Le temps des Gracques

       page suivante       page précédente

Caius Gracchus

123

La loi frumentaire

CICERON : M. Tullius Cicero fut avocat, homme politique, écrivain. Durant les dernières années de sa vie, aigri par son divorce et par sa mise à l'écart de la vie politique, il va se consacrer à la rédaction d'ouvrages théoriques sur l'art oratoire et sur la philosophie. Au fil de ses lectures il choisit le bien où il le trouve

Autres textes de Cicéron  Retour à la table des matières  Index général

Cicéron critique Epicure en disant qu'il y a chez celui-ci  contradiction entre la théorie et la pratique.   Il va donner un exemple de personnage chez qui la théorie et la pratique sont opposées

C. Gracchus, cum largitiones maximas fecisset et effudisset aerarium, verbis tamen defendebat aerarium. Quid verba audiam, cum facta videam? L. Piso ille Frugi semper contra legem frumentariam dixerat. Is, lege lata, consularis ad frumentum accipiendum venerat. Animum advertit Gracchus in contione Pisonem stantem ; quaerit audiente populo Romano qui sibi constet, cum ea lege frumentum petat quam dissuaserit. "Nolim", inquit, "mea bona, Gracche, tibi viritim dividere libeat, sed, si facias, partem petam". Parumne declaravit vir gravis et sapiens lege Sempronia patrimonium publicum dissipari ? Lege orationes Gracchi, patronum aerarii esse dices.

CICERON, Tusculanes, III, 48.

  vocabulaire

Alors que Caius Gracchus faisait d'énormes dépenses et dilapidait le trésor public, en paroles cependant il défendait ce trésor public. A quoi bon écouter des paroles, quand je vois des faits? Le célèbre Lucius Pison Frugi s'était toujours élevé contre la loi frumentaire mais, une fois la loi votée, cet ancien consul était venu pour recevoir du blé. Gracchus remarque Pison debout au milieu de l'assemblée; il lui demande devant tout le peuple romain en quoi il était d'accord avec lui-même alors qu'il réclamait du blé au nom de la loi qu'il avait combattue. "Je ne voudrais pas, Gracchus, que tu tu aies du plaisir à diviser mes biens, mais, si tu le faisais, je réclamerais ma part." Cet homme sérieux et sage n'a-t-il pas fait voir clairement que par la loi Sempronia, il dilapidait le patrimoine de l'Etat? Lis les discours de Gracchus, tu diras qu'il est le défenseur du trésor public.

CICERON, Tusculanes, III, 48.

 

 

 

Plutarque, vies parallèles

22 - 23

24. Ensuite on lui intenta d'autres accusations et d’autres procès : avoir provoqué l'insurrection parmi les alliés et avoir participé à la conspiration qui fut découverte à Fregellae. Mais il fut lavé de tout soupçon et prouva son entière innocence. Immédiatement après il se présenta au tribunat. Malgré l'opposition de tous les gens influents, une foule telle vint de toutes les régions de l’Italie pour élire Caius que la ville ne parvint pas à leur fournir des logements et le Champs de Mars ne fut pas assez grand pour contenir l'assemblée : pour recueillir les voix en sa faveur il fallut monter sur les toits et les tuiles des maisons. Cependant la noblesse ne réussit qu'à forcer le peuple et à décevoir les espoirs de Caius en ne le nommant pas en première position, comme prévu, mais seulement comme quatrième tribun. Mais quand il entra en fonction, on vit tout de suite que c'était lui le premier tribun : il était le meilleur orateur de son époque et la passion avec laquelle il déplorait toujours la mort de son frère le rendait encore plus hardi. Il avait l'habitude en toutes occasions de rappeler au peuple ce qui s'était produit lors de ces événements et montait les exemples de leurs ancêtres : comment ils déclarèrent la guerre contre le Falisques uniquement pour une insulte faite contre Genucius, un tribun du peuple; et comment ils condamnèrent Caius Vetteius à mort pour avoir refusé de céder le passage à un tribun sur le Forum "tandis que," dit-il, "ces hommes, en votre présence, ont tué Tibérius à coups de massues et ont traîné son corps abattu à travers la ville avant de le jeter dans le fleuve. Même ses amis, capturés furent mis à mort immédiatement sans aucun jugement. Et pourtant c’est une coutume antique qui a toujours été observée dans notre ville que chaque fois que quelqu’un qui est accusé d'un crime capital ne se rend pas personnellement devant le tribunal, un trompettiste vient le matin à son logement, pour le sommer à coups de trompette de comparaître. Avant que cette cérémonie ne soit accomplie, les juges ne votent pas : nos ancêtres étaient si avisés et prudents quand il s’agissait de la vie et de la mort."

