WB01569_3.gif (193 bytes)

page précédente

 

SEQUENCE V

Tourisme antiquel

Texte I : L'auteur (anonyme) de l'Etna évoque des hauts liuex de la Grèce antique

Nunc hic Cecropiae variis spectantur Athenae
carminibus gaudentque soli victrice victrice Minerva.
Excidit hic hic reduci quondam tibi, perfide quondam tibi, perfide Theseu,
candida sollicito praemittere vela parenti. (...)
Miramur Troiae cineres et flebile victis
victis
Pergamon exstinctosque suo Phrygas Hectore; parvum
conspicimus magni tumulum ducis; hic et Achilles
impiger et victus magni iacet Hectoris ultor.

Etna, 580 - 583 et 588 -591

Cecropius,a,um : de Cécrops
Athenae,arum : Athènes
solum,i : le sol
Minerva,ae : Minerve
excidere,o,cidi,cisum : échapper, sortir de la mémoire
redux,ucis : qui est de retour
perfidus,a,um : perfide, trompeur
Theseus,i : Thésée
Theseu : vocatif
Troia,ae : Troie
flebilis,e : digne d'être pleuré
Pergamon = Troie (acc.)
Phryx,gis : le Phrygien (= le Troyen)
Phrygas : acc. pl.
Achilles,is : Achille
Hector,oris : Hector

 

Un peu de mythologie

Athènes

1. Cécrops est un roi légendaire d'Athènes.

2. Athéna (Minerve) et Poséidon (Neptune) se sont affrontés pour la possession de l'Attique. C'est Athéna qui l'a emporté.

3. A son retour de Crète (où il avait tué le Minotaure), Thésée aurait dû hisser une voile blanche pour annoncer sa victoire à son père Egée. Mais il oublia de le faire, provoquant ainsi (sans le vouloir) le suicide d'Egée.

Troie

La guerre de Troie opposa pendant dix ans Grecs et Troyens. Un des épisodes principaux est l'affrontement d'Achille (le Grec) et d'Hector (le Troyen). Hector est tué par Achille qui sera lui-même tué par Pâris. Les Grecs remportent la victoire finale.

Document pour réfléchir

Cicéron, de passage à Athènes, écrit à Atticus :

Quoi d'autre ? Rien que ceci : Athènes m'a beaucoup plu, tout au moins la ville mais aussi ses beautés, l'affection qu'on te porte et la bienveillance qu'on me témoigne. Mais ma (ou plutôt ta) philosophie est sans dessus dessous; si quelque chose en vaut la peine, c'est chez Aristus qui est mon hôte.

Quelques questions ...

1. Quels sont les lieux évoqués ?
2. Quels sont les personnages évoqués ?
3. Quels sont les faits évoqués ?
4. Qu'est-ce qui nourrit la vision du voyageur ?
5. A quoi apparemment le voyageur ne s'attache-t-il pas ?


Texte II : Suétone raconte le voyage fait par Auguste en Egypte

Per idem tempus conditorium et corpus Magni Alexandri, cum prolatum e penetrali subiecisset oculis, corona aurea imposita ac floribus aspersis veneratus est consultusque num et Ptolemaeum inspicere vellet, "regem se voluisse", ait, "videre, non mortuos."

Suétone, Auguste, 18, 1

conditorium,i : le cercueil, le sarcophage
Alexander,dri : Alexandre
penetrale,is : l'endroit le plus reculé, le fond (d'un bâtiment)
aspergere,o,si,sum : répandre
Ptolemaeus,i : Ptolémée
inspicere,io,spexi,spectum : voir, contempler

XVIII. Il fait ouvrir le tombeau d'Alexandre. 

Vers le même temps, il fit retirer de son tombeau le corps d'Alexandre, lui mit avec respect une couronne d'or sur la tête, et le couvrit de fleurs. On lui demanda s'il ne voulait pas visiter aussi le Ptoléméum [= les tombes des Ptolémées]. Il répondit qu'il était venu pour voir un roi, et non des morts. 

 

Un peu d'histoire

Ptolémée : général d'Alexandre le Grand; après la mort d'Alexandre, il devint roi d'Egypte; sa dynastie dura jusqu'à Cléopâtre.

Quelques questions

1. Qui est le personnage principal de l'anecdote ?
2. Quels sont les autres personnages évoqués ?
3. Aux yeux d'Auguste, quel est celui qui mérite le respect ? Quel est celui envers qui il manifeste du mépris ?
4. Comment peut s'expliquer la réponse d'Auguste ? Cherche une explication générale et une explication propre à Auguste.

