Le temps des généraux : Pompée

Guerre contre César

page suivante       page précédente


50

Causes de la guerre civile

LUCAIN : M. Annaeus Lucanus est le fils de M. Annaeus Méla, le frère cadet de Sénèque. Né à Cordoue en 39, il vint à Rome avec sa famille dès 40. Parmi ses maîtres on trouve le philosophe stoïcien Cornutus. Parmi ses condisciples figurait le poète Perse, un peu plus âge que lui.
Son milieu social et sa précocité littéraire aidant, Lucain devint vite un protégé de Néron qui lui accorder la questure avant l'âge légal ainsi que l'augurat. Lors de sa première apparition en public, le poète obtint le premier prix aux Neronia de 60, en présentant un éloge de l'empereur.
Mais la disgrâce n'allait pas tarder, provoquée par la jalousie de Néron, qui se croyait des talents littéraires, ou peut-être par des raisons politiques, puisqu'on assiste alors à la mise à l'écart de Sénèque et de tout le clan des Annaei. Impliqué dans la conjuration de Pison en 65, Lucain fut contraint au suicide : il avait 26 ans.  Son oeuvre se confond pour nous avec une épopée dont il nous reste dix livres (le dixième est incomplet ou inachevé) : la Pharsale. Ce titre est incorrect et résulte d'une mauvaise interprétation du vers 9,985, où figure l'expression Pharsalia nostra ; Lucain avait intitulé son poème Bellum civile. Mais nous continuons, par habitude, à l'appeler la Pharsale.

Autres textes de Lucain  Retour à la table des matières  Index général

En 53, Crassus meurt alors que César est en Gaule. Pompée obtient alors du Sénat d'être nommé consul unique en 52.
Hae ducibus causae. suberant sed publica belli
semina, quae populos semper mersere potentes:
namque ut opes nimias mundo fortuna subacto
intulit et rebus mores cessere secundis
praedaque et hostiles luxum suasere rapinae,
non auro tectisve modus, mensasque priores
aspernata fames; cultus gestare decoros
vix nuribus rapuere mares; fecunda virorum
paupertas fugitur totoque accersitur orbe,
quo gens quaeque perit; tum longos iungere fines
agrorum, et quondam duro sulcata Camilli
vomere et antiquos Curiorum passa ligones
longa sub ignotis extendere rura colonis.
Non erat is populus, quem pax tranquilla iuvaret,
quem sua libertas immotis pasceret armis.
Inde irae faciles et, quod suasisset egestas,
vile nefas magnumque decus ferroque petendum
plus patria potuisse sua mensuraque iuris
vis erat; hinc leges et plebis scita coactae
et cum consulibus turbantes iura tribuni;
hinc rapti fasces pretio sectorque favoris
ipse sui populus letalisque ambitus urbi
annua venali referens certamina Campo;
hinc usura vorax avidumque in tempora fenus
et concussa fides et multis utile bellum
.

LUCAIN, Pharsale, I, 158 - 182

  vocabulaire

Telles furent les raisons pour les chefs. Il y avait, sous-jacents, des germes de guerre civile, germes qui ont toujours anéanti les peuples puissants.
Quand le monde est soumis et que la Fortune apporte des richesses en trop grande abondance, quand en période de prospérité il y a décadence des moeurs, quand grâce au butin et au pillage chez les ennemis on s’installe dans le luxe, alors il n’y a plus de mesure pour l’or ou les constructions. La faim méprise les tables ancestrales. Les hommes commencent à porter des vêtements à peine convenables pour les femmes. On se met à fuir la pauvreté féconde en hommes illustres. De tout l’univers on fait venir ce qui détruit les peuples. C’est alors qu’on se met à élargir les terres, qu’on étend au loin grâce à des colons inconnus les campagnes jadis labourées par la dure charrue de Camille, jadis soumises aux antiques houes des Curii. Ce n’est plus ce peuple qui se plaisait dans une paix tranquille, ce peuple qui se développait dans la liberté sans devoir prendre les armes.
Alors ce sont des colères pour un rien. Le crime commis quand on est poussé par la pauvreté est considéré comme une peccadille. Avoir plus de puissance que sa patrie devient un grand honneur qu’on doit chercher à obtenir les armes à la main. La force devient la mesure du droit. Ce sont alors des lois et des plébiscites votés sous la violence, des tribuns qui perturbent les lois en compagnie des consuls. Ce sont des faisceaux achetés, le peuple lui-même vendant ses voix et une brigue mortelle pour la ville qui ramène chaque année une lutte dans un Champ de Mars à vendre. C’est l’usure dévorante et un intérêt toujours plus élevé. C’est la loyauté foulée aux pieds. C’est une guerre qui intéresse tout le monde.

