Le temps des Généraux : Marius

91 : Drusus

page suivante       page précédente    ENTRER DANS LE SITE


91


les amis et les ennemis

CICERON :M. Tullius Cicero fut avocat, homme politique, écrivain. Durant les dernières années de sa vie, aigri par son divorce et par sa mise à l'écart de la vie politique, Cicéron va se consacrer à la rédaction d'ouvrages théoriques sur l'art oratoire et sur la philosophie. Au fil de ses lectures, Cicéron choisit son bien où il le trouve ; il est en philosophie, un représentant de l'éclectisme.

Autres textes de Cicéron  Retour à la table des matières  Index général

Nous sommes en 91. Drusus est élu tribun de la plèbe. Il veut reprendre les lois agraires des gracques et donner le droit de cité aux Italien.

VII. 24. Cum igitur vehementius inveheretur in causam principum consul Philippus Drusique tribunatus pro senatus auctoritate susceptus infringi iam debilitarique videretur, dici mihi memini ludorum Romanorum diebus L. Crassum quasi colligendi sui causa se in Tusculanum contulisse; venisse eodem, socer eius qui fuerat, Q. Mucius dicebatur et M. Antonius homo et consiliorum in re publica socius et summa cum Crasso familiaritate coniunctus. 25. Exierant autem cum ipso Crasso adulescentes et Drusi maxime familiares et in quibus magnam tum spem maiores natu dignitatis suae collocarent, C. Cotta, qui [tum] tribunatum plebis petebat, et P. Sulpicius, qui deinceps eum magistratum petiturus putabatur. 26. Hi primo die de temporibus deque universa re publica, quam ob causam venerant, multum inter se usque ad extremum tempus diei collocuti sunt. Quo quidem sermone multa divinitus a tribus illis consularibus Cotta deplorata et commemorata narrabat, ut nihil incidisset postea civitati mali, quod non impendere illi tanto ante vidissent.

Cicéron, de oratore, I, VII, 24-26

 vocabulaire

Le consul Philippe attaquait avec violence la cause de l'aristocratie et le tribunat de Drusus employé à soutenir le pouvoir du sénat paraissait affaibli et brisé. Je me souviens qu'on me raconta que lors des Jeux Romains Lucius Cassius se retira dans sa propriété de Tusculum comme pour reprendre des forces. Il y avait là son beau-père Mucius Scaevola l'Augure, Marcus Antonius, son associé dans la défense de l'Etat et le plus grand ami de Crassus. Etaient venus aussi avec Crassus deux jeunes gens, des amis de Drusus, chez qui ces gens plus âgés plaçaient le plus grand espoir pour garder leur prestige : C. Cotta qui se présentait comme tribun du peuple et P. Sulpicius qui, pensait-on, obtiendrait le tribunat immédiatement après. Le premier jour ils parlèrent entre eux pendant longtemps jusqu'au soir de la situation présente, de l'ensemble de l'Etat, comment on en était arrivé là. Cotta raconta que lors de cette conversation ces trois consulaires, comme si les dieux les faisaient parler, avaient déploré et évoqué la situation : aucun des malheurs qui arrivèrent plus tard à la ville, il n'en est pas un dont ils n'aient vu la menace.

Cicéron, de oratore, I, VII, 24-26

5 amis de Drusus

1. Le consul de 95 : Crassus
2. Q. Mucius Scaevola dit l’Augure.

- 160 : naissance
- 121 : préteur : part à Rhodes pour entendre le rhéteur Apollonius d’Alabanda
- 120 : attaqué pour concussion : acquitté
- 117 : consul
- 100 : s’oppose à Saturninus
- 88 : refuse de déclarer Marius ennemi public
- professeur de droit de Cicéron.

3. Marcus Antonius

4. C. Aurelius Cotta :

- 124 : naissance (neveu de Rutilius)
- 92 : défend Rutilius dans son procès de concussion
- 91 : soutient Drusus (échoue comme tribun)
- 90 : accusé par la lex Varia, part en exil
- 82 : revient à Rome sous Sylla
- 75 : consul puis proconsul en Gaule.

