Le temps des Généraux : Marius

99 - 92 : Marius simple citoyen

page suivante       page précédente    ENTRER DANS LE SITE


95


La lex Licinia-Mucia

L. Licinius Crassus

CICERON : M. Tullius Cicero fut avocat, homme politique, écrivain. Durant les dernières années de sa vie, aigri par son divorce et par sa mise à l'écart de la vie politique, il va se consacrer à la rédaction d'ouvrages théoriques sur l'art oratoire et sur la philosophie. Au fil de ses lectures il choisit le bien où il le trouve

Autres textes de Cicéron  Retour à la table des matières  Index général

Description de l'un des deux consuls de 95.

L’orateur

[158] Paratus igitur veniebat Crassus, exspectabatur audiebatur; a principio statim, quod erat apud eum semper accuratum, exspectatione dignus videbatur. Non multa iactatio corporis, non inclinatio vocis, nulla inambulatio, non crebra supplosio pedis; vehemens et interdum irata et plena iusti doloris oratio, multae et cum gravitate facetiae; quodque difficile est, idem et perornatus et perbrevis; iam in altercando invenit parem neminem.
[159] Versatus est in omni fere genere causarum; mature in locum principum oratorum venit.

119 :  L’accusateur de C. Papirius Carbo

En 120 C. Papirius Carbo est consul avec P. Manilius.  C'était un ami de Caius Gracchus alors qu’il était tribun.  Crassus l'attaque en justice, Carbo se suicide.

Accusavit C. Carbonem eloquentissimum hominem admodum adulescens; summam ingeni non laudem modo sed etiam admirationem est consecutus.

113 : L’affaire des trois Vestales 

Crassus défend Licinia (peut-être de sa famille?)

[160] Defendit postea Liciniam virginem, cum annos XXVII natus esset. in ea ipsa causa fuit eloquentissimus orationisque eius scriptas quasdam partes reliquit.

118 : Il va fonder Narbonne

Voluit adulescens in colonia Narbonensi causae popularis aliquid adtingere eamque coloniam, ut fecit, ipse deducere; exstat in eam legem senior, ut ita dicam, quam aetas illa ferebat oratio.

107 : Tribun de la plèbe

Multae deinde causae; sed ita tacitus tribunatus ut, nisi in eo magistratu cenavisset apud praeconem Granium idque nobis bis narravisset Lucilius, tribunum plebis nesciremus fuisse.[161] Ita prorsus, inquit Brutus; sed ne de Scaevolae quidem tribunatu quicquam audivisse videor et eum collegam Crassi credo fuisse.

106 :  Soutien à Q. Servilius Caepio pour enlever aux chevaliers leurs privilèges dans les tribunaux.

Omnibus quidem aliis, inquam, in magistratibus, sed tribunus anno post fuit eoque in rostris sedente suasit Serviliam legem Crassus; nam censuram sine Scaevola gessit: eum enim magistratum nemo umquam Scaevolarum petivit. sed haec Crassi cum edita oratio est, quam te saepe legisse certo scio, quattuor et triginta tum habebat annos totidemque annis mihi aetate praestabat. his enim consulibus eam legem suasit quibus nati sumus, cum ipse esset Q. Caepione consule natus et C. Laelio, triennio ipso minor quam Antonius. quod idcirco posui, ut dicendi Latine prima maturitas in qua aetate exstitisset posset notari et intellegeretur iam ad summum paene esse perductam, ut eo nihil ferme quisquam addere posset, nisi qui a philosophia a iure civili ab historia fuiss et instructior.

Cicéron, Brutus

95 : consul : lex Licinia-Mucia de redigundis civibus : c’est l’occasion de la guerre sociale

Legem Liciniam et Muciam de civibus redigendis video constare inter omnis, quamquam duo consules omnium quos vidimus sapientissimi tulissent, non modo inutilem sed perniciosam rei publicae fuisse.

