Le temps des généraux : Marius

Les Cimbres et les Teutons

page suivante       page précédente      ENTRER DANS LE SITE

101 : Verceil, 5ème consulat

FLORUS : On ne sait rien de Florus. Il écrit une Histoire romaine (-753 - +9). Son oeuvre est publiée à la fin du règne d’Hadrien.

Autres textes de Florus  Retour à la table des matières  Index général

Les troupes de Catulus, rejointes par les troupes de Marius attaquent sans le nord de l'Italie : victoire de Verceil.

In patentissimo, quem Raudium vocant, campo concurrere. Inde millia sexaginta quique ceciderunt; hinc CCC minus. Per omnem diem conciditur Barbarus. Istic quoque imperator addiderat virtuti dolum, secutus Hannibalem artemque Cannarum; primum nebulosum nanctus diem, ut hosti inopinatus occurreret; tum ventosum quoque, ut pulvis in oculos et ora ferretur, tum acie conversa in orientem, ut quod ex captivis mox cognitum est, ex splendore galearum, ac repercussu, quasi ardere caelum videretur.
Nec minor cum uxoribus eorum pugna, quam cum ipsis fuit, cum obiectis undique plaustris atque carpentis, altae desuper, securibus contisque pugnarent. Perinde speciosa mors earum fuit, quam pugna. Nam cum missa ad Marium legatione, libertatem ac sacerdotium non impetravissent, (nec fas erat), suffocatis elisisque passim infantibus suis, aut mutuis concidere vulneribus, aut vinculo e crinibus suis facto, ab arboribus iugisque plaustrorum pependerunt. Boiorix rex in prima acie dimicans impigre nec inultus occubuit

FLORUS, Epitome rerum Romanarum, III, IV, partim

   vocabulaire

On en vint aux mains dans une très large plaine appelée Raudienne. D'un côté tombèrent 65.000 hommes morts et de l'autre moins de 300. Les barbares furent taillés en pièces durant tout le jour. De son côté le général avait ajouté à sa valeur aussi une ruse. Il suivait en cela Hannibal et sa tactique à Cannes. D'abord il profita d'un jour de brouillard pour attaquer l'ennemi à l'improviste. De plus c'était un jour de grand vent de sorte que la poussière les frappait aux yeux et au visage. Enfin il tourna son armée vers l’est et on apprit par la suite des prisonniers que le ciel paraissait brûler à cause de l’éclat et du reflet des casques.
La lutte contre leurs femmes ne fut pas moins violente. Elles s'étaient fait un rempart des chariots et voitures du haut duquel elles combattaient avec des haches et des piques. Leur mort fut aussi belle que leur lutte. Elles envoyèrent une délégation chez Marius et n'obtinrent pas la liberté et le sacerdoce qu'elles demandaient (cela était interdit par la religion). Alors elles étranglèrent ou écrasèrent leurs enfants puis elles s'entre-tuèrent les unes les autres ou bien formant un noeud avec leurs cheveux elles se pendirent aux arbres ou aux timons de leurs chariots. Leur roi Boiorix combattit avec courage au premier rang et succomba en faisant payer chèrement sa mort.

FLORUS, Epitome rerum Romanarum, III, IV, partim

PLUTARQUE, Vie de Marius 

24

25. Cette conjoncture fâcheuse fit appeler Marius à Rome : en l'y voyant arriver, tout le monde crut qu'il allait recevoir les honneurs du triomphe, et le sénat s'empressa de les lui décerner ; mais il les refusa, soit qu'il ne voulût pas priver de leur part de cette gloire les soldats qui avaient partagé ses périls, ou que son motif fût de rassurer le peuple sur ses craintes, en déposant, entre les mains de la fortune de Rome, la gloire de ses premiers succès, et se promettant de l'en retirer plus brillante après de nouveaux exploits. Il tint dans le sénat les discours qu'exigeait la circonstance ; après quoi il se hâta d'aller joindre Catulus, dont il releva le courage par sa présence ; il fit venir aussi son armée des Gaules. Dès qu'elle fut arrivée, il passa le Pô, afin d'empêcher les Barbares de pénétrer dans l'Italie cispadane. Mais ceux-ci différaient de combattre, parce qu'ils attendaient, disaient-ils, les Teutons, dont le retard les étonnait fort, soit qu'ils ignorassent réellement leur défaite, soit qu'ils voulussent paraître n'y pas croire : car ils accablaient d'outrages ceux qui venaient leur en porter la nouvelle. Ils envoyèrent même à Marius des ambassadeurs chargés de lui demander, pour eux et pour leurs frères, des terres et des villes où ils pussent s'établir. Marius ayant demandé aux ambassadeurs de quels frères ils voulaient parler, ils répondirent que c'étaient les Teutons. Tous ceux qui étaient présents éclatèrent de rire, et Marius leur dit en plaisantant : « Ne vous inquiétez plus de vos frères ; ils ont la terre que nous leur avons donnée, et qu'ils conserveront à jamais. » Les Barbares, ayant senti l'ironie, s'emportèrent en injures et en menaces, et lui déclarèrent qu'il allait être puni de ses railleries, d'abord par les Cimbres, et ensuite par les Teutons, lorsqu'ils seraient arrivés. « Ils le sont, répliqua Marius ; et il serait peu honnête de vous en aller sans avoir salué vos frères. » En même temps il ordonna qu'on amenât, chargés de chaînes, les rois des Teutons, que les Séquaniens avaient faits prisonniers, comme ils s'enfuyaient dans les Alpes. 

