Vivre ses passions : l'amour

page suivante       page précédente

Vivons notre amour !

CATULLE : C. Valerius Catullus naquit à Vérone vers 87 A.C.N. ; il appartenait à la plus haute aristocratie locale ; il se rendit à Rome au sortir de l'adolescence et, là, fréquenta les cercles à la mode ; il fut l'amant de Clodia, la soeur du tribun Clodius Pulcher, ennemi de Cicéron, et la chanta, puis la maudit, sous le nom de Lesbia. En 57, il accompagna en Bithynie le préteur Memmius, dans l'espoir de s'enrichir, mais revint les mains vides. D'abord hostile à César, il se réconcilia avec lui. Il mourut en 54, avant le début de la guerre civile. Nous possédons de lui cent seize pièces lyriques.

Autres textes de Catulle  Retour à la table des matières  Index général

 

Vivamus, mea Lesbia, atque amemus,
rumoresque senum severiorum
omnes unius aestimemus assis.
Soles occidere et redire possunt ;
nobis cum semel occidit brevis lux,
Nox est perpetua una dormienda.
Da mi basia mille, deinde centum,
dein mille altera, dein secunda centum,
deinde usque altera mille, deinde centum.
Dein, cum milia multa fecerimus,
conturbabimus illa, ne sciamus,
aut ne quis malus invidere possit,
cum tantum sciat esse basiorum.

severior : le comparatif sans second terme équivaut au positif précédé de "assez, trop"
as, assis : té pour la monnaie, le poids, les mesures. Devenu synonyme d'une valeur insignifiante = un sou
unius assis : génitif de prix
cum semel : une fois que
cum sciat : subjonctif par attraction modale
basiorum : génitif partitif

   vocabulaire

Vivons, ma Lesbie, aimons-nous et à tous les commérages des vieillards trop sévères, donnons la valeur d'un sou.
Les rayons du soleil peuvent mourir et renaître ; pour nous, une fois que la brève lumière s'est éteinte, c'est une seule nuit éternelle qu'il faut dormir.
Donne-moi mille baisers, et puis cent, et puis mille autres, puis une seconde fois cent, puis encore mille autres, puis cent.
Ensuite lorsque nous nous serons embrassés des milliers de fois, nous brouillerons les comptes pour ne plus les reconnaître, de peur qu'un esprit malin ne puisse nous jeter le mauvais oeil lorsqu'il connaîtra le nombre de nos baisers.

CATULLE, Elégies, 5.

Remarque : les Romains croyaient au "mauvais oeil". Tout bonheur attire l'envie, à plus forte raison celui qui semble dépasser les autres.
Compter ses biens, en savoir exactement le nombre, c'est prendre conscience de son bonheur et par là accroître les risques. Le sage préférera s'abstenir de préciser.
1.CATULLE, Elégies, 7.

Tu me demandes combien de tes baisers il faudrait, Lesbie, pour que j'en aie assez et plus qu'assez ? Autant de grains de sable en Libye couvrent le sol parfumé de Cyrène, [5] entre l'oracle de Jupiter brûlant et le tombeau desséché de l'antique Battus ; autant d'astres, dans le silence nocturne, voient les furtives amours des mortels, qu'il faudrait [10] à ton fou de Catulle de baisers de ta bouche pour en avoir assez et plus qu'assez. Ah ! puisse leur nombre échapper au calcul des curieux et aux charmes de la méchante langue !

2. Les amoureux des bancs publics , G. BRASSENS

Les gens qui voient de travers
Pensent que les bancs verts
Qu'on voit sur les trottoirs
Sont faits pour les impotents ou les ventripotents
Mais c'est une absurdité
Car à la vérité
Ils sont là c'est notoire
Pour accueillir quelques temps les amoureux débutants.