L. Licinium Crassum oratorem et Q. Mucium Scaevolam pont. max. eundemque et oratorem et iuris consultum significat. Hi enim legem eam de qua loquitur de redigendis in suas civitates sociis in consulatu tulerunt. Nam cum (68) summa cupiditate civitatis Romanae Italici populi tenerentur et ob id magna pars eorum pro civibus Romanis se gereret, necessaria lex visa est ut in suae quisque civitatis ius redigeretur. Verum ea lege ita alienati animi sunt principum Italicorum populorum ut ea vel maxima causa belli Italici quod post triennium exortum est fuerit.

Q. ASCONII PEDIANI COMMENTARII

 vocabulaire

[158] Crassus arrivait fin prêt, on l'attendait, on l'écoutait. Dès l'exorde, qui était toujours chez lui soignée, il paraissait digne de l'attente qu'on avait de lui. Pas beaucoup d'agitation de son corps, pas de changement de voix, pas de promenade, pas de frappement de pieds fréquents. Un discours vigoureux, parfois colérique et plein d'un juste pathétique . Beaucoup de bons mots mais dans la dignité. Quelque chose de difficile : un discours très fleuri et très concis. Dans les échanges verbaux, il n'avait pas son pareil.
[159] Il était bon dans presque tous les genres de procès. Tôt il arriva au sommet des orateurs. Dans sa jeunesse, il accusa C. Carbon, excellent orateur également. Il obtint non seulement des félicitations pour son esprit mais aussi une grande admiration.
[160] Ensuite il défendit la vestale Licinia, à l'âge de 27 ans,. Dans ce procès il fut très éloquent et laissa quelques parties de son discours par écrit. Dans sa jeunesse, il voulut toucher à la cause populaire lors de la fondation de la colonie de Narbonne et fonder lui-même la colonie - ce qu'il fit . Le discours qu'il fit en faveur de cette loi existe encore mais il est plus vieux, si je peux me le permettre, que l'âge qu'avait l'orateur à ce moment. Ensuite beaucoup de procès. Il fut un tribun de la plèbe si effacé que s'il n'avait pas lors de cette magistrature dîné chez le crieur Granius et si Lucilius ne l'avait pas raconté deux fois, nous ne saurions pas qu'il a été tribun du peuple.
[161] C’est vrai, dit Brutus, mais il ne me semble pas non plus avoir entendu parler du tribunat de Scaevola et pourtant Scaevola a été, je crois, le collègue de Crassus.
- Oui, dans toutes les autres magistratures mais il fut tribun l'année suivante. C'était Scaevola qui siégeait aux rostres quand Crassus proposa la lex Servilia. Il fut aussi censeur sans Scaevola parce qu'aucun Scaevola ne demanda jamais cette magistrature. Ce discours de Crassus a été publié. Je sais que tu l'as souvent lu. Il avait à l'époque trente-quatre ans et il était plus âgé que moi du même nombre d'années car il essaya de faire voter cette loi l'année où je suis né alors qu'il était né sous le consulat de Q. Caepion et C. Laelius, à peine trois ans plus jeune que Marc-Antoine l'orateur. C'est exprès que je fais cette énumération : on peut noter à quelle époque naquit la première maturité de l'art oratoire et comprendre que déjà il était arrivé presque à un tel sommet qu'on ne pouvait certainement rien lui ajouter, à moins qu'il n'y eut quelqu'un de plus instruit en philosophie, en droit civil et en histoire.

Cicéron, Brutus

 

Je vois qu'il y a un accord entre tous pour dire que la lex Licinia et Mucia de civibus redigendis (de faire rentrer chez eux les citoyens), bien que deux consuls les plus sages de tous l'aient fait voter, non seulement a été inutile mais encore dangereuse pour l'Etat.