26. Les Cimbres n'eurent pas plutôt entendu le rapport de leurs ambassadeurs, qu'ils marchèrent sur-le-champ contre Marius, qui se tenait tranquille dans son camp, et se contentait de le garder. Ce fut, dit-on, pour cette bataille que Marius mit au javelot un changement utile. Jusqu'alors le fer et la hampe étaient cloués ensemble par deux chevilles de fer ; Marius n'en laissa qu'une, et, à la place de l'autre, il en mit une de bois, beaucoup plus aisée à rompre : changement bien imaginé, afin que la pique, en s'attachant au bouclier de l'ennemi, n'y restât pas droite, mais que la cheville de bois en se rompant fit plier la hampe à l'endroit du fer, et que, tenant encore au bouclier, elle traînât à terre et embarrassât l'ennemi. Boïorix, roi des Cimbres, à la tête d'un détachement peu nombreux de cavalerie, s'étant approché du camp de Marius, provoqua ce général à fixer le jour et le lieu du combat, pour décider qui resterait maître du pays. Marius lui répondit que les Romains ne prenaient jamais conseil de leurs ennemis pour combattre ; que cependant il voulait bien satisfaire les Cimbres sur ce qu'ils demandaient. Ils convinrent donc que la bataille se donnerait dans trois jours, et dans la plaine de Verceil, lieu commode aux Romains pour y déployer leur cavalerie, et aux Barbares pour étendre leur nombreuse armée. Les deux partis, arrivés au rendez-vous, se mirent en bataille. Catulus avait sous ses ordres vingt mille trois cents hommes, et Marius trente-deux mille, qui, placés aux deux ailes, environnaient Catulus, dont les troupe occupaient le centre. C'est ainsi que l'écrit Sylla, qui fut présent à cette bataille. On dit que Marius donna cette disposition aux deux corps de son armée, parce qu'il espérait tomber, avec ses deux ailes, sur les phalanges ennemies, et ne devoir la victoire qu'aux troupes qu'il commandait, sans que Catulus y eût aucune part, et pût même se mêler avec les ennemis. En effet, lorsque le front d'une bataille est fort étendu, il est ordinaire que les ailes débordent sur le centre, qui se trouve alors très enfoncé. On ajoute que Catulus en fit l'observation dans l'apologie qu'il fut obligé de faire, et qu'il se plaignit hautement de la perfidie de Marius. 