5. P. Sulpicius Rufus

- 124 : naissance
- 91 : partisan de Dusus
- 88 : tribun : participe à la guerre sociale
- 87 : soutient Marius
- exécuté par Sylla

PUBLIUS SULPICIUS RUFUS  (121-88) 

http://45.1911encyclopedia.org/S/SU/SULPICIUS_RUFUS_PUBLIUS.htm

Orateur et homme d’état romain, légat en 89 de Cn. Pompeius Strabo lors de la guerre sociale, et tribun de la plèbe en 88. Alors Sulpicius qui était aristocrate se tourna du côté de Marius et du parti populaire. Il était fortement endetté et il semble que Marius lui ait promis une aide financière s’il était nommé commandant de la guerre contre Mithridate. Pour obtenir la nomination de Marius, Sulpicius proposa un projet de loi par lequel les nouveaux alliés italiens qui avaient obtenu le droit de vote et les affranchis auraient submergé les anciens électeurs. La majorité du sénat s’opposa à ses propositions; un justitium (cessation des affaires publiques) fut proclamé par les consuls mais Marius et Sulpicius suscitèrent une émeute et les consuls, craignant pour leurs vies, retirèrent ce justitium. Les propositions de Sulpicius furent votées et avec l'aide des nouveaux électeurs la commandement fut accordé à Marius. Sylla qui était alors à Nola marcha immédiatement sur Rome. Marius et Sulpicius, incapables de lui résister quittèrent la ville. Marius parvint à s’échapper en Afrique mais Sulpicius fut découvert dans une villa à Laurentum et mis à la mort; sa tête fut envoyée à Sylla et exposée dans le forum. Sulpicius semble avoir été à l'origine un réformateur modéré, qui par la force des choses est devenu un des chefs de la révolte démocratique. Bien qu'il ait attaqué le turbulent tribun C. Norbanus et se soit opposé à la proposition d’abroger les condamnations judiciaires par décret populaire, il n'hésita pas à encourir le mécontentement de la famille julienne en s'opposant à la candidature au consulat de C. Jules Caesar (Strabo Vopiscus) qui n'avait jamais été préteur et était par conséquent inéligible. Ses propositions de donner le droit de vote aux Italiens étaient une mesure nécessaire de justice mais elles furent votées de force. De Sulpicius comme orateur, Cicéron dit (Brutus, 55): "il était de loin le plus fini de tous les orateurs que j'ai entendus, et, pour ainsi dire, le plus tragique; sa voix était forte, mais en même temps douce et claire; ses gestes étaient pleins de grâce; sa langue était rapide et volubile, mais non superflue ou diffuse; il a essayé d'imiter Crassus, mais manqua de son charme." Sulpicius n'a laissé aucun discours écrit. Il est un des interlocuteurs dans le de oratore de Cicéron.

