[caput LII] Révolte en Afrique : Tacfarinas le numide

[52] Eodem anno coeptum in Africa bellum, duce hostium Tacfarinate. Is natione Numida, in castris Romanis auxiliaria stipendia meritus, mox desertor, vagos primum et latrociniis suetos ad praedam et raptus congregare, dein more militiae per vexilla et turmas componere, postremo non inconditae turbae sed Musulamiorum dux haberi. Valida ea gens et solitudinibus Africae propinqua, nullo etiam tum urbium cultu, cepit arma Maurosque accolas in bellum traxit: dux et his, Mazippa. Divisusque exercitus, ut Tacfarinas lectos viros et Romanum in modum armatos castris attineret, disciplina et imperiis suesceret, Mazippa levi cum copia incendia et caedis et terrorem circumferret. Conpulerantque Cinithios, haud spernendam nationem, in eadem, cum Furius Camillus pro consule Africae legionem et quod sub signis sociorum in unum conductos ad hostem duxit, modicam manum, si multitudinem Numidarum atque Maurorum spectares; sed nihil aeque cavebatur quam ne bellum metu eluderent; spe victoriae inducti sunt ut vincerentur. Igitur legio medio, leves cohortes duaeque alae in cornibus locantur. Nec Tacfarinas pugnam detrectavit. Fusi Numidae, multosque post annos Furio nomini partum decus militiae. Nam post illum reciperatorem urbis filiumque eius Camillum penes alias familias imperatoria laus fuerat; atque hic, quem memoramus, bellorum expers habebatur. Eo pronior Tiberius res gestas apud senatum celebravit; et decrevere patres triumphalia insignia, quod Camillo ob modestiam vitae impune fuit.

accola, ae, m. : le voisin

ad, prép. : + Acc. : vers, à, près de

aeque, inv. : également

Africa, ae, f. : l'Afrique

ala, ae, f. : l'aile; l'aisselle

alius, a, ud : autre, un autre

annus, i, m. : l'année

apud, prép. : + Acc. : près de, chez

arma, orum, n. : les armes

armatus, a, um : en armes, armé

atque, conj. : et, et aussi

attineo, es, ere, tinui, tentum : tenir, aboutir, s'étendre

auxiliaris, e : qui secourt, auxiliaire (auxiliaris, is : le soldat des troupes auxiliaires)

bellum, i, n. : la guerre

caedes, is, f. : le meurtre, le massacre

Camillus, i, m. : Camillus

capio, is, ere, cepi, captum : prendre

castra, orum, n. pl. : le camp militaire

caveo, es, ere, cavi, cautum : prendre garde, veiller

celebro, as, are : visiter en foule, pratiquer (arts), célébrer, fêter

Cinithii, orum, m. : les Cinithiens (peuple d'Afrique)

circumfero, fers, ferre, tuli, latum : porter autour

coepio, is, ere, coepi, coeptum : (plutôt avec rad. pf et supin) : commencer

cohors, ortis, f. : la cohorte

compono, is, ere, posui, positum : mettre ensemble, disposer, enterrer

conduco, is, ere, duxi, ductum :. conduire ensemble, rassembler; louer, faire un marché avec qqn.; être utile, avantageux

congrego, as, are : rassembler

conpello, is, ere, puli, pulsum : pousser ensemble, rassembler; presser, acculer, réduire

consul, is, m. : le consul

copia, ae, f. : l'abondance (pl. les richesses, les troupes)

cornu, us, n. : la corne, l'aile d'une ligne de bataille.

cultus, us, m. : l'action de cultiver, le culte, l'élégance raffinée

cum, inv. :1. Préposition + abl. = avec 2. conjonction + ind. = quand, lorsque, comme, ainsi que 3. conjonction + subj. : alors que

decerno, is, ere, crevi, cretum : décréter, décider

decus, oris, n. : la gloire, l'honneur

dein, adv. : ensuite

desertor, oris, m. : celui qui abandonne, le déserteur

detrecto, as, are : écarter, rejeter, refuser; déprécier

disciplina, ae, f. : l'enseignement, la discipline

divido, is, ere, visi, visum : diviser

duco, is, ere, duxi, ductum : conduire, -uxorem se marier

duo, ae, o : deux

dux, ducis, m. : le chef, le guide

eludo, is, ere, elusi, elusum : déjouer, gagner au jeu

et, conj. : et. adv. aussi

etiam, adv. : même

exercitus, us, m. : l'armée

expers, ertis : qui n'a pas de part à, privé, dépourvu

familia, ae, f. : la famille, la maisonnée

filius, ii, m. : le fils

fundo, is, ere, fusi, fusum : étendre, répandre, disperser

Furius, i, m. : Furius (nom d'homme)

gens, gentis, f. : la tribu, la famille, le peuple

gero, is, ere, gessi, gestum : faire, mener

habeo, es, ere, bui, bitum : avoir, considérer comme

haud, inv. : vraiment pas, pas du tout

hic, haec, hoc : adj. : ce, cette, ces, pronom : celui-ci, celle-ci

hostis, is, m. : l'ennemi

idem, eadem, idem : le (la) même

igitur, conj. : donc

ille, illa, illud : adjectif : ce, cette (là), pronom : celui-là, ...

