WB01569_3.gif (193 bytes)

page précédente
page suivante

 

CHAPITRE IV : LA RUE

Texte 1 : La FOULE

... Nobis properantibus obstat
unda prior, magno populus premit agmine lumbos
qui sequitur; ferit hic cubito, ferit assere duro
alter, at hic tignum capiti incutit, ille metretam.
Pinguia crura luto, planta mox undique magna
calcor et in digito clavus mihi militis haeret.

JUVÉNAL, 3, 243 - 248

nobis = 1e p. sg.
unda, ae : l'eau, le flot (ici, le flot humain)
lumbus, i : le rein
cubitus, i : le coude
asser,eris : la poutre
tignum, i : le madrier, la solive
incutere,io,cussi,cussum : frapper, cogner
metreta ae : le vase, la jarre
crus,ris : n.la jambe
lutum i : la boue
planta, ae : la plante (du pied)
calcare o : fouler, marcher sur quelque chose
digitus, i : le doigt (de pied), l'orteil
: le doigt (de pied), l'orteil
clavus, i, : le clou
Le flot humain devant moi m’empêche de me hâter. La grande masse du peuple qui me suit me pousse dans le dos. Un me frappe du coude, l’autre me frappe avec une lourde poutre, un troisième me cogne la tête d’une solive, un autre encore avec une jarre. Mes jambes sont grasses de boues. De partout je suis écrasé par de grands pieds et un clou de soldat se fixe dans mon orteil.

Texte 2 : LES MISÉRABLES

Urbanus tibi, Caecili, videris :
non es, crede mihi. Quid ergo ? verna,
hoc quod Transtiberinus ambulator
qui pallentia sulphurata fractis
permutat vitreis, quod otiosae
vendit qui madidum cicer coronae,
quod custos dominusque viperarum,
quod viles pueri salariorum,
quod fumantia qui tomacla raucus
circumfert tepidis cocus popinis,
quod non optimus urbicus poeta,
quod de Gadibus improbus magister,
quod bucca est vetuli dicax cinaedi.

MARTIAL, 1, 41
Caecili : voc. de Caecilius
verna, ae : l'esclave; le bouffon
hoc quod : trad. par "comme, une espèce de"
Transtiberinus,a,um : du Transtévère
ambulator,oris : le marchand ambulant
pallere : être pâle; ici pallens,ntis : jaune
sulphuratum, i : l'allumette
permutare, o : échanger
vitreum, i : le verre (brisé)
madidus, a, um : humide
cicer, eris, : n.le pois chiche
corona, ae : la couronne (de badauds)
vipera, ae : la vipère
puer, eri : ici, l'esclave
salarius, i : le marchand de salaisons
fumans,ntis : fumant
tomaclum, i : le cervelas, le saucisson
raucus, a, um : rauque
tepidus,a,um : tiède
cocus, i : le cuisinier
popina, ae : la taverne
urbicus, a, um : de la ville
Gades,ium : Gadès (v. d'Espagne; auj. Cadix)
vetulus,a,um : un peu vieux
dicax,acis: railleur, mordant
cinaedus, i : l'homosexuel
Tu crois être, Caecilius, cultivé : crois-moi, tu ne l’es pas. Qu’es-tu donc? Un bouffon. Une espèce de marchand ambulant du Transtévère qui échange des allumettes jaunes contre du verre brisé. Une espèce de vendeur de petits pois humides à un cercle de badauds oisifs. Une espèce de gardien et de maître de vipères. Une espèce de vil esclave vendeur de salaison. Une espèce de cuisinier rauque qui vend à la ronde des cervelas fumants provenant de chaudes tavernes. Une espèce de mauvais poète de la ville. Une espèce de maître malhonnête de Cadix. Une espèce de bouche railleuse d’un vieil homosexuel.

Texte 3 : L'EMMERDEUR

Ibam forte via sacra, sicut meus est mos
nescio quid meditans nugarum, totus in illis.
Accurrit quidam notus mihi nomine tantum
arreptaque manu : "Quid agis, dulcissime rerum ?
- Suaviter, ut nunc est, inquam, et cupio omnia quae vis."
Cum adsectaretur : "Numquid vis ?", occupo. At ille :
"Noris nos, inquit, docti sumus." Hic ego : "Pluris
hoc, inquam, mihi eris." Misere discedere quaerens,
ire modo ocius, interdum consistere, in aurem
dicere nescio quid puero, cum sudor ad imos
manaret talos."O te, Bolane, cerebri
felicem", aiebam tacitus, cum quidlibet ille
garriret, vicos, urbem laudaret. Ut illi
nil respondebam : "Misere cupis, inquit, abire;
iamdudum video, sed nil agis; usque tenebo,
persequar. Hinc quo nunc iter est tibi ? - Nil opus est te circumagi : quemdam volo visere non tibi notum;
trans Tiberim longe cubat is prope Caesaris hortos.
- Nil habeo quod agam et non sum piger; usque sequar te."
Demitto auriculas, ut iniquae mentis asellus,
cum gravius dorso subiit onus. ...
Interpellandi locus hic erat : "Est tibi mater,
cognati quis te salvo est opus ? - Haud mihi quisquam
omnes composui. - Felices, nunc ego resto."

