NoŽl : Adoration des bergers
Immobiles,
nuit après nuit,
ils font silence,
ils écoutent le mouvement du silence,
ils sondent
les hauteurs du ciel dans leur âme
et leur âme
par-delà
et parfois à l'orée de leur âme.
Ils contemplent comme on fixe le feu
la musique éblouissante de Dieu
et la flamme monte droit dans leurs yeux
comme l'échelle des anges,
il advient qu'un messager
partage un instant leur veille
et leur silence et leur pain.
Celui-ci est un Ange,
ils le savent,
ils s'émerveillent
sans bouger
se recueillent
dans la gloire de Dieu
qui tout emplit tel un raz de marée,
tel un vent d'étoiles,
tel un murmure, à la mesure du coeur
se mettent en marche
les siècles derrière eux
chantant à Dieu
un chant plus vaste
que la voûte des mondes
plus secret que l'intime du coeur.
Chant de l'attente et du chemin,
à la mère du Verbe enfant
ces silencieux font l'hommage
de quelques pauvres présents
et de paroles longtemps mûries.

reçu par e-mail de France



Thèmes : Fêtes, temps de l'année
Mots clés :

notice importante concernant les droits d'auteur