Le temps des généraux : Pompée

Guerre contre les pirates

page suivante       page précédente


67

Les pirates ciliciens (78 - 74)

FLORUS : On ne sait rien de Florus. Il écrit une Histoire romaine (-753 - +9). Son oeuvre est publiée à la fin du règne d'Hadrien.

Autres textes de Florus  Retour à la table des matières  Index général

Le plus grand péril lors des voyages réside dans la présence des pirates qui, outre le butin, cherchent à capturer des hommes pour les vendre comme esclaves. Bien abrités dans la moindre anfractuosité des côtes, ils fondent à l'improviste sur leur proie. Longtemps ils restèrent impunis d'autant qu'ils pouvaient parfois être mobilisés, avec leurs vaisseaux ultra-rapides, à des fins politiques.

 Interim dum populus Romanus per diversa terrarm distractus est, Cilices invaserant maria, sublatisque commerciis, rupto foedere generis humani, sic maria bello, quasi tempestate, praecluserant. Audaciam perditis furiosisque latronibus dabat inquieta Mithridaticis proeliis Asia, dum sub alieni belli tumultu, exterique regis invidia, impune grassantur.
Ac primum, duce Isodoro, contenti proximo mari, Cretam inter atque Cyrenas, et Achaiam sinumque Maleum, quod a spoliis Aureum ipsi vocavere, latrocinabantur: missusque in eos Publius Servilius, quamvis leves et fugaces myoparonas gravi et martia classe turbaret, non incruenta victoria superat. Sed nec mari submovisse contentus, validissimas urbes eorum et diutina praeda abundantes, Phaselin et Olympon evertit, Isauramque ipsam, arcem Ciliciae; unde, conscius sibi magni laboris, Isaurici cognomen adamavit. Non ideo tamen tot cladibus domiti, terra se continere potuerunt. Sed ut quaedam animalia, quibus aquam terramque incolendi gemina natura est, sub ipso hostis recessu, impatientes soli, in aquas suas resiluerunt, et aliquando latius quam prius Siciliae quoque litora et Campaniam nostram subito adventu terrere voluerunt.

Florus, III, VII, partim

 vocabulaire

Pendant que le peuple romain était partagé dans les différentes parties du monde, les Ciliciens avaient envahi les mers. Supprimant les relations commerciales, brisant les traités du genre humain, ils avaient fermé les mers aussi bien que la tempête. L'Asie troublée par les guerres contre Mithridate donnait de l'audace aux brigands dépravés et déments. Dans le trouble d'une guerre étrangère et l'hostilité d'un roi extérieur, ils rôdaient impunément.
Tout d'abord, sous la conduite d'Isidore, ils se contentèrent des mers voisines; puis ils exercèrent leur brigandage entre la Crète et Cyrène, l'Achaïe et le promontoire de Malée, qu'ils appelaient le le promontoire doré à cause du butin qu'ils y faisaient. On envoya contre eux Publius Servilius, : il troubla de ses lourds vaisseaux de guerre les légers et rapides myoparons mais la victoire ne se fit pas sans que le sang ne coule. Non content de les avoir éloignés de la mer, il détruisit Phasélis et Olympe, les plus fortes de leurs villes qui regorgeaient depuis longtemps de butin, il fit de même d'Isaure la forteresse de la Cilicie. La conscience du travail pénible qu'il avait effectué lui fit aimer le surnom d'Isaurique. Cependant ces nombreuses défaites ne domptèrent pas les pirates : ils ne purent rester sur la terre ferme. Mais comme certains animaux qui par leur double nature peuvent habiter l'eau et la terre, au départ de l'ennemi, ils ne voulurent plus supporter la terre ferme et bondirent de nouveau dans l'eau qui était la leur, ils poussèrent leur course encore plus loin qu'auparavant et voulurent terrifier par leur arrivée soudaine les rivages de la Sicile et notre Campanie.

Florus, III, VII, partim

César et les pirates Ciliciens (plutarque, vie de César)

II. Après y avoir séjourné peu de temps, il se remit en mer, et fut pris auprès de l'île de Pharmacuse par des pirates, qui, ayant déjà des flottes considérables et un nombre infini de petits vaisseaux, s'étaient rendus maîtres de toute cette mer. Ces pirates lui demandèrent vingt talents pour sa rançon ; il se moqua d'eux de ne pas savoir quel était leur prisonnier, et il leur en promit cinquante. Il envoya ceux qui l'accompagnaient dans différentes villes pour y ramasser cette somme, et ne retint qu'un seul de ses amis et deux domestiques, avec lesquels il resta au milieu de ces corsaires ciliciens, les plus sanguinaires des hommes ; il les traitait avec tant de mépris que, lorsqu'il voulait dormir, il leur faisait dire de garder un profond silence. Il passa trente-huit jours avec eux ; moins comme leur prisonnier que comme un prince entouré de ses gardes. Plein de sécurité, il jouait et faisait avec eux ses exercices, composait des poèmes et des harangues qu'il leur lisait ; et lorsqu'ils n'avaient pas l'air de les admirer, il les traitait, sans ménagement, d'ignorants et de barbares : quelquefois même il les menaçait, en riant, de les faire pendre. Ils aimaient cette franchise, qu'ils prenaient pour une simplicité et une gaieté naturelles. Quand il eut reçu de Milet sa rançon, et qu'il la leur eut payée, il ne fut pas plutôt en liberté qu'il équipa quelques vaisseaux dans le port de cette ville, et cingla vers ces pirates, qu'il surprit à l'ancre dans la rade même de l'île ; il en prit un grand nombre et s'empara de tout leur butin. De là il les conduisit à Pergame, où il les fit charger de fers, et alla trouver Junius, à qui il appartenait, comme préteur d'Asie, de les punir. Junius ayant jeté un oeil de cupidité sur leur argent, qui était considérable, lui dit qu'il examinerait à loisir ce qu'il devait faire de ces prisonniers. César, laissant là le préteur, et retournant à Pergame, fit pendre tous ces pirates, comme il le leur avait souvent annoncé dans l'île, où ils prenaient ses menaces pour des plaisanteries.

