WB01569_3.gif (193 bytes)

page précédente
page suivante

 

SEQUENCE III

La tempête

Texte I : Aulu-Gelle décrit une tempête

 

Navigabamus a Cassiopa Brundisium mare Ionium violentum et vastum et iactabundum. Nox deinde quae diem primum secuta est, in ea fere tota ventus a latere saeviens navem undis compleverat. Tum postea, complorantibus nostris omnibus atque in sentina satis agentibus, dies quidem tandem inluxit. Sed nihil de periculo neque de saevitia venti remissum, quin turbines etiam crebriores et caelum atrum et fumigantes globi et figurae quaedam nubium metuendae quos "typhonas" vocabant, impendere imminereque ac depressurae navem videbantur.

AULU-GELLE, Nuits attiques, 19, 1, 1 -3

Cassiopa,ae : Cassiope (ville de l'île de Corcyre, actuelle Corfou)
Brundisium,i : Brindes (ville du S. de l'Italie, auj. Brindisi)
mare Ionium : la mer Ionienne (à l' O. de la Grèce)
violentus,a,um : violent
iactabundus,a,um : déchaîné
nox : attraction de l'antécédent au cas du relatif; comprendre : Nocte quae...
complorare,o : pleurer ensemble
sentina,ae : la sentine (endroit de la cale où s'amassent les eaux)
inlucescere,o,luxi :se mettre à briller
turbo,inis : le tourbillon
fumigare,o : fumer, être fumant
globus,i : la masse
typhon,nis : le typhon
typhonas : acc. pl. grec
deprimere,o,pressi,pressum : couler (un navire)

Quelques questions ...

1. Montre comment chacun des éléments du texte fait ressortir le caractère terrifiant de la situation.
2. Comment l'auteur suscite-t-il l'espoir pour le détruire aussitôt ?
3. De qui est-il question ?
4. Que font les personnages du récit ?
5. Tente une description de ce qui se passe à bord.

Texte II : En route pour l'exil, Ovide est pris dans une tempête .

Me miserum ! Quantis increscunt aequora ventis,
     eruta ex imis fervet arena vadis !
Monte nec inferior prorae puppive recurvae
     insilit et pictos verberat unda deos.
Pinea texta sonant, pulsi stridore rudentes,
     ingemit et nostris ipsa carina malis.
Navita confessus gelidum pallore timorem,
     iam sequitur victus, non regit arte ratem
utque parum validus non proficientia rector
     cervicis rigidae frena remittit equo,
sic, non quo voluit, sed quo rapit impetus undae,
     aurigam video vela dedisse rati.

OVIDE, Tristes, 1, 4, 5 - 16

increscere,o,crevi,cretum : croître, grandir
eruere,o,erui,erutum : tirer, arracher
inferior,oris : plus bas
prora,ae : la proue
recurvus,a,um : recourbé
insilire,io,ui,iltum + D : sauter sur
pineus,a,um : de pin
textum,i : l'assemblage
stridor,oris : le son aigu, le grincement
rudens,ntis : le cordage
ingemere,o,ui,itum : gémir
carina,ae : la carène
navita,ae : le marin
pallor,oris : la pâleur
proficere,io,feci,fectum : être utile
rector,oris : celui qui guide (ici, un cheval)
rigidus,a,um : raide
frena,orum : les rênes
auriga,ae : le conducteur de char

 

Quelques questions ...

1. Quels sont les aspects de la situation que l'auteur retient ?
2. Quel rôle joue l'auteur dans la situation ?
3. Montre que la succession des données du texte témoigne d'une approche logique de la situation. Précises-en la gradation.
4. Précise le caractère négatif des vers 7 - 12.
5. Quel est le rôle de la comparaison (v. 9 - 10) ?

 

Texte III : Horace souhaite "bon voyage" à un de ses ennemis

Mala soluta navis exit alite
   ferens olentem Mevium;
ut horridis utrumque verberes latus,
   Auster, memento fluctibus;
niger rudentis Eurus inverso mari
   fractosque remos differat,
insurgat Aquilo, quantus altis montibus
   frangit trementis ilices,
nec sidus atra nocte amicum appareat,
   qua tristis Orion cadit. (...)
O quantus instat navitis sudor tuis
   tibique pallor luteus
et illa non virilis heiulatio,
   preces et aversum ad Iovem,
Ionius udo cum remugiens sinus
   Noto carinam ruperit.
Opima quodsi praeda curvo litore
  porrecta mergos iuverit,
libidinosus immolabitur caper
   et agna Tempestatibus.

HORACE, Epodes, 10

solvere,o,solui,solutum : dénouer
solvere navem : lever l'ancre
ales,itis f. : l'oiseau; ici, le présage
olere,eo : sentir, dégager une odeur, puer
Auster,tri : le vent du sud
memento : impér. de memini
rudens,ntis : le cordage
rudentis: = rudentes
Eurus,i : le vent du sud-est
invertere,o,verti,versum : retourner, renverser
insurgere,o,rexi,rectum : se lever
Aquilo,onis : le vent du nord
trementis = trementes
ilex,icis : l'yeuse (sorte de chêne)
Orion,onis : Orion (constellation)
navita,ae : le marin
sudor,oris : la sueur
pallor,oris : la pâleur
luteus,a,um : jaune
virilis,e : viril, digne d'un homme
heiulatio,onis : la lamentation
Ionius,a,um : ionien (la mer Ionienne: à l'O de la Grèce)
udus,a,um : humide
remugire,io : retentir, résonner
Notus,i : le vent du sud
opimus,a,um : gras
quodsi = si
curvus,a,um : recourbé
porrigere,o,rexi,rectum : étendre, allonger
mergus,i : le plongeon (oiseau)
libidinosus,a,um : lascif
immolare,o : immoler, sacrifier
caper,pri : le bouc
agna,ae : l'agnelle


Quelques questions ...

1. De qui est-il question ? Caractérise le climat général du texte et l'état d'esprit de l'auteur.
2. Pourquoi tant de vents sont-ils évoqués ?
3. Précise les catastrophes qui attendent Mevius.
4. Quels sont les occupants du navire auxquels il est fait allusion ? Quelles sont leurs réactions ?
5. Quels sont les traits que nous pouvons attribuer au personnage de Mevius ?
6. Pourquoi Horace déteste-t-il Mevius ?

 

SYNTHESE

1. Le point de vue

a) collectif (navigabamus / nostris) (nous)
b) personnel (me miserum !) (je)
c) extérieur (il = Mevius)

2. Les personnages

a) l'équipage
b) Ovide; le pilote
c) Mevius; les marins

3. Les phénomènes

a) vent latéral; tourbillons; brouillard; ciel chargé
b) vent; sable arraché au fond de la mer
c) vent

4. Les effets

a) le navire fait eau
b) le navire craque; les cordages grincent
c) les cordages sont arrachés; les rames brisées; et enfin, le naufrage

5. Les réactions

a) l'équipage se lamente en travaillant à l'écopage (l'extrait ne dit rien des passagers décrits plus loin comme terrifiés et/ou gémissants)
b) peur muette du pilote qui abandonne le navire aux vents
c) peur de l'équipage; Mevius se lamente et prie des dieux

6. Le rapport à l'univers

a) univers déchaîné et menaçant
b) impuissance de l'homme face à la nature déchaînée
c) id.

7. Le rapport aux personnages

a) compatissant (au sens étymologique)
b) id.
c) le texte est imprécatoire; l'horreur décrite est source de jubilation

 

page suivante