressé à la Paix, un fragment de scolie ou chanson en l'honneur du vin, des débris de ses hymnes, de ses dithyrambes, et trois épigrammes (65) que rien n'autorise à contester au chantre de Céos et qui sont, par l'harmonie et la grâce, des joyaux de l'Anthologie.

BARBUCALLE, voy. JEAN BARBUCALLE.

BASSUS, Bassos.

Lollius Bassus vivait sous l'empereur Tibère, ainsi que le constate l'épigramme Klêdouchoi nekuôn, VII, 391, sur la mort de Germanicus, empoisonné à Antioche par Pison, l'an 19 de notre ère. Fabricius a cru voir une imitation d'Horace dans l'épigramme sur la médiocrité, Mête me cheimati, X, 102 ; mais alors on pourrait faire aussi de notre Lollius un parent du Maxime Lolli (66).
Des onze épigrammes de ce poète, les plus jolies sont celles que nous avons citées sur la mort du fils adoptif de Tibère, sur la médiocrité, et une autre sur les inconvénients d'avoir une servante sourde. Grotius a très heureusement traduit, ou si l'on veut, imité cette dernière épigramme.

Tên duskôphon graion, XI, 74.
Exige, per superos obtestor, Onesime, surdam, 
Quae mihi perpetui causa laboris, anum.
Caseus ad mensumsi forte petatur ab illa,
Nescio quem casum me timuisse putat.
Ruta petita caput fuerat mihi forte dolenti,
In corbi nobis attulit illa rutra.
Si succis opus est aegro , fert anxia soccos,
Et mytilum cupiam si mihi, fert matulam.
Pro cino vannus, pro seta fertur acetum.
In vanum, quidquid dixero, verba cadunt.
Ut mediterne foris totis ego noctibus aequum est,
Quid loquar, et praeco nunc ero propter anum?

BÉSANTINUS, Bêsantinos.

De Bésantinus, nous avons deux épigrammes, toutes deux uniques (67). L'une (68) se lit parmi les sentences de Théognis où mérite de pensée et de style l'a fait entrer. Le petit poème l'Oeuf, qui passe plus généralement pour être de Simmias, a été quelquefois publié sous le nom de Bésantinus. Ces attritions font honneur au poète et constatent son talent.

BIANOR, Bianôr.

Bianor sans autre désignation, Bianor de Bithynie, Bianor le grammairien, sont un seul et même poète qui vivait sous les règnes d'Auguste et de Tibère. Cette date se trouve confirméé par son épigramme, Sardies, hai to palai, IX, 123, sur le trembllement de terre de Sardes de l'an 16 de notre ère, et aussi par son admission dans la Couronne de Philippe, drus de Bianôn.  Cet emblème du chêne, drus, me semble faire plus allusion au nom même du poète (bia, force, et anêr, homme) qu'à ses poésies dont la force n'est pas le caractère dominant. Sans doute la peinture de la catastrophe de Sardes est énergique et sombre, mais on trouverait peut-être plus de pièces gracieuses et touchantes, comme l'épigramme Panta Charôn, VII, 671, sur la mort 
du jeune Attale.
De l'Anthologie de Philippe, une vingtaine d'épigrammes de ce poète sont passées dans les Anthologies de Céphalas et de Planude.

BOÉTHUS, Boêthos.

Il n'existe de Boéthus qu'une épigramme, Ei toios Dionusos, lX, 248, sur le pantomime Pylade. Cette épigramme indique suffisamment l'époque (69) où vivait ce Boéthus. Il était de Tarse en Cilicicie. Strabon le qualifie de mauvais poète et de mauvais citoyen, kakou men poiêtou, kakou de politou (70). Il ajoute: "A force de flatter le peuple, il s'était acquis une grande puissance. Antoine avait aussi contribué à l'élévation de ce démagogue, en faveur des vers que celui-ci avait composés pour célébrer la victoire de Philippes ; mais ce qui augmenta le plus son crédit, c'est la facilité qu'il avait d'improviser sur tous les sujets qü on lui proposait. Antoine ayant promis aux habitants de Tarses d'établir chez eux la charge de gymnasiarque (71), revêtit Boéthus de cette dignité, et lui confia l'administration des dépenses nécessaires au gymnase. Mais on découvrit qu'il y volait jusqu'à l'huile (72), et on l'en accusa devant Antoine. Boéthus, voulant s'excuser, dit à Antoine entre autres choses : "Ayant chanté vos louanges comme Homère chanta celles d'Achille, d'Agamemnon et d'Ulysse, il n'est pas juste que je sois devant vous l'objet de pareilles accusations." L'accusateur, prenant alors la parole, lui répondit : "Mais Homère n'avait volé l'huile ni d'Agamemnon, ni d'Achille, comme vous l'avez fait ; il est donc juste que vous en soyez puni." Néanmoins, par les sollicitations de quelques amis, il réussit à se soustraire au châtiment sans cesser de vexer la ville jusqu'à la mort d'Antoine. C'est dans cet état qu'Athénodore, qui avait été précepteur de César-Auguste, trouva Tarse, sa ville natale. Il essaya d'abord d'amener à la raison Boéthus et ceux de sa faction ; mais enfin, voyant qu'ils ne s'abstenaient d'aucune insolence, il se servit du pouvoir que l'empereur lui avait accordé, et les bannit de la ville et de la province."

CALLIAS, Kallias.

Callias d'Argos ne nous est connu que par l'épigramme publiée sous son nom dans l'Anthologie, Aiei chrusion, XI, 232. Il s'y trouve une pensée dont on a fait un proverbe : le vin est la pierre de touche du caractère, oinos elegchei ton tropon, et comme traduit Grotius : "Pocula nudant ingenium."

CALLICTER OU CILLACTOR, Kalliktêr ê Killaktôr.

De ce poète inconnu qui, dans un lemme, est qualifié de Mantisios, épithète également inconnue. il reste six épigrammes de très peu de valeur, minimi pretii, dit Jacobs ; cependant elles sont anciennes et de l'époque Alexandrine. Toutefois, sur le nombre, il y en a une qui semble assez plaisante et curieuse même, en ce que l'emblème des maris trompés s'y trouve mentionné, pour la première fois peut-être. En voici la traduction par Grotius .

Hostis esô purous, XI, 5.
Cui non empta domi semper sunt tritica, cornu 
Illud amaltheae, quod dedit uxor, habet.

CALLIMAQUE, Kallimachos.

Callimaque naquit à Cyrène, en Libye, vers l'année 324 avant l'ère chrétienne. Bien qu'il descendît du fondateur de la colonie grecque de Cyrène (73), que son père eût commandé les troupes de la Cyrénaïque et qu'il fût de race royale, la gêne et le besoin réduisirent Callimaque à enseigner les belles-lettres.
Son professorat fut si brillant que Ptolémée Philadelphe l'admit au musée que sa munificence avait ouvert et consacré aux poètes et aux philosophes qui illustraient son règne. La faveur dont Callimaque jouit sous ce prince lui fut conservée sous son successeur, Ptolémée Evergète (247 ans avant notre ère).
Il paraît certain que le poète n'exploita pas son crédit auprès de ces rois généreux, et que son caractère enjoué, sa philosophie et ses goûts studieux lui firent supporter la mauvaise fortune avec dignité. C'est sans preuve et sans autorité qu'on dit qu'il fut préposé à la bibliothèque royale d'Alexandrie. Élève d'Hermocrate, il eut pour disciples Ératosthène et Philostéphane, ses compatriotes, Aristophane de Byzance et Apollonius de Rhodes, qui, de son élève devenu son ennemi, s'attira cette terrible invective connue sous le nom d'Ibis. Suivant la mode de son siècle et la vocation de l'école égyptienne, Callimaque s'occupa beaucoup de philologie et de grammaire ; mais il ne nous est plus connu que comme poète, et encore le temps a-t-il détruit ou mutilé la plus grande partie de ses oeuvre. S'il en faut croire Suidas, il avait composé plus de huit cent ouvrages, presque tous, il est vrai, de peu d'étendue, car il disait qu'un gros livre est un grand mal (74). Il nous reste du poète de Cyrène six hymnes, parmi lesquels se distingue, comme un des plus parfaits chefs-d'oeuvre de la poésie antique, celui des bains de Pallas, soixante-trois épigrammes dont plusieurs peuvent être regardées comme les meilleures de l'Anthologie grecque, et des fragments. Ses principaux ouvrages, dont il ne reste le plus souvent que les titres étaient : un poëme en quatre chants sur les origines des fables, des rites et des antiquités (75), un autre sur la chevelure de Bérénice, l'épouse de Ptolémée Evergète, dont Conon de Samos avait fait un astre ; un po
ème héroïque sur la vieille femme nommée Hécalé, qui donna l'hospitalité à Thésée, etc., etc.; enfin des élégies qui, au jugement de Quintilien (76), placent Callimaque au premier rang dans ce genre de poésie. Le talent de ce poète comme on le voit, était multiple ; et pourtant c'est par l'esprit et l'art qu'il se distingue bien plus que par le génie (77). Sa verve chaleureuse inspira chez les Latins Ovide et Properce ; mais les ouvrages où elle brillait le plus sont perdus pour nous. Son principal mérite consiste à nos yeux dans les notions qu'il nous donne sur les antiquités religieuses de la Grèce, dans l'art savant qui préside à ses compositions et dans la richesse éblouissante de son style. Admis dans la fameuse pléiade d'Alexandrie, Callimaque est un des écrivains dont le mérite et la réputation rayonnent du plus vif éclat dans cette constellation poétique.