imperatorius, a, um : impérial

imperium, ii, n. : le pouvoir (absolu)

impune, adv. : impunément

in, prép. : (acc. ou abl.) dans, sur, contre

incendium, ii, n. : l'incendie

inconditus, a, um : non enseveli; confus, en désordre

induco, is, ere, duxi, ductum : introduire

insigne, is, n. : la marque

is, ea, id : ce, cette

latrocinium, ii, n. : le brigandage

laus, laudis, f. : la louange, la gloire, l'honneur

lectus, a, um : choisi, d'élite

legio, onis, f. : la légion

levis, e : léger

levo, as, are : alléger

loco, as, are : placer

manus, us, f. : la main, la petite troupe

Mauri, orum, m. : les Maures (habitants de la Mauritanie)

Mazippa, ae, m. : Mazippa (chef numide)

medium, ii, n. : milieu, centre

memoro, as, are : rappeler au souvenir, raconter, rapporter

mereor, eris, eri, meritus sum : gagner, mériter

metus, us, m. : la peur, la crainte

militia, ae, f. : l'armée, le service militaire

modestia, ae, f. : la modération, la mesure

modicus, a, um : moyen, modéré, en quantité modérée

modus, i, m. : la mesure, la limite, la manière

mos, moris, m. : sing. : la coutume ; pl. : les moeurs

mox, adv. : bientôt

multitudo, dinis, f. : la foule, le grand nombre

multus, a, um : en grand nombre (surtout au pl. : nombreux)

Musulamii, orum, m. : les Musulames (peuple de Numidie)

nam, conj. : de fait, voyons, car

natio, onis, f. : la nation, la nationalité

ne, adv. : ... quidem : pas même, ne (défense) ; conj. + subj. : que (verbes de crainte et d'empêchement), pour que ne pas, de ne pas (verbes de volonté)

nec, neque = et non , et...ne...pas

nihil, rien

nomen, inis, n. : le nom

non, neg. : ne...pas

nullus, a, um : aucun

Numida, ae, m. : le Numide

ob, prép. : + Acc : à cause de

pario, is, ere, peperi, partum : accoucher, produire

pater, tris, m. : le père, le magistrat

penes, prép. acc. : en possession de

per, prép. : + Acc. : à travers, par

post, adv. : en arrière, derrière; après, ensuite; prép. : + Acc. : après

postremo, adv. : enfin

praeda, ae, f. : le butin

primum, adv. : d'abord, pour la première fois

pro, prép. : + Abl. : devant, pour, à la place de, en considération de

pronior, oris : comparatif de pronus, a, um : penché en avant, incliné, enclin, bien disposé

propinquus, a, um : proche

pugna, ae, f. : la bataille, le combat

quam, 1. accusatif féminin du pronom relatif = que 2. accusatif féminin sing de l'interrogatif = quel? qui? 3. après si, nisi, ne, num = aliquam 4. faux relatif = et eam 5. introduit le second terme de la comparaison = que 6. adv. = combien

quem, 4 possibilités : 1. acc. mas. sing. du pronom relatif = que 2. faux relatif = et eum 3. après si, nis, ne num = aliquem : quelque, quelqu'un 4. pronom ou adjectif interrogatif = qui?, que?, quel?

quod, 5 possibilités : 1. pronom relatif nom. ou acc. neutre singulier : qui, que 2. faux relatif = et id 3. conjonction : parce que, le fait que 4. après si, nisi, ne, num = aliquod = quelque chose 5. pronom interrogatif nom. ou acc. neutre sing. = quel?

raptus, us, m. : le brigandage

reciperator, oris, m. : celui qui reprend, le récupérateur (juge)

res, rei, f. : la chose, l'événement, la circonstance, l'affaire judiciaire; les biens