a, prép. : + Abl. : à partir de, après un verbe passif = par
ad
, prép. : + Acc. : vers, à, près de
adulescens, entis
, m. : le jeune homme
ante
, prép. : +acc., devant, avant ; adv. avant
Antonius, ii
, m. : Antoine
auctoritas, atis
, f. : l'avis, le prestige, l'autorité, la volonté (du Sénat), la décision
autem
, conj. : or, cependant, quant à -
C, = Caius, ii
, m. : abréviation.
causa, ae
, f. : la cause, le motif; l'affaire judiciaire, le procès; + Gén. : pour
civitas, atis
, f. : la cité, l'état
colligo, is, ere, legi, lectum
:1. recueillir, ramasser 2. rassembler, relever, réunir 3. resserrer, contracter
colloco, as, are
: placer
colloquor, eris, i, cutus sum
: s'entretenir avec
commemoro, as, are
: remettre en mémoire, évoquer
confero, fers, ferre, tuli, latum
: 1. apporter, amasser 2. rapprocher, 3. faire porter sur; me - : se réfugier
coniungo, is, ere, iunxi, iunctum
: lier ensemble, joindre, unir
consilium, ii,
n. :1. la délibération, la consultation 2. le conseil, l'assemblée 3. le projet, le plan 4. l'avis 5. la sagesse, la prudence
consul, is
, m. : le consul
consularis, e
: consulaire
Cotta, ae
, m. : Cotta
Crassus, i,
m. : Crassus
cum
, inv. :1. Préposition + abl. = avec 2. conjonction + ind. = quand, lorsque, comme, ainsi que 3. conjonction + subj. : alors que
de
, prép. + abl. : au sujet de, du haut de, de
debilito, as, are
: affaiblir, éprouver
deinceps
, adv. : l'un après l'autre, successivement
deploro, as, are
: se lamenter, déplorer, désespérer, renoncer à
dico, is, ere, dixi, dictum
: dire, appeler
dies, ei
, m. et f. : le jour
dignitas, atis
, f. : la dignité, la considération, l'estime, le prestige, l'honorabilité
divinitus
, adv. : d'origine divine
Drusus, i
, m. : Drusus
ego, mei
: je
eius
, Gén. Sing. de is, ea, id : ce, cette, son, sa, de lui, d'elle
et
, conj. : et. adv. aussi
eum
, ACC M SING. de is, ea, id : il, lui, elle, celui-ci...
exeo, is,ire, ii, itum
: 1. sortir de, aller hors de 2. partir
extremus, a, um
: 1. le plus à l'extérieur, extrême 2. dernier 3. le plus bas
familiaris, e
: familial, ami de la famille, intime (familiaris, is, m. : le domestique)
familiaritas, atis,
f. : l'amitié, la liaison, la familiarité, l'intimité
hic, haec, hoc
: adj. : ce, cette, ces, pronom : celui-ci, celle-ci
homo, minis,
m. : l'homme, l'humain
iam
, adv. : déjà, à l'instant
idem, eadem, idem
: le (la) même
igitur
, conj. : donc
ille, illa, illud
: adjectif : ce, cette (là), pronom : celui-là, ...
impendeo, es, ere
: pendre au-dessus, menacer
in
, prép. : (acc. ou abl.) dans, sur, contre
incido, is, ere, cidi
: I. de cadere : tomber dans, arriver, se présenter II. de caedere : entailler, couper, graver
infringo, is, ere, fregi, fractum
: abattre, briser, choquer
inter
, prép. : + Acc. : parmi, entre
inveho, is, ere, vexi, vectum
: faire entrer (en charriant) dans (in et acc.), importer, amener. - invehi, moyen - passif: se précipiter sur, attaquer (pr. et fig.) ; entrer dans (in et acc., qqf. acc. seul). - se invehere : se porter en avant
ipse
, a, um : (moi, toi, lui,...) même
L
, abrév. : Lucius
ludus, i,
m. : le jeu, l'école, la troupe de gladiateurs
M
, inv. : abréviation de Marcus
magistratus, us,
m. : la charge, la fonction publique, la magistrature
magnus, a, um
: grand
maior, oris
: comparatif de magnus. plus grand. maiores, um : les ancêtres)
malus, a, um
: mauvais, malheureux, méchant (malum, i, n. : le mal, le malheur, les mauvais traitements)
maxime
, adv. : surtout
memini, isse