CAPITON, Kapitôn.

Capiton d'Alexandrie, ho epopoios,comme l'appelle Athénée (78), est très-vraisemblablement l'auteur du seul distique publié sous le nom de Capiton dans l'Anthologie. Ce distique, Kallos aneu charitôn, V, 67, sur la grâce, plus belle encore que la beauté, est assez joli pour faire regretter qu'on n'ait pas d'autres épigrammes de ce poète.

CARPHYLLIDE, Karphullidês.

Il y a de ce poète deux épigrammes, l'une au nom de Karpullidou,l'autre au nom Karpullidous, par quelque erreur de copiste. Ces deux épigrammes, 'Ichthuas agristôi, IX, 52 , et Mê mepsêi pariôn, VI, 260, ne sont pas sans intérêt, sans agrément.

CÉRÉALIUS, Kerealios

Dans les trois épigrammes que nous avons de Céréalius, il n'y a aucun indice de l'époque ou il a vecu, car l'Antipater
dont il a fait l'épitaphe, Antipatrou rhêtêros egô taphos, VII, 369, était un rhéteur de Diospolis ou d' Athènes, et n'est pas un des trois Antipater dont nous avons des épigrammes. Par Martial (79) et par Pline (80), on connaît un Céréalis, auteur d'une gigantomachie. Peut-être est-ce notre épigrammatiste dont le nom se sera altéré.

CHAERÉMON, Chairêmôn.

Chaerémon doit être un poète d'une époque ancienne, celui du moins qui a composé les deux belles epigrammes relatives au combat des Argiens et des Spartiates pour la plaine de Thyrée : Tois Argei et Kleuas ho Timoklêos, VII, 720 et î21. Il figure d'ailleurs dans la Couronne de Méléagre, et le lotus au suave parfum est son emblème. Quant à l'épigramme Euboulon teknôsen Athênagoras, VII, 469, elle est d'un Chaerémon moins ancien. L'Athénagore dont il est ici question est mentionné dans une épigramme d'Ammien, Arkadikon pilon, XI, 150, ce qui nous reporte au règne de Néron ou de Trajan. Reiske croit même que cet Athénagore est celui dont il est parlé si souvent dans les lettres de Libanius.

CHOERILE, Choirilos.

L'épitaphe du tombeau de Sardanapale, le dernier roi des Assyriens, Eu eidôs hoti thnêtos, Appendix, 97, laquelle se lit dans Diodore de Sicile (81), et dans Strabon (82), ne peut être de Choerile d'Athènes, le poète dramatique contemporain d'Eschyle dont il reste quelques vers où il célèbre la victoire des Grecs sur Xerxès, ni du Choerile de Samos, poète épique, d'une date un peu postérieure, l'auteur d'une épopée sur la seconde guerre médique dont chaque vers fut payé par les Athéniens au prix d'un statère (83), et qui se chantait publiquement comme les poèmes d'Homère ; elle doit être du Choerile d'Iase en Carie, qui chanta les exploits d'Alexandre, versibus incomptis, comme dit Horace (84), et au sujet duquel le roi de Macédoine disait qu'il aimerait mieux être le Thersite d'Homère que l'Achille de Choerile.
Ce Choerile aura probablement trouvé cette épitaphe en Assyrie, sur les bords de l'Euphrate, et l'aura traduite du chaldéen en grec.

CHRISTODORE, Kristodôros.

Christodore (85), fils de Panisque, poète grec de la Thébaïde, né à Thèbes même ou à Coptos, sur les bords du Nil, florissait sous le règne d'Anastase Dicore, comme le constate un passage de ses poésies (86), où il célèbre la victoire remportée par cet empereur sur les Isauriens (87). Le plus précieux reste de ses rouvres est une description, en quatre cent seize vers, des statues qui ornaient le Zeuxippe, thermes magnifiques de Constantinopie, élevés prés de l'église de Sainte-Sophie et de l'Hippodrome, et qui furent détruits par un incendie, en 532, sous Justinien. Cette description, curieuse pour l'histoire de l'art, forme tout le cinquième livre de l'Anthologie de Planude, et la deuxième section de l'Anthologie palatine. Il reste en outre de Christodore deux épigrammes, VIII, 697 et 698, en l'honneur de Jean d'Épidamne, gendre du même Anastase, l'une et l'autre assez médiocres pour que l'historien Gibbon ait pu dire du poète, Boetotum in crasso jurares aere natum ; seulement il prenait la Thèbes d'Égypte pour la Thèbes de Béotie. Néanmoins. comme le goût a ses caprices, une scolie marginale porte ho yhaumastos outos Christodôros.

CLAUDIEN, Klaudiaanos.

Il y a de Claudien cinq épigrammes, dont deux traitent des sujets chrétiens. Ces épigrammes chrétiennes, assez médiocres, doivent être du poète dont parle Evagrius dans son Histoire ecclésiastique (88) ; il vivait sous Théodore II (89). Les trois autres sont d'une date un peu plus ancienne et d'une meilleure facture, étant du poète latin qui illustra le règne de Théodore, et particulièrement celui de ses fils Arcadius et Honorius.
Ce poète, Claudius Claudianus ou Claudien, qui tient peut-être dans la poésie latine le premier rang après Virgile, longo sed proximus intervallo ; naquit à Alexandrie, en Égypte. Le grec était sa langue maternelle, et il n'écrivit en latin qu'après un long séjour à Rome et à Milan. L'époque de sa naissance et celle de sa mort sont inconnues ; sa vie ne l'est guère moins. On sait toutefois qu'il acquit de son vivant une immense réputation ; qu'à la demande du sénat, les empereurs Arcadius et Honorius lui firent ériger une statue sur le forum de Trajan, et qu'une inscription lui décernait une sorte d'apothéose en l'élevant au niveau de Virgile et d'Homère.

Ison Birgilioio noon kai mousan Homêrou
Klaudianon Rômê kai Basilei ethesan
(90)

Cet éloge est exagéré sans doute ; mais la'critique la plus sévère reconnaît dans Claudien une imagination qui a quelque chose d'Homérique, des expressions de génie, de la force quand il peint, de la précision même quand il est sans images, assez d'étendue dans ses tableaux, et surtout la plus grande richesse dans ses couleurs (91). S'il avait eu plus de mesure et de goût, moins de faste, moins de monotonie, il eût donné à ses oeuvrés le degré de perfection qui leur manque.
Ses oeuvres principales sont des invectives contre Eutrope et Rufin, rivaux malheureux de Stilicon, son héros ; trois livres de Laudibus Stilichonis ; l'enlèvement de Proserpine en trois chants, épopée charmante non terminée, et la Gigantomachie dont nous n'avons qu'un fragment. Mais la grâce et l'esprit du poète se signalent, plus particulièrement peut-être, dans de petites pièces, épîtres, idylles épigrammes, qui sont à la suite des grands poèmes : il y a là des fleurs poétiques d'un parfum exquis, de petits chefs-d'oeuvre, entre autres l'idylle sur le vieillard de Vérone que M. Zevort (92) signale avec raison comme un agréable et harmonieux écho du Virgile des Géorgiques.
Voir dans l'Encyclopédie des gens du monde l'excellent article CLAUDIEN, par M. Victor Le Clerc.

CLÉOBULE, Kleoboulos.