LUCAIN, Pharsale, I, 158 - 182

 

Manius Curius Dentatus

Plutarque, Vie de Caton, 2:

Les champs [de Caton] étaient voisins de la ferme qui avait appartenu à Manius Curius, celui qui avait obtenu trois fois le triomphe. Il y allait fréquemment et, considérant l'exiguïté du domaine et la simplicité du logis, il songeait à cet homme qui était devenu le plus grand des Romains et qui, après avoir soumis les nations les plus belliqueuses et chassé Pyrrhus d'Italie, bêchait lui-même son petit fonds de terre et habitait cette ferme après ses trois triomphes. C'est là que les envoyés des Samnites l'avaient trouvé assis près du foyer où il faisait cuire des raves et lui avaient offert beaucoup d'or. Il les renvoya en disant qu'un homme à qui un tel repas suffisait n'avait pas besoin d'or et que, pour sa part, il trouvait plus beau de vaincre ceux qui avaient de l'or que d'en avoir lui-même.

http://www.noctes-gallicanae.org/Rome/Grands%20noms/Dentatus_Fabricius.htm

accerso, is, ere, ivi, itum : faire venir, appeler
ager, agri
, m. : la terre, le territoire, le champ
ambitus, us
, m. : la brigue, le mouvement circulaire, le tour, le pourtour
annuus, a, um
: annuel
antiquus, a, um
: ancien

arma, orum,
n. : les armes

aspernor, aris, ari, atus sum
: repousser, rejeter, détourner
avidus, a, um
: désireux, avide
aurum, i,
n. : l'or
bellum, i
, n. : la guerre

Camillus, i,
m. : Camillus

campus, i
, m. : la plaine, le champ
causa, ae
, f. : la cause, le motif; l'affaire judiciaire, le procès; + Gén. : pour
cedo, is, ere, cessi, cessum
: 1. aller, marcher 2. s'en aller, se retirer 3. aller, arriver 4. céder, concéder
certamen, inis
, n. : le combat, la lutte, le conflit
cogo, is, ere, egi, actum
: 1. assembler, réunir, rassembler, 2. concentrer, condenser 3. pousser de force, forcer
colonus, i,
m : le paysan, l'agriculteur, le fermier, l'habitant d'une colonie
concutio, is, ere, cussi, cussum
: agiter, secouer, ébranler
consul, is
, m. : le consul
cultus, us,
m. : l'action de cultiver, le culte, l'élégance raffinée, l'habillement
cum
, inv. :1. Préposition + abl. = avec 2. conjonction + ind. = quand, lorsque, comme, ainsi que 3. conjonction + subj. : alors que
Curius, i,
m. : M' Curius Dentatus, vainqueur des Samnites et de Pyrrhus

decorus, a, um
: qui convient, qui sied, orné, paré

decus, oris
, n. : la gloire, l'honneur

durus, a, um
: dur

dux, ducis
, m. : le chef, le guide

egestas, atis
, f. : la pauvreté

et
, conj. : et. adv. aussi
extendo, is, ere, tendi, tensum (tum)
: étendre, étirer, allonger, élargir
facilis, e
: facile
fames, is
, f. : la faim
fascis, is
, m. : paquet ; pl. : faisceaux
favor, oris
, f. : la faveur, la sympathie
fecundus, a, um
: fécond
fenus, fenoris
, n. : le rapport, le produit, l'intérêt (de l'argent), le gain
ferrum, i
, n. : le fer (outil ou arme de fer)
fides, ei
, f. : 1. la foi, la confiance 2. le crédit 3. la loyauté 4. la promesse, la parole donnée 5. la protection

finis, is
, f. : la limite, la fin ; pl., les frontière, le territoire

fortuna, ae
, f. : la fortune, la chance
fugio, is, ere, fugi
: s'enfuir, fuir
gens, gentis
, f. : la tribu, la famille, le peuple
gesto, as, are
: porter çà et là, porter
hic, haec, hoc
: adj. : ce, cette, ces, pronom : celui-ci, celle-ci
hinc
, adv. : d'ici
hostilis, e
: de l'ennemi

ignotus, a, um
: inconnu

immotus, a, um
: 1. sans mouvement, immobile 2. ferme, inébranlable
in
, prép. : (acc. ou abl.) dans, sur, contre
inde
, adv. : de là, donc
infero, es, ferre, tuli, illatum
: porter dans, servir
ipse, a, um
: (moi, toi, lui,...) même
ira, ae
, f. : la colère
is
, NOM M SING de is,ea,id : ce, cette, celui-ci, il

iungo, is, ere, iunxi, iunctum
: joindre
ius, iuris
, n. : le droit, la justice

iuvo, as, are, iuvi, iutum
: aider ; quid iuvat : à quoi bon ?

