Le temps des généraux : Marius

Guerre contre Jugurtha

page suivante       page précédente  ENTRER DANS LE SITE

108

En route pour le consulat

SALLUSTE :  C. Sallustius Crispus se lança dans la politique dès sa jeunesse. Sa carrière fut brisée par l’assassinat de César. Suspecté d’avoir pactisé avec le parti populaire, il se retira dans ses célèbres jardins. Il écrivit de coniuratione Catilinae, Bellum Iugurthinum et Historiae (cette dernière oeuvre est perdue).

Autres textes de Salluste  Retour à la table des matières  Index général

Marius obtient finalement l'autorisation de Métellus de se rendre à Rome pour se présenter au consulat. Métellus, à dessein, ne lui a donné cette autorisation que douze jours avant l'élection. En deux jours, Marius est à Utique. Il offre un sacrifice aux dieux.

Per idem tempus Uticae forte C. Mario per hostias dis supplicanti magna atque mirabilia portendi haruspex dixerat: proinde quae animo agitabat fretus dis ageret, fortunam quam saepissime experiretur ; cuncta prospera eventura. At illum iam antea consulatus ingens cupido exagitabat, ad quem capiendum, praeter vetustatem familiae, alia omnia abunde erant: industria, probitas, militiae magna scientia, animus belli ingens, domi modicus, lubidinis et divitiarum victor, tantummodo gloriae avidus.

SALLUSTE, Bellum Iugurthinum, LXIII, 1-7

   vocabulaire

Au même moment par hasard à Utique Marius faisait un sacrifice aux dieux et un haruspice lui dit que les présages étaient favorables et magnifiques : tout ce qu'il projetait, avec l'aide des dieux, se réaliserait. Il pourrait tenter sa chance autant qu'il le voudrait. Tout ce qu'il ferait réussirait. Déjà auparavant il était poussé par un immense désir de devenir consul. Pour l'obtenir, sauf l'ancienneté de sa famille, il avait tous les atouts : l'énergie, l'honnêteté, une grande connaissance de la stratégie, un courage immense dans la guerre, de la modération en temps de paix, il savait brider ses envies, il méprisait l'argent, il était uniquement avide de gloire.

SALLUSTE, Bellum Iugurthinum, LXIII, 1-7

 

PLUTARQUE, Vie de Marius.  

7-8 

9. Cependant Marius sollicitait vivement son congé, que Métellus différait toujours, et qu'il lui accorda enfin, lorsqu'il ne restait plus que douze jours jusqu'à l'élection des consuls. Marius se rendit en deux jours et une nuit à Utique, sur mer, quoiqu'elle fût à une distance considérable du camp. Avant que de s'embarquer, il fit un sacrifice, et le devin lui assura, dit-on, que le Dieu lui promettait des prospérités extraordinaires, et bien supérieures à ses espérances. Le cour enflé de ces promesses, il mit à la voile ; et ayant eu constamment le vent le plus favorable, il fit la traversée en quatre jours. (suivant)

Utique

http://www.hellotunisia.com.tn/htmfr/region/region/bizerte/utic.htm

Utique, l'aînée de Carthage, elle fut fondée par des marins phéniciens vers la fin du deuxième millénaire av J-C. Réputée pour son port et sa flotte de l'époque, Utique fut " la plus grande cité de la Libye après Carthage ". Son nom figura sur les traités que Carthage signait avec les Etats étrangers.
Cette cité a souvent changé de camp, elle fut punique pour combattre les Grecs de Sicile, puis contre les Romains pour enfin se ranger du coté de ces derniers lors de la troisième guerre punique qui se termina par la chute de Carthage.
Après la victoire finale et la destruction de Carthage, Rome récompensa Utique en lui accordant le droit de conserver son autonomie et la ville est choisie pour être la capitale de la province romaine d'Africa. Cette situation se poursuit jusqu'à la résurrection de Carthage après la deuxième guerre punique 202 av J.C.
Grâce à son port, Utique fut un pôle économique et commercial dans toute la méditerranée. Mais cette situation dominante lui fut naturellement soustraite au fil des siècles. Les alluvions de la Medjerda (la plus grande rivière de la Tunisie) ont comblé le golfe et rejeté le vieux port d'Utique loin de la mer, si bien que le site aujourd'hui est à 10 Km en deçà du rivage.
Sur le site actuel plusieurs vestiges témoignent de la richesse historique d'Utique. On peut visiter la Maison Du Trésor et la Maison De la Chasse. D'autres fouilles ont permis de découvrir plusieurs tombes qui dévoilent la richesse du mobilier funéraire de l'époque.