L'inscription du tombeau de Midas, Chalkê parthenos eimi, VII, 153, est sous le nom de Cléobule dans l'Anthologie, et aussi l'énigme Heis ho patêr, XIV, 101, qu'il faut restituer à sa fille Cléobuline. L'énigme était du goût des anciens. Cléobule avait 
composé trois mille vers de chants lyriques et d'énigmes. On en attribue même à Homère, 
Cléobule n'était pas seulement un poète, c'était un philosophe, un sage. Platon, dans son Protagoras, le met au nombre des sept sages de la Grèce, et, à ce titre, il est un des convives du Banquet des sept sages de Plutarque. On sait que chacun d'eux avait sa devise ; celle de Cléobule était : "Le bien, c'est la mesure, metron ariston." Ce sage était de plus magistrat suprème à Rhodes, prytane ou Aesymnète, Lindiôn monarchôn (93) tois politais archôn (94). Diogène (95) ne parle pas de ces dignités ; il se borne à nous apprendre que Cléobule était de Linde, ou, suivant l'historien Duris, de Carie ; qu'il était fils d'Évagoras, se disant descendant d'Hercule ; qu'il était d'une force et d'une beauté remarquables, et avait été initié à la philosophie égyptienne ; qu'il eut une fille nommée Cléobuline, auteur d'énigmes en vers hexamètres, et qu'il mourut vieux, à l'âge de soixante-dix ans.

CLÉOBULINE, Kleoboulinê.

Cléobuline ne figure pas parmi les poètes de l'Anthologie ; c'est un oubli qu'il faut réparer. Avec Suidas, avec Eudocie (96), avec Fabricius (97) et Schneider (98), nous restituerons à la fille de Cléobule deus énigmes, Heis ho patêr, XIV, 101, et Andr'eidon, Appendice, 117.
Née à Linde, dans l'île de Rhodes où régnait son père Cléobule, elle florissait vers l'an 580 avant notre ère, au temps de Solon et de Pisistrate. Comme son père, elle excellait à composer des énigmes, des griphes ; et telle était son habileté dans ces jeux d'esprit que le sage Thalès, qui s'y connaissait, l'appelle sophê, dans le Banquet des sept sages (99), pour caractériser en elle l'union de la sagesse et de la poésie.

COMÉTAS, Komêtas.

Cométas, dont nous avons sept épigrammes, est qualifié de scholastikos, maître d'école ou grammairien. C'était, en effet, un professeur de grammaire, mieux que cela, un critique qui a rendu des services par ses copies et ses révisions des poèmes d'Homère, ainsi que le constatent ses épigrammes, Amphoteras polumuthe, Seio biblious, Heurôn Komêtas, XV, 36, 37, 38, très curieuses à ce titre pour l'histoire des poésies homériques. Villoison, dans les prolégomènes de son édition vénitienne de l'Iliade, estime que l'auteur de ces épigrammes est le Cométas qui fut revêtu de la fonction publique de professeur de grammaire sous le règne de Michel III, en 856. Ce professeur, cet admirateur d'Homère, se sera fait moine, suivant l'usage du temps, et c'est dans un couvent, pour expier ses oeuvres paiennes, ses poésies amoureuses, Ommata Phullis, V, 265, qu'il aura composé l'insipide paraphrase d'un chapitre de saint Jean sur la mort et la résurrection de Lazare, Hoppote pammedeontos, XV, 40. C'est à de telles poésies qu'ont dû s'appliquer les notes marginales du manuscrit du Vatican, en regard de son nom, sur lequel on joue avec des épithètes injurieuses : Komêta tauta duskomista pant'epê et akosma tauta tou Komêta pant'epê.

CONSTANTIN DE RHODES, Kônstantinos ho Rhodios, OU CONSTANTIN CÉPHALAS.

Constantin de Rhodes, le disciple et le successeur de Constantin de Sicile, est généralement regardé comme étant le même que Constantin Céphalas. Dans l'épigramme sur la croix qu'il érigea à Linde, Eis stauron hon anetheto en têi Lidôi, XV, 15, il nous fait connaître sa filiation et sa patrie ; il nous apprend qu'il était fils de Jean Constantin et d'Eudoxie, et qu'il naquit à Linde, une des villes de l'île de Rhodes, sous le règne de l'empereur Léon, de son frère Alexandre et de son fils Constantin. II vécut donc au commencement du dixième siècle. Son nom de Céphalas lui fut sans doute donné à cause de sa grosse tête (kephalê). C'est lui qui refit, après Agathias, un quatrième remaniement de l'Anthologie. Tout en conservant une partie des pièces recueillies par ce dernier éditeur et publiées encore après lui, il eut l'heureuse idée de reprendre, dans les collections antérieures de Méléagre et de Philippe, des épigrammes appartenant aux plus belles époques de l'antiquité, et d'enrichir, de plus, son recueil des épigrammes de Straton de Sardes, licencieuses sans doute, mais du meilleur style et non sans grâce. C'est aussi à Céphalas que nous devons la collection des chansons anacréontiques que nous possédons. Le précieux manuscrit de ce compilateur, longtemps enfoui dans la bibliothèque palatine d'Heidelberg, révélé ensuite au monde savant sous la désignation d'Anthologie inédite, a été enfin publié par Brunck et Jacobs ; cette publication, qui devint un de leurs plus beaux titres de gloire, est restée pour les philologues, les historiens et les poètes, une inépuisable source de jouissances et d'instruction.

CONSTANTIN DE SICILE, Kôstantinos ho Sikelos.

Constantin de Sicile, dont nous n'avons qu'une épigramme, une seule, et encore est-elle tronquée, est un poète, un philosophe, ou plutôt un maître ou professeur qui vivait à Constantinople au neuvième et au dixième siècle de notre ère. Cette épigramme est relative à sa chaire de professeur, eis ton thronon autou, et ne se trouve que dans l'Anthologie palatine, XV, 13.
Reiske pense que Constantin de Sicile fut le maître de Constantin de Rhodes, et que celui-ci fut l'héritier de sa chaire.

COSMAS, Kosmas.

Nous n'avons de Cosmas qu'une seule épigramme, Purros egô, Anth. plan. 114, sur Pyrrhus au moment d'égorger Polyxène. Ce sujet semble s'accorder peu avec l'époque présumée du poète et la profession qu'on lui suppose. Cette profession est, du reste, assez douteuse. Dans les Analectes de Brunck, Cosmas est qualifié de moine, monachos; dans l'Anthologie planudéenne, de mêchanios, mécanicien. Est-ce le Cosmas auteur d'une cosmographie chrétienne, qui voyagea dans l'Inde et fut surnommé Indicopleustès, qui finit sa vie dans un couvent au sixième siècle ? Est-ce le Cosmas qui, par ses hymnes, par sa traduction des psaumes en vers ïambiques, mérita le surnom de melôidos ? L'épigramme ne résout aucun de ces doutes et ne les motive même pas ; car on dirait l'oeuvre d'un poète païen.

CRATÈS le Grammairien, Kratês ho Grammatikos.

Cratès, fils de Timocrate, né à Malle en Cilicie, s'établit à Pergame dont les rois avait rassemblé une bibliothèque considérable, et se livra à la culture des lettres. Ce fut avec un tel succès, qu'on lui donna le nom de Grammairien. A cette époque on appelait ainsi moins les maîtres de grammaire, que ceux qui faisaient une étude particulière des écrits des anciens soit en vers, soit en prose, qui s'occupaient à les mettre en ordre, à les interpréter, ce qui exigeait autant de savoir que de goût. Cratès s'attacha principalement à corriger les poèmes d'Homére , sans doute pour rivaliser avec Aristarque qui faisait de même à Alexandrie. Comme critique et aussi comme courtisan, il jouissait à la cour lettrée d'Attale de beaucoup de crédit, et c'est ce qui explique la mission que lui confia ce prince auprès du sénat romain (100). S'étant cassé la jambe peu de temps après son arrivée à Rome, et forcé de rester dans sa maison, il y ouvrit un cours de littérature grecque qui attira une foule d'auditeurs. Ses leçons exercèrent une grande influence sur le goût et sur les moeurs de la jeunesse romaine.
Des ouvrages de Cratès le plus célèbre, le plus regrettable, est celui qui contenait ses corrections sur l'Iliade et l'Odyssée, qu'on trouve quelquefois cité dans les scolies sur l'Iliade publiées par Villoison ; il eût été à désirer pour son honneur que le temps n'eût pas épargné davantage l'épigramme énigmatique et obscène Choirolos Antimachou, XI, 218, où sous des termes de grammaire se cachent ces images de débauches si honteuses pour l'antiquité.

CRATÈS DE THÈBES, Kratês ho Thêbaios.

