Violence politique

page suivante       page précédente

L'assassinat de César

SUETONE C. Suetonius Tranquillus, ami de Pline le Jeune, secrétaire de l'empereur Hadrien, ensuite tombé en disgrâce, occupa, par l'écriture, la fin de sa vie. Nous avons gardé les Vies des douze Césars et une partie du De Viris illustribus. Sa conception de l'histoire est assez proche de la nôtre : peu de rhétorique, beaucoup de documents d'archives, détails authentiques, il ose tout dire, même l'odieux. Style clair et soigné.

Autres textes de Suétone  Retour à la table des matières  Index général

 

Assidentem conspirati specie officii circumsteterunt illicoque Cimber Tillius, qui primas partes susceperat, quasi aliquid rogaturus proprius accessit renuentique et gestu in aliud tempus differenti ab utroque umero togam apprehendit; deinde clamantem "ista quidem vis est !" alter e Cascis aversum vulnerat paulum infra iugulum. Caesar Cascae bracchium arreptum graphio traiecit conatusque prosilire alio vulnere tardatus est; utque animadvertit undique se strictis pugionibus peti, toga caput obvolvit, simul sinistra manu sinum ad ima crura deduxit quo honestius caderet etiam inferiore corporis parte velata. Atque ita tribus et viginti plagis confossus est, uno modo ad primum ictum gemitu sine voce edito, etsi tradiderunt quidam Marco Bruto irruenti dixisse "kai su teknon" . Exanimis diffugientibus cunctis, aliquamdiu iacuit, donec lecticae impositum, dependente bracchio, tres servoli domum rettulerunt...

Suétone, César, 82.

   vocabulaire

Alors qu'il s'asseyait, les conjurés l'entourèrent comme s'ils voulaient le saluer. Tout de suite, Tillius Cimber, qui avait accepté le premier rôle, s'approcha en feignant d'avoir quelque chose à lui demander; mais devant le hochement de tête négatif de César et son geste dilatoire, il le saisit aux épaules par la toge; César criait : "c'est un acte de violence"; l'un des deux Casca le blessa par derrière un peu au-dessous de la gorge. César saisit le bras de Casca et le transperça de son poinçon; il essaya de bondir en avant, mais fut arrêté par une autre blessure. Quand il s'aperçut que, de tous côtés, on l'attaquait, poignard en main, il se couvrit la tête de sa toge, tandis que de la main gauche, il faisait descendre le drapé de sa toge jusqu'au bas des jambes, pour tomber avec plus de décence, le bas du corps également caché. C'est ainsi qu'il reçut vingt-trois coups de poignard, ne poussant qu'un seul gémissement au premier coup et sans dire mot. Certains ont prétendu pourtant qu'il aurait dit à Marcus Brutus qui se précipitait sur lui : "Toi aussi mon enfant !" Dans le sauve-qui-peut général, il resta un certain temps à terre, puis trois petits esclaves chargèrent sur un brancard son corps sans vie, dont un bras pendait, et le ramenèrent chez lui.

SUÉTONE, César, 82.

Les conjurés :

Tillius Cimber : César vient de lui faire attribuer le proconsulat de la Bythinie et du Pont. Pourquoi Cimber s'approche-t-il : feint-il d'avoir une requête à présenter, ou essaie-t-il d'obtenir, une nouvelle fois, le retour de son frère, en exil depuis longtemps ? Cette hypothèse expliquerait le refus et le geste dilatoire de César.
Les frères Casca
: deux membres de la gens Servilia, deux créatures qui doivent leur carrière à César.

Marcus Brutus
: fils de Servilia et neveu de Caton d'Utique (lequel s'est suicidé après la défaite des républicains en 46). C'est un jeune intellectuel tourmenté : son intégrisme républicain l'avait déjà poussé à s'engager dans le camp de Pompée. Après la déroute de Pharsale, César, ancien amant de sa mère, lui avait pardonné et le comblait de faveurs (il figurait au second rang, après Octave, dans le testament de César). Par sa réflexion sibylline kai su teknon
(latinisée plus tard en tu quoque, fili mi !), César s'adressait-il à son fils putatif ou spirituel ?

Pour en savoir plus :
A. BAILLY, Jules César, Paris, Fayard, 1932, p.275 - 286.
F. FONTAINE, Vingt Césars et trois Parques, Paris, de Fallois, 1994, p. 22 - 27 et 349.

 

