Violence au stade

page suivante       page précédente

Rififi dans l'amphithéâtre

TACITE : C. Cornelius Tacitus, d'abord avocat, se mit, relativement tard, à écrire. Après Le Dialogue des orateurs, Agricola, Les Moeurs des Germains, TACITE écrivit l'histoire romaine, ab excessu divi Augusti, en deux ouvrages, les Histoires et les Annales, qui nous sont parvenus mutilés.

Autres textes de Tacite  Retour à la table des matières  Index général

 

Sub idem tempus levi initio atrox caedes orta est inter colonos Nucerinos Pompeianosque gladiatorio spectaculo quod Livineius Regulus, quem motum senatu rettuli, edebat. Quippe oppidana lascivia in vicem incessentes probra, dein saxa, postremo ferrum sumpserunt, validiore Pompeianorum plebe, apud quos spectaculum edebatur. ergo deportati sunt in urbem multi e Nucerinis trunco per vulnera corpore, ac plerique liberorum aut parentum mortes deflebant. Cuius rei iudicium princeps senatui, senatus consulibus permisit. Et rursus re ad patres relata, prohibiti publice in decem annos eius modi coetus Pompeiani collegiaque quae contra leges instituerant dissoluta; Livineius et qui alii seditionem conciverant exilio multati sunt.

TACITE, Annales, XIV, 17.

   vocabulaire

Vers la même époque, un léger incident déclencha un massacre affreux entre des colons de Nuceria et d'autres de Pompéi : cela se passa pendant un combat de gladiateurs donné par Livineius Regulus dont j'ai rapporté l'exclusion du Sénat. Poussés par le manque d'éducation propre aux provinciaux, les gens se lancèrent des grossièretés, puis des pierres, enfin on prit des armes et la plèbe de Pompéi où se donnaient les jeux, eut le dessus. On rapporta dans leur ville nombre de Nucériens mutilés par les blessures, et la plupart des gens pleuraient des enfants ou des parents massacrés. Le Prince confia le jugement de cette affaire au Sénat, le Sénat la renvoya aux consuls. L'affaire revint aux sénateurs : ils interdirent officiellement pour dix ans les rassemblements de ce genre, firent dissoudre les collèges que les habitants de Pompei avaient créés illégalement et frappèrent d'exil Livineius et les autres fauteurs de sédition.

TACITE, Annales, XIV, 17.

Ces incidents se produisirent en 59 P.C.N., l'année où Néron fit assassiner sa mère Agrippine.
Commentaire sur l'événement : Cet incident ne devait être que l'étincelle qui fit exploser un contentieux bien plus vaste entre Pompéiens et Nucériens. Peut-être, le territoire de Pompéi avait-il été amputé en faveur de Nucera, devenue colonie par la grâce de Néron, en 57. Il semble que des agitateurs s'étaient infiltrés dans la foule (seditionem conciverant), et que les tensions locales, au même titre que la lutte pour le pouvoir dans la région, impliquaient, fût-ce indirectement, Néron lui-même.
(Pour en savoir plus, E. LA ROCCA, Guida archeologica di Pompei, 1976, p. 253).
Dans Neropolis, H. Monteilhet évoque cette fermeture de l'amphithéâtre (p.91); elle aurait été levée à l'intervention de Poppée, qui avait des sympathies à Pompéi.

 