letalis, e
: fatal
lex, legis,
f. : la loi, la (les) condition(s) d'un traité

libertas, atis
, f. : la liberté
ligo, onis
, m. : le hoyau, la houe
longus, a, um
: long
luxus, us
, m. : l'excès, la débauche, le faste
magnus, a, um
: grand
mas, maris,
m. : le mâle, l'homme
mensa, ae
, f. : la table

mensura, ae,
f. : 1. la mesure, la dimension, le mesurage 2. la quantité, la capacité, le degré
mergo, is, ere, mersi, mersum
: plonger, tremper

modus, i
, m. : la mesure, la limite, la manière
mos, moris,
m. : sing. : la coutume ; pl. : les moeurs
multus, a, um
: en grand nombre (surtout au pl. : nombreux)

mundus, i
, m. : le monde, le firmament

nam
, conj. : de fait, voyons, car
nefas
, inv. : criminel, sacrilège
nimius, a, um
: excessif
non
, neg. : ne...pas

nurus, us
, f. : la belle-fille, la bru (poétique : le jeune femme)

ops, opis,
f. : sing., le pouvoir, l'aide ; pl., les richesses

orbis, is, m
. : le cercle, le globe. - terrarum : le monde

pasco, is, ere, pavi, pastum
: faire paître, nourrir
patior, eris, i, passus sum
: supporter, souffrir, être victime de, être agressé par
patria, ae
, f. : la patrie
paupertas, atis
, f. : la pauvreté
pax, pacis
, f. : la paix
pereo, is, ire, ii, itum
: périr
peto, is, ere, ivi, itum
: 1. chercher à atteindre, attaquer, 2. chercher à obtenir, rechercher, briguer, demander

plebs, plebis,
f. : la plèbe

plus
, adv. : plus, davantage
populus, i,
m. : le peuple

possum, potes, posse, potui
: pouvoir

potens, entis
, m. : puissant
praeda, ae
, f. : le butin, les dépouilles, la proie
pretium, ii,
n. : le prix, la valeur, la récompense, le salaire
prior, oris
: d'avant, précédent
publicus, a, um
: public

quae
, 4 possibilités : 1. N.F.S. N.F.PL. N.N.PL., ACC. N. PL. du relatif = qui, que (ce que, ce qui) 2. idem de l'interrogatif : quel? qui? que? 3. faux relatif = et ea - et eae 4. après
si, nisi, ne, num = aliquae
quaeque, NFS ou NFPL ou NNPL ou ACCNPL de quisque : chaque, chacun
quem
, 4 possibilités : 1. acc. mas. sing. du pronom relatif = que 2. faux relatif = et eum 3. après si, nis, ne num = aliquem : quelque, quelqu'un 4. pronom ou adjectif interrogatif = qui?, que?, quel?
quo
, 1. Abl. M. ou N. du pronom relatif. 2. Abl. M. ou N. du pronom ou de l'adjectif interrogatif. 3. Faux relatif = et eo. 4. Après si, nisi, ne, num = aliquo. 5. Adv. =où ? (avec changement de lieu) 6. suivi d'un comparatif = d'autant 7. conj. : pour que par là
quod
, 1. pronom relatif nom. ou acc. neutre singulier : qui, que 2. faux relatif = et id 3. conjonction : parce que, le fait que 4. après si, nisi, ne, num = aliquod = quelque chose 5. pronom interrogatif nom. ou acc. neutre sing. = quel?
quondam
, adv. : jadis, un jour

rapina, ae,
f. : le vol, la rapine

rapio, is, ere, rapui, raptum
: 1. emporter 2. ravir, voler, piller 3. se saisir vivement de
refero, fers, ferre, tuli, latum
: 1. reporter 2. porter en retour, rapporter (refert : il importe)
res, rei
, f. : la chose, l'événement, la circonstance, l'affaire judiciaire; les biens

rus, ruris
, n. : la campagne

scitum, i,
n. : le décret
sector, oris,
m. : l'acheteur de biens confisqués
secundus, a, um
: second, favorable
sed
, conj. : mais
semen, inis
, n. : la graine, la semence
semper
, adv. : toujours
suadeo, es, ere, suasi, suasum
: conseiller
sub
, prép. : + Abl. : sous
subigo, is, ere, egi, actum
: pousser vers le haut, de force, contraindre
subsum, es, esse, fui
, : être dessous, être dans le voisinage

sulco, as, are
: 1. mettre en sillon, labourer 2. sillonner (les flots)

sum, es, esse, fui
: être
suus, a, um
: adj. : son; pronom : le sien, le leur

tectum, i,
n. : le toit, la maison
tempus, oris
, n. : 1. le moment, l'instant, le temps 2. l'occasion 3. la circonstance, la situation

totus, a, um
: tout entier
tranquillus, a, um
: calme, tranquille
tribunus, i
, m. : le tribun ; tribunus pl. : le tribun de la plèbe
tum
, adv. : alors

turbo, as, are
: troubler
urbs, urbis
, f. : la ville
usura, ae
, f : usage, jouissance (de qqch), intérêt (d'un prêt)

ut
, conj. : + ind. : quand, depuis que; + subj; : pour que, que, de (but ou verbe de volonté), de sorte que (conséquence) adv. : comme, ainsi que
utilis, e
: utile
venalis, e
: à vendre

vilis, e
: de peu de prix, vil

vir, viri,
m. : l'homme, le mari

vis, -
, f. : la force

vix
, adv. : à peine
vomer, eris
, m. le soc de la charrue

vorax, acis
: dévorant, qui engloutit, vorace
texte
texte
texte
texte