Le temps des généraux : Marius

Guerre contre Jugurtha

page suivante       page précédente  ENTRER DANS LE SITE

107

Discours de Marius devant le peuple

SALLUSTE :  C. Sallustius Crispus se lança dans la politique dès sa jeunesse. Sa carrière fut brisée par l’assassinat de César. Suspecté d’avoir pactisé avec le parti populaire, il se retira dans ses célèbres jardins. Il écrivit de coniuratione Catilinae, Bellum Iugurthinum et Historiae (cette dernière oeuvre est perdue).

Autres textes de Salluste  Retour à la table des matières  Index général

Marius est élu consul pour l'année 107 par une alliance entre chevaliers et populares. Cette élection fut triomphale.  Il obtient la Numidie.  Il convoque une assemblée du peuple pour obtenir des volontaires.

"Scio ego, Quirites, plerosque non isdem artibus imperium a vobis petere et, postquam adepti sunt, gerere: primo industrios supplices modicos esse, dein per ignaviam et superbiam aetatem agere. Sed mihi contra ea videtur: nam quo pluris est uniuersa res publica quam consulatus aut praetura, eo maiore cura illam administrari quam haec peti debere. Neque me fallit, quantum cum maximo vestro beneficio negoti sustineam. Bellum parare simul et aerario parcere, cogere ad militiam eos quos nolis offendere, domi forisque omnia curare et ea agere inter invidos occursantis factiosos opinione, Quirites, asperius est. Ad hoc, alii si deliquere, uetus nobilitas, maiorum fortia facta, cognatorum et affinium opes, multae clientelae, omnia haec praesidio assunt; mihi spes omnes in memet sitae, quas necesse est virtute et innocentia tutari; nam alia infirma sunt. Et illud intellego, Quirites, omnium ora in me conuersa esse, aequos bonosque favere--quippe mea bene facta rei publicae procedunt--, nobilitatem locum invadendi quaerere. Quo mihi acrius annitendum est, uti neque vos capiamini et illi frustra sint. Ita ad hoc aetatis a pueritia fui, uti omnis labores et pericula consueta habeam. Quae ante vestra beneficia gratuito faciebam, ea uti accepta mercede deseram, non est consilium, Quirites. Illis difficile est in potestatibus temperare, qui per ambitionem sese probos simulavere; mihi, qui omnem aetatem in optimis artibus egi, bene facere iam ex consuetudine in naturam vertit. Bellum me gerere cum Iugurtha iussistis, quam rem nobilitas aegerrime tulit. Quaeso, reputate cum animis vestris, num id mutare melius sit, si quem ex illo globo nobilitatis ad hoc aut aliud tale negotium mittatis, hominem veteris prosapiae ac multarum imaginum et nullius stipendi: scilicet ut in tanta re ignarus omnium trepidet, festinet, sumat aliquem ex populo monitorem offici sui. Ita plerumque evenit, ut, quem vos imperare iussistis, is sibi imperatorem alium quaerat. Atque ego scio, Quirites, qui, postquam consules facti sunt, et acta maiorum et Graecorum militaria praecepta legere coeperint: praeposteri homines, nam gerere quam fieri tempore posterius, re atque usu prius est. Comparate nunc, Quirites, cum illorum superbia me hominem novum. Quae illi audire aut legere solent, eorum partem vidi, alia egomet gessi; quae illi litteris, ea ego militando didici. Nunc vos existimate, facta an dicta pluris sint. Contemnunt novitatem meam, ego illorum ignaviam; mihi fortuna, illis probra obiectantur. Quamquam ego naturam unam et communem omnium existimo, sed fortissimum quemque generosissimum. Ac si iam ex patribus Albini aut Bestiae quaeri posset, mene an illos ex se gigni maluerint, quid responsuros creditis nisi sese liberos quam optimos voluisse? Quod si iure me despiciunt, faciant item maioribus suis, quibus, uti mihi, ex virtute nobilitas coepit. Invident honori meo: ergo invideant labori, innocentiae, periculis etiam meis, quoniam per haec illum cepi. Verum homines corrupti superbia ita aetatem agunt, quasi vestros honores contemnant; ita hos petunt, quasi honeste vixerint. Ne illi falsi sunt, qui diversissimas res pariter expectant, ignaviae voluptatem et praemia virtutis. Atque etiam, cum apud vos aut in senatu verba faciunt, pleraque oratione maiores suos extollunt: eorum fortia facta memorando clariores sese putant. Quod contra est. Nam quanto vita illorum praeclarior, tanto horum socordia flagitiosior. Et profecto ita se res habet: maiorum gloria posteris quasi lumen est, neque bona neque mala eorum in occulto patitur. Huiusce rei ego inopiam fateor, Quirites, verum, id quod multo praeclarius est, meamet facta mihi dicere licet. Nunc videte, quam iniqui sint. Quod ex aliena virtute sibi arrogant, id mihi ex mea non concedunt, scilicet quia imagines non habeo et quia mihi nova nobilitas est, quam certe peperisse melius est quam acceptam corrupisse. Equidem ego non ignoro, si iam mihi respondere velint, abunde illis facundam et compositam orationem fore. Sed in maximo vestro beneficio cum omnibus locis meque vosque maledictis lacerent, non placuit reticere, ne quis modestiam in conscientiam duceret. Nam me quidem ex animi mei sententia nulla oratio laedere potest: quippe vera necesse est bene praedicent, falsa vita moresque mei superant. Sed quoniam vestra consilia accusantur, qui mihi summum honorem et maximum negotium imposuistis, etiam atque etiam reputate, num eorum paenitendum sit. Non possum fidei causa imagines neque triumphos aut consulatus maiorum meorum ostentare, at, si res postulet, hastas, vexillum, phaleras, alia militaria dona, praeterea cicatrices adverso corpore. Hae sunt meae imagines, haec nobilitas, non hereditate relicta, ut illa illis, sed quae ego meis plurimis laboribus et periculis quaesivi. Non sunt composita verba mea: parvi id facio. Ipsa se virtus satis ostendit; illis artificio opus est, ut turpia facta oratione tegant. Neque litteras Graecas didici: parum placebat eas discere, quippe quae ad virtutem doctoribus nihil profuerant. At illa multo optima rei publicae doctus sum: hostem ferire, praesidia agitare, nihil metuere nisi turpem famam, hiemem et aestatem iuxta pati, humi requiescere, eodem tempore inopiam et laborem tolerare. His ego praeceptis milites hortabor, neque illos arte colam, me opulenter, neque gloriam meam, laborem illorum faciam. Hoc est utile, hoc civile imperium. Namque cum tute per mollitiem agas, exercitum supplicio cogere, id est dominum, non imperatorem esse. Haec atque alia talia maiores vestri faciendo seque remque publicam celebravere. Quis nobilitas freta, ipsa dissimilis moribus, nos illorum aemulos contemnit et omnis honores non ex merito, sed quasi debitos a vobis repetit. Ceterum homines superbissimi procul errant. Maiores eorum omnia quae licebat illis reliquere: divitias, imagines, memoriam sui praeclaram; virtutem non reliquere, neque poterant: ea sola neque datur dono neque accipitur. Sordidum me et incultis moribus aiunt, quia parum scite convivium exorno neque histrionem ullum neque pluris preti coquum quam vilicum habeo. Quae mihi libet confiteri, Quirites. Nam ex parente meo et ex aliis sanctis viris ita accepi, munditias mulieribus, viris laborem convenire, omnibusque bonis oportere plus gloriae quam divitiarum esse; arma, non supellectilem decori esse. Quin ergo, quod iuvat, quod carum aestimant, id semper faciant: ament, potent; ubi adulescentiam habuere, ibi senectutem agant, in conviviis, dediti ventri et turpissimae parti corporis; sudorem, pulverem et alia talia relinquant nobis, quibus illa epulis iucundiora sunt. Verum non ita est. Nam ubi se flagitiis dedecorauere turpissimi viri, bonorum praemia ereptum eunt. Ita iniustissime luxuria et ignavia, pessimae artes, illis, qui coluere eas, nihil officiunt, rei publicae innoxiae cladi sunt. Nunc quoniam illis, quantum mei mores, non illorum flagitia poscebant, respondi, pauca de re publica loquar. Primum omnium de Numidia bonum habete animum, Quirites. Nam quae ad hoc tempus Iugurtham tutata sunt, omnia removistis: avaritiam, imperitiam atque superbiam. Deinde exercitus ibi est locorum sciens, sed mehercule magis strenuos quam felix. Nam magna pars eius avaritia aut temeritate ducum attrita est. Quam ob rem vos, quibus militaris aetas est, annitimini mecum et capessite rem publicam, neque quemquam ex calamitate aliorum aut imperatorum superbia metus ceperit. Egomet in agmine [a]ut in proelio consultor idem et socius periculi vobiscum adero, meque vosque in omnibus rebus iuxta geram. Et profecto dis iuvantibus omnia matura sunt: victoria, praeda, laus. Quae si dubia aut procul essent, tamen omnis bonos rei publicae subvenire decebat. Etenim nemo ignavia immortalis factus est, neque quisquam parens liberis, uti aeterni forent, optavit, magis uti boni honestique vitam exigerent. Plura dicerem, Quirites, si timidis virtutem verba adderent; nam strenuis abunde dictum puto."

