page d'entrée du site

Tibulle

+/- 50 - 19 A.C.N.

On sait peu de choses sur la vie d'Albius TIBULLUS : il appartenait à une famille riche qui fut dépouillée d'une partie de ses biens après Philippes ; il fit deux voyages, l'un en Aquitaine (avec MESSALA CORVINUS chez qui il connut Horace et Ovide), l'autre en Orient.
Tibulle chante surtout l'amour avec ses joies, ses espoirs, ses déceptions, ses souffrances ; il exprime aussi son dégoût pour la vie turbulente, son désir de tranquillité, son goût pour la campagne, sa tristesse face à la mort qui le ravit fort jeune.
Son oeuvre comprend 4 livres d'élégies (le Corpus Tibullianum), mais tout n'est pas de lui : le troisième livre est attribué à un certain Lygdamus et le quatrième contient six billets de Sulpicia, la nièce de Messala.
Son originalité : l'union de l'amour et de la nature (thème qu'on retrouvera chez J.-J. ROUSSEAU), la sérénité de la vie campagnarde, remède à la maladie d'amour.

 

 

Thème Titre Référence Résumé
VIVRE SES PASSIONS : L'AMOUR Le joug de l'amour II, 4, 1-14. Elégie consacrée à Némésis, courtisane belle et hautaine, qui inspira à Tibulle une passion violente.
VIVRE SES PASSIONS : L'AMOUR L'amour foi II, 4, 51-60. Cet amour, qui n'est pas fréquent, que la majorité des hommes n'éprouve jamais, est un amour anarchique et destructeur.
VIVRE SES PASSIONS : L'AMOUR Chagrin d'amour I, 5, 9-18 et 37-42. Une brouille sépare Tibulle de son amie Délie, qui connaît un autre homme. "J'étais intraitable et je me vantais de pouvoir supporter une rupture: et me voilà bien loin de me glorifier d'être fort", constate Tibulle et il la supplie de l'épargner en vertu de son dévouement.

WB01569_3.gif (193 bytes)