ac, conj. : et, et aussi
ad, prép. : + Acc. : vers, à, près de
alius, a, ud : autre, un autre
annus, i, m. : l'année
apud, prép. : + Acc. : près de, chez
atrox, ocis : affreux
aut, conj. : ou, ou bien
caedes, is, f. : le meurtre, le massacre
coetus, us, m. : l'assemblage, la jonction, la rencontre, la réunion
collegium, ii, n : le collège, l'association
colonus, i, m : le paysan, l'agriculteur, le fermier, l'habitant d'une colonie
concio, is, ire, concivi, concitum : assembler, réunir, mettre en mouvement
consul, is, m. : le consul
contra, adv : au contraire, en face ; prép+acc : contre
corpus, oris, n. : le corps
cuius, 1. GEN. SING. du pronom relatif 2. idem de l'interrogatif 3. faux relatif = et eius 4. après si, nisi, ne, num = et alicuius
decem, adj. num. : dix
defleo, es, ere, evi, etum : pleurer abondamment, pleurer (qqn, qqch, aliquem, aliquid), déplorer
dein, adv. : ensuite
deporto, as, are : emporter, transporter, exiler
dissolvo, is, ere, solui, solutum : perdre, rompre, détruire
e, prép. : + Abl. : hors de, de
edo, edis , edidi, editum : mettre à jour, faire connaître, produire (editus, a, um : élevé, haut)
eius, Gén. Sing. de IS-EA-ID : ce, cette, son, sa, de lui, d'elle
ergo, conj. : donc
et, conj. : et. adv. aussi
exilium, ii, n. : l'exil
ferrum, i, n. : le fer (outil ou arme de fer)
gladiatorius, a, um : de gladiateur
idem, eadem, idem : le (la) même
in, prép. : (acc. ou abl.) dans, sur, contre
incesso, cessivi, (cessi), ere : attaquer, assaillir, invectiver, accuser, inculper, envahir
initium, ii, n. : le début, le commencement
instituo, is, ere, tui, tutum : organiser, entreprendre
inter, prép. : + Acc. : parmi, entre
iudicium, ii, n. : le jugement, la décision
lascivia, ae, f. : l'humeur folâtre, la gaieté, l'enjouement ; la licence, le dérèglement, le libertinage, la débauche
levis, e : léger
lex, legis, f. : la loi, la (les) condition(s) d'un traité
liberi, orum, m. pl. : les enfants (fils et filles)
Livineius, i, m. : Livineius
modus, i, m. : la mesure, la limite, la manière
mors, mortis, f. : la mort
motus, us, m. : le mouvement
multo, as, are : punir
multus, a, um : en grand nombre (surtout au pl. : nombreux)
Nucerini, orum, m : les habitants de Nuceria
oppidanus, a, um : provincial, de la ville
orior, iris, iri, ortus sum : naître, tirer son origine, se lever (soleil)
parens, entis, m. : le père ou la mère, le parent, le grand-père
pater, tris, m. : le père, le magistrat
per, prép. : + Acc. : à travers, par
permitto, is, ere, misi, missum : permettre, lâcher entièrement, remettre, abandonner, confier
plebs, plebis, f. : la plèbe
plerique, aeque, aque : la plupart
Pompeiani, orum, m. : les habitants de Pompéi
postremo, adv. : enfin
princeps, ipis, n. m. et adj. : premier, chef, empereur
probrum, i, n : la turpitude, l'adultère, l'inceste, la honte, l'infamie, l'insulte, les outrages prohibeo, es, ere, bui, bitum : interdire
publice, adv. : publiquement, officiellement, aux frais de l'Etat, en masse
quae, 4 possibilités : 1. N.F.S. N.F.PL. N.N.PL., ACC. N. PL. du relatif = qui, que (ce que, ce qui) 2. idem de l'interrogatif : quel? qui? que? 3. faux relatif = et ea - et eae 4. après si, nisi, ne, num = aliquae
quem, 4 possibilités : 1. acc. mas. sing. du pronom relatif = que 2. faux relatif = et eum 3. après si, nis, ne num = aliquem : quelque, quelqu'un 4. pronom ou adjectif interrogatif = qui?, que?, quel?
qui, 1. N.M. S., N. M. PL. du pronom relatif = qui 2. faux relatif = et is - et ei 3. NMS ou N.M.PL. de l'interrogatif = qui? quel? 4. après si, nisi, ne, num = aliqui
quippe, inv. : car, assurément
quod, 1. pronom relatif nom. ou acc. neutre singulier : qui, que 2. faux relatif = et id 3. conjonction : parce que, le fait que 4. après si, nisi, ne, num = aliquod = quelque chose 5. pronom interrogatif nom. ou acc. neutre sing. = quel?
quos, 1. ACC. MASC. PL. du relatif. 2. Idem de l'interrogatif. 3. après si, nisi, ne, num = aliquos. 4. faux relatif = et eos
refero, fers, ferre, tuli, latum : porter en retour, rapporter
Regulus, i, m. : Régulus
res, rei, f. : la chose, l'événement, la circonstance, l'affaire judiciaire; les biens
rursus, inv. : de nouveau, au contraire
saxum, i, n. : la pierre, le rocher, la roche
seditio, onis, f. : la sédition, la division, la discorde, le soulèvement, la révolte
senatus, us, m. : le sénat
spectaculum, i, n. : 1. le spectacle, la vue, l'aspect 2. le spectacle (au cirque...) 3. (spectacula, orum, n. : les places au cirque, ...)
sub, prép. : + Abl. : sous
sum, es, esse, fui : être
sumo, is, ere, sumpsi, sumptum : 1. prendre, se saisir de 2. choisir 3. s'arroger, s'attribuer 4. admettre
tempus, oris, n. : 1. le moment, l'instant, le temps 2. l'occasion 3. la circonstance, la situation
truncus, a, um : mutilé, dépouillé
urbs, urbis, f. : la ville
validior, ioris : comparatif de validus, a, um : solide
vicis, gén, acc. vicem : le tour, le retour
vulnus, eris, n. : la blessure

texte
texte
texte
texte