Cicéron parle de L. Licinius Crassus l'orateur et Q. Mucius Scaevola le grand pontife et en même temps l'orateur et le juriste consulte. Ceux-ci durant leur consulat ont fait voter la loi dont il parle pour faire rentrer les alliés chez eux. Car les peuple italiens voulaient absolument devenir citoyens romains et pour cela une grande partie d'entre eux se comportaient comme des citoyens romains : c'est pour cela qu'il sembla nécessaire de faire voter une loi pour que chacun reprenne le droit de leur cité. Mais à cause de cette loi ils s'aliénèrent les chefs des peuples italiens : ce fut la cause principale de la guerre sociale qui débuta trois ans plus tard.

Q. ASCONII PEDIANI COMMENTARII

 

 


CHRONOLOGIE

99
Retour de Métellus, le calme est à peu près revenu dans la ville.
Consuls : M. Antonius (l'orateur), A.Postumius Albinus (le grand-père d'Antoine), il était, écrit Cicéron, l'équivalent latin de Démosthène.
(vers) : naissance de Lucrèce (99-55) le futur poète qui sera l'auteur du "rerum natura" "Sur la nature" où il exposera la doctrine d'Epicure - physique matérialiste rendant compte de tous les phénomènes dont les hommes s'effraient et qu'ils attribuent à des divinités. Pour Lucrèce la mort est considérée comme une libération des atomes en vue de nouvelles associations; l'au-delà pour les épicuriens est vu comme un mythe.
98

Marius
se fait donner une ambassade en Orient "missio libera".C'est l'occasion pour lui de faire sa première rencontre avec Mithridate
Consuls : Q.Caecilius Metellus Nepos et T. Didius
97

P. Cornelius Sylla
, préteur, se distingue aux yeux des Romains par la munificence de ses jeux donnés en l'honneur d'Apollon.
Consuls : Cn.Cornelius Lentulus et P. Licinius Crassus
96

Consuls : C.Cassius Longinus et Domitius .Aenobarbus
Prêteur (frère du précédent)
Ptolémée
, roi de Cyrène, lègue son royaume aux Romains
L'Asmodéen Alexandre Jannée s'empare de Gaza après un siège d'un an et massacre une partie de la population.
95

Consuls : L. Licinius Crassus et Q .Mucius Scaevola
Lex Licinia-Mucia de redigundis civibus (cause de la guerre sociale)
Début de la carrière d'Hortensius.
94

Consuls : D. Aenobarbus embrasse le parti de Sylla et C. Caelius Caldus
93

Le poète Archias s'attache aux Licinii Lucilli qui le font inscrire comme citoyen de la ville d'Héraclée en Lucanie (Policoro sur le Golfe de Tarente)
Consuls :C.Valerius Flaccus et M.Herennius.
Royaume de Jérusalem:de 93 à 88 sous l'Asmonéen (ou Hasmonéen), Alexandre Jannée, révoltes et massacres se succèdent (environ 50 000 morts).
92
Domitius Aenobarbus censeur en même temps que Licinius Crassus Domitius (violents démêlés)
L. Licinius Crassus censeur attaque les rhetores latini 
Consuls : C. Claudius Pulcher et M. Perpenna
Condamnation de P. Rutilius Rufus
91
Attaque contre l'accusateur Brutus et le consul Philippe - Mort de L. Licinius Crassus