HORACE, Satires, 1,9, 1-7; 8-11; 13-21; 26-28

via sacra : la Voie Sacrée, chemin qui conduit au Capitole ; endroit très fréquenté
meditor,aris,atus sum : donner ses soins à, méditer, penser à, réfléchir à
nugae, arum : les nuages; les bagatelles
arripere,io,ui,reptum : saisir
quid agis ? : "que fais-tu ?", c'est-à-dire "comment vas-tu ?"
dulcissime rerum : mon très cher
suaviter (adverbe) : d'une façon douce, agréable, fort bien, très bien.
ut nunc est : pour l'instant du moins. Restriction pour conjurer le mauvais sort.
adsectari, or : suivre
occupare, o : couper (la parole)
noris = noveris : tu me connaîtras
nos = 1e p. sg. (même remarque pour sumus)
doctus,a,um : savant; ici, poète
pluris : génitif de prix ; avec eris
hoc : ablatif de cause.
misere : de manière pitoyable
ire ... consistere ... dicere : inf. de narration
modo : tantôt (ici, corrélé avec interdum)
ocius : plus vite
puer, eri : ici, l'esclave
sudor,oris : la sueur
imus,a,um : qui est tout en bas
manare,o,avi,atum : couler, se répandre.
talus, i, : le talon
o te Bolane : réflexion d'Horace. Bolanus est le nom d'un inconnu, apparemment renommé pour son mauvais caractère.
cerebrum,i : le cerveau, la tête, la cervelle, l'esprit. Génitif marquant la cause (non classique avec un adjectif).
te felicem : accusatif exclamatif
garrire,io,ii,itum : gazouiller, jaser, babiller, parler pour ne rien dire, dire en bavardant, en badinant
cum ... urbem laudaret : cette région de Rome était transformée par les travaux, alors en cours, exécutés par Auguste ; toute la ville était en voie de rénovation.
iamdudum : depuis longtemps
usque tenebo : jusqu'au bout
circumagere : au passif : courir dans tous les sens
Caesaris hortos : les jardins de César s'étendaient sur la rive droite du Tibre, au pied du Janicule à 2 ou 3 kilomètres de la voie Sacrée (1 heure de marche).
auricula, ae : l'oreille
asellus, i : l'âne
dorsus, i : le dos
interpellare, o : interrompre
cognatus, i : le parent
quis = quibus
aliquo salvo est opus : se préoccuper de qq
componere,o,posui,positum : enterrer

Je m'en allais, d'aventure, par la Voie Sacrée pensant, selon mon habitude, à je ne sais quelles bagatelles et tout à elles.
Vient à moi un personnage que je connaissais seulement de nom, et, me saisissant la main :
- "Comment te portes-tu, toi, ce que j'ai de plus cher au monde ?"
- "Fort bien, pour l'instant du moins, dis-je, et tous tes désirs sont les miens."
Comme il s'attachait à mes pas, je prends les devants :
- "Y a-t-il quelque chose pour ton service ?"
Mais lui :
- Tu dois me connaître, je suis un lettré."
Moi alors :
- "Tu m'en seras d'autant plus précieux."
Cherchant éperdument à m'en aller, tantôt je marchais plus rapidement, tantôt je m'arrêtais, je disais n'importe quoi à l'oreille de mon esclave, alors que la sueur me coulait jusqu'aux talons.
- "O Bolanus, que tu es heureux à cause de ton esprit ! "
disais-je à part moi, pendant que l'autre racontait n'importe quoi et louait les rues et la ville.
Comme je ne lui répondais rien :
- "Tu as une furieuse envie, dit-il, de t'en aller ; il y a longtemps déjà que je le vois ; mais tu perds ta peine ; je te tiendrai jusqu'au bout, je te suivrai sans répit. D'ici, vers où va donc ton chemin ?"
- "A quoi bon t'imposer tous ces tours et détours ? Je vais rendre visite à quelqu'un que tu ne connais pas ; il est alité loin d'ici, de l'autre côté du Tibre, près des jardins de César."
- "Je n'ai rien à faire et je ne suis point paresseux ; je te suivrai jusqu'au bout."
Je baisse l'oreille comme un petit âne de méchante humeur quand il vient de recevoir sur le dos une charge trop pesante.
L'autre recommence :
- "Si je me connais bien, tu ne feras plus de cas de tes amis Viscus et Varius ; car qui pourrait écrire plus de vers que moi, ou plus vite ? danser avec plus de grâce ? et je chante de manière à rendre Hermogène jaloux."
C'était le moment de lui couper la parole :
- "As-tu une mère, des parents pour qui tu doives rester bien portant ?"
- "Absolument personne, je les ai tous mis au tombeau."
- "Heureux sont-ils ! moi, maintenant je reste.

page suivante