Une Semaine Sainte d'ici et d'ailleurs

 

ENTRE L’ECART ET L’ALLIANCE

Quand je regarde Jésus dans l’Evangile, je suis frappé par un va-et-vient entre l’écart et l’alliance, un peu comme si son véritable lieu, c’était l’entre-deux : l’ouverture et l’enracinement.

C’est dans l’entre-deux que Jésus éclaire, qu’il appelle, qu’il invite ses disciples à se battre « dans les conditions-mêmes du monde » (J.C. Renard).

C’est dans l’entre-deux qu’il croise les malades, les manquants, les exclus, les perdus, les blessés, les très fatigués. Il s’approche autant qu’il s’éloigne. Il guérit et il s’en va. Il multiplie et il se retire.

L’entre-deux – car l’Evangile va jusque là – c’est encore, bien entendu, le lieu de l’extrême fragilité et de l’incertitude : « Père, pourquoi m’as-tu abandonné ? ».

Dans le fond, ce qui frappe dans l’Evangile, c’est que Jésus n’a pas peur de perdre son identité. Cela ne veut pas dire que Jésus ne s’identifie pas. Mais « il s’identifie par l’ouverture » propose Eloi Leclerc. Ce faisant, il ouvre une brèche dans l’identité mais ne la détruit pas. En d’autres termes, Jésus se trouve à la fois dans le texte et hors texte. Il ne supprime pas la Loi, il ne refuse pas le cadre : il s’en écarte. Pas par facilité. Par exigence. Parce qu’il sait bien que la foi est toujours d’ici et d’ailleurs.

 

Gabriel Ringlet

L'ICI ET L'AILLEURS DU JEUDI

 

Floriane Chinsky

 

Quand les chrétiens célèbrent la Dernière Cène, que savent-ils vraiment de la manière dont Jésus a vécu le passage (pesah) avec les siens ? On croit connaître le repas d’ici mais il vient aussi d’ailleurs.

Avec l’invitée du Jeudi, les Pâques juive et chrétienne ont mis en commun le meilleur de leurs ressources rituelles et spirituelles.

Après des études de droit et de sociologie à Paris, Floriane Chinsky aurait pu être juge ou avocat. Mais non ! Elle décide de devenir rabbin et, pendant 5 ans, va s’y préparer à Jérusalem avant de s'installer à Bruxelles.

.


L'ICI ET L'AILLEURS DU VENDREDI

 

 

Caroline Valentiny

Haïti, Liège, Namur… De l’effondrement d’un pays au suicide d’un adolescent, la blessure de l’actualité semble à jamais ouverte. Ailleurs ou tout près d’ici, le Vendredi Saint n’arrête plus de couler.

Avec l’invitée du Vendredi qui a raconté son voyage au bout de l’anorexie, on découvre qu’au cœur de la nuit la plus noire, le bois mort, parfois, refleurit.

Liégeoise et amoureuse des parcours atypiques, Caroline Valentiny enseigne l’anglais et poursuit un master en psychologie à l’université de Mons-Hainaut. Son premier livre, Le jour où ma tête est tombée dans un trou, est plus qu’un témoignage bouleversant. Il annonce déjà une auteure et une écriture



L'ICI ET L'AILLEURS DU SAMEDI

 

 

Gaëtan de Courrèges


« Il n’est pas ici » disent aux femmes affolées deux hommes habillés d’un « vêtement éblouissant ».
Est-il ailleurs pour autant ?...

Et si ressusciter était une manière d’habiter ici avec intensité ?

Avec l’invité du Samedi, la liturgie a déménagé! Car il s’y entend, le « saltimbanque de la foi », pour faire naître un alléluia.

Religieux vendéen, Gaëtan de Courrèges s’est aussi formé à l’Institut de Musique liturgique de Paris. Et il vit avec passion, sa vocation de prêtre au travail dans les milieux de la chanson. Au Prieuré où il a animé musicalement les trois jours, on l’a entendu aussi dans son répertoire profane.


 

RETOUR