a, prép. : + Abl. : à partir de, après un verbe passif = par
abundo, as, are
: être en grand nombre, être abondamment pourvu
ac
, conj. : et, et aussi
Achaia, ae
, f. l'Achaïe
adamo, as, are
: se mettre à aimer
adventus, us
, m. : l'arrivée, la venue
alienus, a, um
: 1. d'autrui, étranger 2. éloigné, déplacé, désavantageux
aliquando
, adv. : un jour, une fois

animal, alis
, n. :l'être vivant, l'animal
aqua, ae
, f. : l'eau
arx, arcis
, f. : la citadelle
Asia, ae
, f. : Asie
atque
, conj. : et, et aussi

audacia, ae
, f. : l'audace
aureus, a, um
: d'or
bellum, i, n
. : la guerre
Campania, ae
, f. : la Campanie
Cilices, um
, m. : les Ciliciens
Cilicia, ae
, f. : la Cilicie
clades, is
, f. : la blessure, la perte, le dommage, le désastre militaire, la grave défaite
classis, is
, f. : la classe, la flotte
cognomen, inis
, n. : le surnom, le cognomen (partie du nom qui suit le gentilice)
commercium,
i, n. : le trafic, le commerce; le droit de commercer, les rapports, les relations
conscius, a, um
: confident, intime de, conscient de
contentus, a, um
: content de, satisfait de
contineo, es, ere, tinui, tentum
: contenir, maintenir
cresco, is, ere, crevi, cretum
: croître
Creta, ae
, f. : la Crète
Cyrenae, arum
: Cyrène (ville près de la grande Syrte)
distraho, is, ere, traxi, tractum
: rompre en morceaux, partager
diversus, a, um
: 1. allant dans des directions opposées 2. opposé
diutinus, a, um
: qui dure longtemps, de longue durée
do, das, dare, dedi, datum
: donner
domo ,as, are, domui, domitum
: dompter
dum
, conj. : 1. + ind. = pendant que, jusqu'à ce que 2. + subj. : pourvu que, le temps suffisant pour que
dux, ducis
, m. : le chef, le guide
eorum
, génitif masculin ou neutre pluriel de is, ea, id = d'eux, leur, leurs
eos
, acc. m. pl. de is, ea, id : les, ceux-ci, ces
et
, conj. : et. adv. aussi

everto, is, ere, verti, versum
: bouleverser
exterus, a, um
: extérieur, externe, du dehors
foedus, deris,
n. : le traité
fugax, acis
: fugace, fugitif
furiosus, a, um
: dément

geminus, a, um
: jumeau
genus, eris
, n. : la race, l'origine, l'espèce
grassor, aris, ari
: rôder, vagabonder
gravis, e
: 1. lourd, pesant 2. grave, puissant, forts, grave, dur, rigoureux, pénible, accablant 3. alourdi, embarrassé, accablé
hostis, is
, m. : l'ennemi
humanus, a, um
: humain
ideo
, inv. : pour cette raison
impatiens, ientis
: qui ne peut supporter
impune
, adv. : impunément
in
, prép. : (acc. ou abl.) dans, sur, contre

incolo, is, ere, ui, cultum
: habiter
incruentus, a, um
: non ensanglanté; qui n'a pas versé son sang, non blessé
inquietus, a, um
: troublé, agité
inter
, prép. : + Acc. : parmi, entre
interim
, adv. : pendant ce temps, entre-temps
invado, is, ere, vasi, vasum
: 1. faire invasion, se jeter sur 2. assaillir, attaquer 3. saisir
invidia, ae
, f. : 1. la malveillance, l'hostilité, la haine, l'antipathie, l'impopularité 2. la jalousie, l'envie

