Fantasmagories

page suivante       page précédente

Le palais des ombres

VIRGILE : Virgile est né à Mantoue. Il fit ses études à Crémone, à Milan puis à Rome. Il revint à Mantoue où il composa les Bucoliques. Son domaine de Mantoue est attribué en 42, après la bataille de Philippes, à des vétérans de César. Il se rend alors à Rome où il est accueilli par Mécène. Il compose alors les Géorgiques et son grand poème épique l'Enéide. Il meurt à la suite d'une insolation à Brindes, au retour d'un voyage de documentation en Grèce.

Autres textes de Virgile  Retour à la table des matières  Index général

Énée descend aux Enfers en compagnie de la Sibylle de Cumes pour rencontrer son père.

2° Vous qui entrez, abandonnez tout espoir!

a - Allégories infernales 

Ibant obscuri sola sub nocte per umbram
perque domos Ditis vacuas et inania regna :
quale per incertam lunam sub luce maligna
est iter in silvis, ubi caelum condidit umbra
Iuppiter, et rebus nox abstulit atra colorem.
Vestibulum ante ipsum primis in faucibus Orci
Luctus et ultrices posuerunt cubilia Curae;
pallentesque habitant Morbi tristisque Senectus
et Metus et malesuada Fames ac turpis Egestas,
terribiles visu formae, Letumque Laborque;
Tum consanguineus Leti Sopor et mala mentis
Gaudia mortiferumque adverso in limine Bellum,
ferreique Eumenidum thalami et Discordia demens
vipereum crinem vittis innexa cruentis.

Virgile, Enéide, VI, 268 - 281

   vocabulaire

2° Vous qui entrez, abandonnez tout espoir!

a - Allégories infernales

Ils allaient obscurs, sous la nuit solitaire, à travers l'ombre, les demeures impalpables de Pluton et les royaumes sans existence : tel un parcours dans les bois, sous la rare clarté d'une lune incertaine, lorsque Jupiter couvre le ciel d'ombre et qu'une nuit d'encre enlève leur éclat aux choses. Devant le vestibule, à l'entrée des gorges d'Orcus, le Chagrin et les Remords vengeurs ont installé leur lit; les blêmes Maladies y habitent ainsi que la vieillesse sinistre, la Peur, la Faim, mauvaise conseillère, la Pauvreté honteuse, spectres terrifiants, le Trépas et la Souffrance. Voici le Sommeil, parent du Trépas, les fantasmes mauvais, et, sur le seuil d'en face, la Guerre, qui apporte la mort, les couches de fer des Euménides et la Discorde démente à la chevelure vipérine entrelacée de bandelettes sanglantes.

Virgile, Enéide, VI, 268 - 281

 

Les divinités infernales

Pluton (Dis, Ditis = le Riche), le dieu des Enfers, est associé à un cortège de figures allégoriques :
     Luctus, Pleurs;

     Morbi, Maladies;
     Senectus, Vieillesse;
     Metus, Crainte;
     Fames, Faim;
     Egestas, Pauvreté;
     Letus, Mort;
     Labor, Peine;
     Sopor, Sommeil;
     mala mentis Gaudia, Jubilations mauvaises;
     Bellum, Guerre;
     Eumenides, Furies, vengeresses des homicides;
     Discordia, Discorde.
Tels sont les démons qui attendent les âmes dans les " premières gorges d'Orcus".

Orcus, divinité souvent assimilée à Pluton, est l'archétype du personnage de l'Ogre qui, comme la Mort, avale tout.

 

ac, conj. : et, et aussi
adversus, a, um : contraire (prép. + acc. = contre)
ante, prép. : +acc., devant, avant ; adv. avant
ater, tra, trum : noir. vinum atrum, vin rouge
aufero, fers, ferre, abstuli, ablatum : emporter
bellum, i, n. : la guerre
caelum, i, n. : le ciel
color, oris, m. : la couleur, le teint du visage, l'éclat (du style)
condo, is, ere, didi, ditum : cacher, enfermer, enterrer (condere urbem : fonder une ville)
consanguineus, a, um : du même sang, consanguin
crinis, is, m. : le cheveu, la chevelure
cruentus, a, um : sanglant, sanguinaire
cubile, is, n. : le lit, la couche
cura, ae, f. : le soin, le souci
demens, entis : fou, dément
Dis, Ditis, m. : Dis, ou Pluton (dieu des enfers)
discordia, ae, f. : le désaccord, la dispute
domus, us, f. : la maison
egestas, atis, f. : la pauvreté
eo, is, ire, ivi, itum : aller
et, conj. : et. adv. aussi
Eumenides, um, f. : les Euménides, les Furies
fames, is, f. : la faim
faux, aucis. pour fauces, ium : la gorge, le défilé
ferreus, a, um : de fer
forma, ae, f. : la forme, la beauté, le plan
gaudium, ii, n. : le contentement, la satisfaction, la joie, la volupté
habito, as, are : habiter
in, prép. : (acc. ou abl.) dans, sur, contre
inanis, e : vain, vide, qui ne possède rien
incertus, a, um : incertain
innecto, is, ere, nexui, nexum : enlacer, tresser, ourdir
ipse, a, um : (moi, toi, lui,...) même
iter, itineris, n. : le chemin, la route
Iuppiter, Iovis, m. : Jupiter
labor, oris, m. : la peine, la souffrance, le travail pénible
letum, i, n. : la mort, la ruine, la destruction
limen, inis, n. : le seuil, l'entrée
luctus, us, m. : le chagrin, la lamentation, le deuil
luna, ae, f. : la lune
lux, lucis, f. : la lumière, le jour
malesuadus, a, um : qui conseille mal
malignus, a, um : mauvais, insuffisant
malus, a, um : mauvais, malheureux, méchant (malum, i, n. : le mal, le malheur, les mauvais traitements)
mens, mentis, f. : l'esprit
metus, us, m. : la crainte
morbus, i, m. : la maladie
mortifer, era, erum : mortel, fatal
nox, noctis, f. : la nuit
obscurus, a, um : obscur
Orcus, i, m. : Orcus, Pluton
palleo, es, ere, ui : être pâle, pâlir
per, prép. : + Acc. : à travers, par
pono, is, ere, posui, situm : 1. poser 2. déposer 3. placer, disposer 4. installer 5. présenter, établir
primus, a, um : premier
qualis, e : tel que
regnum, i, n. : le pouvoir royal, le trône, le royaume
res, rei, f. : la chose, l'événement, la circonstance, l'affaire judiciaire; les biens
senectus, utis, f. : la vieillesse
silva, ae, f. : la forêt
solus, a, um : seul
sopor, oris, m. : le sommeil, la torpeur, narcotique, le breuvage soporifique
sub, prép. : + Abl. : sous
sum, es, esse, fui : être
terribilis, e : effrayant
thalamus, i, m. : la chambre, le lit
tristis, e : 1. triste, affligé 2. sombre, sévère, morose
tum, adv. : alors
turpis, e : honteux
ubi, adv. : où; conj. quand
ultrix, icis : vengeresse
umbra, ae, f. : l'ombre
vacuus, a, um : vide
vestibulum, i, n. : le vestibule
vipereus, a, um : de vipère
visus, us, m. : la vue
vitta, ae, f. : la bandelette, le ruban
texte
texte
texte
texte