 

Texte III : Cicéron décrit certaines curiosités de Messine

Erat apud Heium sacrarium magna cum dignitate in aedibus a maioribus traditum perantiquum, in quo signa pulcherrima IIII summo artificio, summa nobilitate (...), unum Cupidinis marmoreum Praxiteli (nimirum didici etiam, dum in istum inquiro, artificum nomina); idem, opinor, artifex eiusdemmodi Cupidinem fecit illum qui est Thespiis, propter quem Thespiae visuntur. Nam alia visendi causa nulla est. (...) Verum ut ad illum sacrarium redeam, signum erat hoc quod dico Cupidinis e marmore. Ex altera parte Hercules egregie factus ex aere. Is dicebatur esse Myronis, ut opinor, et certe. (...) Erant aenea duo praeterea signa non maxima, verum eximia venustate, virginali habitu atque vestitu, quae manibus sublatis sacra quaedam more Athenensium virginum reposita in capitibus sustinebant; Canephoroe ipsae vocabantur; sed earum artificem -quem ? quemnam ? Polyclitum esse dicebant. Messanam ut quisque nostrum venerat, haec visere solebat. Omnibus haec ad visendum patebant cotidie. Domus erat non domino magis ornamento quam civitati.

CICÉRON, de signis, 4 - 5

sacrarium,i : le sanctuaire
perantiquus,a,um : très ancien
artificium,i : l'art, le travail artistique
marmoreus,a,um : en marbre
Praxitelius,a,um : de Praxitèle
nimirum : évidemment
inquirere,o,quisivi,quisitum : enquêter
artifex,icis = l'artiste
eiusdemmodi : du même type
Thespiae,arum : Thespies (ville de Grèce)
Hercules,is : Hercule
egregie : remarquablement
Myro,onis : Myron
aeneus,a,um : en bronze
venustas,atis : la beauté, le charme
virginalis,e : de jeune fille
vestitus,us : la tenue, l'habillement
Atheniensis,e : athénien
Canephorus,i f. : mot grec : la porteuse de corbeille
Canephoroe : nom. pl.
Polyclitus,i : Polyclète
Messana,ae : Messine (ville de Sicile)

Un peu d'histoire de l'art

Praxitèle, Myron et Polyclète sont des sculpteurs de premier plan de l'art grec classique (Ve - IVe siècles av. J.-C.)

Quelques questions ...

1. De quoi parle Cicéron ?
2. Etablis l'inventaire des oeuvres évoquées.
3. Quelles sont les qualités reconnues à ces oeuvres ?
4. Définis l'ambiguïté de l'attitude de Cicéron envers les oeuvres d'art.
5. Définis la contradiction qui se manifeste à ce sujet.
6. L'oeuvre d'art constitue-t-elle une motivation pour le voyageur?
7. La "curiosité" (en tant qu'objet digne d'intérêt) existe-t-elle pour les Romains ?
8. La notion de "patrimoine artistique" existe-t-elle chez les Romains ?
9. Comment le visiteur a-t-il accès aux oeuvres d'art ?

Texte 4 : Tacite décrit les voyage de Germanicus

Mox visit veterum Thebarum magna vestigia. Et manebant structis molibus litterae Aegyptiae, priorem opulentiam complexae : iussusque e senioribus sacerdotum patrium sermonem interpretari, referebat habitasse quondam septingenta milia aetate militari atque eo cum exercitu regem Rhamsen Libya, Aethiopia Medisque et Persis et Bactriano ac Scytha potitum et inde Bithynum, hinc Lycium ad mare imperio tenuisse. (...) Ceterum Germanicus aliis quoque miraculis intendit animum, quorum praecipua Memnonis saxea effigies, ubi radiis solis icta est, vocalem sonum reddens, disiectasque inter et vix pervias arenas instar montium eductae pyramides certamine et opibus regum, lacusque effossa humo, superfluentis Nili receptacula; atque alibi angustiae et profunda altitudo, nullis inquirentium spatiis penetrabilis.