abunde, adv. : en abondance
ad, prép. : + Acc. : vers, à, près de
agito, as, are : mettre en mouvement, s'occuper de
ago, is, ere, egi, actum
: 1. mettre en mouvement, pousser 2. faire, traiter, agir
alius, a, ud : autre, un autre
animus, i, m. : le coeur, la sympathie, le courage, l'esprit
antea, adv. : auparavant
at, conj. : mais
atque, conj. : et, et aussi
avidus, a, um : désireux, avide
bellum, i, n. : la guerre
C, = Caius, ii, m. : abréviation.
capio, is, ere, cepi, captum : prendre
consulatus, us, m. : le consulat
cuncti, ae, a : tous ensemble
cupido, dinis, m. : le désir
deus, i, m. : le dieu
dico, is, ere, dixi, dictum : dire, appeler
divitiae, arum, f. : richesses
domi, adv. : à la maison
et, conj. : et. adv. aussi
evenio, is, ire, veni, ventum
: survenir, arriver
exagito, as, are
: agiter, critiquer, harceler, inquiéter
experior, iris, iri, expertus sum : éprouver, essayer (expertus, a, um : éprouvé, qui a fait ses preuves)
familia, ae, f. : la famille, la maisonnée
forte, adv. : par hasard
fortuna, ae, f. : la fortune, la chance
fretus, a, um : confiant en, fort en
gloria, ae, f. : 1. la gloire, la réputation, le renom 2. le désir de gloire
haruspex, icis, m. : l'haruspice
hostia, ae, f. : la victime (être vivant offert en sacrifice aux dieux)
iam, adv. : déjà, à l'instant
idem, eadem, idem : le (la) même
ille, illa, illud : adjectif : ce, cette (là), pronom : celui-là, ...
industria, ae, f. : l'application, l'activité, l'assiduité ; de, ex - : volontairement
ingens, entis : immense, énorme
lubido, inis, f. : le désir, l'envie, la débauche
magnus, a, um : grand
Marius, i, m. : Marius
militia, ae, f. : l'armée, le service militaire
mirabilis, e : étonnant, admirable, merveilleux
modicus, a, um : moyen, modéré, en quantité modérée
omnis, e : tout
per, prép. : + Acc. : à travers, par
portendo, is, ere, tendi, tentum
: présager, prédire
praeter, adv. : sauf, si ce n'est prép. : devant, le long de, au-delà de, excepté
probitas, atis, f. : la bonne qualité morale, l'honnêteté, la droiture
proinde, adv. : ainsi donc, de même que
prosperus, a, um : heureux, prospère
quae, 4 possibilités : 1. N.F.S. N.F.PL. N.N.PL., ACC. N. PL. du relatif = qui, que (ce que, ce qui) 2. idem de l'interrogatif : quel? qui? que? 3. faux relatif = et ea - et eae 4. après si, nisi, ne, num = aliquae
quam, 1. accusatif féminin du pronom relatif = que 2. accusatif féminin sing de l'interrogatif = quel? qui? 3. après si, nisi, ne, num = aliquam 4. faux relatif = et eam 5. introduit le second terme de la comparaison = que 6. adv. = combien
quem, 4 possibilités : 1. acc. mas. sing. du pronom relatif = que 2. faux relatif = et eum 3. après si, nisi, ne num = aliquem : quelque, quelqu'un 4. pronom ou adjectif interrogatif = qui?, que?, quel?
saepissime, inv. : souvent
scientia, ae, f. : la connaissance
sum, es, esse, fui : être
supplico, as, are : supplier, adresser une supplication
tantummodo, adv. : seulement
tempus, oris, n. : 1. le moment, l'instant, le temps 2. l'occasion 3. la circonstance, la situation
Utica, ae, f. : Utique (ville d'Afrique située près de Carthage)
vetustas, atis, f. : la vieillesse, la vétusté
victor, oris, m. : le vainqueur
texte
texte
texte
texte