25. Avait après ému le peuple avec de tels propos (et sa voix était très forte et très puissante), il proposa deux lois. La première disait que celui à qui le peuple retirait la charge, ne pouvait exercer aucune autre charge après. La seconde disait que si un magistrat condamnait un romain à l’exil sans procès légal le peuple était autorisé à donner son avis.

Une de ces lois dégradait manifestement Marcus Octavius qui, à l'instigation de Tibérius, avait été privé de son tribunat. L'autre touchait Popilius qui, lorsqu’il était préteur, avait banni tous les amis de Tibérius. Popilius qui ne voulait pas risquer un jugement se sauva hors de l'Italie. Quant à l’autre loi, Caius la retira lui-même en disant qu’il pardonnait à Octavius à la demande de sa mère Cornélie. Le peuple accepta et en fut satisfait : il avait une grand vénération pour Cornelie autant à cause de son père que de ses enfants. On érigea une statue de bronze en son avec cette inscription : Cornélie, la mère des Gracques. Il y a plusieurs passages qu’on a gardés où il utilise le nom de celle-ci avec peut-être trop de rhétorique et trop peu d'amour-propre dans ses attaques contre adversaires de celle-ci. "Comment," dit-il, "oses-tu insulter Cornélie la mère de Tibérius?" Et parce celui qui avait tenu ces propos avait une attitude efféminée "Comment " dit-il, "oses-tu te comparer à Cornélie? As-tu eu des enfants comme elle? Mais tout Rome sait qu'elle s'est abstenue de mari plus longtemps que toi." Telle était l'amertume qu'il usait dans son langage et on pourrait trouver dans le reste de ses écrits de nombreuses expressions semblables.

26. Il proposa alors des lois pour faire plaisir au peuple et pour amoindrir la puissance du sénat. La première concernait les terres publiques qui devaient être distribuées aux pauvres citoyens. Une autre concernait les soldats : ils devaient être habillés aux frais de l’Etat sans aucune diminution de leur solde et aucun ne devait être obligé de servir dans l'armée s’il n’avait pas dix-sept ans. Une autre donnait le même droit à tous les Italiens aux élections que les citoyens romains. Une quatrième sur le prix du blé qui devait être vendu aux pauvres à un taux inférieur qu'auparavant. Une cinquième enfin sur les tribunaux qui réduisait considérablement le pouvoir des sénateurs. Jusque là, dans tous les procès, les sénateurs présidaient en tant que juges et à cause de cela étaient fort redoutés par les chevaliers et le peuple romain. Mais Caius ajouta trois cents citoyens ordinaires de rang équestre aux sénateurs qui eux-mêmes étaient au nombre de trois cents et il décréta que l'autorité judiciaire serait dorénavant aux mains de ces six cents personnes. En plaidant pour la ratification de cette loi, on observa le grand sérieux de son comportement. Tandis que les autres chefs populaires, quand ils parlaient, tournaient toujours leurs visages vers la sénat et vers l'endroit appelé le comitium, lui, au contraire, fut le premier qui dans une harangue au peuple se tourna de l’autre côté, vers eux. Par la suite les orateurs ont continué à faire de même. Par ce mouvement et ce changement de position, choses pourtant insignifiantes, il provoqua une petite révolution dans des affaires de l'état : le passage en quelque sorte d’un gouvernement aristocratique à un démocratique en montrant que les orateurs publics devaient s'adresser au peuple et non au sénat. (suivant)

 

Lois de Caius Gracchus

Lois économiques

Lois politiques

Lois judiciaires

- loi frumentaire
- loi agraire
- loi sur les grands travaux
- loi sur les impôts d'Asie
- loi autorisant de nouveaux droits de douane
- dévolution des provinces consulaires
- chasser du Sénat un magistrat déposé
- droit d'appel
- jurys pour les chevaliers