Cratès de Thèbes, philosophe cynique, florissait vers la cent treizième olympiade, 328 ans avant l'ère chrétienne. Plutarque avait écrit sa vie (101), et comme cette vie n'existe plus, nous sommes réduits à la notice de Diogène Laërte, VI, 5, et à quelques citations d'Athénée. A l'exemple du chef de son école, Cratès ne croyait pas déroger en plaisantant. Nous ne pouvons pas apprécier son éloge facétieux de la lentille, phakês egkômion, dont il ne reste qu'un vers ou deux ; mais il y a un tour ingénieux et comique dans son éloge de la besace :
"Au milieu d'une sombre vapeur est une ville appelée Besace (102), belle, fertile, entourée de crasse et dépourvue de tout. On n'y voit jamais aborder un insipide parasite, ni un débauché qui convoite les caresses d'une courtisane. Elle produit de l'ail, de l'oignon, des figues et du pain, autant de biens qui ne sont pas une source de guerre pour les habitants. On n'y prend pas les armes pour l'argent et la gloire."
Sa prière aux Muses, Mnêmosunês kai Dzênos, Appendice, 47, est vraiment digne d'un poète et d'un philosophe ; et ses trois autres épigrammes, VII, 326, IX, 497, X, 104, n'en sont pas indignes.

CRINAGORAS, Krinagoras.

Les poésies de Crinagoras avaient été recueillies par Philippe et figuraient dans sa Couronne, hôs te korimbos Krinagoras. C'est un indice que ce poète n'est pas postérieur à la première moitié du premier siècle de notre ère, et cet indice est confirmé par plusieurs des cinquante épigrammes qui nous restent sous son nom. Ainsi dans l'épigramme Hesperiou Markellos, VI, 161, il célèbre Marcellus, le fils d'Octavie, de retour dans sa patrie après la campagne contre les Cantabres, l'an de Rome 729 ; dans l'épigramme Challimachou to toreuton epos, IX, 545, il offre le poème d'Hécalé de Callimaque au même Marcellus dont il compare la force à celle de Thésée ; dans l'épigramme Hêrê, eleithutôn mêter, il invoque Lucine pour qu'elle vienne en aide à Antonia, la fille d'Antoine et d'Octavie ; dans l'épigramme Bublôn Hê glukerê, IX, 239, il offre à cette même Antonia un exemplaire des poésies d'Anacréon ; dans l'épigramme Antoliai, dusieis, Anth. plan., 61, il glorifie Tibérius Néron, comme vainqueur de l'Arménie et de la Germanie; dans l'épigramme ô dustên'olboio Philostrate, VII, 645, il fait des réflexions sur la mort du sophiste Philostrate qui avait suivi Antoine et Cléopatre ; dans l'épigramme Aietou agkulocheios, VI, 229, il s'adresse à Lucius, le fils d'Agrippa et de Julie ; dans l'épigramme Ei kai soi edraios, XI, 42, il fait l'éloge des initiés aux mystères d'Éleusis, et Auguste était un de ces initiés, etc. Enfin, à ces témoignages se joint celui du géographe Strabon qui cite Crinagoras comme un de ses contemporains, comme un des écrivains qui, de son temps, illustraient le plus Mitylène, kath'hêmas de Potamôn, kai Lebpklês, kai Krinagoras (103). Son voyage de l'île de Lesbos à Rome a donné lieu peut-être à l'épigramme Plous moi ep'Italian, IX, 559, et il semble y avoir vécu jusqu'à la fin de sa carrière dans les bonnes grâces de la famille impériale, mais plus favorisé des Muses que de la fortune, s'il faut s'en rapporter à l'épigramme Achri teu, ô deilaies, IX, 234.
Le nombre et le mérite de ses épigrammes, leur tour gracieux, leur honnêteté, tout concourt à leur donner une valeur inappréciable et à en faire un des plus agréables ornements de l'Anthologie.

CYLLÉNIUS, Kullênios

Il y a deux épigrammes de Cyllénius, toutes deux fort jolies. On ne sait rien de ce poète, on n'est pas même sûr de son nom : le manuscrit du Vatican potte, en effet, Kullêniou, et dans l'Anthologie de Planude on lit Kallêniou et Kullêniou. Ce qui est plus regrettable, c'est qu'il nous reste si peu de chose de l'auteur des épigrammes sur un poirier sauvage greffé et sur un vaisseau détruit dans sa cale de construction.
Ces petits poèmes, dans la traduction de Grotius, ont conservé tout leur agrément.

Hê paros en drumoisi, IX, 4.

Quae prius in saltu media inter lustra ferarum
Sponte tuli nulla prosata lege pira,
Arte nova genitrix, alienis insita ramis, 
Munus adoptivum, mitia poma fero.
Rustice, magna tibi sit gratia: filia silvae (104), 
Hortorum posthac incola dives ero.

Oupô naus, kai olôla, IX, 33.

Jam perii, neque navis eram. Quid passa fuissem 
In pelago ? Ratibus fluctus ubique nocet.

CYRILLE, Kurillos.

Nous n'avons de Cyrille qu'un distique, où il recommande la brièveté comme le caractère dominant, comme la règle obligée de l'épigramme, Pagkalon est'epigramma to distichon, IX, 369.

Versibus ex geminis bona sunt epigrammata ; quod si
Tres excedis, epos, non epigramma facis. GROTIUS.

Boileau a fait la même recommandation de brièveté ; il a dit dans son Art poétique :

L'épigramme moins libre, en son tour plus borné, 
N'est souvent qu'un bon mot de deux rimes orné.

C'est très bien pour l'épigramme moderne, dont la malignité est le trait essentiel et qui n'est qu'une satire très abrégée; mais l'épigramme ancienne est quelque chose de plus qu'un bon mot, c'est tour à tour une inscription, une dédicace, une idée gracieuse, une sentence morale, une description ingénieuse, où la brièveté n'est pas le seul mérite ; il faut y joindre, suivant le sujet, la force, la grâce, l'enjouement, la passion, et toujours la mesure et la simplicité.
Dans le précepte de Cyrille il y a de l'exagération ; il eût été curieux de voir comment il l'appliquait. Mais le maître n a pas laissé d'exemples. Nous ne savons rien non plus de sa vie.

CYRUS, Kuros.

Nous avons sept épigrammes de Cyrus de Panopolis, en Égypte, qui, de son temps, passait pour un grand poète et était ainsi qualifié ho mekas poiêtês ; mais il doit sa renommée, moins à ses poésies, qui ne sont pas d'ailleurs sans mérite, qu'aux singulières vicissitudes de sa fortune politique. Cyrus avait réuni sur sa tête les plus grandes dignités de l'empire : en 439, il fut nommé préfet de Constantinople, et, à la fin de la même année, préfet du prétoire ; il fut consul sans collègue en 441. Son goût pour les lettres et ses talents poétiques le recommandèrent à la princesse Eudocie qui aimait les vers ; elle lui concilia la faveur de Théodore le jeune, et quoique ses ennemis l'accusassent d'être secrètement attaché au paganisme, ce prince lui donna toute sa confiance. Sans se laisser éblouir par une fortune si brillante, Cyrus en jouit avec modestie pendant quatre ans, et sa réputation de probité ne souffrit pas d'atteinte. Sous son administration, la police de Constantinople fut perfectionnée ; il rebâtit une partie de cette ville, ou du moins ses murailles. Il jouissait à un tel point de la faveur populaire, qu'un jour les spectateurs réunis au Cirque lui adressèrent en présence de l'empereur cette acclamation : "Constantin a fondé la ville, Cyrus l'a renouvelée. Gloire à Cyrus l!" On est tenté de croire que ce sont ses envieux qui avaient préparé cette scène. Les cris de la multitude qu'en tout pays et en tout temps on a pu acheter avec un peu d'argent, excitèrent la jalousie de Théodore. Ce mouvement n'échappa pas à l'oeil curieux des courtisans : ils profitèrent de l'absence d'Eudocie, qui était alors à Jérusalem, pour ourdir une intrigue contre le ministre. Cyrus fut accusé d'être l'ennemi du christianisme, et d'aspirer à la domination. Le faible Théodore le dépouilla de sa préfecture et confisqua ses biens. Pour sauver sa vie, Cyrus se fit ordonner prêtre ; par la suite, il fut évêque de Cotyaeum (105) en Phrygie, et gouverna son Église avec le zèle qu'il avait mis à gouverner l'empire.
Au moment où il se vit obligé de quitter Constantinople, l'homme d'État n'exhala pas d'autre plainte que cette épigramme touchante et résignée, Aithe patêr m'edidaxe, IX. 136.
Ajoutons, comme un titre de plus à notre estime, qu'il eut très probablement pour fils, car c'est l'opinion de du Cange, le poète le plus éminemment remarquable du cinquième siècle, Paul le Silentiaire.

DAMAGÈTE, Damagêtos.