SALLUSTE, Bellum Iugurthinum, 85

   vocabulaire

"Je sais, Romains, que ce n'est pas avec la même démarche que la plupart des gens vous réclament le pouvoir et quand ils l'ont obtenu l'exercent : dans un premier temps ils sont actifs, ils vous supplient, ils sont modérés; ensuite ils passent leur vie dans l'inaction et l'orgueil. Moi je suis le contraire : si l'ensemble de l'Etat a plus de prix que le consulat ou la préture, il faut pour gérer l'Etat plus de soin que pour poser sa candidature à ces deux postes. Je n'ignore pas la charge de travail qui m'incombe grâce à votre très grand soutien : il est plus difficile qu’on ne le croit de préparer la guerre, faire des économies, forcer au service militaire des gens qu'on ne voudrait pas heurter, veiller à tout à l'intérieur et à l'extérieur et tout cela au milieu de gens jaloux, d'opposants et d’ennemis politiques.
De plus si les autres commettent une erreur, leur ancienne noblesse, les exploits de leurs ancêtres, les richesses de leurs parents et alliés, leur nombreuse clientèle, tout cela leur est d'un grand secours. C'est en moi que se trouvent mes espérances et il est nécessaire que je les sauvegarde par mon courage et mon intégrité car le reste est sans valeur. Je comprends, Romains, que tous les regards sont tournés sur moi : les hommes de bien me soutiennent - car mes services sont utiles à l'Etat - la noblesse ne cherche que l'occasion de m'attaquer. Il me faut m'efforcer d'autant plus à ce que vous ne soyez pas les dindons de la farce et que les nobles en soient pour leurs frais. Depuis l'enfance jusque maintenant j'ai appris à supporter toutes les souffrances et tous les dangers. Romains, ce que je faisais gratuitement avant votre soutien, je ne cesserai pas de le faire maintenant que j'ai reçu cette récompense. Pour ceux qui ont fait semblant d'être honnêtes par ambition, il est difficile de garder la mesure quand ils sont au pouvoir. Pour moi qui ai passé tout mon temps dans la vertu, l'habitude de faire le bien est devenu une seconde nature.
Vous m'avez demandé de faire la guerre contre Jugurtha : la noblesse l'a très mal supporté. Réfléchissez, je vous en prie, s'il ne vaut pas mieux changer d'avis et envoyer pour une tel travail quelqu'un dans la masse de la noblesse, un homme de vieille souche, possédant de multiples portraits d'ancêtres et qui n'a jamais fait de service militaire : il n'y a pas de doute que dans une telle situation, lui qui ne sait rien, il tremblera, il se hâtera, il prendra comme conseiller quelqu'un de la plèbe.
C'est pourquoi il arrive souvent que celui que vous avez nommé comme général en chef, cherche un autre général pour le remplacer. Je connais, Romains, des personnes qui, après être devenues consuls, ont commencé à lire les exploits de nos ancêtres et les cours de stratégie des Grecs : ce sont des hommes qui font les choses à l'envers, car si on prend le point de vue temporel exercer une magistrature est postérieur au fait de poser sa candidature mais du point de vue de la préparation et de l’expérience il est antérieur. Faites maintenant la comparaison, Romains, entre moi qui suis un homme nouveau et l'orgueil de ceux-ci. Ce qu'habituellement ils entendent dire et qu'ils lisent, moi je l'ai pour une partie vu de mes propres yeux, et pour une autre partie je l'ai accompli de mes propres mains. Ce qu'ils ont appris par des livres, moi je l'ai appris sur le terrain. Maintenant considérez ce qui a plus de prix : les faits ou les paroles. Ils méprisent ma condition d'homme nouveau, moi leur inaction; ils me reprochent ma chance, moi je leur reproche leur infamie. Bien que j'estime que la nature soit une et la même pour tous, je considère que le plus courageux est le plus noble. Si on pouvait demander aux ancêtres d'Albinus et de Bestia s'ils auraient aimé avoir comme enfants moi ou eux, que croyez-vous qu'ils répondraient sinon qu'ils auraient voulu des enfants les meilleurs possible? S'ils me méprisent à bon droit, qu'ils fassent de même avec leurs ancêtres qui, comme moi, sont devenus nobles par leur courage. Ils sont jaloux de ma charge : qu'ils soient donc jaloux de mes peines, de mon intégrité et des dangers que je j'ai courus puisque c'est grâce à eux que j'ai obtenu ma charge. Mais ces hommes corrompus par l'orgueil passent leur temps comme s'ils méprisaient les charges que vous leur donnez et ils les réclament comme s'ils vivaient honnêtement. Assurément ceux-ci se trompent en espérant en même temps deux choses complètement différentes : le plaisir de l'inaction et les récompenses du courage. Et quand ils parlent devant vous ou devant le Sénat dans la plupart de leurs discours ils exaltent leurs ancêtres : ils pensent qu'en rappelant leurs exploits ils deviendront plus illustres. C'est le contraire qui se passe. Car plus la vie de leurs ancêtres a été célèbre, plus infamante est leur lâcheté. Et c'est assurément ainsi que cela se passe : la gloire des ancêtres est comme une lumière pour leurs descendants; elle n'admet pas de laisser dans l'ombre ni les bonnes ni les mauvaises actions. J'avoue le manque d'ancêtres, Romains, mais, ce qui est bien plus important, c'est de pouvoir parler de mes actes. Voyez maintenant combien les nobles sont injustes. Ils s'approprient le courage d'autrui et ne me concèdent pas le mien, sans doute parce que je n'ai pas de portraits d'ancêtres et que ma noblesse est de fraîche date : il vaut mieux l'acquérir que de la corrompre quand on l'a déjà. Et je n'ignore pas que s'ils veulent me répondre ce sera par un long discours éloquent et fait avec art. Mais puisque à cause de la très grande faveur que vous m'avez faite ils ne cessent de m'insulter et de vous insulter en tous lieux, je ne peux plus me taire de peur que quelqu'un ne considère ma modération comme la conscience de mon indignité. Aucun discours ne peut me blesser puisque mon opinion est bien encrée en moi : si le discours est vrai, nécessairement c'est pour augmenter mes mérites, s'il est faux il est contredit par ma vie et mes moeurs. Mais puisqu'on critique vos décisions de m'imposer cet honneur suprême et cette lourde charge, réfléchissez encore