a, prép. : + Abl. : à partir de, après un verbe passif = par
accuratus, a, um : fait avec soin, soigné, travaillé
accuso, as, are : accuser
admiratio, onis, f. : l'admiration
admodum, adv. : tout-à-fait, pleinement
adtingo, is, ere, tigi, tactum : toucher, atteindre, avoir rapport à
adulescens, entis, m. : le jeune homme
aetas, atis, f. : 1. le temps de la vie, la vie 2. l'âge 3. la jeunesse 4. le temps, l'époque (in aetatem : pendant longtemps)
alieno, as, are : aliéner; éloigner, rendre étranger (alienatus,a, um : hostile, ennemi)
aliquis, a, id : quelqu'un, quelque chose
altercor, aris, ari : 1. disputer 2. échanger des propos (au tribunal) 3. lutter avec (+ dat.)
animus, i, m. : le coeur, la sympathie, le courage, l'esprit
annus, i, m. : l'année
apud, prép. : + Acc. : près de, chez
audio, is, ire, ivi, itum : 1. entendre (dire) 2. écouter 3. apprendre 4. bene, male audire : avoir bonne, mauvaise réputation
bellum, i, n. : la guerre
bis, inv. : deux fois
C, = Caius, ii, m. : abréviation.
Carbo, onis, m. : Carbon
causa, ae, f. : la cause, le motif; l'affaire judiciaire, le procès; + Gén. : pour
ceno, as, are : dîner
civis, is, m. : le citoyen
civitas, atis, f. : la cité, l'état
colonia, ae, f. : la ferme, la colonie
consequor, eris, i, cutus sum : 1. venir après, suivre 2. poursuivre, rechercher 3. atteindre, obtenir, acquérir
consto, as, are : 1. se tenir d'aplomb, exister, se maintenir, être d'accord, coûter ; impers. constat+prop. inf. : il est établi
consul, is, m. : le consul
consulatus, us, m. : le consulat
consultum, i, n. : le décret ; senatus - : le sénatus-consulte
corpus, oris, n. : le corps
Crassus, i, m. : Crassus
creber, bra, brum : fréquent. pl. nombreux
cum, inv. :1. Préposition + abl. = avec 2. conjonction + ind. = quand, lorsque, comme, ainsi que 3. conjonction + subj. : alors que
cupiditas, atis, f. : le désir
de, prép. + abl. : au sujet de, du haut de, de
deduco, is, ere, duxi, ductum : 1. faire descendre 2. conduire 3. fonder 4. détourner de
defendo, is, ere, fendi, fensum : défendre, soutenir
deinde, adv. : ensuite
dico, is, ere, dixi, dictum : dire, appeler
difficilis, e
: difficile
dignus, a, um : digne
dolor, oris, m. : la douleur
duo, ae, o
: deux
ea, 1. ABL. FEM. SING - NOM-ACC. N. PL. de is, ea, id (ce, cette, le, la...) 2. adv. : par cet endroit
eam, 1. Acc. fem. sig. de IS-EA-ID = la (pronom), ce, cette 2. 1ère pers. sing. du Subj. Présent de IRE : aller
eius, Gén. Sing. de IS-EA-ID : ce, cette, son, sa, de lui, d'elle
eloquentissimus, a, um : superlatif de eloquens, entis : éloquent
enim, conj. : car, en effet
eo, 1. ABL. M-N SING de is, ea, is : le, la, les, lui... ce,..; 2. 1ère pers. sing. de l'IND PR. de eo, ire 3. adv. là, à ce point 4. par cela, à cause de cela, d'autant (eo quod = parce que)
eorum, G. M et N. PL. de is,ea,id = d'eux, leur, leurs
et, conj. : et. adv. aussi
etiam, adv. : encore, en plus, aussi, même, bien plus
eum, ACC M SING. de is, ea, id : il, lui, elle, celui-ci...
exorior, iris, iri, exortus sum : se lever, sortir, se montrer, commencer
exspectatio, onis, f. : l'attente, le désir, la curiosité, l' impatience d’apprendre
exspecto, as, are, avi, atum : attendre
exsto, as, are : dépasser, exister, être visible, rester ; exstat : il est sûr que