Damagète est un des poètes dont Méléagre avait recueilli les oeuvres comme des fleurs assez belles pour sa Couronne, Damagêton, ion melan. Il en reste douze épigrammes dont quelques-unes nous servent à préciser l'époque de sa vie. L'épigramme ôleo de paterôn, VII, 438, en l'honneur de l'Achéen Machatas, qui périt dans la guerre entre les Achéens et les Étoliens, nous reporte au règne de Philippe, fils de Démétrius, aux années 210-200 avant l'ère chrétienne. L'épigramme ôd'huper Ambrasias, VII, 231, sur Aristagoras tué en défendant Ambracie, appartient ana mêmes années, ainsi que l'épigramme Artemi toxa, VI, 277, sur Arsinoé, fille de Ptolémée Évergète, épouse et soeur de Ptolémée Philopator, mère de Ptolémée Épiphane.
Nous ne saisissons plus aujourd'hui toute la portée du symbole de la sombre violette, melan ion, parce que les rouvres du poète ont été en grande partie perdues ; mais il y a encore dans ce qui nous est resté de ses vers un très agréable parfum qui nous fait comprendre en partie le poétique emblème.

DAMASCIUS, Damaskios.

Damascius, dont nous avons dans l'Anthologie une épigramme sur l'esclave Zosimé, Zôsimê hê prin, VII, 553, est ce Damascius de Damas, philosophe alexandrin du sixième siècle, successeur d'Isidore de Gaza, et le dernier professeur du néoplatonisme à Athènes. II avait commencé ses études à Alexandrie sous Théon et Ammonius ; il les termina à Athènes sous Marins, Isidore et Zénodote. C'était un maître d'un très bon jugement, qui se préserva des écarts de ses devanciers, s'efforçant de rendre aux sciences, aux mathématiques, à la philosophie, la considération dont le fanatisme de l'école d'Alexandrie les avait quelque peu dépouillées. Mais malgré la modération et la réserve que Damascius apportait dans son enseignement, l'empereur Justinien crut devoir détruire l'école néoplatonicienne d'Athènes, la regardant, non sans quelque raison, comme un foyer de doctrines antichrétiennes. Notre philosophe se réfugia à la cour de Chosroês avec Simplicius et les derniers débris de l'école de Plotin ; mais il n'y trouva qu'un esclavage plus dur encore. Rentré dans le monde romain avec ses amis découragés, on croit qu'il se retira à Alexandrie et qu'il y mourut obscurément. La philosophie de Platon s'éteignit de même, disparut pendant sept siècles, et de nouveau se montra au monde étonné avec Gémistus Pléthon, le cardinal Bessarion, Marsile Ficin, les néoplatoniciens modernes.
Les principaux ouvrages de Damascius (106) sont des Commentaires sur divers dialogues de Platon, une Biographie des philosophes dont il nous reste des fragments, et enfin des Problèmes et solutions sur les principes des choses, dont on a également retrouvé quelques lambeaux ; et aussi l'épigramme précitée qui, tout simplement et sans emphase, proclame l'existence de l'âme et sa liberté.

DAMOCHARIS, Damocharis.

Céphalas et Planude ont conservé quatre épigrammes d'un grammairien nommé Damocharis ou Démocharis, qui a dû vivre à la fin du cinquième siècle et dans la première moitié du sixième. Il était de Cos, et disciple d'Agathias.
Dans une épigramme (107) où Paul le Silentiaire, son contemporain, pleure sa mort ; il appelle Damocharis la Colonne sacrée de la grammaire (108), grammatikês hierê basis, et il nous montre l'île de Cos plongée dans la douleur, comme à la mort d'Hippocrate (109).
Agathias, Paul le Silentiaire, Damocharis ont concouru à donner de l'éclat au règne de Justinien.

DAMOSTRATE, Damostratos ê Dêmostratos.

Damostrate est-il l'auteur de l'épigramme, Numphai Nêiades, IX, 238, où il se nomme lui-même et se dit fils d'Antilas, en consacrant deux hures de sanglier ? Il est assez peu probable qu'il y ait là un poète. Cependant Reiske n'est pas éloigné d'y reconnaître le poète Damostrate d'Apamée, sénateur romain, dont les Halieutiques sont souvent cités par Elien dans son Histoire des animaux (110), par Pline le naturaliste (111), par Plutarque peri Potamôn (112). Il aurait alors vécu dans le premier siècle de notre ère.

DAPHITAS, Daphitas.

Daphitas était de Magnésie sur le Méandre, ville éolienne près du mont Thorax. "C'est là que fut crucifié, dit Strabon, le grammairien Daphitas, pour avoir fait ces vers satiriques contre les rois de Pergame : "Esclaves qui cachez sous la a pourpre les marques des coups de fouet, raclures des trésors de Lysimaque, vous voilà maîtres de la Lydie et de la Phrygie (113) !" On assure que cette mort avait été prédite à Daphitas par un oracle qui lui conseillait de se garder du Thorax (114)." Selon Suidas (115), Hésychius de Milet (116) et Valère Maxime (117), Daphitas était un esprit fort, qui se moquait des oracles. Pour prouver que ces oracles n'étaient que des jeux de prêtres, il alla consulter celui d'Apollon, et lui fit cette question : "Trouverai-je mon cheval ?" La réponse du dieu fut qu'il ne tarderait pas à le trouver. Daphitas raconta cette espièglerie à tout le monde, en répétant qu'il n'avait jamais possédé un cheval. Quelque temps après, Attale, roi de Pergame, qu'il avait attaqué dans des écrits satiriques, le fit prendre et précipiter (118) du haut d'un rocher qui s'appelait le Cheval. C'était expier bien cruellement le manque de respect envers les devins ou un mauvais distique contre des rois.

DÉMÉTRIUS DE BITHYNIE, Dêmêtrios Bithunos.

Parmi les vingt Démétrios célèbres, axiologoi, qu'énumère Diogène Laërte (119), il y a un Démétrius de Bithynie, fils du stoïcien Diphile et disciple de Panétius de Rhodes, qui peut-être est celui de l'Anthologie, l'auteur de deux distiques, IX, 730 et 731, sur la vache de Myron (120). C'était, il est vrai, un philosophe, mais on peut être philosophe et poète ; et après tout fallait-il être un poète pour faire les deux distiques attribués à notre Démétrius ? Un philosophe, un rhéteur, aimant les arts, a pu céder à l'envie d'entrer en lice et de concourir (121) pour louer l'oeuvre de Myron.
Des deux distiques l'un a été ainsi traduit par Ausone :

Me vitulus cernens immugiet; irruet in me
Taurus amans ; pastor cum grege mittet agens.

L'autre distique a été ainsi traduit par Grotius :

Sto quia sic jussit Myro ; sed tamen ecce lapillis
Pastorum, tanquam vacca relicta, petor.

DÉMIURGE, Dêmiourgos.

De ce Démiurge il n'existe qu'une épigramme Hellados euruchorou, VII, 57, qui, dans Planude, est même parmi les anonymes, adespota. Elle est en l'honneur d'Hésiode.
Aucun indice ne nous permet de figer une date à ce poète, qui nous parait très ancien.

DÉMOCRITE, Dêmokritos.

Parmi les Démocrite qu'énumère Diogène Laërte (122), se trouve cité avec éloge un poète d'épigrammes au style net et fleuri, poiêtês epigrammatôn saphês kai anthêros. C'est évidemment l'auteur de la jolie épigramme sur Vénus Anadyomène, Kupris hote, Anthol. plan., 180.
Cette belle épigramme peut rivaliser avec celle d'Antipater de Sidon, Tan anaduomenan, Anthol. plan., 178, sur le même sujet. Or cet Antipater est antérieur d'un siècle à notre ère. Démocrite l'a-t-il imité, ou est-ce lui qui a imité Démocrite ? Question difficile à résoudre et qui ne nous permet pas de fixer une date à la vie de notre poète.

DÉMODOCUS, Dêmodocos.

Démodocus de Léros (123) est l'auteur de quatre épigrammes, pleines d'esprit et de fiel, contre les habitants de l'île de Chios, de la Cappadoce et de la Cilicie. Il n'épargna pas non plus les habitants de Milet. : "Les Milésiens, dit-il ne sont pas fous, mais ils agissent comme des fous, Milêsioi axunetoi men ouk eisi, drôsi de hioa per hoi axunetoi." C'est Aristote qui nous a conservé ce mot (124), et il en résulte que Démodocus lui est antérieur.
L'une de ses épigrammes, Kappadokên pot'echedna, XI, 237, a été traduite par Voltaire, qui en a dirigé le trait contre un de ses ennemis :

Un jour, dans le sacré vallon, 
Un serpent mordit Jean Fréron. 
Que croyez-vous qu'il arriva ? 
Ce fut le serpent qui creva.

DENYS, Dionusios.