Lois sociales

Lex Rubria

- droit de cité aux Latins
- droit latin aux Italiens

 

accipio, is, ere, cepi, ceptum : recevoir, apprendre (acceptus, a, um : bien accueilli, agréable)
ad, prép. : + Acc. : vers, à, près de
adverto, (advorto) is, ere, verti, versum : tourner vers, faire attention ; - animum : s'apercevoir
aerarium, ii, n. : le trésor public
animus, i, m. : le coeur, la sympathie, le courage, l'esprit
audio, is, ire, ivi, itum : 1. entendre (dire) 2. écouter 3. apprendre 4. bene, male audire : avoir bonne, mauvaise réputation
bonus, a, um : bon (bonus, i : l'homme de bien - bona, orum : les biens)
C, = Caius, ii, m. : abréviation.
consto, as, are : 1. se tenir d'aplomb, exister, se maintenir, être d'accord, coûter ; impers. constat +prop. inf. : il est établi
consularis, e : consulaire, ancien consul
contio, onis, f. : la tribune, l'assemblée
contra, adv : au contraire, en face ; prép+acc : contre
cum, inv. :1. Préposition + abl. = avec 2. conjonction + ind. = quand, lorsque, comme, ainsi que 3. conjonction + subj. : alors que
declaro, as, are : faire voir clairement, exprimer, manifester
defendo, is, ere, fendi, fensum : défendre, soutenir
dico, is, ere, dixi, dictum : dire, appeler
dico, is, ere, dixi, dictum : dire, appeler
dissipo, as, are : disperser, mettre en pièces, détruire
dissuadeo, es, ere, suasi, suasum : dissuader
divido, is, ere, visi, visum : diviser
ea, 1. ABL. FEM. SING - NOM-ACC. N. PL. de is, ea, id (ce, cette, le, la...) 2. adv. : par cet endroit
effundo, is, ere, fudi, fusum : répandre, disperser
et, conj. : et. adv. aussi
facio, is, ere, feci, factum : faire
factum, i, n. : le fait, l'action, le travail, l'ouvrage
fero, fers, ferre, tuli, latum : porter, supporter, rapporter
Frugi, m. : Frugi
frumentarius, a, um : qui concerne le blé
frumentum, i, n. : le blé
Gracchus, i, m. : Gracchus
gravis, e : sérieux, triste, lourd, alourdi
ille, illa, illud : adjectif : ce, cette (là), pronom : celui-là, ...
in, prép. : (acc. ou abl.) dans, sur, contre
inquit, vb. inv. : dit-il, dit-elle
is, NOM M SING de is,ea,id : ce, cette, celui-ci, il
L, abrév. : Lucius
largitio, ionis, f. : la distribution généreuse, la largesse, la générosité, la profusion
lego, is, ere : lire
lex, legis, f. : la loi, la (les) condition(s) d'un traité
libet, v. inv. : il plaît
maximus, a, um : superlatif de magnus, a, um : grand
meus, mea, meum : mon
nolo, non vis, nolle, nolui : ne pas vouloir, refuser
oratio, onis, f. : le langage, la parole, l'exposé, le discours
pars, partis, f. : la partie, le côté
parum, adv. : peu
patrimonium, i, n. : patrimoine
patronus, i, m. : l'avocat, le défenseur
peto, is, ere, ivi, itum : 1. chercher à atteindre, attaquer, 2. chercher à obtenir, rechercher, briguer, demander
Piso, onis, m. : Pison
populus, i, m. : le peuple
publicus, a, um : public
quaero, is, ere, sivi, situm : chercher, demander
quam, 1. accusatif féminin du pronom relatif = que 2. accusatif féminin sing de l'interrogatif = quel? qui? 3. après si, nisi, ne, num = aliquam 4. faux relatif = et eam 5. introduit le second terme de la comparaison = que 6. adv. = combien
qui, 1. N.M. S., N. M. PL. du pronom relatif = qui 2. faux relatif = et is - et ei 3. NMS ou N.M.PL. de l'interrogatif = qui? quel? 4. après si, nisi, ne, num = aliqui   6. En quoi
quid, 1. Interrogatif neutre de quis : quelle chose?, que?, quoi?. 2. eh quoi! 3. pourquoi? 4. après si, nisi, ne num = aliquid
Romanus, a, um : Romain (Romanus, i, m. : le Romain)
sapiens, entis : sage (sapiens, entis, m. : le sage)
se, pron. réfl. : se, soi
sed, conj. : mais
semper, adv. : toujours
Sempronius, a, um : de Sempronius (lex Sempronia)
si, conj. : si
sto, as, are, steti, statum : se tenir debout
sum, es, esse, fui : être
tamen, adv. : cependant
tu, tui : tu, te, toi
venio, is, ire, veni, ventum : venir
verbum, i, n. 1. le mot, le terme, l'expression 2. la parole 3. les mots, la forme
video, es, ere, vidi, visum : voir (videor, eris, eri, visus sum : paraître, sembler)
vir, viri, m. : l'homme, le mari
viritim, adv. : par homme, individuellement
texte
texte
texte
texte