et encore pour voir si vous n'allez pas le regretter. Je ne peux pour que vous me fassiez confiance faire étalage de mes portraits d'ancêtres ni de mes triomphes ou des consulats de mes ancêtres mais si la situation l'exige je peux montrer mes javelots, mon étendard, mes phalères et autres distinctions militaires et surtout mes cicatrices sur le devant du corps. Voilà mes portraits, voilà ma noblesse. Je ne les ai pas reçus en héritage comme les nobles mais je les ai obtenus par mes nombreuses souffrances et par les dangers que j'ai encourus. Mes paroles sont frustres : j'en fais peu de cas. Le courage me suffit. Eux, ils ont besoin d'artifices pour cacher leur infamie par des discours. Je n'ai pas étudié le Grec : cela ne me plaisait pas de l'apprendre parce que les professeurs ne me servaient à rien pour devenir brave. Mais j'ai étudié ce qui était le plus utile pour l'Etat : frapper l'ennemi, commander des garnisons, ne rien craindre si ce n'est une mauvaise réputation, supporter de la même façon l'hiver comme l'été, dormir à terre, supporter en même temps le dénuement et la souffrance. C'est avec ces principes que je vais encourager mes soldats, je ne les traiterai pas durement alors que moi-même je vivrai dans l'opulence; je n'obtiendrai pas ma gloire sur leurs souffrances. Voila ce que je considère comme un commandement utile, qui sert l'Etat. Car vivre en sécurité dans la douceur et obliger son armée à la discipline, c'est le fait d'un maître et non d'un général en chef. C'est en agissant ainsi que vos ancêtres se sont couverts de gloire et ont couvert de gloire la république. La noblesse confiante en ses ancêtres, dissemblable à eux dans ses moeurs nous méprise parce que nous sommes leurs rivaux et réclame toutes les charges non parce qu'elle les mérite mais comme si c'était son dû. Mais ces hommes bouffis d'orgueil se trompent complètement. Leurs ancêtres leur ont laissé tout ce qu'ils pouvaient : les richesses, les portraits d'ancêtres, un souvenir remarquable. Mais ils ne leur ont pas laissé le courage car ils ne le pouvaient pas : celui-ci ne se donne pas et ne se reçoit pas. Ils disent que je suis grossier et inculte parce que je suis malhabile à recevoir lors d'un banquet, que je n'ai pas d'histrion, pas de cuisinier qui me coûte plus cher qu'un fermier. Je l'avoue volontiers, Romains. Mon père et d'autres hommes vertueux m'ont appris que l'élégance était l'apanage des femmes et le travail pénible celui des hommes, que les hommes de biens doivent convoiter la gloire plus que les richesses, que l'honneur se trouve dans les armes et non dans le mobilier. Quant à ceux-là, ils accomplissent toujours ce qui leur plaît, ce qu'ils estiment important : qu'ils aiment, qu'ils boivent, qu'ils passent leur vieillesse où ils ont passé leur jeunesse : dans des banquets, livrés à leur ventre et à la partie la plus honteuse de leur corps! Qu'ils nous laissent la sueur, la poussière et toutes les autres choses que nous trouvons plus agréables que leurs festins. Mais ce n'est pas vrai. Quand ces hommes dégoûtants se sont baignés dans le stupre, ils viennent arracher les récompenses aux hommes de bien. Et comble d’injustice : ces passions infâmes que sont la luxure et la paresse ne gênent en rien ceux qui les pratiquent mais c'est un désastre pour la république qui n'en peut mais. Maintenant puisque j'ai répondu à ceux-ci selon mes qualités et non pas selon leurs vices, je vais parler en quelques mots de la république. D'abord au sujet de la Numidie, ne vous en faites pas, Romains. Ce qui jusqu'ici a fait la force de Jugurtha : sa cupidité, son inexpérience et son orgueil , vous l'avez écarté. De plus il y a sur place une armée qui connaît le pays mais, par Hercule, plus active que chanceuse. Une grande partie de celle-ci s'est usée par la cupidité et l'irréflexion de ses chefs. C'est pourquoi, vous qui êtes en âge d'être sous les armes, comptez sur moi, entrez dans la vie politique et ne vous laissez pas aller à cause du malheur des uns et de l'orgueil des généraux. Dans la marche comme dans le combat je serai votre conseiller et je partagerai vos dangers. Dans toutes les choses je ferai la même chose que vous.
Et avec l'aide des dieux, tout est prêt : la victoire, le butin, la gloire. Même si cela était encore douteux et lointain, tous les bons citoyens devraient venir en aide à la république. La lâcheté n'a jamais rendu quelqu'un immortel. Aucun parent n'a jamais souhaité pour ses enfants qu'ils deviennent immortels mais ils leur ont souhaité une vie d'honnête homme. J'aurais pu en dire plus, Romains, si mes paroles pouvaient donner du courage aux lâches : pour les braves je pense que j'en ai dit assez."


SALLUSTE, Bellum Iugurthinum, 85

 

Plutarque, vie de Marius

9

9. Ce ne fut pas néanmoins cette nouveauté qui décria le plus Marius ; il offensa bien davantage les premiers de Rome par des discours pleins de fierté, de mépris et d'insolence. Il criait partout que son consulat était une dépouille qu'il enlevait à la mollesse des patriciens et des riches ; que pour lui, il se glorifiait auprès du peuple, non de vains monuments et d'images étrangères, mais de ses propres blessures. Souvent même, en parlant des généraux qui avaient été défaits en Afrique, tels que Bestia et Albinus, qui tous deux, issus de maisons anciennes, mais sans capacité pour la guerre, n'avaient dû leurs défaites qu'à leur inexpérience : « Croyez-vous, demandait-il à ceux qui étaient présents, que les ancêtres de ces deux généraux n'auraient pas préféré de laisser des descendants qui me ressemblent ? ne se sont-ils pas eux-mêmes rendus illustres bien moins par leur noblesse et par leur rang, que par leurs vertus et par leurs exploits ?» Tous ces discours ne lui étaient pas inspirés seulement par sa présomption et sa vanité, par l'envie de s'attirer gratuitement la haine des patriciens ; il était encore excité par le peuple, qui, charmé du mépris que ces propos attiraient au sénat, et mesurant toujours l'élévation de l'âme à la fierté des paroles, portait Marius jusqu'aux nues, et le poussait à ne pas épargner les nobles, pour faire plaisir à la multitude.

