Vivre ses passions : l'amour

page suivante       page précédente

 

Le joug de l'amour

TIBULLE : On sait peu de choses sur la vie d'Albius TIBULLUS : il appartenait à une famille riche qui fut dépouillée d'une partie de ses biens après Philippes ; il fit deux voyages, l'un en Aquitaine (avec MESSALA CORVINUS chez qui il connut Horace et Ovide), l'autre en Orient.
Tibulle chante surtout l'amour avec ses joies, ses espoirs, ses déceptions, ses souffrances ; il exprime aussi son dégoût pour la vie turbulente, son désir de tranquillité, son goût pour la campagne, sa tristesse face à la mort qui le ravit fort jeune.
Son oeuvre comprend 4 livres d'élégies (le Corpus Tibullianum), mais tout n'est pas de lui : le troisième livre est attribué à un certain Lygdamus et le quatrième contient six billets de Sulpicia, la nièce de Messala.
Son originalité : l'union de l'amour et de la nature (thème qu'on retrouvera chez J.-J. ROUSSEAU), la sérénité de la vie campagnarde, remède à la maladie d'amour.

Autres textes de Tibulle  Retour à la table des matières  Index général

Elégie consacrée à Némésis, courtisane belle et hautaine, qui inspira à Tibulle une passion violente.

Sic mihi servitium video dominamque paratam :
iam mihi, libertas illa paterna, vale ;
servitium sed triste datur, teneorque catenis,
et numquam misero vincla remittit Amor,
et, seu quid merui seu quid peccavimus, urit ;
uror, io ! remove, saeva puella, faces.
O ego ne possim tales sentire dolores,
quam mallem in gelidis montibus esse lapis,
stare vel insanis cautes obnoxia ventis,
naufraga quam vitrei tunderet unda maris !
Nunc et amara dies et noctis amarior umbra est :
omnia nam tristi tempora felle madent ;
nec prosunt elegi nec carminis auctor Apollo :
illa cava pretium flagitat usque manu.

quid accusatif grec ou de relation
mallem
exprime un regret
tunderet :
Subj. par attraction modale
pretium,ii
(ici) l'argent

   vocabulaire

Voici donc pour moi l'esclavage en la personne d'une maîtresse : adieu désormais, ma belle liberté paternelle! Mais c'est un esclavage funeste qui m'est donné car je suis attaché avec des chaînes : jamais l'Amour ne desserre mes liens, pour mon malheur, et, quel que soit mon mérite ou ma faute, il me brûle.
Je brûle, las ! Fille cruelle, écarte tes torches.
Oh moi, pour éviter de ressentir de telles douleurs, comme je préférerais être pierre sur les montagnes glacées ou bien me tenir debout, rocher exposé à la folie des vents ou battu par l'onde de la mer glauque, cause de naufrages !
Maintenant, amer est le jour et plus amère encore est l'ombre de la nuit : car tous mes instants sont imprégnés d'un fiel âcre. Et rien ne me sert plus, ni mes vers, ni Apollon qui les inspire : c'est de l'argent qu'elle exige sans cesse, la main tendue.

TIBULLE, II, 4, 1-14.

 

1. G. BRASSENS : P... de toi.

2. MARTIAL, XIV, 193.

Ussit amatorem Nemesis lasciva Tibullum,
in tota iuvit quem nihil esse domo.

La folâtre Némésis consuma des feux de l'amour Tibulle, son amant,
qui se plut à n'être rien dans sa propre maison.

MARTIAL, traduction Félix LEMAISTRE, Garnier.

3. J. LARTEGUY, Lettre ouverte aux bonnes femmes, Verviers, Marabout, 1976, p. 116-118.

Il m'a raconté du coup sa vie, le major ... L'enfance, le collège et l'école militaire. Un entraînement physique rigoureux, de bons copains, quelques dégagements, des vacances. Puis ce bal. Il est sous-lieutenant, il a vingt ans. Elle aussi. Coup de foudre, demande en mariage. La belle se fait prier. Des demandes de cette sorte, elle en reçoit toutes les semaines. Fille de sénateur ou quelque chose comme ça. Elle le fait marcher, le transforme en marionnette, exige qu'il la sorte dans les boîtes les plus chics, alors qu'il n'a que sa solde pour vivre. Enfin il l'épouse. [...]
Elle excite tous les hommes qui passent à sa portée. Mais au lit, du marbre. Faut changer la bagnole tous les ans parce que ça se fait. S'acheter tel gadget, parce que ça se fait... Rendre la vie impossible à son mari, parce que toutes ses copines le font, que sa mère le fait avec son père, et que l'homme n'est supportable qu'aplati.
Criblé de dettes, le major part en Corée : la solde est double. Elle n'est même pas là quand il embarque. Un truc important à faire, plus important que lui, une vente de charité où il y aura Mmes Machin et Truc.
Maintenant il va mourir, n'ayant connu pendant dix ans, en guise d'amour, que cet enfer.
[...]
Il va mourir à trente ans, sans avoir rien connu de ce qu'il avait rêvé :
Une femme amoureuse, une maison à l'orée d'un bois d'érables, des gosses et des chiens qui se roulent les uns sur les autres, et cette grande paix qui vous vient le soir quand s'allument les feux.  