Les neuf épigrammes qu'on lit sous le nom de Denys n'appartiennent pas à un seul poète. L'épigramme Kai Dii kai Bromoôi, VII, 533, est de Denys d'Andros ; celle ê ta rhoda, V, 81, est de Denys le sophiste ; celle Prôios, alla potheinos, VII, 716, est de Denys de Rhodes ; celle Prêuteros gêras, VII, 78, est de Denys de Cyzique. Cette dernière épigramme sur la mort d'Eratosthène, le philosophe de Cyrène, nous indique un poète de l'école alexandrine vivant sous les Ptolémées, deux siècles avant notre ère. Mais comme dans les huit autres petits poèmes rien ne se rapporte à un fait historique qui donne une date, on ne peut rien statuer de certain sur ces poètes. Seulement Denys de Rhodes est peut-être celui que mentionne Suidas (125) qui était fils de Musonius et prêtre du soleil, Dionusios Mousôniou Rhodios historikos, ên de kai hierus tou ekeise hierou tou Hêliou. Le Denys qualifié de sophistês, s'il était celui que désigne de même Suidas (126), Dionusios Halikarnasseus, gegonôs epi Hadrianou Kaisaros, sophistês, aurait vécu sous le règne d'Hadrien, au deuxième siècle de notre ère, et serait peut être l'auteur du Traité du Sublime (127), Peri Hupsous. Mais une telle attribution ferait d'un géant un pygmée.
En général, ces épigrammes des Denys ne sont dénuées ni d'originalité ni de grâces ; elles portent l'empreinte des beaux temps, sinon d'Athènes, au moins d'Alexandrie.

DIOCLÈS, Dioklês.

Il y a quatre épigrammes sous le nom de ce poète, appelé tantôt Dioclès, tantôt Julius Dioclès, tantôt Dioclès de Carystos. Le prénom Julius indique un Grec gratifié du titre de citoyen romain. Est-ce Dioclès de Carystos, le rhéteur que loue Sénèque, dans ses Suasoria et ses Controverses ? Est-ce cet autre Dioclès, également de l'île d'Eubée et de Carystos, qui adressa à Antigone Gonatas une lettre célèbre sur les moyens de conserver la santé, et que cite souvent Athénée dans son Banquet des sa-
vants (128)? On ne saurait le dire; on ne saurait dire non plus si les quatre épigrammes sont du même auteur.

DIODORE, Diodôros.

Sous ce nom seul de Diodore, il se trouve dans l'Anthologie palatine seize épigrammes, sans attributions bien certaines. Sur le nombre il y en a d'assez belles pour expliquer l'emblème sous lequel Diodore figurait dans la Couronne de Philippe, kai Diodôros ion. Il est fort probable que ces épigrammes appartiennent en partie soit aux deux Diodore de Sardes, soit à celui de Tarse, à peu près comme l'établissement des Analecta de Brunck ; et toutefois il n'est pas impossible qu'il y ait eu un poète, inconnu d'ailleurs, qui ait honoré le nom poétique et inspiré de Diodore.

DIODORE DE TARSE, Diodôros Tarseus.

Ce Diodore est mentionné par Strabon (129), comme grammairien et poète, parmi les célébrités de la ville de Tarse en Cilicie. "Ses poésies existent encore de notre temps," ajoute le géographe, et il faut en conclure que c'était pour lui presque un ancien. L'épigramme que lui attribue l'Anthologie, eis Themistokea ton Athênaion en magnêsiai teleutêsanta, VII, 235, est en effet d'une facture des plus beaux temps de la Grèce, et de plus elle confirme un grand fait de l'histoire ancienne, la mort de Thémistocle chez les Magnètes.

DIODORE ZONAS, Diodôros Dzônas, et DIODORE DE SARDES, Diodôros Sardianos.

Dans Strabon (130), il est fait de nos deux poètes cette mention "Les hommes illustres sortis de Sardes sont les deux Diodore, orateurs, l'un et l'autre de la même famille. Le plus ancien, surnommé Zonas, plaida plus d'une fois en faveur de l'Asie. Lors de l'invasion de Mithridate, il se justifia pleinement, devant ce prince, de l'accusation d'avoir sollicité les villes à la révolte. De l'autre Diodore, qui a été notre ami ; nous avons des histoires, des vers lyriques, et d'autres espèces de poèmes qui sentent assez le style et la manière des anciens."
Le plus ancien, Diodore Zonas, florissait quatre-vingts ans environ avant notre ère ; nous avons de lui neuf épigrammes. Le plus jeune, le contemporain et l'ami de Strabon, a vécu sous Auguste et Tibère. Dans l'Anthologie palatine il ne lui est attribué qu'une épigramme, Aigibotou Skuroio, IX, 219, que Planude donne sous le nom de Diodôrou tou Diopêthous, d'où il résulte un renseignement de plus, à savoir que ce Diodore avait pour père Diopèthe. Cette épigramme est en l'honneur de Néron, fils de Germanicus, frère du Drusus qu'il recommande à la divine Adrastée dans l'épigramme Adrêsteia se dia, IX, 405, et voilà pourquoi je donnerais volontiers au même Diodore de Sardes les deux épigrammes qui glorifient les deus fils de Germanicus.

DIOGÈNE D'HÉRACLEE, Diogenês Hêrakleutês.

Diogène d'Héraclée a vécu sous le règne d'Hadrien, 117-138 de l'ère chrétienne. C'était un grammairien fort instruit. Il publia divers traités relatifs à sa profession, un recueil de proverbes dont parle André Schott dans sa préface des Adagio, et une Anthologie, Anthologion epigrammatôn, comme dit Suidas (131). Quel plan avait-il adopté dans cette Anthologie, de quels poètes avait-il fait choix, dans quel ordre les avait-il disposés ? On l'ignore absolument.

DIOGÈNE LAERTE, Diogenês Laertios.

Diogène Laërte est ainsi dénommé parce qu'il était sans doute de Laërte (132), petite ville de Cilicie. On ne sait rien de sa vie, on ne saurait préciser la date de sa naissance ni celle de sa mort ; mais comme des écrivains qu'il cite le plus moderne est Athénée, qui existait encore en 222 de l'ère chrétienne, il y a lieu de croire qu'il vivait au commencement du troisième siècle, sous Septime Sévère et Caracalla, et jusque sous Alexandre Sévère. Sous le titre de Vies, doctrines et sentences des philosophes illustres, il a publié le seul traité qui existe de l'histoire de la philosophie ancienne, ou pour mieux dire les biographies des philosophes honorés du nom de sages, que déclina la modestie de leurs successeurs, des philosophes de l'école italique et ionienne, de Socrate et de ses disciples jusqu'à Épicure. Il n'y a pas dans ces biographies la critique qui sait distinguer le vrai du faux ; il n'y a pas assez d'ordre dans l'ensemble, assez de liaison entre les parties ; on y trouve des contes puérils, des anecdotes invraisemblables ; et cependant c'est un livre des plus utiles, des plus précieux, parce qu'on y voit indiqués les écrits des philosophes et des historiens que le temps a détruits, parce qu'il y a de très importants passages cités textuellement de leurs oeuvres depuis longtemps perdues, parce qu'enfin on y puise une foule de renseignements sur la vie et les doctrines des hommes qui ont le mieux honoré l'humanité. Suivant toute vraisemblance, ce Diogène était moins un philosophe qu'un philologue prenant des notes et faisant des extraits, un érudit exerçant dans quelques villes de la Grèce la modeste profession de grammairien  ; c'était de plus un poète, un poète assez médiocre, comme le constate une quarantaine d'épigrammes, que toutefois Jacobs juge peut-être trop sévèrement en les qualifiant de jejuna, nullius pretii, vehementer inepta. Il les avait composées pour glorifier les philosophes dont il s'était fait l'historien, et les avait placées aussi dans un recueil intitulé Pammetron (133). Ce recueil qu'on lui attribue ne se composait que de petits poèmes en l'honneur d'hommes illustres, et la variété de mètres dont les auteurs s'étaient servis explique le titre. Il est fort regrettable que ce recueil ne se soit pas plus conservé que les collections de Méléagre de Gadara et de Philippe de Thessalonique.

DIOGÈNE L’ÉVÊQUE, Diogenês ho episkopos.

De Diogène, évêque d'Amisus,ville du Pont sur l'Euxin,il y a une épigramme sur la mort d'un neveu qu'il avait élevé et qui lui fut enlevé avant l'âge, Soi tode Diogenes, VII, 613. Elle est poétique et touchante, et par des expressions empruntées aux poètes païens, elle révèle. un évêque qui n'avait pas abjuré le culte des Muses.

DIOPHANE DE MYRINE, Diophanês Murênaios.

