Le temps des généraux : Pompée

Guerre contre César

page suivante       page précédente


50

César, l'homme qui monte

LUCAIN : M. Annaeus Lucanus est le fils de M. Annaeus Méla, le frère cadet de Sénèque. Né à Cordoue en 39, il vint à Rome avec sa famille dès 40. Parmi ses maîtres on trouve le philosophe stoïcien Cornutus. Parmi ses condisciples figurait le poète Perse, un peu plus âge que lui.
Son milieu social et sa précocité littéraire aidant, Lucain devint vite un protégé de Néron qui lui accorder la questure avant l'âge légal ainsi que l'augurat. Lors de sa première apparition en public, le poète obtint le premier prix aux Neronia de 60, en présentant un éloge de l'empereur.
Mais la disgrâce n'allait pas tarder, provoquée par la jalousie de Néron, qui se croyait des talents littéraires, ou peut-être par des raisons politiques, puisqu'on assiste alors à la mise à l'écart de Sénèque et de tout le clan des Annaei. Impliqué dans la conjuration de Pison en 65, Lucain fut contraint au suicide : il avait 26 ans.  Son oeuvre se confond pour nous avec une épopée dont il nous reste dix livres (le dixième est incomplet ou inachevé) : la Pharsale. Ce titre est incorrect et résulte d'une mauvaise interprétation du vers 9,985, où figure l'expression Pharsalia nostra ; Lucain avait intitulé son poème Bellum civile. Mais nous continuons, par habitude, à l'appeler la Pharsale.

Autres textes de Lucain  Retour à la table des matières  Index général

En 53, Crassus meurt alors que César est en Gaule. Pompée obtient alors du Sénat d'être nommé consul unique en 52.
....Sed non in Caesare tantum
nomen erat nec fama ducis, sed nescia virtus
stare loco, solusque pudor non vincere bello;
acer et indomitus, quo spes quoque ira vocasset,
ferre manum et numquam temerando parcere ferro,
successus urguere suos, instare favori
numinis, impellens, quidquid sibi summa petenti
obstaret gaudensque viam fecisse ruina,
qualiter expressum ventis per nubila fulmen
aetheris impulsi sonitu mundique fragore
emicuit rupitque diem populosque paventes
terruit obliqua praestringens lumina flamma:
in sua templa furit, nullaque exire vetante
materia magnamque cadens magnamque revertens
dat stragem late sparsosque recolligit ignes.

  vocabulaire

César n’avait pas seulement le nom et la réputation de chef mais c’était un courage incapable de rester en place. Sa seule honte : ne pas vaincre au combat. Vif et indomptable, il portait la main là où l’espoir et la colère l’appelaient. Jamais il n’épargnait le fer souillé de sang. Il poursuivait avec opiniâtreté le succès, il recherchait les faveurs de la divinité, repoussait tout ce qui lui faisait obstacle pour arriver au pouvoir suprême et avait plaisir à s’ouvrir une voie au milieu des ruines. Il était comme la foudre qui jaillit des nuages amenée par la force des vents au milieu du grondement du ciel ébranlé et du fracas du monde. Elle s’élance, parcourt le ciel, effraie les peuples terrorisés, éblouit leurs yeux de sa flamme oblique. Elle entre en furie dans ses propres temples, n’est arrêtée par aucun obstacle, elle tombe et retombe, cause des dégâts énormes sur une large étendue pour ensuite rassembler ses feux dispersés.

Lucain, Pharsale, I, 143 - 157

 


César

XLV. Son portrait. Son tempérament, ses habitudes

http://www.fusl.ac.be/Files/General/BCS/SUET/CAES/trad.html

(1) Il avait, dit-on, une haute stature, le teint blanc, les membres bien faits, le visage un peu trop plein, les yeux noirs et vifs, une santé robuste, si ce n'est que, dans les derniers temps de sa vie, il était sujet à des syncopes subites, et à des terreurs nocturnes qui troublaient son sommeil. (2) Deux fois aussi, il fut atteint d'épilepsie dans l'exercice de ses devoirs publics. (3) Il attachait trop d'importance au soin de son corps; et, non content de se faire tondre et raser de près, il se faisait encore épiler, comme on le lui reprocha. Il supportait très péniblement le désagrément d'être chauve, qui l'exposa maintes fois aux railleries de ses ennemis. (4) Aussi ramenait-il habituellement sur son front ses rares cheveux de derrière; et de tous les honneurs que lui décernèrent le peuple et le sénat, aucun ne lui fut plus agréable que le droit de porter toujours une couronne de laurier. (5) On dit aussi que sa mise était recherchée, et son laticlave garni de franges qui lui descendaient sur les mains. C'était toujours par-dessus ce vêtement qu'il mettait sa ceinture, et il la portait fort lâche; habitude qui fit dire souvent à Sylla, en s'adressant aux grands: "Méfiez-vous de ce jeune homme, qui met si mal sa ceinture." Suétone.