10. Quand il fut repassé en Afrique, Métellus, dominé par l'envie, et outré de dépit de ce qu'après avoir presque terminé la guerre, lorsqu'il n'avait plus qu'à se rendre maître de la personne de Jugurtha, Marius, qui ne devait son élévation qu'à son ingratitude, venait lui enlever la couronne et le triomphe, ne put se résoudre à le voir, et se retira de l'armée, dont Rutilius, un de ses lieutenants, remit le commandement à Marius. Mais, avant la fin de la guerre, la vengeance céleste punit Marius de sa perfidie. Sylla vint lui ravir la gloire de la terminer, de la même manière qu'il l'avait enlevée lui-même à Métellus. Comme j'ai raconté ce fait en détail dans la vie de Sylla, je n'en dirai ici que peu de mots. Bocchus, roi de la haute Numidie, était beau-père de Jugurtha. Cependant il ne lui donna que de faibles secours dans cette guerre, sous prétexte de sa mauvaise foi ; mais, en effet, parce qu'il redoutait son agrandissement. Quand Jugurtha, fugitif et errant, réduit à n'avoir d'autre ressource que son beau-père, se fut réfugié près de lui, Bocchus le reçut comme suppliant, plus par honte que par bienveillance. Maître de sa personne, il feignait en public de solliciter sa grâce auprès de Marius. Il écrivait même à ce général, avec une franchise apparente, qu'il ne livrerait pas Jugurtha ; mais ayant formé secrètement le dessein de trahir ce prince, il manda auprès de lui Sylla, alors questeur de Marius, et qui, dans cette guerre, avait rendu quelques services à Bocchus. Sylla, se livrant à sa foi, se rendit à sa cour ; mais quand il fut arrivé, le Barbare changea de sentiment, et parut se repentir de son dessein. Il balança plusieurs ,jours s'il livrerait son gendre ou s'il retiendrait Sylla. Enfin, se décidant pour la trahison qu'il avait d'abord projetée, il remit Jugurtha vif entre les mains de Sylla : tel fut le premier germe de cette haine implacable et cruelle qui éclata bientôt entre Marius et Sylla, et qui manqua de renverser Rome. Ceux qui portaient envie à Marius attribuaient à Sylla la prise du roi de Numidie ; et Sylla lui-même avait fait graver un anneau, qu'il porta toujours depuis, et qui lui servait de cachet, où il était représenté recevant Jugurtha des mains de Bocchus : rien n'irritait tant Marius, l'homme le plus ambitieux et le moins disposé à partager avec un autre la gloire de ses actions. Sylla d'ailleurs était excité par les ennemis de Marius, qui affectaient de faire honneur à Métellus des premiers et des plus grands succès de cette guerre, et de mettre les derniers sur le compte de Sylla, qui avait eu la gloire de la terminer ; ils avaient pour but d'empêcher que le peuple n'admirât tant Marius, et ne le regardât comme le premier des capitaines romains. (suite)