facetia, ae, f. : (surtout au pl.) le trait d'esprit, le bon mot, la plaisanterie
facio, is, ere, feci, factum : faire
fere, adv. : presque
fero, fers, ferre, tuli, latum : porter, supporter, rapporter
genus, eris, n. : la race, l'origine, l'espèce
gero, is, ere, gessi, gestum : 1. porter 2. exécuter, faire
Granius, i, m. : Granius
gravitas, atis, f. : la pesanteur, la sévérité, la dignité, la majesté, la maladie
hic, haec, hoc : adj. : ce, cette, ces, pronom : celui-ci, celle-ci
homo, minis, m. : l'homme, l'humain
iactatio, ionis, f. : l'action de jeter, l'agitation; l'ostentation, la vantardise
iam, adv. : déjà, à l'instant
id, NOM-ACC N. SING. de is, ea, is : il, elle, le, la, ....
idem, eadem, idem : le (la) même
igitur, conj. : donc
ille, illa, illud
: adjectif : ce, cette (là), pronom : celui-là, ...
in, prép. : (acc. ou abl.) dans, sur, contre
inambulatio, ionis, f. : la promenade
inclinatio, ionis, f. : le penchant, le caprice
ingenium, ii, n. : les qualités innées, le caractère, le talent, l'esprit, l'intelligence
inter, prép. : + Acc. : parmi, entre
interdum, inv. : quelquefois, parfois, pendant ce temps
invenio, is, ire, veni, ventum : trouver
inutilis, e : inutile
ipse, a, um : (moi, toi, lui,...) même
iratus, a, um : en colère, irrité
ita, adv. : ainsi, de cette manière ; ita... ut, ainsi que
Italicus, a, um : italien
ius, iuris, n. : le droit, la justice
iustus, a, um : juste, équitable, raisonnable
L, abrév. : Lucius
laus, laudis, f. : la louange, la gloire, l'honneur
lex, legis, f. : la loi, la (les) condition(s) d'un traité
Licinia, ae
, f. : Licinia
Licinius, a, um : de Licinius (lex Licinia) ; Licinius, i, m. : Licinius
locus, i, m. : le lieu, l'endroit; la place, le rang; la situation
loquor, eris, i, locutus sum : parler
magistratus, us, m. : la charge, la fonction publique, la magistrature
magnus, a, um : grand
mature, adv. : promptement, de bonne heure
maximus, a, um
: superlatif de magnus, a, um : grand
modo, adv. : seulement ; naguère, il y a peu (modo... modo... tantôt... tantôt...)
Mucius, a, um : de Mucius (lex Mucia) Mucius, i, m. : Mucius
multus, a, um : en grand nombre (surtout au pl. : nombreux)
nam, conj. : de fait, voyons, car
Narbonensis, e : de Narbonne
narro, as, are : conter, raconter
natus, a, um : formé par la naissance, né pour, âgé de (natus, i, m. : le fils)
necessarius, a, um : inévitable, indispensable, intime
nemo, neminis
: personne, nul... ne, personne
nescio, is, ire, ivi, itum : ignorer
nisi, conj. : si... ne... pas ; excepté
non, neg. : ne...pas
nos, nostrum : nous, je
nullus, a, um : aucun
ob, prép. : + Acc : à cause de
omnis, e : tout
oratio, onis, f. : le langage, la parole, l'exposé, le discours
orator, oris
, m. : l'orateur
par, aris
: semblable, pareil par, paris, m. : le couple, la paire)
paro, as, are : préparer, procurer (paratus, a, um : prêt, préparé à, bien préparé, bien fourni)
pars, partis, f. : la partie, le côté
perbrevis, e : très court, concis
perniciosus, a, um : pernicieux, funeste, dangereux
perornatus, a, um : très orné
pes, pedis, m. : le pied
plebs, plebis, f. : la plèbe
plenus, a, um : 1. plein 2. rassasié, entier, complet, abondamment pourvu
pontifex, icis, m. : le pontife
popularis, e : qui a trait au peuple, qui vient du pays, indigène
populus, i, m. : le peuple