27. L'infanterie des Cimbres sortit en bon ordre de ses retranchements ; et s'étant rangée en bataille, elle forma une phalange carrée, qui avait autant de front que de profondeur, et dont chaque côté couvrait trente stades de terrain. Leurs cavaliers, au nombre de quinze mille, étaient magnifiquement parés ; leurs casques se terminaient en gueules béantes et en mufles de bêtes sauvages : surmontés de hauts panaches semblables à des ailes, ils ajoutaient encore à la hauteur de leur taille. Ils étaient couverts de cuirasses de fer et de boucliers dont la blancheur jetait le plus grand éclat ; ils avaient chacun deux javelots à lancer de loin, et dans la mêlée ils se servaient d'épées longues et pesantes. Dans cette bataille, ils n'attaquèrent pas les Romains de front ; mais s'étant détournés à droite, ils s'étendirent insensiblement, dans le dessein de les enfermer entre eux et leur infanterie, qui occupait la gauche. Les généraux romains s'aperçurent à l'instant de leur ruse ; mais ils ne purent retenir leurs soldats, dont l'un, s'étant mis à crier que les ennemis fuyaient, entraîna tous les autres à leur poursuite. Cependant l'infanterie des Barbares s'avançait, semblable aux vagues d'une mer immense. Marius, après s'être lavé les mains, les éleva au ciel, et fit vou d'offrir aux dieux une hécatombe. Catulus, de son côté, ayant levé les mains au ciel, promit de consacrer la fortune de ce jour, et de lui bâtir un temple. Marius fit aussi un sacrifice ; et lorsque le prêtre lui eut montré les entrailles de la victime, il s'écria : « La victoire est à moi. » Mais à peine les deux armées commençaient à se charger, qu'il survint un accident qui, au rapport de Sylla, parut l'effet de la vengeance céleste sur Marius. Le mouvement d'une multitude si prodigieuse fit lever un tel nuage de poussière, que les deux armées ne purent plus se voir. Marius, qui s'était avancé le premier avec ses troupes, pour tomber sur l'ennemi, le manqua dans cette obscurité ; et ayant poussé bien au delà de leur bataille, il erra longtemps dans la plaine, tandis que la fortune conduisit les Barbares vers Catulus, qui seul eut à soutenir tout leur effort avec ses soldats, au nombre desquels était Sylla. L'ardeur du jour et les rayons brûlants du soleil, qui donnait dans le visage des Cimbres, secondèrent les Romains. Ces Barbares, nourris dans des lieux froids et couverts, et endurcis aux plus fortes gelées, ne pouvaient supporter la chaleur ; inondés de sueur et tout haletants, ils se couvraient le visage de leurs boucliers, pour se défendre de l'ardeur du soleil ; car cette bataille se donna après le solstice d'été, trois jours avant la nouvelle lune du mois d'août, appelé alors sextilis. Ce nuage de poussière servit même à soutenir le courage des Romains, en leur cachant la multitude des ennemis ; chaque bataillon ayant couru charger ceux qu'il avait en face, ils en vinrent aux mains avant que la vue du grand nombre des Barbares eût pu les effrayer. D'ailleurs l'habitude du travail et de la fatigue avait tellement endurci leurs corps, que, malgré l'extrême chaleur et l'impétuosité avec laquelle ils étaient allés à l'ennemi, on ne vit pas un seul Romain suer ou haleter : c'est le témoignage que Catulus lui-même leur rend en faisant l'éloge de ses troupes. 

28. La plupart des ennemis, et surtout les plus braves d'entre eux, furent taillés un pièces ; car, pour empêcher que ceux des premiers rangs ne rompissent leur ordonnance, ils étaient liés ensemble par de longues chaînes attachées à leurs baudriers. Les vainqueurs poussèrent les fuyards jusqu'à leurs retranchements ; et ce fut là qu'on vit le spectacle le plus tragique et le plus affreux. Les femmes, vêtues de noir et placées sur les chariots, ruaient elles-mêmes les fuyards, dont les uns étaient leurs maris, les autres leurs frères, ou leurs pères ; elles étouffaient leurs enfants de leurs propres mains, les jetaient sous les roues des chariots ou sous les pieds des chevaux, et se tuaient ensuite elles-mêmes. Une d'entre elles, à ce qu'on assure, après avoir attaché ses deux enfants à ses deux talons, se pendit au timon de son chariot. Les hommes, faute d'arbres pour se pendre, se mettaient au cou des nouds coulants, qu'ils attachaient aux cornes ou aux jambes des boufs, et, les piquant ensuite pour les faire courir, ils périssaient étranglés, ou foulés aux pieds de ces animaux. Malgré le grand nombre de ceux qui se tuèrent ainsi de leurs mains, on fit plus de soixante mille prisonniers, et on en tua deux fois autant. Les soldats de Marius pillèrent le bagage : mais les dépouilles, les étendards et les trompettes furent portés, dit-on, au camp de Catulus : ce qu'il allégua comme une preuve certaine que la victoire était son ouvrage. Il s'éleva à cette occasion une vive dispute entre ses troupes et celles de Marius ; afin de la terminer à l'amiable, on prit pour arbitres les ambassadeurs de Parme, qui étaient alors au camp. Les soldats de Catulus les menèrent au milieu des morts restés sur le champ de bataille, et leur firent voir qu'ils étaient tous percés de leurs piques ; il était facile de les reconnaître, parce que Catulus avait fait graver son nom sur les bois des piques de tous ses soldats. Cependant on fit honneur à Marius de ce succès, soit à cause de sa première victoire, soit par égard pour sa dignité. Le peuple même lui donna le titre de troisième fondateur de Rome, parce qu'il avait délivré sa patrie d'un aussi grand danger que celui dont les Gaulois l'avaient autrefois menacée. Lorsque les Romains, au milieu de leurs femmes et de leurs enfants, se livraient dans leurs repas domestiques aux transports de la joie la plus douce, ils offraient à Marius, en même temps qu'à leurs dieux, les prémices de leurs mets, et lui faisaient les mêmes libations ; ils voulaient ne décerner qu'à lui seul les deux triomphes ; mais il refusa de triompher sans Catulus ; il crut devoir se montrer modeste dans une si grande prospérité : peut-être aussi craignait-il les soldats de Catulus, bien déterminés, si l'on privait leur général de cet honneur, de s'opposer au triomphe de Marius. (suivant)