a, prép. : + Abl. : à partir de, après un verbe passif = par
abunde, adv. : en abondance
ac, conj. : et, et aussi
accipio, is, ere, cepi, ceptum : recevoir, apprendre (acceptus, a, um : bien accueilli, agréable)
accuso, as, are : accuser
acrius, adv. : plus vivement
actum, i, n. : le fait, l'exploit
ad, prép. : + Acc. : vers, à, près de
addo, is, ere, didi, ditum : ajouter
adipiscor, eris, i, adeptus sum : atteindre, obtenir
administro, as, are : gouverner, administrer
adsum, es, esse, adfui : être présent, assister, aider
adversus, a, um : contraire (prép. + acc. = contre)
adulescentia, ae, f. : l'adolescence
aegerrime, adv. : avec beaucoup de peine, très mal
aemulus, a, um : qui cherche à imiter, émule, rival (aemulus, i, m. : l'émule, le rival)
aequus, a, um : égal, équitable (aequum est : il convient) (ex aequo : à égalité)
aerarium, ii, n. : le trésor public
aestas, tatis, f. : l'été
aestimo, as, are : estimer, juger
aetas, atis, f. : 1. le temps de la vie, la vie 2. l'âge 3. la jeunesse 4. te temps, l'époque (in aetatem : pendant longtemps)
aeternus, a, um : éternel
affinis, e : 1. limitrophe, voisin 2. mêlé à qqch. 3. allié, parent
agito, as, are
: mettre en mouvement, s'occuper de
agmen, inis
, n. : l'armée en marche, la colonne de marche
ago, is, ere, egi, actum : 1. mettre en mouvement, pousser 2. faire, traiter, agir
aio, is, -
: affirmer
Albinus, i, m. : Albinus
alienus, a, um : 1. d'autrui, étranger 2. éloigné, déplacé, désavantageux
aliqui, qua, quod : quelque
alius, a, ud
: autre, un autre
ambitio, onis, f. : 1. les tournées électorales 2. l'ambition 3. la pompe, le faste
amo, as, are : aimer, être amoureux
an, conj. : est-ce que, si (int. ind.), ou (int. double)
animus, i, m. : le coeur, la sympathie, le courage, l'esprit
annitor, eris, i, nixus (nisus) sum : 1. s'appuyer sur 2. s'efforcer de, travailler à
ante, prép. : +acc., devant, avant ; adv. avant
apud, prép. : + Acc. : près de, chez
arma, orum, n. : les armes
arrogo, as, are
: 1. +sibi : faire venir à soi, s'approprier, s'arroger 2. ajouter, attribuer, donner
ars, artis, f. : 1. le talent, l'habileté 2. le métier, la profession 3. la connaissance technique, l'art
artificium, ii, n. : l'art, le travail artistique
asper, era, erum : âpre, dur
at, conj. : mais
atque, conj. : et, et aussi
attero, is, ere, attriui, attritum
: frotter contre, enlever par frottement, user, écraser
avaritia, ae, f. : la cupidité, l'avarice
audio, is, ire, ivi, itum : 1. entendre (dire) 2. écouter 3. apprendre 4. bene, male audire : avoir bonne, mauvaise réputation
aut, conj. : ou, ou bien
bellum, i, n. : la guerre
bene, adv. : bien
beneficium, ii, n. : 1. le service, le bienfait, la faveur 2. la distinction, les faveurs
Bestia, ae, m. : Bestia (nom d'homme)
bonus, a, um : bon (bonus, i : l'homme de bien - bona, orum : les biens)
calamitas, atis, f. : le malheur
capesso, is, ere , iui, itum : chercher à prendre (se - : se rendre vivement quelque part)
capio, is, ere, cepi, captum : prendre
carus, a, um : cher
causa, ae, f. : la cause, le motif; l'affaire judiciaire, le procès; + Gén. : pour
celebro, as, are
: visiter en foule, pratiquer (arts), célébrer, fêter
certe, adv. : certainement, sûrement
ceterum, adv. : du reste
cicatrix, icis, f. : la cicatrice
civilis, e : civil
clades, is, f. : la blessure, la perte, le dommage, le désastre militaire, la grave défaite
clarior, oris : comparatif de clarus, a, um : célèbre, illustre
clientela, ae, f. : la clientèle, la condition de client
coepio, is, ere, coepi, coeptum : (plutôt avec rad. pf et supin) : commencer
cognatus, a, um : lié (par le sang) (cognatus, i, m. : le parent)
cogo, is, ere, egi, actum : 1. assembler, réunir, rassembler, 2. concentrer, condenser 3. pousser de force, forcer
colo, is, ere, colui, cultum
: honorer, cultiver, habiter
communis, e : 1. commun 2. accessible à tous, affable
comparo, as, are : 1. accoupler, apparier, comparer 2. procurer, recruter, disposer, régler
compono, is, ere, posui, positum : mettre ensemble, disposer, enterrer (compositus, a, um : disposé, préparé; en bon ordre)
concedo, is, ere, cessi, cessum : 1. s'en aller, se retirer 2. abandonner, concéder, admettre, renoncer à, pardonner
confiteor, eris, eri, fessus sum : avouer
conscientia, ae, f. : la pleine connaissance, le sentiment intime
consilium, ii, n. : le projet, le plan, le conseil
consuesco, is, ere, suevi, suetum : s'habituer
consuetudo, dinis, f. : l'habitude
consul, is, m. : le consul
consulatus, us
, m. : le consulat
consultor, oris, m. : le conseiller, celui qui demande conseil
contemno, is, ere, tempsi, temptum : mépriser
contra, adv : au contraire, en face ; prép+acc : contre
convenio, is, ire, veni, ventum : 1. venir ensemble, se rassembler 2. convenir, s'adapter 3. être l'objet d'un accord 4. convenit : il y a accord 5. (juridique) -in manu : venir sous la puissance d'un mari, se marier
converto, is, ere, verti, versum : tourner complètement
convivium, ii
, n. : le repas en commun, le banquet
coquus, i, m. : le cuisinier
corpus, oris, n. : le corps
corrumpo, is, ere, rupi, ruptum : corrompre
credo, is, ere, didi, ditum : I. 1. confier en prêt 2. tenir pour vrai 3. croire II. avoir confiance, se fier
cum, inv. :1. Préposition + abl. = avec 2. conjonction + ind. = quand, lorsque, comme, ainsi que 3. conjonction + subj. : alors que
cura, ae, f. : le soin, le souci
curo, as, are : se charger de, prendre soin de (curatus, a, um : bien soigné)
de, prép. + abl. : au sujet de, du haut de, de
debeo, es, ere, ui, itum : devoir
decet, imp. : il convient, il est convenable que
decus, oris, n. : la gloire, l'honneur
dedecoro, as, are : défigurer, déformer, enlaidir; déshonorer, flétrir
deditus, a, um : livré à, adonné à une passion
dein, adv. : ensuite
deinde, adv. : ensuite
delinquo, is, ere, liqui, lictum : manquer moralement, faillir, être en faute
desero, is, ere, ui, desertum : abandonner
despicio, is, ere, spexi, spectum : regarder d'en haut, mépriser
deus, i, m. : le dieu
dico, is, ere, dixi, dictum
: dire, appeler
dictum, i, n. : la parole
difficilis, e : difficile
disco, is, ere, didici : apprendre
dissimilis, e : différent, dissemblable
diversissimus, a, um : superlatif de diversus, a, um : divers
divitiae, arum, f. : richesses
do, das, dare, dedi, datum : donner
doctor, oris
, m. : le maître
doctus, a, um : savant
domi, adv. : à la maison
dominus, i, m. : le maître
donum, i, n. : le présent, le cadeau
dubius, a, um : douteux
duco, is, ere, duxi, ductum : I. tirer 1. tirer hors de 2. attirer 3. faire rentrer 4. compter, estimer II. conduire, emmener, épouser
dux, ducis, m. : le chef, le guide
ea, 1. ABL. FEM. SING - NOM-ACC. N. PL. de is, ea, id (ce, cette, le, la...) 2. adv. : par cet endroit
eas, 1. ACC. FEM. PL. de is, ea, is : il, elle, le, la, .... 2. 2ème PERS. SING. du SUBJ. PRES. de eo, ire : aller
ego, mei
: je
egomet, memet, mihimet : moi, moi-même
eius, Gén. Sing. de IS-EA-ID : ce, cette, son, sa, de lui, d'elle
eo, 1. ABL. M-N SING de is, ea, is : le, la, les, lui... ce,..; 2. 1ère pers. sing. de l'IND PR. de eo, ire 3. adv. là, à ce point 4. par cela, à cause de cela, d'autant
eo, is, ire, ivi, itum
: aller
eorum, G. M et N. PL. de is,ea,id = d'eux, leur, leurs
eos, acc. m. pl. de is,ea,id : les, ceux-ci, ces
epulae, arum
, f : les aliments, la nourriture, le repas, le festin, le banquet
equidem, inv. : bien sûr, évidemment
ergo, conj. : donc
eripio, is, ere, ere, ripui, reptum : arracher, enlever
erro, as, are : se tromper
et, conj. : et. adv. aussi
etenim, inv. : et en effet
etiam, adv. : encore, en plus, aussi, même, bien plus
evenio, is, ire, veni, ventum : survenir, arriver
ex, prép. : + Abl. : hors de, de
exercitus, us, m. : l'armée
exigo, is, ere, egi, actum
: chasser, achever, réclamer
existimo, as, are : estimer, juger, considérer, être d'avis
exorno, as, are
: équiper, pouvoir
expecto, as, are
: attendre
extollo, is, ere, extuli, - : lever hors de, élever, exalter
facio, is, ere, feci, factum : faire
factiosus, a, um : intrigant, factieux
factum, i, n. : le fait, l'action, le travail, l'ouvrage
facundus, a, um : éloquent, disert
fallo, is, ere, fefelli, falsum : tromper, tendre un piège (falsus, a, um : faux) me fallit : il ne m'échappe pas, je sais bien
falsus, a, um : faux
fama, ae, f. : la nouvelle, la rumeur, la réputation
fateor, eris, eri, fassus sum : reconnaître, avouer
faveo, es, ere, favi, fautum : être favorable à, s'intéresser à
felix, icis, heureux
ferio, is, ire : frapper ; - foedus : conclure un traité
fero, fers, ferre, tuli, latum : porter, supporter, rapporter
festino, as, are : se hâter, se dépêcher
fides, ei, f. : 1. la foi, la confiance 2. le crédit 3. la loyauté 4. la promesse, la parole donnée 5. la protection (in fide : sous la protection)
fio, is, fieri, factus sum : devenir
flagitiosior, oris : comparatif de flagitiosus, a, um : qui a une conduite scandaleuse, honteux, déshonorant
flagitium, ii, n. : l'action honteuse et scandaleuse, le scandale
fore, infinitif futur de esse
forent, = essent