, impér. memento : se souvenir
Mucius, a, um
: de Mucius (lex Mucia) Mucius, i, m. : Mucius
multum
, adv. : beaucoup
multus, a, um
: en grand nombre (surtout au pl. : nombreux)
narro, as, are
: conter, raconter
natus, us
: la naissance
nihil
, indéfini : rien
non
, neg. : ne...pas
ob
, prép. : + Acc : à cause de
P
, abréviation de Publius
peto, is, ere, i(v)i, itum
: 1. chercher à atteindre, attaquer, 2. chercher à obtenir, rechercher, briguer, demander
Philippus, i,
m. : Philippe
plebs, plebis
, f. : la plèbe
postea
, adv. : ensuite
primus, a, um
: premier
princeps, ipis
, n. m. et adj. : premier, chef, empereur
pro
, prép. : + Abl. : devant, pour, à la place de, en considération de
publicus, a, um
: public
puto, as, are
: 1. élaguer, émonder, apurer 2. supputer 3. estimer, penser, croire 4. supposer
Q
, abr. pour Quintus
quam
, 1. accusatif féminin du pronom relatif = que 2. accusatif féminin sing de l'interrogatif = quel? qui? 3. après si, nisi, ne, num = aliquam 4. faux relatif = et eam 5. introduit le second terme de la comparaison = que 6. adv. = combien
quasi
, conj. : comme si; adv. : pour ainsi dire, environ
qui
, 1. n N.M.S ou N.M.PL. du relatif 2. idem de l'interrogatif 3. après si, nisi, ne, num = aliqui 4. Faux relatif = et ei 5. interrogatif = en quoi, par quoi
quibus
, 1. DAT. ou ABL. PL. du relatif. 2. Idem de l'interrogatif 3. faux relatif = et eis 4. après si, nisi, ne, num = aliquibus
quidem
, adv. : certes (ne-) ne pas même
quo
, 1. Abl. M. ou N. du pronom relatif. 2. Abl. M. ou N. du pronom ou de l'adjectif interrogatif. 3. Faux relatif = et eo. 4. Après si, nisi, ne, num = aliquo. 5. Adv. =où ? (avec changement de lieu) 6. suivi d'un comparatif = d'autant 7. conj. : pour que par là
quod
, 1. pronom relatif nom. ou acc. neutre singulier : qui, que 2. faux relatif = et id 3. conjonction : parce que, le fait que 4. après si, nisi, ne, num = aliquod = quelque chose 5. pronom interrogatif nom. ou acc. neutre sing. = quel?
res, rei
, f. : la chose, l'événement, la circonstance, l'affaire judiciaire; les biens
Romanus, a, um
: Romain (Romanus, i, m. : le Romain)
se
, pron. réfl. : se, soi
senatus, us,
m. : le sénat
sermo, onis
, m. : 1. l'entretien, la conversation 2. le dialogue, la discussion 4. le discours 5. la langue
socer, eri
, m. : le beau-père
socius, a, um
: associé, en commun, allié (socius, ii : l'associé, l'allié)
spes, ei
, f. : l'espoir
Sulpicius, i
, m. : Sulpicius (nom d'homme)
sum, es, esse, fui
: être
summus, a, um
: superlatif de magnus. très grand, extrême
suscipio, is, ere, cepi, ceptum
: 1. prendre par-dessous, soutenir, soulever, engendrer, accueillir 2. prendre sur soi, assumer, subir
suus, a, um
: adj. : son; pronom : le sien, le leur
tanto
, adv. : suivi d'un comparatif = autant, d'autant
tempus, oris
, n. : 1. le moment, l'instant, le temps 2. l'occasion 3. la circonstance, la situation
tres, ium
: trois
tribunatus, us,
m. : le tribunat
tum
, adv. : alors
Tusculanum, i
, n. : noms de plusieurs villas situées près de Tusculum
uniuersus, a, um
: tout entier
usque
, prép. : usque ad, jusqu'à
ut
, conj. : + ind. : quand, depuis que; + subj; : pour que, que, de (but ou verbe de volonté), de sorte que (conséquence) adv. : comme, ainsi que
vehementius
, adv. : comparatif neutre ou de l'adverbe de vehemens, entis : emporté, passionné
venio, is, ire, veni, ventum
: venir
video, es, ere, vidi, visum
: voir (videor, eris, eri, visus sum : paraître, sembler)

texte
texte
texte
texte