REFRAIN

Les amoureux qui s'bécottent sur les bancs publics
Bancs publics, bancs publics
En s'foutant pas mal du r'gard oblique
Des passants honnêtes
Les amoureux qui s'bécottent sur les bancs publics
Bancs publics, bancs publics
En s'disant des "Je t'aime" pathétiques
Ont des p'tit's gueul's bien sympathiqu's thiqu'

Ils se tiennent par la main
Parlent du lendemain
Du papier bleu d'azur
Que revêtiront les murs de leur chambre à coucher
Ils se voient déjà doucement
Ell' cousant, lui fumant
Dans un bien-être sûr
Et choisissant les prénoms de leur premier bébé.
Quand la sainte famille machin
Croise sur son chemin
Deux de ces mal-appris
Ell'leur décroch' hardiment des propos venimeux
N'empêche que tout' la famille
Le pèr' la mèr' la fill'
Le fils le Saint Esprit
Voudrait bien de temps en temps pouvoir s'conduir' comm' eux
Quand les mois auront passé
Quand seront apaisés
Leurs beaux rêves flambants
Quand leur ciel se couvrira de gros nuages lourds
Ils s'apercevront émus
Qu'c'est au hasard des rues
Sur un d'ces fameux bancs
Qu'ils ont vécu le meilleur morceau de leur amour.

aestimo, as, are : estimer, juger
alter, era, erum : l'autre (de deux)
amo, as, are
: aimer, être amoureux
as, assis
, m. : l'as (monnaie)
atque, conj. : et, et aussi
aut, conj. : ou, ou bien
basium, ii, n. : le baiser
brevis, e
: court (espace ou temps)
centum, inv. : cent
conturbo, as, are
: troubler, bouleverser, altérer
cum, inv. :1. Préposition + abl. = avec 2. conjonction + ind. = quand, lorsque, comme, ainsi que 3. conjonction + subj. : alors que
dein, adv. : ensuite
deinde, adv. : ensuite
do, das, dare, dedi, datum
: donner
dormio, is, ire, ivi, itum : dormir, ne rien faire
et, conj. : et. adv. aussi
facio, is, ere, feci, factum : faire
ille, illa, illud : adjectif : ce, cette (là), pronom : celui-là, ...
invideo, es, ere, vidi, visum : être jaloux, envier
Lesbia, ae, f. : Lesbie
lux, lucis, f. : la lumière, le jour
malus, a, um : mauvais, malheureux, méchant (malum, i, n. : le mal, le malheur, les mauvais traitements)
meus, mea, meum
: mon
mi, = mihi
(datif de ego); vocatif de meus, a, um
mille, n. pl. ia, ium : mille (milia : quand il s'agit de plusieurs milliers)
multus, a, um
: en grand nombre (surtout au pl. : nombreux)
ne, 1. adv. : ... quidem : pas même, ne (défense) ; 2. conj. + subj. : que (verbes de crainte et d'empêchement), pour que ne pas, de ne pas (verbes de volonté) 3. adv. d'affirmation : assurément 4. interrogatif : est-ce que, si
nos, nostrum : nous, je
nox, noctis
, f. : la nuit
occido, is, ere, occidi, occisum : I. 1. tomber à terre 2. succomber, périr 3. se coucher II. couper, mettre en morceaux, tuer
omnis, e
: tout
perpetuus, a, um : perpétuel
possum, potes, posse, potui : pouvoir
quis, 1. pronom interrogatif N. M. S. 2. pronom indéfini = quelqu'un 3. après si, nisi, ne, num = aliquis 4. = quibus
redeo, is, ire, ii, itum
: revenir
rumor, oris, m. : le bruit, la rumeur
scio, is, ire, scivi, scitum : savoir
secundus, a, um : second, favorable
semel, adv. : une (seule) fois
senex, senis, m. : le vieillard
seni, ae, a : chacun six
seuerior, ior, ius : comparatif de severus, a, um : sévère
sol, solis
, m. : le soleil
sum, es, esse, fui : être
tantum, adv. : tant de, tellement ; seulement
una, adv. : ensemble, en même temps
unus, a, um : un seul, un
usque, prép. : usque ad, jusqu'à
vivo, is, ere, vixi, victum : vivre
texte
texte
texte
texte