 

ab, prép. : + Abl. : à partir de, après un verbe passif = par
ac, conj. : et, et aussi
acies, ei, f. : la ligne de bataille; le regard
ad, prép. : + Acc. : vers, à, près de
addo, is, ere, didi, ditum : ajouter
altus, a, um : haut, profond, grand (métaph.)
arbor, oris, f. : l'arbre
ardeo, es, ere, arsi, arsurus : brûler
ars, artis
, f. : 1. le talent, l'habileté 2. le métier, la profession 3. la connaissance technique, l'art
atque, conj. : et, et aussi
aut, conj. : ou, ou bien
barbarus, a, um : barbare
Boiorix, igis, m. : Boiorix
cado, is, ere, cecidi, casum
: tomber
caelum, i, n. : le ciel
campus, i
, m. : la plaine, le champ (Campus, i, m. : le champ de Mars)
Cannae, arum, f. : Cannes (ville d'Apulie)
captivus, a, um : prisonnier
carpentum, i, n. : la voiture à roue, le char
CCC
, inv. : 300
cognosco, is, ere, novi, nitum : 1. apprendre à connaître, étudier ; pf. : savoir 2. reconnaître 3. instruire (une affaire)
concido, is, ere, cidi, cisum
: couper en morceaux, hacher, tomber
concurro, is, ere, curri, cursum
: courir ensemble
contus, i, m. : l'épieu
converto, is, ere, verti, versum : tourner complètement
crinis, is
, m. : le cheveu, la chevelure
cum, inv. :1. Préposition + abl. = avec 2. conjonction + ind. = quand, lorsque, comme, ainsi que 3. conjonction + subj. : alors que
desuper, adv. : sur, au-dessus
dies, ei, m. et f. : le jour
dimico, as, are : combattre
dolus, i, m. : l'adresse, la ruse
e, prép. : + Abl. : hors de, de
earum
, GEN. F. PL. de is, ea, id : ce, cette, son, sa
elido, is, ere, elisi, elisum
: écraser, briser, broyer
eorum
, G. M et N. PL. de is,ea,id = d'eux, leur, leurs
et, conj. : et. adv. aussi
ex, prép. : + Abl. : hors de, de
facio, is, ere, feci, factum : faire
fas, n. indécl. : le droit divin ; fas est : il est permis par les dieux de...
fero, fers, ferre, tuli, latum
: porter, supporter, rapporter
galea, ae
, f. : le casque
Hannibal, alis, m. : Hannibal
hinc, adv. : d'ici
hostis, is, m. : l'ennemi
imperator, oris, m. : le général, l'empereur
impetro, as, are : obtenir
impigre, adv. : avec diligence, rapidité, sans hésiter
in, prép. : (acc. ou abl.) dans, sur, contre
inde, adv. : de là, donc
infans, antis : qui ne parle pas, sans éloquence, tout enfant, d'enfant (infans, antis, m. : le jeune enfant)
inopinatus, a, um : inattendu, inopiné
inultus, a, um : non vengé, sans vengeance, impuni
ipse, a, um : (moi, toi, lui,...) même
istic, adv. : là
iugum, i, n. : 1. le joug, 2. l'attelage 3. les liens, 4. la cime, la hauteur
legatio, onis, f. la députation, l'ambassade, la fonction
libertas, atis, f. : la liberté
Marius, i, m. : Marius
mille, n. pl. ia, ium : mille (milia : quand il s'agit de plusieurs milliers)
minor, oris : plus petit (comp. de parvus)
minus, adv. : moins
mitto, is, ere, misi, missum : I. 1. envoyer 2. dédier 3. émettre 4. jeter, lancer II. laisser aller, congédier
mors, mortis, f. : la mort
mox, adv. : bientôt
mutuus, a, um : réciproque, mutuel
nam, conj. : de fait, voyons, car
nanciscor, eris, i, nactus sum : trouver, rencontrer
