La cuisine régionale en Inde

 

L’Inde est un immense pays aux climats, coutumes, religions et alimentations variés. Elle a connu de nombreuses invasions qui ont apporté des changements dans les habitudes alimentaires.

Au XVI siècle les Mogols envahirent le nord de l’Inde et apportèrent une cuisine riche à base de viande. Le tandoor, four en argile, originaire d’Asie centrale, donne son nom à toute une série de plats que l’on sert dans de nombreux restaurants indiens.

Dans le nord de l’Inde, zone de culture du blé, on mange du pain et le ghi est la graisse utilisée pour la cuisson. Les plats ne sont pas très épicés.

Plus on descend vers le sud, plus la cuisine utilise des épices fortes.

La population de l’Inde est à prédominance hindoue et végétarienne.

Si un Hindou consomme de la viande c’est généralement du mouton, jamais du boeuf, car cet animal est sacré.

Il existe bien sûr plusieurs minorités qui consomment de la viande : les habitants de Goa, ex-colonie portugaise sur la côte ouest, ont fait du porc leur spécialité les musulmans mangent du boeuf et du mouton, mais jamais de porc les Parsis mangent de tout.

Le riz est l’aliment de base des états les plus méridionaux qui utilisent de l’huile et sont plutôt végétariens.

Au Bengale, sur la côte est, l’alimentation est à base de poisson, mais surtout de grosses crevettes et de homards qui sont pêchés dans les eaux de l’estuaire de l’Hooghly.

Les graines de moutarde et l’huile de moutarde y sont très appréciées.

Mais le meilleur ici, ce sont les sucreries : telles ces petites sphères blanches et brunes flottant sur du sirop ou bien ces sortes de caramels roses, blancs ou verts.

Les Indiens adorent les sucreries, mais laissent aux professionnels le soin de les fabriquer. Elles sont simples à préparer, mais requièrent plus de pratique que d’habileté, et une attention de tous les instants.