Les ustensiles de la cuisine Indienne

 

Pour obtenir une poudre ou une pâte d’épices, la méthode traditionnelle utilise un mortier, ou une pierre plate et un rouleau de pierre.

Pour les préparations mouillées, utilisez un mixeur, et un moulin à café électrique pour broyer à sec (mais n’oubliez pas de le nettoyer soigneusement, pour que votre café ne soit pas épicé).

Vous pouvez aussi utiliser un presse-ail, une râpe, un moulin à poivre ou un hachoir.

Les casseroles de métal lourd n’ont pas de poignées et un couvercle légèrement concave, servant à recueillir soit du charbon ardent, soit de l’eau.

Pour la grande friture, l’ustensile le plus ressemblant est le « wok », typique de la cuisine chinoise.

Pour la cuisson des pains utilisez une plaque chauffante ou une poêle à fond épais.

Dans la cuisine indienne traditionnelle, on n’utilise pas d’assiette.

Les aliments sont servis sur des « thalis », sorte de plateaux ronds en métal, généralement du cuivre, quoique l’acier inoxydable gagne du terrain, ou de l’argent (pour ceux qui en ont les moyens).

On pose sur ces plateaux de petits bols, katoris, remplis d’aliments variés.

Les chutneys et accompagnements divers sont posés à même le plateau, ainsi que les pains (puri et chapati).

Le riz est également disposé à même le plateau.

Dans le sud on utilise parfois des feuilles de bananier en guise de plateau.

À la fin du repas vous pouvez servir du pân pour faciliter la digestion.

Pour le préparer, étalez de la pâte de citron sur une feuille de bétel, garnissez-la de noix d’arec coupées fin ainsi que d’épices variées (clous de girofle, gousses de cardamome et grains d’anis). Pliez ensuite la feuille en triangle suffisamment petit pour tenir entier dans la bouche.

La mastication du bétel donne une teinte rouge à la bouche, surtout s’il contient du tabac.