post, adv. : en arrière, derrière; après, ensuite; prép. : + Acc. : après
postea, adv. : ensuite
praeco, onis
, m. : le hérault, le crieur public
princeps, ipis, n. m. et adj. : premier, chef, empereur
principium, ii, n. : 1. le commencement 2. le fondement, l'origine (principia, orum : la première ligne, le quartier général)
pro, prép. : + Abl. : devant, pour, à la place de, en considération de
publicus, a, um : public
Q, abr. pour Quintus
qua, 1. ABL. FEM. SING. du relatif. 2. Idem de l'interrogatif. 3. après si, nisi, ne, num = aliqua. 4. faux relatif = et ea 5. adv. = par où?, comment?
quam, 1. accusatif féminin du pronom relatif = que 2. accusatif féminin sing de l'interrogatif = quel? qui? 3. après si, nisi, ne, num = aliquam 4. faux relatif = et eam 5. introduit le second terme de la comparaison = que 6. adv. = combien
quamquam, quanquam + ind. : bien que
quidam, quaedam, quoddam/quiddam : un certain, quelqu'un, quelque chose
quisque, quaeque, quidque : chaque, chacun, chaque chose
quod, 1. pronom relatif nom. ou acc. neutre singulier : qui, que 2. faux relatif = et id 3. conjonction : parce que, le fait que 4. après si, nisi, ne, num = aliquod = quelque chose 5. pronom interrogatif nom. ou acc. neutre sing. = quel?
quos, 1. ACC. MASC. PL. du relatif. 2. Idem de l'interrogatif. 3. après si, nisi, ne, num = aliquos. 4. faux relatif = et eos
redigo, is, ere, egi, actum : faire rentrer, retirer, réduire à
relinquo, is, ere, reliqui, relictum : laisser, abandonner
res, rei, f. : la chose, l'événement, la circonstance, l'affaire judiciaire; les biens
Romanus, a, um : Romain (Romanus, i, m. : le Romain)
sapientissimus, a, um : superlatif de sapiens, entis : sage
Scaevola, ae, m. : Scaevola
scribo, is, ere, scripsi, scriptum : 1. tracer, écrire 2. mettre par écrit 3. rédiger 4. inscrire, enrôler
se, pron. réfl. : se, soi
sed, conj. : mais
semper, adv. : toujours
senior, oris, m. : le vieillard
significo, as, are : faire entendre, indiquer, montrer
socius, a, um
: associé, en commun, allié (socius, ii : l'associé, l'allié)
statim, adv. : aussitôt
sum, es, esse, fui : être
summus, a, um : superlatif de magnus. très grand, extrême
supplosio, ionis, f. : l'action de frapper (sur le sol)
suus, a, um
: adj. : son; pronom : le sien, le leur
tacitus, a, um
: tacite, muet
teneo, es, ere, ui, tentum : 1. tenir, diriger, atteindre 2. tenir, occuper 3. tenir, garder 4. maintenir, soutenir, retenir 5. lier 6. retenir, retarder, empêcher
tribunatus, us, m. : le tribunat
tribunus, i, m. : le tribun ; tribunus pl. : le tribun de la plèbe
triennium, i, n. : la période de trois ans
ut, conj. : + ind. : quand, depuis que; + subj; : pour que, que, de (but ou verbe de volonté), de sorte
vehemens, entis : emporté, impétueux
vel, adv. : ou, ou bien, même, notamment (vel... vel... : soit... soit...)
venio, is, ire, veni, ventum : venir
versor, aris, ari, atus sum : 1. se trouver habituellement, vivre 2. s'occuper de, s'appliquer à
verum, conj. : vraiment, en vérité, mais
video, es, ere, vidi, visum : voir (videor, eris, eri, visus sum : paraître, sembler)
virgo, ginis, f. : la vierge, la jeune fille non mariée
volo, vis, velle : vouloir
vox, vocis, f. : 1. la voix 2. le son de la voix 3. l'accent 4. le son 5. , la parole, le mot
XXVII, inv. : 27
texte
texte
texte
texte