foris, adv. : au-dehors
fortis, e : fort, vigoureux, courageux
fortissimus, a, um
: superlatif de fortis : courageux, fort
fortuna, ae, f. : la fortune, la chance
fretus, a, um
: confiant en, fort en
frustra, adv. : en vain
generosissimus, a, um
: superlatif de generosus, a, um : noble, de bonne race, généreux
gero, is, ere, gessi, gestum : 1. porter 2. exécuter, faire
gigno, is, ere, genui, genitum : engendrer, faire naître
globus, i, m. : l'amas, le globe, la boule, la masse
gloria, ae, f. : 1. la gloire, la réputation, le renom 2. le désir de gloire
Graecus, a, um : Grec
gratuitus, a, um : gratuit, désintéressé
habeo, es, ere, bui, bitum : avoir (en sa possession), tenir (se habere : se trouver, être), considérer comme
hasta, ae, f. : la lance, la pique, le javelot
hereditas, atis, f. : l'hérédité, l'héritage, la succession
hic, haec, hoc
: adj. : ce, cette, ces, pronom : celui-ci, celle-ci
hic, adv. : ici
hiems, hiemis, m. : l'hiver
histrio, onis, m. : le comédien
homo, minis, m. : l'homme, l'humain
honestus, a, um : honnête
honos, oris, m. : l'honneur, l'hommage, la charge, la magistrature, les honoraires
hortor, aris, ari : exhorter, engager à
hos, ACC. M. PL de hic, haec, hoc : ceux-ci, ceux, ...
hostis, is, m. : l'ennemi
huiusce, = huius (génitif de hic, haec, hoc)
humi, adv. : à terre
iam, adv. : déjà, à l'instant
ibi, adv. : là
id, NOM-ACC N. SING. de is, ea, is : il, elle, le, la, ....
idem, eadem, idem : le (la) même
ignarus, a, um : qui ne connaît pas, ignorant, inconnu
ignavia, ae, f. : l'inaction, l'apathie, la mollesse, la paresse
ignoro, as, are : ignorer
ille, illa, illud : adjectif : ce, cette (là), pronom : celui-là, ...
imago, inis, f. : l'imitation, l'image, le portrait d'ancêtres
immortalis, e : immortel
imperator, oris, m. : le général, l'empereur
imperitia, ae, f. : le manque de connaissance, l'inexpérience, l'ignorance
imperium, ii, n. : le pouvoir (absolu)
impero, as, are : commander
impono, is, ere, sui, situm : placer sur, assigner, imposer
in, prép. : (acc. ou abl.) dans, sur, contre
incultus, a, um : non soigné, rude, négligé
industrius, a, um : actif, laborieux, zélé
infirmus, a, um
: 1. faible, débile 2. impuissant, sans valeur
iniquus, a, um
: inégal; défavorable; excessif; injuste
iniustissime, adv. : très injustement
innocentia, ae, f. : l'innocuité; les moeurs irréprochables, l'intégrité, l'innocence
innoxius, a, um : qui ne fait pas de mal, inoffensif, innocent
inopia, ae, f. : la pauvreté, le manque
intellego, is, ere, lexi, lectum : comprendre
inter, prép. : + Acc. : parmi, entre
invado, is, ere, vasi, vasum : 1. faire invasion, se jeter sur 2. assaillir, attaquer 3. saisir
invideo, es, ere, vidi, visum : être jaloux, envier
invidus, a, um : envieux, jaloux
ipse, a, um : (moi, toi, lui,...) même
is, NOM M SING de is,ea,id : ce, cette, celui-ci, il
ita, adv. : ainsi, de cette manière ; ita... ut, ainsi que
item, inv. : de même
iubeo, es, ere, iussi, iussum : 1. inviter à, engager à 2. ordonner
iucundior, oris : comparatif de iucundus, a, um : agréable
Iugurtha, ae, m. : Jugurtha
iure, inv. : à bon droit
iuvo, as, are, iuvi, iutum : aider ; quid iuvat : à quoi bon ?
iuxta, adv. : à côté ; prép. acc. : à côté de
labor, oris, m. : la peine, la souffrance, le travail pénible
lacero, as, are
: 1. mettre en morceaux, déchirer 2. railler 3. faire mal, faire souffrir
laedo, is, ere, si, sum : 1. blesser, endommager 2. outrager, offenser , nuire à
laus, laudis, f. : la louange, la gloire, l'honneur
lego, is, ere, legi, lectum : cueillir, choisir, lire (lectus, a, um : choisi, d'élite)
liberi, orum, m. pl. : les enfants (fils et filles)
libet, v. inv. : il plaît, il fait plaisir
liceo, v. impers. : il est permis ; conj. + subj. : bien que
littera, ae, f. : la lettre
locus, i,
m. : le lieu, l'endroit; la place, le rang; la situation
loquor, eris, i, locutus sum
: parler
lumen, inis, n. : 1. la lumière 2. le flambeau, la lampe 3. le jour 4. l'éclat, le rayon 5. les yeux
luxuria, ae, f. : l'abondance, la profusion, l'intempérance, l'arbitraire
magis, adv. : plus
magnus, a, um : grand
maior, oris : comparatif de magnus. plus grand. maiores, um : les ancêtres)
maledictum, i, n. : l'insulte, l'injure, l'outrage
malo, mavis, malle, malui : préférer
malus, a, um : mauvais, malheureux, méchant (malum, i, n. : le mal, le malheur, les mauvais traitements)
maturus, a, um
: 1. mûr, à point 2. prompt, actif 3. qui a atteint tout son développement
maximus, a, um : superlatif de magnus, a, um : grand
meamet, = mea
mecum, conj.+pron. : avec moi
mehercule, interj. : par Hercule ! mon dieu !
melius, adv. : mieux
memet, inv. : = me
memoria, ae, f. : la mémoire, le souvenir
memoro, as, are : rappeler au souvenir, raconter, rapporter
merces, edis, f. : le salaire, la récompense, le prix
meritum, i, n. : le mérite, la conduite
metuo, is, ere, ui, utum : craindre
metus, us, m. : la peur, la crainte
meus, mea, meum : mon
miles, itis, m. : le soldat
militaris, e : militaire
militia, ae, f. : l'armée, le service militaire
milito, as, are : faire son service militaire, être soldat
mitto, is, ere, misi, missum : I. 1. envoyer 2. dédier 3. émettre 4. jeter, lancer II. laisser aller, congédier
modestia, ae, f. : la modération, la mesure
modicus, a, um : moyen, modéré, en quantité modérée
mollities, ei, f. : 1. la souplesse, la flexibilité 2. la douceur, la sensibilité
monitor, oris, m. : celui qui rappelle, qui conseille, le guide, le conseiller
mos, moris, m. : sing. : la coutume ; pl. : les moeurs
mulier, is, f. : la femme
multo, adv. : beaucoup, de beaucoup
multus, a, um : en grand nombre (surtout au pl. : nombreux)
munditia, ae, f. : l'élégance, la propreté, le raffinement
muto, as, are : 1. déplacer 2. changer, modifier 3. échanger
nam, conj. : de fait, voyons, car
natura, ae, f. : la nature
ne, 1. adv. : ... quidem : pas même, ne (défense) ; 2. conj. + subj. : que (verbes de crainte et d'empêchement), pour que ne pas, de ne pas (verbes de volonté) 3. adv. d'affirmation : assurément 4. interrogatif : est-ce que, si
