Page 30

 

Quelques endroits parmi d’autres où nous passions de petites vacances d’une semaine au Congo

1956 Murchison Falls (Nil Blanc) National Park   Ouganda.

 

Au Murchison il y avait le choix pour loger, soit à l'hôtel ou en tentes…

Nos parents, aventuriers au plus profond de leur âme, optèrent pour la deuxième solution.  Une tente pour eux et une pour mon frère et moi.

(A chacun ses appartements …)

Une nuit, ma mère fut réveillée par un bruit de froissements de papiers très proche d'elle.  Sortant des bras de Morphée elle dit à mon père: -NICOLAS! Arrête de fouiller dans le sac et de manger les bonbons des gamins!!!  Papa, réveillé en sursaut, lui répondit péniblement:-Mais je ne fait rien? JE DORS!!!

Maman, intriguée, pris sa lampe torche et l'alluma…..   ÔÔÔhhh  STUPEUR        ÎÎÎHHHH   QUELLE HORREUR!!!!!

Une grosse tête d'hyène apparut à a peine 10cm de son visage…..

Heureusement, le cri strident de ma mère dans la nuit fit fuir l'animal affamé qui prit "ses deux pattes à son cou" et ne demanda pas son reste…

Morale de l'histoire…  La loi du plus fort est toujours la meilleure.

 

Sur le trajet qui menait vers l’hôtel des Murchison nous croisons un magnifique éléphant solitaire bien installé au milieu de la route.    Mon père, intéressé, s’arrête et nous descendons de la voiture pour admirer le superbe mastodonte. 

Moi, enfant innocent et curieux de tout, j'avais remarqué que, bizarrement,  cette bête  possédait 5 pattes !?  

Mes parents ne purent retenir de s'éclater  de rire, ce qui me poussa à les interroger un peu plus….    Ma mère, après avoir repris son sérieux, m'expliqua comme elle pu: <-Ecoute Gaby, L'éléphant que tu vois est un vieux mâle solitaire…   donc…   la cinquième patte que tu vois...    c’est son sexe…

HAN!?    J'étais subjugué par la grandeur de la chôôôse…   Son membre impressionnant touchait le sol, il y avait donc de quoi le confondre avec une patte!!!   

La demi-heure écoulée, l'animal nous bloquait toujours le passage.   Mon père, qui commençait à s'énerver,  se mis à klaxonner tant et plus. Dérangé dans son contexte naturel, furieux, le pachyderme souleva énergiquement sa trompe souple en barrissant bruyamment et nous chargea provoquant un nuage de poussière rouge.    Nous n'avons jamais été aussi vite pour regagner la voiture, en marche arrière plus que rapide sur plusieurs mètres et avec une grosse frayeur assurée.    Comme nous étions très en recul, le mammifère se décida enfin à quitter l'endroit, chemin faisant, et s'éloigna sur ses grosses pattes lourdes.    Mon père, profitant de cette opportunité, se décida à poursuivre notre parcours, à fond la caisse, tout en s'assurant du regard que nous n'encourions plus aucuns en dangers.

Autre histoire de Pol Jacob

Mes parents de décident d'aller passer quelques journées aux Murchison Falls en Ouganda. Comme nous habitions alors ARU, le trajet était assez court…!

Papa musardait donc, râlait un peu à cause de ces "foutus Anglais" et leur conduite à gauche…!   Ce qui n'empêchait pas que nous ayons parfois quelques frayeurs lorsque nous croisions certains  véhicules sur la piste…!

Arrivés dans la plaine, à un moment donné, Papa aperçu un troupeau de buffles à +/- 150m de la piste et il s'arrêta!   Il sorti de la voiture et contempla le beau spectacle.   Les bovidés, couchés sous un arbre, ruminaient à leur aise…   Après quelques minutes d'observation, ne voilà-t-il pas que, le Bwana mukubwa JACOB, se prenant soudainement pour un fier et intrépide torero (sans doute avait il en tête cette chanson: "Dans mon pays d'Espagne…  OLE!"), et commence à faire de grands gestes tout en hurlant à l'adresse des animaux pourtant bien sereins!   Bien sûr, les buffles relevèrent tous la tête et considérèrent "placidement"  l'hurluberlu qui se désarticulait comme un pantin à quelques mètres de  distance..!   Le pater s'excitait de plus en plus belle car aucuns de ces ruminants ne se décidaient à se lever…! N'y tenant plus il fit semblant d'armer un fusil en criant très fort <-PAN!>

Mais même chez les animaux, la patience a des limites tout de même!

Comme s'ils savaient ce que cela signifiait, les buffles se levèrent tous en même temps…!

Papa triomphe…   Il avait réussi!!!…   Mais les puissants ruminants, plutôt que de fuir, dans un même élan, piétinant et soulevant la terre, chargèrent vers papa et notre automobile…!

Quelle horreur!!!  Maman criait, paniquée…   Quand à mon cher père, je ne vous dis pas dans quelle la course effrénée il  déguerpit, tel Speedy Gonzalès, s'empressant de nous rejoindre au plus vite, plongea derrière le volant (avec une agilité que je ne lui connaissais pas), et démarra sur les "pipettes" et "s'envole la bagnole" à du 80/100KMh……!!!    Un véritable champion de rallye!!!!

Cette anecdote nous a toujours fait bien rire pendant des dizaines

d'années…   Sauf papa… qui a "ramassé"  l'engueulade  de la décennie de la part de maman…!   Trop zélé le colon…

 

 

Mme Houbion à l'entrée de sa tente

 

 

La chute

 

Le dessus de la chute

 

 

Quelques animaux des Murchison parmi les centaines que l'on peut y apercevoir.

   

 

Buffles

 

  Hippopotame

      

      Eléphant

 

 

 

 

 

Crocodile

 

 

 

Le château fort de Dungu.

 Château construit par un colon belge qui se trouve à la convergence des Rivières Dungu et Kibali à Dungu, Haut-Uélé,

 

 

 

 

Famille Piéchon

 

 

Domestication des éléphants à la

 

station de Gangala na Bodjo.