Fantasmagories

page suivante       page précédente

Le palais des ombres

VIRGILE : Virgile est né à Mantoue. Il fit ses études à Crémone, à Milan puis à Rome. Il revint à Mantoue où il composa les Bucoliques. Son domaine de Mantoue est attribué en 42, après la bataille de Philippes, à des vétérans de César. Il se rend alors à Rome où il est accueilli par Mécène. Il compose alors les Géorgiques et son grand poème épique l'Enéide. Il meurt à la suite d'une insolation à Brindes, au retour d'un voyage de documentation en Grèce.

Autres textes de Virgile  Retour à la table des matières  Index général

Énée descend aux Enfers en compagnie de la Sibylle de Cumes pour rencontrer son père.

2° Vous qui entrez, abandonnez tout espoir!

d - Pas de pitié pour les morts

Huc omnis turba ad ripas effusa ruebat
matres atque viri defunctaque corpora vita
magnanimum heroum, pueri innuptaeque puellae,
impositique rogis iuvenes ante ora parentum [...]
Stabant orantes primi transmittere
cursum,tendebantque manus ripaeque ulterioris amore.
Navita sed tristis nunc hos nunc accipit illos
ast alios longe summotos arcet harena.

Virgile, Enéide, VI, 305 - 316

 

   vocabulaire

2° Vous qui entrez, abandonnez tout espoir!

d - Pas de pitié pour les morts

Toute une foule éparse se précipitait vers ces rives : des mères, des époux, des ombres de héros magnanimes qui avaient accompli leur vie, des garçons et de jeunes vierges, des jeunes gens placés sur le bûcher sous les yeux de leurs parents...
Debout, ils se faisaient suppliants pour être les premiers à passer et tendaient les mains, dans leur désir d'atteindre la rive opposée. Mais le sinistre nocher n'accepte successivement que les uns ou les autres, tandis qu'il écarte de la berge ceux qu'il a repoussés.

Virgile, Enéide, VI, 305 - 316

 

 
accipio, is, ere, cepi, ceptum : recevoir, apprendre (acceptus, a, um : bien accueilli, agréable)
ad, prép. : + Acc. : vers, à, près de
alius, a, ud : autre, un autre
amor, oris, m. : l'amour
ante, prép. : +acc., devant, avant ; adv. avant
arceo, es, ere, ui : contenir, retenir, empêcher
ast, inv. : d'autre part, alors, mais
atque, conj. : et, et aussi
corpus, oris, n. : le corps
cursus, us, m. : la course, le parcours, le trajet
defungor, eris, i, functus sum : s'acquitter de, mourir
effundo, is, ere, fudi, fusum : répandre, disperser
harena, ae, f. : le sable
heros, herois, m. : le héros
hic, haec, hoc : adj. : ce, cette, ces, pronom : celui-ci, celle-ci
huc, adv. : ici (question quo)
ille, illa, illud : adjectif : ce, cette (là), pronom : celui-là, ...
impono, is, ere, sui, situm : placer sur, assigner, imposer
innuptus, a, um : non marié, vierge
iuvenis, is, m. : le jeune homme
longe, inv. : longuement, au loin
magnanimus, a, um : noble, généreux, magnanime
manus, us, f. : la main, la petite troupe
mater, tris, f. : la mère
navita, ae, m. : le marin
nunc, adv. : maintenant
omnis, e : tout
oro, as, are : prier
os, oris, n. : le visage, la bouche, l'entrée, l'ouverture
parens, entis, m. : le père ou la mère, le parent, le grand-père
primus, a, um : premier
puella, ae, f. : la fille, la jeune fille
puer, pueri, m. l'enfant, le jeune esclave
ripa, ae, f. : la rive
rogus, i, m. : le bûcher
ruo, is, ere, rui, rutum : se précipiter, se ruer; tomber, s'écrouler
sed, conj. : mais
sto, as, are, steti, statum : se tenir debout
summoveo, es, ere, movi, motum : éloigner, écarter
tendo, is, ere, tetendi, tensum : tendre
transmitto, is, ere, misi, missum : transporter, passer; confier, omettre
tristis, e : 1. triste, affligé 2. sombre, sévère, morose
turba, ae, f. : la foule, le désordre, le trouble, l'émoi
ulterior, oris : qui est de l'autre côté
vir, viri, m. : l'homme, le mari
vita, ae, f. : la vie
texte
texte
texte
texte