acer, cris, cre : vif, ardent
aether, eris,
m : le ciel
bellum, i
, n. : la guerre

cado, is, ere, cecidi, casum
: tomber
Caesar, aris
, m. : César, empereur
dies, ei
, m. et f. : le jour

do, das, dare, dedi, datum
: donner
dux, ducis
, m. : le chef, le guide
emico, as, are, cui, atum
: s'élancer hors de, jaillir
et
, conj. : et. adv. aussi
exeo, is,ire, ii, itum
: 1. sortir de, aller hors de 2. partir
exprimo, is, ere, pressi, pressum
: faire sortir en pressant, représenter, dessiner avec netteté

facio, is, ere, feci, factum
: faire
fama, ae,
f. : la nouvelle, la rumeur, la réputation
favor, oris,
f. : la faveur, la sympathie
fero, fers, ferre, tuli, latum
: porter, supporter, rapporter
ferrum, i
, n. : le fer (outil ou arme de fer)
flamma, ae,
f. : la flamme
fragor, oris,
m. : le craquement, le fracas
fulmen, inis
, n. : la foudre
furo, is, ere
: être hors de soi, être fou
gaudeo, es, ere, gavisus sum
: se réjouir
ignis, is
, m. : le feu
impello, is, ere, puli, pulsum
: 1. heurter contre 2. ébranler 3. pousser à qqch 4. culbuter, bousculer (un ennemi)
in
, prép. : (acc. ou abl.) dans, sur, contre

indomitus, a, um
: indompté
insto, as, are, stiti, staturus
: 1. se tenir sur 2. presser, insister 3. être sur le point de, être imminent 4. s'appliquer sans relâche à qqch.
ira, ae
, f. : la colère
late
, adv. : largement
locus, i,
m. : le lieu, l'endroit; la place, le rang; la situation
lumen, inis
, n. : 1. la lumière 2. le flambeau, la lampe 3. le jour 4. l'éclat, le rayon 5. les yeux
magnus, a, um
: grand
manus, us,
f. : la main, la petite troupe
materia, ae
, f. : la matière, le sujet, le prétexte
mundus, i
, m. : le monde, le firmament
nec
, adv. : et...ne...pas
nescius, a, um
: qui ne sait pas, ignorant
nomen, inis
, n. : 1. le nom, la dénomination 2. le titre 3. le renom, la célébrité (nomine = par égard pour, à cause de, sous prétexte de)
non
, neg. : ne...pas
nubilus, a, um
: nuageux, sombre, trouble (esprit), malheureux. (nubila, orum : les nuages)
nullus, a, um
: aucun
numen, inis
, n. : l' assentiment, la volonté ; la volonté des dieux, la puissance divine; un dieu, une divinité
numquam
, inv. : ne... jamais
obliquus, a, um
: oblique, allant de côté
obsto, as, are, stiti, staturus
: faire obstacle à, gêner
parco, is, ere, peperci, parsum
: épargner
paveo, es, ere, pavi
: être troublé, craindre, redouter
per
, prép. : + Acc. : à travers, par
peto, is, ere, ivi, itum
: 1. chercher à atteindre, attaquer, 2. chercher à obtenir, rechercher, briguer, demander
populus, i
, m. : le peuple
praestringo, is, ere, strinxi, strictum
: 1. serrer en avant 2. effleurer 3. émousser 4. éblouir, aveugler
pudor, oris
, m. : la honte
qualiter
, 1. interr. de quelle manière 2. relat. ainsi que, comme
quisquis, quidquid ou quicquid
: quiconque
quo
, 1. Abl. M. ou N. du pronom relatif. 2. Abl. M. ou N. du pronom ou de l'adjectif interrogatif. 3. Faux relatif = et eo. 4. Après si, nisi, ne, num = aliquo. 5. Adv. =où ? (avec changement de lieu) 6. suivi d'un comparatif = d'autant 7. conj. : pour que par là
quoque
, adv. : aussi
recolligo, is, ere, egi, ectum
: 1. rassembler, réunir 2. ressaisir, reprendre
reverto, is, ere, i, sum
: retourner, revenir (revertor, eris, i, versus sum : le même sens)
ruina, ae
, f. : la chute, l'écroulement, l'effondrement, la catastrophe, la ruine
rumpo, rupi, ruptum, ere
: briser, faire éclater, enfoncer ; enfreindre
se
, pron. réfl. : se, soi
sed
, conj. : mais
solus, a, um
: seul
sonitus, us
, m. : le bruit, le retentissement, le fracas
spargo, is, ere, sparsi, sum
: 1. jeter çà et là, répandre 2. disperser, disséminer 3. parsemer, joncher
spes, ei
, f. : l'espoir
sto, as, are, steti, statum
: se tenir debout
strages, is
, f. : l'écroulement
successus, us
, m. : le succès, la réussite
sum, es, esse, fui
: être
summus, a, um
: superlatif de magnus. très grand, extrême
suus, a, um
: adj. : son; pronom : le sien, le leur
tantum
, adv. : tant de, tellement ; seulement
temero, as, are
: se méconduire, déshonorer, profaner, souiller, violer, outrager
templum, i,
n. : le temple
terreo, es, ere, ui, itum
: 1. effrayer, épouvanter 2. mettre en fuite, chasser
urgueo, es, ere, ursi, -
: presser, accabler

ventus, i,
m. : le vent
veto, as, are, ui, itum
: interdire

via, ae
, f. : la route, le chemin, le voyage
vinco, is, ere, vici, victum
: vaincre
virtus, utis
, f. : le courage, l'honnêteté

voco, as, are
: appeler
texte
texte
texte
texte