ipse, a, um
: (moi, toi, lui,...) même
Isaura, ae
, f. : Isaura (ville de Cilicie)
Isauricus, a, um
: d'Isaurie, isaurique (surnom de Publius Servilius)
Isodorus, i
m. : Isodore (nom d'homme)
labor, oris
, m. : la peine, la souffrance, le travail pénible
latius
, comparatif neutre ou adverbial de latus, a, um : large
latro, onis
, m. : le brigand
latrocinor, aris, ari
: être au service militaire; exercer le brigandage
levis, e
: 1 - léger, peu pesant. - 2 - léger, alerte, rapide. - 3 - léger, faible, de peu d’importance, peu important. - 4 - doux, facile à supporter. - 5 - léger, frivole, futile, inconstant, sans poids, sans valeur, sans autorité.
litus, oris
, n. : le rivage
magnus, a, um
: grand
Maleus, i
, m. : le promontoire de Malée
mare, is
, n. : la mer
Martius, a, um
: de Mars, guerrier
Mithridaticus, a, um
: de Mithridate
mitto, is, ere, misi, missum
: I. 1. envoyer 2. dédier 3. émettre 4. jeter, lancer II. laisser aller, congédier
myoparo, onis
, f. : le myoparon (navire de pirates)
natura, ae
, f. : la nature
nec
, adv. : et...ne...pas
non
, neg. : ne...pas
noster, tra, trum
: adj. notre, nos pronom : le nôtre, les nôtres
Olympus, i
, m. : Olympe 1. montagne de Thessalie 2. ville maritime de Pamphylie
per
, prép. : + Acc. : à travers, par
perdo, is, ere, didi, ditum
: 1. détruire, ruiner, anéantir 2. perdre (perditus, a, um : perdu, malheureux, excessif, dépravé)
Phaselis, idis
, f. : Phasélis (ville de Lycie)
populus, i
, m. : le peuple
possum, potes, posse, potui
: pouvoir
praecludo, si, sum, ere
: fermer devant qqn, à qqn, barrer
praeda, ae
, f. : le butin, les dépouilles, la proie
primum
, adv. : d'abord, pour la première fois
prius
, inv. : avant, auparavant ; ... quam : avant que
proelium, ii
, n. : le combat
proximus, a, um
: proche
Publius, i
, m. : Publius
quam
, 1. accusatif féminin du pronom relatif = que 2. accusatif féminin sing de l'interrogatif = quel? qui? 3. après si, nisi, ne, num = aliquam 4. faux relatif = et eam 5. introduit le second terme de la comparaison = que 6. adv. = combien
quamvis
, conj. : bien que
quasi
, conj. : comme si; adv. : pour ainsi dire, environ
quibus
, 1. datif ou ablatif pluriel du relatif 2. Idem de l'interrogatif 3. faux relatif = et eis 4. après
si, nisi, ne, num = aliquibus
quidam, quaedam, quoddam/quiddam
: un certain, quelqu'un, quelque chose
quod
, 1. pronom relatif nom. ou acc. neutre singulier : qui, que 2. faux relatif = et id 3. conjonction : parce que, le fait que 4. après si, nisi, ne, num = aliquod = quelque chose 5. pronom interrogatif nom. ou acc. neutre sing. = quel?
quoque
, adv. : aussi
recessus, us,
m. : l'action de se retirer; l'endroit retiré, la retraite; le mouvement de retraite; l'arrière-plan, les replis secrets
resilio, is, ire, silui, sultum
: sauter en arrière, rebondir, rejaillir
rex, regis
, m. : le roi
Romanus, a, um
: Romain (Romanus, i, m. : le Romain)
rumpo, rupi, ruptum, ere
: briser, faire éclater, enfoncer ; enfreindre
se
, pron. réfl. : se, soi
sed
, conj. : mais
Servilius, i
, m. : Servilius
sic
, adv. : ainsi ; sic... ut : ainsi... que
Sicilia, ae
, f. : Sicile
sinus, us
, m. : le sein, la courbure, le golfe, l'anse
solum, i
, n. : le sol
spolium, i
, n. : la dépouille, le butin
sub
, prép. : + Abl. : sous
subitus, a, um
: soudain, subit
submoveo, es, ere, movi, motum
: écarter, repousser, éloigner
sum, es, esse, fui
: être
supero, as, are
: 1. s'élever au-dessus 2. être supérieur, l'emporter 3. aller au-delà, dépasser, surpasser, vaincre
suus, a, um
: adj. : son; pronom : le sien, le leur
tamen
, adv. : cependant
tempestas, atis,
f. : 1. le moment 2. le temps, le mauvais temps, la température 3. le trouble, le malheur, la calamité
terra, ae
, f. : la terre
terreo, es, ere, ui, itum
: 1. effrayer, épouvanter 2. mettre en fuite, chasser
tollo, is, tollere, sustuli, sublatum
: 1. soulever, élever, porter, élever 2. lever, enlever, supprimer
tot
, adv. : tant, si nombreux
tumultus, us
, m. : le tumulte, le bruit
turbo, as, are
: troubler
unde
, adv. : d'où?

urbs, urbis
, f. : la ville
ut
, conj. : + ind. : quand, depuis que; + subj; : pour que, que, de (but ou verbe de volonté), de sorte que (conséquence) adv. : comme, ainsi que
validissimus, a, um
: superlatif de validus, a, um : fort, solide
victoria, ae
, f. : la victoire
voco, as, are
: appeler
volo, vis, velle
: vouloir
texte
texte
texte
texte