nebulosus, a, um : où il y a du brouillard
nec, adv. : et...ne...pas
non, neg. : ne...pas
obiicio, is, ere, ieci, iectum : jeter devant, placer devant, exposer, reprocher
occumbo, is, ere, cubui, cubitum : atteindre (en tombant), rencontrer, trouver (+ D.)
occurro, is, ere, curi, cursum : 1. courir au devant, aller à la rencontre de, se présenter 2. aller contre, s'opposer
oculus, i, m. : l'oeil
omnis, e : tout
oriens, entis : le soleil levant, l'orient, le levant, l'est
os, oris, n. : le visage, la bouche, l'entrée, l'ouverture
passim, adv. : en s'éparpillant; en tous sens; à la débandade, pêle-mêle, indistinctement
patentissimus, a, um : superlatif de patens, entis : découvert, ouvert
pendo, is, ere, pependi, pensum : peser, apprécier, être puni, payer
per, prép. : + Acc. : à travers, par
perinde, adv. : pareillement, de la même manière
plaustrum, i, n. : la charrette
primus, a, um : premier
pugna, ae, f. : la bataille, le combat, le pugilat
pugno, as, are : combattre
pulvis, eris, m. : la poussière
quam, 1. accusatif féminin du pronom relatif = que 2. accusatif féminin sing de l'interrogatif = quel? qui? 3. après si, nisi, ne, num = aliquam 4. faux relatif = et eam 5. introduit le second terme de la comparaison = que 6. adv. = combien
quasi, conj. : comme si; adv. : pour ainsi dire, environ
quem, 4 possibilités : 1. acc. mas. sing. du pronom relatif = que 2. faux relatif = et eum 3. après si, nisi, ne num = aliquem : quelque, quelqu'un 4. pronom ou adjectif interrogatif = qui?, que?, quel?
qui, 1. n N.M.S ou N.M.PL. du relatif 2. idem de l'interrogatif 3. après si, nisi, ne, num = aliqui 4. Faux relatif = et ei 5. interrogatif = en quoi, par quoi
quod, 1. pronom relatif nom. ou acc. neutre singulier : qui, que 2. faux relatif = et id 3. conjonction : parce que, le fait que 4. après si, nisi, ne, num = aliquod = quelque chose 5. pronom interrogatif nom. ou acc. neutre sing. = quel?
quoque, adv. : aussi
Raudius, campus : plaine de l'Italie supérieure, près du Pô
repercussus, us, m. : le reflet
rex, regis, m. : le roi
sacerdotium, i, n. : le sacerdoce
securis, is, f. : la hache
sequor, eris, i, secutus sum : 1. suivre 2. poursuivre 3. venir après 4. tomber en partage
sexaginta, inv. : soixante
speciosus, a, um : de bel aspect, brillant, spécieux
splendor, oris, m. : l'éclat, le brillant; la splendeur, la magnificence
suffoco, as, are : serrer la gorge, étouffer
sum, es, esse, fui : être
suus, a, um : adj. : son; pronom : le sien, le leur
tum, adv. : alors
undique, adv. : de toutes parts, de tous côtés
ut, conj. : + ind. : quand, depuis que; + subj; : pour que, que, de (but ou verbe de volonté), de sorte que (conséquence) adv. : comme, ainsi que
uxor, oris,
f. : l'épouse, la femme
ventosus, a, um : renfermant du vent, qui tourne à tous les vents, léger, exposé aux vents, venteux
video, es, ere, vidi, visum : voir (videor, eris, eri, visus sum : paraître, sembler)
vinculum, i, n. : le lien, la chaîne
virtus, utis, f. : le courage, l'honnêteté
voco, as, are : appeler
vulnus, eris, n. : la blessure
texte
texte
texte
texte