Diophane, de Myrine, dans l'île de Lesbos, n'a fourni à l'Anthologie qu'une épigramme, Philêtês ho g'Herôs. Jacobs la qualifie de satis ineptum. On ne saurait dès lors l'imputer à ce Diophane, à ce maître éloquent, disertissimus (134), qui forma l'éloquent Tibérius Gracchus. Il est vrai qu'il était de Mitylène, mais c'était aussi une ville de Lesbos, et cela ne suffirait pas pour l'affranchir du soupçon d'être l'auteur de l'épigramme, s'il n'était pas évident que ce n'est pas parmi les anciens qu'il faut chercher ce Diophane de Myrine.

DIOPHANTE D'ALEXANDRIE, Diophantos Alexandreus.

Diophante, un des plus célèbres mathématiciens grecs, naquit à Alexandrie, en Égypte, vers le milieu du troisième siècle de l'ère chrétienne. Il est l'auteur d'une Arithmétique où se trouve le plus ancien système de méthodes algébriques qui existe. Des treize livres dont elle se composait, les six premiers sont venus jusqu'à nous, mais les autres sont perdus. Il nous reste, de plus, une épigramme, Oktodracmous kai pentadrachmous, Appendice, 19, problème d'arithmétique duquel Brunck, a la franchise de dire : Praeter grammaticalem verborum sensum in his me nihil intelligere fateor ; nam geometricarum scientiarum plane sum rudis. Il y a sur Diophante une épigramme funéraire et mathématique, Houtos toi Diophanton echei taphos, XIV, 126, où nous apprenons qu'il mourut à quatre-vingt-quatre ans.

DIOSCORIDE, Dioskoroudês.

Il ne faut pas confondre l'épigrammatiste Dioscoride avec le médecin, né en Cilicie, et qui est surtout connu comme botaniste; celui-ci a vécu du temps de Néron ou même plus tard. Notre Discoride lui est de beaucoup antérieur, puisqu'il vivait avant Méléagre, qui lui-mème précède d'un siècle l'ère chrétienne. C'est ce que constate la mention de l'éditeur de la première Anthologie, en le plaçant avec honneur dans sa Couronne : Id'en Mousaisin amômon 'Hos Dios ek kourôn eichen epônumiên, Hic vero inter Musas eximius, qui Jovis ex pueris (les Dioscures) nomen habuit. L'époque où a vécu ce poète peut se fixer entre les années 250 et 150 avant l'ère chrétienne, alors que les royaumes de Syrie et d'Égypte étaient florissants, et il y a lieu de croire qu'il résidait à Alexandrie, si prospère sous les Lapides. Ces inductions résultent naturellement des épigrammes où il est question des mystères de la Grande Déesse introduits en Grèce par les Galles, des fêtes d'Adonis célébrées avec tant de pompe en Syrie, des éloges prodigués à Arsinoé, etc. Dans les trente-sept épigrammes qui lui sont attribuées, et qui pour la plupart glorifient des hommes illustres, surtout des poètes, on remarque un singulier cachet d'élégance. L'épigramme Tâi Pitanâi Thrasuboulos, VII, 229 , est notamment belle. Peut-être notre poète est-il le même que le Dioscoride de Chypre (135), disciple de Timon, qui vécut sous Ptolémée Philadelphe.

DIOTIME, Diotimos.

Diotime est une fleur de la couronne de Méléagre, ou plutôt un des beaux fruits qu'elle mêle à ses fleurs, gluku mêlon. Un autre titre d'ancienneté et d'honneur lui est décerné, avec moins d'autorité, par le savant Reiske, qui croit voir dans le Diotime de l'Anthologie l'orateur qu'Antipater (136), roi de Macédoine, réclama avec neuf autres de ses collègues pour les punir de leur patriotique hostilité. Ce qui est moins douteux, c'est qu'il y a plusieurs Diotime, Diotime de Milet, Diotime d'Athènes, Diotime d'Adramytte (137), et qu'il serait bien difficile de faire la part de chacun d'eux. De ces poètes il nous reste onze épigrammes à peu près également dignes d'être comparées au rameau de Méléagre chargé de pommes douces et colorées, gluku mêlon ap'akremonôn. Une des plus belles, Tan hêban, sur la lutte d'Hercule et d'Antée,a été ainsi traduite par Grotius.

In lucta vires exploravere juventae
Neptuno satus hic et satus fille Jove.
Non ex a re lebes pretium certaminis hujus,
Sed superaret uter, sed moreretur uter.
Occidit Antaeus, par est Jove vincere natum;
Lucia quoque Argivum gloria, non Libyum.

DIPHILE, Diphilos.

Il n'y a de Diphile qu'un seul vers dans l'Anthologie, un iambe dirigé contre les Argiens et leur goût passionné pour las chevaux, To men Argos, XI, 489. Il i avait certes un meilleur choix à faire dans les oeuvres du poète comique, contemporain de Ménandre, l'un des meilleurs auteurs de la Nouvelle comédie.

DORIÉE, Dôreios.

Nous avons da Dorée une épigramme Sur Milon de Crotone, Toios eên Milôn, qui est passée du Banquet d'Athénée dans l'Appendice de l'Anthologie, 20. Elle n'a rien de remarquable ; mais comme Athénée appelle Doriée le poète, Dôrieus ho poiêtês, il faut présumer que c'était un homme de mérite, et l'on regrette de ne connaître rien de sa vie et si peu de ses oeuvres.

DOSIADE DE RHODES, Dôsiadês Rhodios.

Dosiade de Rhodes est l'auteur de deux petits poèmes énigmatiques, intitulés Autels, Bômoi, à cause de la disposition figurative des vers. Nous ne savons rien de ce poète, sinon que Lucien, dans son Lexiphane ou le Beau diseur, XXIV, le mentionne avec Lycophron en ajoutant : "Nous n'avons aucun goût pour les poètes dont les oeuvres ont besoin d'un glossaire."

DURIS D'ÉLÉE, Douris Elaitês.

Il ne faut pas confondre Duris le poète avec Duris l'historien. Celui-ci vivait sous Ptolémée Philadelphe ; il était de Samos, et il en a écrit les annales, ainsi que beaucoup d'autres histoires concernant la Macédoine, Alexandre, sa famille et ses successeurs. Quant au poète, il était d'Élée en Eolide, et vivait plus d'un siècle avant l'historien, à l'époque des plus grands succès de Lysimaque, vers 320 avant notre ère. C'est en effet lorsque ce général d'Alexandre était maître d'une partie de l'Asie Mineure, qu'arriva l'inondation d'Éphèse, sujet de l'épigramme êeriai nephelai, IX, 414 ; c'est sous l'émotion de cette catastrophe que cette petite pièce fut composée. Nous ne savon rien de plus sur le poète Duris.

(1) Illustris était un titre de noblesse en usage à Rome sous les empereurs et plus encore à Constantinople.

(2) Dans l'édition de Wechel et de Henri Estienne, cette épigramme est attribuée à Asclépiade, ayant pour lemme : Asklêpiadou eis diskon.

(3)  Boissonade, Notae in Theophylactum, p. 166 : dicitur et scholiastikos, seu causarum patronus.

(4)  C'est par erreur que Planude, et d'après lui sans doute Fabricius, appellent ce poète Aegis, Aigis

(5) Banquet des savants, XII, p. 516. 

(6). Vie de Philopémen, XI. Cette bataille de Cynocéphales, en Thessalie, gagnée par le consul Flamininus, l'an 197 avant notre ère, livra la Grèce aux Romains. 

(7) Suidas, t. 1, p. 105. 

(8)  Saturnalia, V, 22.

(9)  Geograph. XIII, p. 889.

(10) Brunck, Analecta, ll, 130, X ; Jacobs, Appendix, 358.

(11) Hist. eccles., VI, p. 6.

(12) Suidas, au mot Anakreôn

(13) XIX, 12.

(14) Athénée, Deipnos, Vlll, p. 340.

(15) Olymp., VI, 35.

(16) Vie de Périclès, XIII.

(17) Liv. III, p. 83.

(18) On the death of a favourite cat drowned in a tub of gold fishes 

(19) Instit, orat. X, I, 63; In Antimacho vis et gravitas et minime vulgare eloquendi genus ....

(20) Vie des sophistes, II, 4.

(21) Hist, nat. VIII, 51.

(22Mém. de l''Acad. des Inscrip et Belles Lettres, t. III. 

(23) Epist. I, 23, invicti rnembra Glyconis.

(24)  Suétone, Augustus, 45.

(25)  Voir l'épigramme Eipe Dikaiarcheia, VII, 379.

(26). Tacite, Ann., XVI, 14.

(27) Voy. Pausanias, Phônika, 38. 

(28) Voy. Tatien, Orat. ad Graecos, 52, et Pline, Hist. nat., XXXIV, 8. 19.

(29)  Peut-étre n'est-il question que d'un de ces hommes décriés dont les éloges sont un blâme, et dont le blâme est un éloge.