TACITE, Annales, 2, 60, 3 - 61

Thebae,arum : Thèbes (ville d'Egypte)
Aegyptius,a,um : égyptien
opulentia,ae : la splendeur, la richesse
seniores,um : les vieillards
septingenta : sept cents
Rhamses,is : Ramses
Rhamsen : acc. grec
Libya,ae : la Libye
Aethipoia,ae : l'Ethiopie
Medi,orum : les Mèdes
Persae,arum : les Perses
Bactrianus,i : le Bactrien
Scytha,ae : le Scythe
Bithynus,i : le Bithynien
Lycius,i : le Lycien
miraculum,i : la merveille
Memnon,onis : Memnon (pharaon)
saxeus,a,um : de pierre
radius,i : le rayon
icere,o,ici,ictum : frapper
vocalis,e : qui a l'allure d'une voix
disicere,io,ieci,iectum : disperser
pervius,a,um : accessible
instar + gén. : à la manière de
pyramis,idis : la pyramide
effodere,io,fodi,fossum : creuser
superfluere,o,fluxi,fluctum : déborder
Nilus,i : le Nil
receptaculum,i : le réceptacle, la décharge
alibi : ailleurs
angustiae,arum : le défilé, la gorge
inquirere,o,quisivi,quisitum : chercher
penetrabilis,e : pénétrable
 Bientôt il visita les grandes ruines de Thèbes. Des caractères égyptiens, tracés sur des monuments d'une structure colossale, attestaient encore l'opulence de cette antique cité. Un vieux prêtre, qu'il pria de lui expliquer ces inscriptions, exposait "que la ville avait contenu jadis sept cent mille hommes en âge de faire la guerre ; qu'à leur tête le roi Rhamsès y avait conquis la Libye, l'Éthiopie, la Médie, la Perse, la Bactriane, la Scythie ; que tout le pays qu'habitent les Syriens, les Arméniens, et, en continuant par la Cappadoce, tout ce qui s'étend de la mer de Bithynie à celle de Lycie, avait appartenu à son empire." ...
D'autres merveilles attirèrent encore les regards de Germanicus : il vit la statue en pierre de Memnon, qui, frappée des rayons du soleil, rend le son d'une voix humaine ; et ces pyramides, semblables à des montagnes, qu'élevèrent, au milieu dé sables mouvants et presque inaccessibles, l'opulence et l'émulation des rois ; et ces lacs creusés pour recevoir les eaux surabondantes du Nil débordé, et ailleurs ce même fleuve pressé entre ses rives et coulant dans un lit dont nul homme n'a jamais pu sonder la profondeur. 

 

Documents pour réfléchir

Sévère ne cessa de répéter que ce voyage (en Egypte)avait été pour lui plein d'agrément à cause du culte de Sérapis, de la découverte du passé, du caractère insolite des animaux et des sites. En effet, il visita avec intérêt Memphis, Memnon, les pyramides et le labyrinthe.
Histoire Auguste, Sévère, 17, 4

 

Quelques questions ...

1. Que visite Germanicus en Egypte ?
2. Précise le type d'intérêt qu'il manifeste pour chacune des curiosités visitées.
3. Quelles sont les questions que se pose Germanicus à Thèbes? Que fait-il pour obtenir des réponses ? Quel type de renseignements obtient-il ?

 

SYNTHESE

1. Les lieux visités

a) Athènes - Troie
b) Alexandrie
c) Messine
d) l'Egypte

2. Les visiteurs

a) non - précisé
b) Auguste
c) non - précisé
d) Germanicus

3. L'objet de la visite

a) à Athènes, rien; à Troie, les tombeaux des héros
b) le tombeau d'Alexandre
c) les oeuvres d'art du sanctuaire d'Heius
d) les ruines de Thèbes, le colosse de Memnon, les pyramides, les réservoirs du Nil, le Nil lui-même

4. Les sentiments des visiteurs

a) la rêverie sur les légendes
b) l'hommage aux grands hommes
c) l'admiration pour les oeuvres
d) la curiosité historique, l'étonnement devant les phénomènes ou les monuments, l'admiration pour les réalisations humaines ou la grandeur de la nature

5. Les services

a) rien (le visiteur ne veut rien voir, mais se remémorer)
b) on (?) sort le sarcophage d'Alexandre (mais le visiteur est Auguste)
c) le voyageur est amené chez Heius (par des guides ?)
d) à Thèbes, Germanicus est guidé par un prêtre qui peut lire les hiéroglyphes

 6. Les absents

Note : Cette question doit être abordée avec précaution; on connaît les risques de l'argument du silence. Ainsi, nous ne pouvons pas être sûrs que Germanicus ne s'est pas intéressé aux bas-reliefs de Thèbes, parce que Tacite n'en dit rien. Le "silence" semble néanmoins révélateur du point de vue des auteurs.

a) les monuments d'Athènes
b) -
c) la perspective du texte de Cicéron ne permet pas de tirer des conclusions
d) les monuments de Thèbes, leur décor figuré