4. En opposition : J. PREVERT, Paroles, Paris, Livre de poche, 1957, p. 41.

POUR TOI MON AMOUR

Je suis allé au marché aux oiseaux
Et j'ai acheté des oiseaux
Pour toi
mon amour
Je suis allé au marché aux fleurs
Et j'ai acheté des fleurs
Pour toi
mon amour
Je suis allé au marché à la ferraille
Et j'ai acheté des chaînes
De lourdes chaînes
Pour toi
mon amour
Et puis je suis allé au marché aux esclaves
Et je t'ai cherchée
Mais je ne t'ai pas trouvée
mon amour.

amarior, oris : comparatif de amarus, a, um : pénible, amer
amarus, a, um : amer
amor, oris, m. : l'amour
Apollo, inis, m. : Apollon
auctor, oris, m. : 1. le garant 2. la source 3. le modèle 4. l'auteur, l'instigateur
carmen, minis, n. : le poème, l'incantation, le chant
catena, ae, f. : la chaîne
cautes, is, f. : la roche l'écueil
cavus, a, um : creux
dies, ei, m. et f. : le jour
do, das, dare, dedi, datum : donner
dolor, oris, m. : la douleur
domina, ae, f. : la maîtresse
ego, mei
: je
elegi, orum, m. pl. : les vers élégiaques
et, conj. : et. adv. aussi
fax, facis, f. : la torche, le flambeau, le brandon
fel, fellis, n. : le fiel
flagito, as, are : demander avec instance, réclamer d'une manière pressante
gelidus, a, um : gelé, glacé
iam, adv. : déjà, à l'instant
ille, illa, illud : adjectif : ce, cette (là), pronom : celui-là, ...
in, prép. : (acc. ou abl.) dans, sur, contre
insanus, a, um : qui a l'esprit en mauvais état, fou, aliéné, insensé, déraisonnable
io, interj. : ah ! las ! (cri de douleur)
lapis, idis, m. : la pierre
libertas, atis, f. : la liberté
madeo, es, ere : être mouillé
malo, mauis, malle, malui : préférer
manus, us, f. : la main, la petite troupe
mare, is, n. : la mer
mereo, es, ere, rui, ritum (mereri, eor, itus sum) : mériter, gagner; merere ou mereri (stipendia) : toucher la solde militaire, faire son service militaire
miser, a, um : malheureux
mons, montis, m. : le mont, la montagne
nam, conj. : de fait, voyons, car
naufragus, a, um : qui fait naufrage, naufragé, qui a tout perdu, qui cause naufrage
ne, 1. adv. : ... quidem : pas même, ne (défense) ; 2. conj. + subj. : que (verbes de crainte et d'empêchement), pour que ne pas, de ne pas (verbes de volonté) 3. adv. d'affirmation : assurément 4. interrogatif : est-ce que, si
nec, adv. : et...ne...pas
nox, noctis, f. : la nuit
numquam, inv. : ne... jamais
nunc, adv. : maintenant
o, inv. : ô, oh (exclamation)
obnoxius, a, um : soumis, dépendant, exposé à, sujet à
omnis, e : tout
paro, as, are : préparer, procurer (paratus, a, um : prêt, préparé à, bien préparé, bien fourni)
paternus, a, um : du père, des aïeux
pecco, as, are : commettre une faute
possum, potes, posse, potui : pouvoir
pretium, ii, n. : le prix, la valeur, la récompense, le salaire
prosum, prodes, prodesse, profui : être utile, servir
puella, ae, f. : la fille, la jeune fille
quam, 1. accusatif féminin du pronom relatif = que 2. accusatif féminin sing de l'interrogatif = quel? qui? 3. après si, nisi, ne, num = aliquam 4. faux relatif = et eam 5. introduit le second terme de la comparaison = que 6. adv. = combien
quid, 1. Interrogatif neutre de quis : quelle chose?, que?, quoi?. 2. eh quoi! 3. pourquoi? 4. après si, nisi, ne num = aliquid
remitto, is, ere, misi, missum
: renvoyer, abandonner
removeo, es, ere, movi, motum : écarter, éloigner
saevus, a, um : cruel
sed, conj. : mais
sentio, is, ire, sensi, sensum : percevoir, s'apercevoir
servitium, i, n. : la servitude, la condition d'esclave, l'esclavage
seu, conj. : répété : soit... soit...
sic, adv. : ainsi ; sic... ut : ainsi... que
sto, as, are, steti, statum : se tenir debout
sum, es, esse, fui : être
talis, e
: tel ; ... qualis : tel.. que
tempus, oris, n. : 1. le moment, l'instant, le temps 2. l'occasion 3. la circonstance, la situation - la tempe
teneo, es, ere, ui, tentum : 1. tenir, diriger, atteindre 2. tenir, occuper 3. tenir, garder 4. maintenir, soutenir, retenir 5. lier 6. retenir, retarder, empêcher
tristis, e : 1. triste, affligé 2. sombre, sévère, morose
tundo, is, ere, tutudi, tunsum : frapper, battre; piler, broyer; assommer, fatiguer
umbra, ae, f. : l'ombre
unda, ae, f. : l'onde, l'eau, le flot
uro, is, ere, ussi, ustum : brûler
usque, prép. : usque ad, jusqu'à
vale, inv. : adieu, au revoir
vel, adv. : ou, ou bien, même, notamment (vel... vel... : soit... soit...)
ventus, i, m. : le vent
video, es, ere, vidi, visum : voir (videor, eris, eri, visus sum : paraître, sembler
vinclum, i, n. : le lien, l'attache
vitreus, a, um
: de verre, en verre, clair, glauque ; vitrea, orum : les objets de verre
texte
texte
texte
texte