(30) Aratos d'ho ta panta philaitatos... Idyl., VI, 98. 

(31) Vie des Philosophes, IV, 6. - 

(32) Orat.. III, 18 ; Acad., I, 12 et II, 24. 

(33) Pyrohn, instit, I, p. 232. 

(34) Banquet des savants, IX, 409.

(35Géorgiques, IV, épisode d'Aristée. 

(36) 103 ans av. J. C. 

(37) 75 ans av. J. C.

(38)  Anth.plan. 94. 

(39) Anth. palat, X, 7. 

(40) IX, 346. 

(41) Vlll, 68.

(42) Si nombreuses que Méléagre les compare à l'océan, mikras straggas ap'ôkeanou

(43) Tome III, p. 132.

(44)  Dans le Banquet des savants, V , p. 209. 

(45) Voy. Maxime de Tyr, Dissert. 1, 3. 

(46Tis tode selma, Appendix, 15.

(47) Hist des animaux, XI, 4.

(48)  Vie des sophistes, II, 3. 

(49) Voir aussi un excellent article de M. Boissonade sur Aristote, considéré surtout comme poète, dans le recueil récemment publié sous le titre de Critique littéraire, tome I, p. 67. 

(50) Areta polumochthe, p. 520 des Poetae lyrici de Bergk ; p. 26 de Lyrici graeci de Boissonade. 

(51) Tondepot, ouch hosiôs, Appendix, 8. 

(52) Tond'epi Kêphesôi, Appendix, 9. 

(53) Athénée, V, p, 182, et IX, p. 387. 

(54) P. 112 du t. II, édit. Harles. 

(55) Dans les Acharniens, v. 850. 

(56) Voy. Diodore de Sicile, XIX, 52, et Tite Live, XLIV, 11. 

(57) Schol. ad Pindarum, Pyth. VI, 4 : Ei tis oun ton tou Hêrakleidou huion patrônumikôs sêmênai, homônumôs an palin patros Hêrakleidên kaloiê.

(58) Anthol, graeca, t. I, p. 144.

(59)  Letronne, la Statue vocale de Memnon, p. 215.

(60) Voy. Diogène Laërte, II, 5, 3, et la note de Ménage. 

(61) Liv. VI, ch, 1. 

(62) Anthrakiôn deka metra, IX, 319. 

(63) Cf. Dion Cassius, LIV, p. 736. 

(64) Nikêtês oligos men, X, 22.

(65) VI, 53 et 313; XIII, 28. 

(66) Horace, Epist, I, 2, 2.

(67)  IX, 118 et 119.

(68 ô moi egôn inter Theognidea legitur, v. 527, edit. Bekkeri.

(69Nec Pylades histrio nobis omittendas est qui clarus in opere suo fuit temporibus Augusti. Macrobe, Saturnal., II, 7.

(70) Strabon, XIV, 10, 44 (p. 575, édit. Didot). 

(71) Surintendant ou chef du gymnase. 

(72) L'huile nécessaire aux exercices du gymnase, et notamment à la lutte. 

(73) Battus. Voy. Hérodote, IV, 155, et Pindare, Pythique IV.

(74) Mega biblion, mega kakon. Athénée, Deipnos., III, p. 79.

(75)  Intitulé Aitia. - 

(76) Instit. orat., X. 58 : Tunc et elegiam vacabit in manus sumere, cujus princeps habetur Callimachus

(77)- Ovide, Amor., 1 , 15 : Quamvis in genio non valet, arte valet.

(78)  Banquet des savants, X, p. 425.

(79) Martial, Epigramm. IV , 8 et XI, 5. 

(80) Pline, Epistol. 11, 19.

(81) Biblioth, hist., II, 23

(82) Geograpia., XIV, p. 672. 

(83) 20 drachmes, 18 francs environ.

(84) Epist., II, 1, 233.

(85)  Christodôros Paniskou apo Korpou poleôs, tên Aiguptou, Suidas, III, p, 688. 

(86) Au vers 405 de son Ekphrasis tôn en tôi Zeuxippôi achalmatôn.

(87) L'an 493 de notre ère.

(88)  Liv. I, ch. XIX : Klaudianon kai kuron tous poiêtas.

(89) 408-460 de l'ère chrétienne.

(90) "Rome et les empereurs ont érigé cette statue â Claudien, qui rivalise  avec le génie de Virgile et la muse d'Homère. 

(91) Cf. Thomas, Essais sur les éloges, ch. XXIII.

(92) Histoire de la littérature romaine, p, 641.

(93)  Clément d'Alexandrie, Stromates, IV, p. 523, 

(94) Plutarque, Sept. sapient, conv, p. 148. 

(95) Cléobule, liv. I, ch. 6. 

(96) Dans son Iônia, p. 272, - 

(97) Biblioth. graeca, t. IV, p. 469, édit. Harles. 

(98)- 8. MoecWv avBrt, p. 115.

(99) Plutarque, Septem sapient, conviv., VII.

(100) L'an 156 avant notre ère trois ans avant la mort du poète comique Térence. 

(101) Julien, Disc., II, p. 374. 

(102) Ce début est une parodie d'un passage d'Homère, Odyssée, XIX, I72.

(103) Geograph. XIII, p. 918.

(104 Ce vers est ainsi défiguré dans la belle édition de Bosch : Rustice magna tibi sit gratia ; folia silvae; - Hortorum,...

(105) Aujourd'hui Xutavah.

(106) Voy. le philosophe Damascius ; étude sur sa oie et ses discours, par M. Ruelle, Paris, 1861. 

(107) Damocharis moirês, VII, 688.

(108) Dans cette période, on nommait grammaire tout ce qui aujourd'hui est compris sous la dénomination d'érudition philologique : l'étude de la langue, ainsi que celle de la mythologie et des antiquités. Les savants qui s'y livraient étaient désignés par le titre honorable de grammatikoi, tandis qu'un homme qui enseignait la grammaire proprement dite, les éléments de la langue, était nommé grammatistês

(109) Ce prince de la médecine, comme l'appelle Pline, Hist. nat., VII, 52, princeps medicinae, était de l'île de Cos ; houtos te dê esti tôn endoxôn Kôios anêr, Strabon, XIV. De là, un de ses traités est intitulé Kôiakai prognôseis, Pronostics de Cos.

(110)  XIII, 21 ; XV, 4 et 9. 

(111) Hist. nat., XXVII, 11 et 23. 

(112) XIII, 2. 

(113)  C'est le distique porphureoi môlôpes, recueilli dans l'Anthologie, Appendix, 18. 

(114) Strabon, Geograph.. XIV, p. 646. 

(115) Suidas, au mot Daphidas (sic). 

(116) P. 10, édit, de Meursius, 1613.

(117) Liv. I, ch. VIII. Cf. Cicéron, de Fato, 111.

(118) Vers l'an 150 avant notre ère. 

(119) Vies des philos. , V, 5, 11.

(120) Célèbre sculpteur qui florissait vers 432 avant J.C., et dont la Génisse, son chef-d'oeuvre, existait encore l'an 560 après J. C., à Rome, devant le temple de la Paix.

(121) Il y a trente épigrammes et, eis tên Murônos boun. C'était comme un thème sur lequel, dans les écoles des grammairiens, on faisait des variations. 

(122) Vies des philos., IX, 7, 14. 

(123) Léros ou Léria, île de l''Archipel, près de la côte d'Anatolie.

(124 Morale à Nicomaque, VII 8, 3. Aristote vivait de 384 à 325 avant l'ère chrétienne. 

(125) Tome I, p. 602. - 

(126) Tome I, p. 597. 

(127) On sait que le manuscrit de ce traité porte en tête Dionusiou ê Logginou

(128) I, p. 32 ; II, p.46 ; III, p.74, etc. 

(129) Geograph., XIV, 15, p. 675. 

(130) Geograph., XIII, 12, p. 628. 

(131) T. I, p. 591, au mot Diogenianos

(132) Laertês, Kilichias chôrion. To ethnikon Laertinos ameinon Laertios. Étienne de Byzance. 

(133) Aussi est-il qualifié de epigrammatographis par Tzetzés, Chiliad. III, 61. 

(134) Cicéron, Brutus, 27 : Fuit Gracchus diligentia Corneliae matre a puero doctus et graecis litteris eruditus ; nam semper habuit exquisitos e Gracia magistros, in eis jam adolescens Diophanem Mitylenaeum, Graeciae, temporibus illis, dissertissimum. 

(135) Voy. Diogène Laërte IX, 42- 

(136) Voy. Suidas, au mot Antipatros

(137) C'est celui dont Aratus pleure la mort dans l'épigramme Aiaxô Diotimon, XI, 427.