ab, prép. : + Abl. : à partir de, après un verbe passif = par
accedo, is, ere, cessi, cessum : 1. aller vers, s'approcher de, marcher sur 2. venir s'ajouter, s'ajouter
ad, prép. : + Acc. : vers, à, près de
aliquamdiu, inv. : assez longtemps
aliquis, a, id : quelqu'un, quelque chose
alius, a, ud : autre, un autre
alter, era, erum : l'autre (de deux)
animadverto, is, ere, ti, sum : 1. faire attention, remarquer 2. reconnaître, constater, voir 3. blâmer, critiquer
apprehendo, is, ere, prendi, prensum : saisir, arracher
arripio, (arr-) is, ere, ripui, reptum : 1. saisir 2. entraîner vivement 3. assaillir 4. arrêter
assideo, es, ere, essedi, assessum : s'asseoir
atque, conj. : et, et aussi
aversus, a, um : détourné, hostile
bracchium, ii, n. : le bras
Brutus, i, m. : Brutus
cado, is, ere, cecidi, casum : tomber
Caesar, aris, m. : César, empereur
caput, itis, n. : la tête
Casca, ae, m. : Casca
Cimber, bri, m. : Cimber
circumsto, as, are, steti, - : se tenir autour, être autour
clamo, as, are : crier
confodio, is, ere, fodi, fossum : percer de coups
conor, aris, ari : essayer
conspiratus, i, m. : le conjuré
corpus, oris, n. : le corps
crus, cruris, n. : la jambe
cuncti, ae, a : tous ensemble
deduco, is, ere, duxi, ductum : conduire
deinde, adv. : ensuite
dependeo, es, ere : être suspendu
dico, is, ere, dixi, dictum : dire, appeler
differo, fers, ferre, distuli, dilatum : 1. disperser, disséminer, répandre des bruits 2. différer, remettre 3. être différent (differi : être tourmenté)
diffugio, is, ere : s'enfuir en tous sens
domus, us, f. : la maison
donec, conj. : jusqu'à ce que
e, prép. : + Abl. : hors de, de
edo, edis , edidi, editum : mettre à jour, faire connaître, produire (editus, a, um : élevé, haut)
et, conj. : et. adv. aussi
etiam, adv. : encore, en plus, aussi, même, bien plus
etsi, conj. : même si
exanimis, e : sans vie
gemitus, us, m. : le gémissement, la plainte
gestus, us, m. : l'attitude du corps, la mimique
graphium, i, n. : le poinçon (pour écrire sur la cire)
honestius, adv. : avec plus de dignité
iaceo, es, ere, cui, citurus : être étendu, s'étendre
ictus, us, m. : le coup, le choc
illico, adv. : aussitôt
impono, is, ere, sui, situm : placer sur, assigner, imposer
imus, a, um : le plus profond de, le fond de
in, prép. : (acc. ou abl.) dans, sur, contre
inferior, oris : inférieur, plus bas
infra, prép. : + Acc. : au-dessous de, en bas de
irruo, is, ere, irrui, - : faire irruption, se précipiter
iste, a, um : ce, celui-ci (péjoratif)
ita, inv. : ainsi ; ita... ut, ainsi que
iugulum, i, n. : la gorge, la clavicule
lectica, ae, f. : la litière
manus, us, f. : la main, la petite troupe
Marcus, i, m. : Marcus
modus, i, m. : la mesure, la limite, la manière
obvolvo, is, ere, volvi, volutum : couvrir
officium, ii, n. : 1. le service, la fonction, le devoir 2. la serviabilité, l'obligeance, la politesse 3. l'obligation morale
pars, partis, f. : la partie, le côté
paulum, adv. : un peu
peto, is, ere, ivi, itum : 1. chercher à atteindre, attaquer, 2. chercher à obtenir, rechercher, briguer, demander
plaga, ae, f. : le coup, la blessure
primus, a, um : premier
proprius, a, um : propre, particulier
prosilio, is, ire, ui : sauter, jaillir
pugio, ionis, f. : le poignard
quasi, conj. : comme si; adv. : pour ainsi dire, environ
qui, 1. N.M. S., N. M. PL. du pronom relatif = qui 2. faux relatif = et is - et ei 3. NMS ou N.M.PL. de l'interrogatif = qui? quel? 4. après si, nisi, ne, num = aliqui
quidam, quaedam, quoddam/quiddam : un certain, quelqu'un, quelque chose
quidem, adv. : certes (ne-) ne pas même
quo, 1. Abl. M. ou N. du pronom relatif. 2. Abl. M. ou N. du pronom ou de l'adjectif interrogatif. 3. Faux relatif = et eo. 4. Après si, nisi, ne, num = aliquo. 5. Adv. =où ? (avec changement de lieu) 6. suivi d'un comparatif = d'autant 7. conj. : pour que par là
refero, fers, ferre, tuli, latum : 1. reporter 2. porter en retour, rapporter (refert : il importe)
renuo, is, ere : faire un signe négatif, refuser
rogo, as, are : demander
se, pron. réfl. : se, soi
servolus, i, m. : le petit esclave, l'esclave
simul, inv. : adv. en même temps, conj : dès que
sine, prép. : + Abl. : sans
sinister, tra, trum : gauche
sinus, us, m. : le sein, la courbure, le golfe, l'anse
species, ei, f : l'apparence, l'aspect
stringo, is, ere, strinxi, strictum : tirer, dégainer
sum, es, esse, fui : être
suscipio, is, ere, cepi, ceptum : 1. prendre par-dessous, soutenir, soulever, engendrer, accueillir 2. prendre sur soi, assumer, subir
tardo, as, are : ralentir
tempus, oris, n. : 1. le moment, l'instant, le temps 2. l'occasion 3. la circonstance, la situation
Tillius, i, m. : Tillius
toga, ae, f. : la toge
trado, is, ere, didi, ditum : 1. transmettre, remettre 2. livrer 3. enseigner
transicio, is, ere, traieci, traiectum : jeter, placer au-delà, lancer au-delà, transporter au-delà, traverser
tres, ium : trois
umerus, i, m. : l'épaule
undique, adv. : de toutes parts, de tous côtés
unus, a, um : un seul, un
ut, conj. : + ind. : quand, depuis que; + subj; : pour que, que, de (but ou verbe de volonté), de sorte que (conséquence) adv. : comme, ainsi que
uterque, utraque, utrumque : chacun des deux
velo, as, are : voiler, couvrir, envelopper, cacher
viginti, adj. num. : vingt
vis, -, f. : la force
vox, vocis, f. : 1. la voix 2. le son de la voix 3. l'accent 4. le son 5. , la parole, le mot
vulnero, as, are : blesser
vulnus, eris, n. : la blessure

texte
texte
texte
texte