necesse, adj. inv. : inévitable, inéluctable, nécessaire
negotium, ii, n. : l'affaire, la mission
nemo, neminis : personne, nul... ne, personne
neque, adv. : et ne pas
nihil, indéfini : rien
nisi, conj. : si... ne... pas ; excepté
nobilitas, atis, f. : la réputation, la noblesse
nolo, non vis, nolle, nolui : ne pas vouloir, refuser
non, neg. : ne...pas
nos, nostrum : nous, je
novitas, atis, f. : la nouveauté, la condition d’un homme qui, le premier de sa famille, arrive aux honneurs ; l'étrangeté, le caractère extraordinaire
novus, a, um : nouveau
nullus, a, um : aucun
num, inv. : est-ce que
Numidia, ae, f. : la Numidie
nunc, adv. : maintenant
ob, prép. : + Acc : à cause de
obiecto, as, are : opposer; exposer à un danger, interposer, retarder; reprocher
occultum, i, n. : la partie cachée
occurso, as, are : aller à la rencontre, attaquer, fondre sur
offendo, is, ere, fendi, fensum : se heurter contre, heurter, choquer, blesser, rencontrer qqn., trouver
officio, is, ere, fec, fectum : 1. se mettre devant, faire obstacle, gêner 2. gêner, entraver
omnis, e : tout
opinio, onis, f : l'opinion, l'idée préconçue, le préjugé, l'illusion
oportet, imp. : il faut
ops, opis, f. : sing., le pouvoir, l'aide ; pl., les richesses
optimus, a, um : très bon, le meilleur. superlatif de bonus
opto, as, are : souhaiter
opulenter, adv. : avec opulence, richement, somptueusement
opus, operis, n. : le travail (opus est mihi = j'ai besoin)
oratio, onis,
f. : le langage, la parole, l'exposé, le discours
os, oris
, n. : le visage, la bouche, l'entrée, l'ouverture
ostendo, is, ere, tendi, tentum
: tendre, montrer
ostento, as, are : montrer, faire étalage de
paeniteo, es, ere, ui : se repentir ; me paenitet + gén ou prop. inf. je me repens de...
parco, is, ere, peperci, parsum : épargner
parens, entis, m. : le père ou la mère, le parent, le grand-père
pario, is, ere, peperi, partum
: accoucher, produire, acquérir
pariter, adv. : également; comme, à la manière de, ensemble, à la fois, en même temps
paro, as, are : préparer, procurer (paratus, a, um : prêt, préparé à, bien préparé, bien fourni)
pars, partis, f. : la partie, le côté
parum, adv. : peu
parvus, a, um : petit
pater, tris, m. : le père, le magistrat
patior, eris, i, passus sum : supporter, souffrir, être victime de, être agressé par
pauci, ae, a : pl. peu de
per, prép. : + Acc. : à travers, par
periculum, i, n. : 1. l'essai, l'expérience 2. le danger, le péril
pessimus, a, um : très mauvais, le pire
peto, is, ere, i(u)i, itum
: 1. chercher à atteindre, attaquer, 2. chercher à obtenir, rechercher, briguer, demander
phalerae, arum
: les phalères (plaques de métal servant d'ornement pour les chevaux)
placeo, es, ere, cui, citum
: 1.plaire, être agréable (placitus, a, um : qui plaît, agréable) 2. paraître bon, agréer
plerique, aeque, aque : la plupart
plerumque, adv. : la plupart du temps
plurimi, ae, a : pl. superlatif de multi - très nombreux
plus, adv. : plus, davantage
plus, pluris
, n. : plus, plus cher
populus, i, m. : le peuple
posco, is, ere, poposci : réclamer, demander
possum, potes, posse, potui : pouvoir
posterius, adv. : plus tard
posterus, a, um
: suivant ; in posterum : à l'avenir
postquam, conj. : après que
postulo, as, are : demander, réclamer
potestas, atis, f. : 1. la puissance, le pouvoir 2. le pouvoir d'un magistrat 3. la faculté, l'occasion de faire qqch.
poto, as, are : boire
praeceptum, i, n. : le précepte, la règle, la leçon
praeclarior, oris : comparatif de praeclarus, a, um : brillant, célèbre, remarquable
praeclarius, comparatif neutre ou adverbial de praeclarus, a, um : très clair, brillant, remarquable
praeclarus, a, um : lumineux, étincelant; brillant, remarquable
praeda, ae, f. : le butin, les dépouilles, la proie
praedico, as, are : dire publiquement, proclamer
praemium, ii, n. : la récompense
praeposterus, a, um : renversé, interverti, à contretemps, maladroit
praesidium, ii, n. : la garde
praeterea, inv. : en outre
praetura, ae, f. : la préture
pretium, ii, n. : le prix, la valeur, la récompense, le salaire
primo, adv. : d'abord, en premier lieu
primum, adv. : d'abord, pour la première fois
prius, inv. : avant, auparavant ; ... quam : avant que
probrum, i, n : la turpitude, l'adultère, l'inceste, la honte, l'infamie, l'insulte, les outrages
probus, a, um : honnête
procedo, is, ere, cessi, cessum : s'avancer, aboutir à
procul, adv. : loin
proelium, ii, n. : le combat
profecto, inv. : assurément, sûrement
prosapia, ae, f. la longue suite d'ancêtres, les aïeux, la race, la famille
prosum, prodes, prodesse, profui : être utile, servir
publicus, a, um : public
pueritia, ae, f. : l'enfance
pulvis, eris, m. : la poussière
puto, as, are : 1. élaguer, émonder, apurer 2. supputer 3. estimer, penser, croire 4. supposer
quae, 4 possibilités : 1. N.F.S. N.F.PL. N.N.PL., ACC. N. PL. du relatif = qui, que (ce que, ce qui) 2. idem de l'interrogatif : quel? qui? que? 3. faux relatif = et ea - et eae 4. après si, nisi, ne, num = aliquae
quaero, is, ere, sivi, situm : chercher, demander
quaeso, inv. : s'il te plaît, je te prie
quam, 1. accusatif féminin du pronom relatif = que 2. accusatif féminin sing de l'interrogatif = quel? qui? 3. après si, nisi, ne, num = aliquam 4. faux relatif = et eam 5. introduit le second terme de la
quamquam, quanquam + ind. : bien que
quanto, adv. : combien ?, avec tanto = autant que
quantum, inv. : combien ?
quantus, a, um, pr. excl et interr : quel (en parlant de grandeur)
quas, 1. ACC. FEM. PL. de pronom relatif. 2. ACC. FEM. PL. de l'adjectif ou du pronom interrogatif. 3. Après si, nisi, ne, num = aliquas 4. Faux relatif = et eas.
quasi, conj. : comme si; adv. : pour ainsi dire, environ
quem, 4 possibilités : 1. acc. mas. sing. du pronom relatif = que 2. faux relatif = et eum 3. après si, nisi, ne num = aliquem : quelque, quelqu'un 4. pronom ou adjectif interrogatif = qui?, que?, quel?