Romanus, a, um : Romain

sed, conj. : mais

senatus, us, m. : le sénat

si, conj. : si

signum, i, m : le signe, l'enseigne, l'oeuvre d'art

socius, a, um : associé, en commun, allié (socius, ii : l'associé, l'allié)

solitudo, inis, f. : la solitude, le désert

specto, as, are : regarder

sperno, is, ere, sprevi, spretum : dédaigner, rejeter

spes, ei, f. : l'espoir

stipendium, ii, n. : l'impôt, la solde

sub, prép. : + Abl. : sous

suesco, is, ere, suevi suetum : s'habituer, habituer

sum, es, esse, fui : être

Tacfarinas, atis, m. : Tacfarinas (chef numide)

terror, oris, m. : la terreur, l'effroi, l'épouvante

Tiberius, ii, m. : Tibère

tiumphalis, e : qui a reçu le triomphe

traho, is, ere, traxi, tractum : tirer, traîner

tum, adv. : alors

turba, ae, f. : la foule, le désordre, le trouble, l'émoi

turma, ae, f. : la turme, l'escadron (30 hommes)

vagus, a, um : vagabond, errant, nomade, incertain, indéfini, déréglé

validus, a, um : bien portant, fort, solide ; agissant, efficace, puissant

vexillum, i, n. : l'étendard, le drapeau

victoria, ae, f. : la victoire

vinco, is, ere, vici, victum : vaincre

vir, i, m. : l'homme

vita, ae, f. : la vie

unus, a, um : un seul, un

urbs, urbis, f. : la ville

ut, conj. : + ind. : quand, depuis que; + subj; : pour que, que, de (but ou verbe de volonté), de sorte que (conséquence) adv. : comme, ainsi que

LII. Cette même année, la guerre commença en Afrique contre Tacfarinas. C'était un Numide, déserteur des armées romaines, où il avait servi comme auxiliaire. Il réunit d'abord, pour le vol et le butin, des bandes vagabondes, accoutumées au brigandage : bientôt il sut les discipliner, les ranger sous le drapeau, les distribuer en compagnies ; enfin, de chef d'aventuriers, il devint général des Musulans. Ce peuple puissant, qui confine aux déserts de l'Afrique, et qui alors n'avait point encore de villes, prit les armes et entraîna dans la guerre les Maures, ses voisins : ceux-ci avaient pour chef Mazippa. Les forces furent partagées : Tacfarinas se chargea de tenir dans des camps et d'habituer à l'obéissance et à la discipline les hommes d'élite, armés à la romaine, tandis que Mazippa, avec les troupes légères, porterait partout l'incendie, le carnage et la terreur. Déjà ils avaient forcé les Cinithiens, nation considérable, de se joindre à eux, lorsque Furius Camillus, proconsul d'Afrique, après avoir réuni sa légion et ce qu'il y avait d'auxiliaires sous les étendards, marcha droit à l'ennemi. C'était une poignée d'hommes, eu égard à la multitude des Numides et des Maures ; mais on évitait surtout d'inspirer à ces barbares une crainte qui leur eût fait éluder nos attaques : en leur faisant espérer la victoire, on réussit à les vaincre. La légion fut placée au centre, les cohortes légères et deux ailes de cavalerie sur les flancs. Tacfarinas ne refusa pas le combat. Les Numides furent défaits ; et la gloire des armes, après de longues années, rentra dans la maison des Furius. Car, depuis le libérateur de Rome et Camillus son fils, l'honneur de gagner des batailles était passé à d'autres familles : encore le Furius dont nous parlons n'était-il pas regardé comme un grand capitaine. Tibère en fit plus volontiers devant le sénat l'éloge de ses exploits. Les pères conscrits lui décernèrent les ornements du triomphe, distinction qui, grâce au peu d'éclat de sa vie, ne lui devint pas funeste.

[52] Eodem anno

coeptum in Africa bellum,

duce hostium Tacfarinate.

Is natione Numida,

in castris Romanis auxiliaria stipendia meritus,

mox desertor, vagos primum et latrociniis suetos ad praedam et raptus congregare,

dein more militiae per vexilla et turmas componere,

postremo non inconditae turbae sed Musulamiorum dux haberi.

Valida ea gens et solitudinibus Africae propinqua,

nullo etiam tum urbium cultu,

cepit arma

Maurosque accolas in bellum traxit:

dux et his, Mazippa.

Divisusque exercitus,

ut Tacfarinas lectos viros et Romanum in modum armatos castris attineret,

disciplina et imperiis suesceret,

Mazippa levi cum copia incendia et caedis et terrorem circumferret.

Conpulerantque Cinithios, haud spernendam nationem, in eadem,

cum Furius Camillus pro consule Africae

legionem

et quod sub signis sociorum

in unum conductos ad hostem duxit,

modicam manum,

si multitudinem Numidarum atque Maurorum spectares;

sed nihil aeque cavebatur

quam ne bellum metu eluderent;

spe victoriae inducti sunt

ut vincerentur.

Igitur legio medio,

leves cohortes duaeque alae in cornibus locantur.

Nec Tacfarinas pugnam detrectavit.

Fusi Numidae,

multosque post annos Furio nomini partum decus militiae.

Nam post illum reciperatorem urbis filiumque eius Camillum

penes alias familias imperatoria laus fuerat;

atque hic, (Furius)

quem memoramus,

bellorum expers habebatur.

Eo pronior Tiberius res gestas apud senatum celebravit;

et decrevere patres triumphalia insignia,

quod Camillo ob modestiam vitae impune fuit.