qui, 1. n N.M.S ou N.M.PL. du relatif 2. idem de l'interrogatif 3. après si, nisi, ne, num = aliqui 4. Faux relatif = et ei 5. interrogatif = en quoi, par quoi
quia, conj. : parce que
quibus, 1. DAT. ou ABL. PL. du relatif. 2. Idem de l'interrogatif 3. faux relatif = et eis 4. après si, nisi, ne, num = aliquibus
quid, 1. Interrogatif neutre de quis : quelle chose?, que?, quoi?. 2. eh quoi! 3. pourquoi? 4. après si, nisi, ne num = aliquid
quidem, adv. : certes (ne-) ne pas même
quin, inv. : pourquoi ne... pas ?, bien plus, construction des verbe de doute négatifs (non dubito quin)
quippe, inv. : car, assurément
Quiris, itis, m. : Quirite = citoyen romain. Rare au sing.
quis, 1. pronom interrogatif N. M. S. 2. pronom indéfini = quelqu'un 3. après si, nisi, ne, num = aliquis 4. = quibus
quisquam, quaequam, quidquam ou quic- : quelque, quelqu'un, quelque chose
quisque, quaeque, quidque : chaque, chacun, chaque chose
quo, 1. Abl. M. ou N. du pronom relatif. 2. Abl. M. ou N. du pronom ou de l'adjectif interrogatif. 3. Faux relatif = et eo. 4. Après si, nisi, ne, num = aliquo. 5. Adv. =où ? (avec changement de lieu) 6. suivi d'un comparatif = d'autant 7. conj. : pour que par là
quod, 1. pronom relatif nom. ou acc. neutre singulier : qui, que 2. faux relatif = et id 3. conjonction : parce que, le fait que 4. après si, nisi, ne, num = aliquod = quelque chose 5. pronom interrogatif nom. ou acc. neutre sing. = quel?
quoniam, conj. : puisque
quos, 1. ACC. MASC. PL. du relatif. 2. Idem de l'interrogatif. 3. après si, nisi, ne, num = aliquos. 4. faux relatif = et eos
relinquo, is, ere, reliqui, relictum
: laisser, abandonner
removeo, es, ere, movi, motum : écarter, éloigner
repeto, is, ere, ivi/ii, titum : 1. chercher de nouveau, chercher à récupérer 2. ramener 3. reprendre par la pensée, évoquer 4. revendiquer, réclamer
reputo, as, are : examiner, réfléchir
requiesco, is, ere, quievi, quietum : se reposer
res, rei, f. : la chose, l'événement, la circonstance, l'affaire judiciaire; les biens
respondeo, es, ere, di, sum : répondre
reticeo, es, ere, cui, - : se taire sur, taire, garder le silence
sanctus, a, um : 1. sacré, inviolable 2. saint, vénérable, vertueux
satis, adv. : assez, suffisamment
scilicet, adv. : il va de soi, bien entendu
scio, is, ire, scivi, scitum : savoir
scite, adv. : habilement, artistement
se, pron. réfl. : se, soi
sed, conj. : mais
semper, adv. : toujours
senatus, us, m. : le sénat
senectus, utis, f. : la vieillesse
sententia, ae, f. : l'avis, l'opinion
sese, pron. : = se
si, conj. : si
simul, inv. : adv. en même temps, conj : dès que
simulo, as, are : 1. rendre semblable 2. simuler, feindre, faire semblant
situs, a, um : placé, situé
socius, a, um : associé, en commun, allié (socius, ii : l'associé, l'allié)
socordia, ae, f. : la stupidité; le défaut de coeur, l'insouciance, l'indolence, la lâcheté
soleo, es, ere, solitus sum : avoir l'habitude de (solitus, a, um : habituel, ordinaire)
solus, a, um : seul
sordidus, a, um : sale, avare
spes, ei, f. : l'espoir
stipendium, ii, n. : 1. l'impôt 2. la solde militaire 3. (au pl.) le service militaire
strenuus, a, um : actif, agissant, vif, empressé
subvenio, is, ire, veni, ventum : venir en aide, remédier à
sudor, oris,
m. : la sueur, la transpiration
sum, es, esse, fui : être
summus, a, um : superlatif de magnus. très grand, extrême
sumo, is, ere, sumpsi, sumptum : 1. prendre, se saisir de 2. choisir 3. s'arroger, s'attribuer 4. admettre
supellex, supellectilis, f. : la vaisselle, le mobilier
superbia, ae, f. : l'orgueil, la fierté
superbissimus, a, um : superlatif de superbus, a, um : orgueilleux
supero, as, are : 1. s'élever au-dessus 2. être supérieur, l'emporter 3. aller au-delà, dépasser, surpasser, vaincre
supplex, plicis : suppliant
supplicium, i, n. : le supplice
sustineo, es, ere, tinui, tentum : soutenir, supporter
suus, a, um
: adj. : son; pronom : le sien, le leur
talis, e
: tel ; ... qualis : tel.. que
tamen, adv. : cependant
tanto, adv. : suivi d'un comparatif = autant, d'autant
tantus, a, um
: si grand ; -... ut : si grand... que
tego, is, ere, texi, tectum : 1. couvrir, recouvrir 2. cacher, abriter 3. garantir, protéger
temeritas, atis, f. : l'irréflexion, la témérité
tempero, as, are : 1. combiner, organiser, régler 2. garder la mesure, être modéré, se retenir
tempus, oris, n. : 1. le moment, l'instant, le temps 2. l'occasion 3. la circonstance, la situation
timidus, a, um : craintif
tolero, as, are : 1. porter, supporter 2. soutenir, maintenir 3. résister à
trepido, as, are : trembler, s'agiter, de démener
triumphus, i, m. : le triomphe (entrée solennelle à Rome d'un général victorieux)
turpis, e : honteux
turpissimus, a, um : superlatif de turpis, e : laid, honteux
tutor, aris, ari, atus sum : veiller sur, défendre, (se) protéger
tutus, a, um : en sécurité, sûr
ubi, adv. : où; conj. quand
ullus, a, um
: un seul ; remplace nullus dans une tournure négative
universus, a, um : tout entier
unus, a, um : un seul, un
usus, us, m. : l'usage, l'utilité
ut, conj. : + ind. : quand, depuis que; + subj; : pour que, que, de (but ou verbe de volonté), de sorte que (conséquence) adv. : comme, ainsi que
uti, = ut

utilis, e : utile
utor, eris, i, usus sum : utiliser
venter, tris, m. : le ventre
verbum, i
, n. 1. le mot, le terme, l'expression 2. la parole 3. les mots, la forme
verto, is, ere, verti, versum
: tourner, changer, traduire
verum, conj. : vraiment, en vérité, mais
verus, a, um : vrai
vester, tra, trum
: votre
vetus, eris : vieux
vexillum, i, n. : l'étendard, le drapeau
victoria, ae, f. : la victoire
video, es, ere, vidi, visum : voir (videor, eris, eri, visus sum : paraître, sembler)
vilicus, i, m. : le fermier
vir, viri
, m. : l'homme, le mari
virtus, utis, f. : le courage, l'honnêteté
vita, ae, f. : la vie
vivo, is, ere, vixi, victum
: vivre
vobiscum, = cum vobis
volo, vis, velle : vouloir
voluptas, atis, f. : la volupté, le plaisir
vos, vestrum : vous
texte
texte
texte
texte