SAINT-LEGER

Ouvrages publiés par Bachy Pierre

- Amicale des Résistants de Péruwelz :

• Un Maquis dans le Val de Verne 1974 (500 p.)
• Vie et Mort du Val de Verne 1979 (500 p.)

- 1914-1918. Basècles à l’heure allemande.
in : annales du Cercle Royal d’Histoire et d’Archéologie d’Ath. Tome XLIX. 1982-1983

- 1940-1945 : quarante-deux Résistants hébergés dans une ferme.
in : mémoires de la Société Royale d’Histoire et d’Archéologie de Tournai. Tome III. 1982

- Saint-Léger à l’ombre des Templiers 1988 (400 p.)

- L’internat Walter Ravez Tournai 1990 (250 p.)

- Athaeneum Tornacense  Tournai 1991 (250 p.)

- Une Ecole Industrielle Péruwelz 1994 (250 p.)

- Autres études :

• Sports dans la ville Tournai 1976
• Das Besetzte Tournai 1985
• Le Tournaisis : une terre industrielle 1987
• Tournai républicain 1989
• 1944 : Tournai libéré 1994
• Ray Jean
• Steeman Stanislas-André

 
Petit village qui porte le  nom de son protecteur, il est situé à l'Ouest du Hainaut. Son sol très fertile et sans relief en fait une localité essentiellement   agricole.  On y trouve une station de captage d'eau qui alimente les châteaux d'eau de la Flandre Occidentale.  Le territoire de la  commune est  traversé par le canal de l'Espierres qui va de l'Escaut  à Roubaix et se continue  jusqu'à la Deule.  Il possède  une belle église ogivale du XVe siècle avec  des parties du  XlIle siècle qui offre des détails remarquables.  Cet  édifice a été maintes fois saccagé et incendié.

  La ferme du Temple [ à l'avant - plan  :  forme carrée près du canal ]
Cette photo a été prise en 1988.
C'était l'époque d'un village bucolique!
Il subsiste à Saint-Léger des vestiges de la Commanderie majeure que l'Ordre du Temple avait fondée à cet endroit au Xllle siècle.  Les vestiges de cette époque ne sont pas nombreux, car des générations se sont succédé sur les lieux.  Il ne reste pas grand chose, mais le peu que l'on retrouve est d'un grand intérêt.  Les bâtiments actuels ne reflètent que bien peu la taille des anciens édifices, ainsi la grange qui servait à l'époque de grenier collectif devait avoir des dimensions plus respectables.  On a retrouvé des fondations qui laissent supposer une longueur de trente mètres sur plus de quinze de large.  Il reste néanmoins assez de vestiges, de vieilles pierres pour faire rêver de la puissance des Templiers.


Le corps de logis actuel de la ferme du Temple. Le volume primitif est conservé à gauche sur deux travées.
L’étage fut détruit sur une longueur de six travées, en 1764, comme l’indique le millésime sur la toiture.
A noter le clocheton destiné à scander l’heure des repas.

La ferme du temple

On raconte que lors de leur fuite, ayant fait déferrer les chevaux, le commandeur ordonna de replacer les fers enlevés - la tradition veut qu'ils aient été d'argent - en position inverse sur les sabots des montures.  Cette besogne achevée, les frères-soldats se mirent « en couleurs », entendez en civil et quittèrent Saint-Léger sans se retourner.  Quand le prévôt de Tournai muni d'ordres royaux, se présenta avec ses hommes à la commanderie, il fut effrayé de constater, aux traces laissées par les chevaux, qu'un grand nombre de chevaliers étaient venus renforcer la garnison et jugea prudent de se retirer.  A la découverte du stratagème, les fugitifs étaient loin...
Si l'on en croit  Saint-Hilaire,   auteur de « La Flandre mystérieuse », le petit groupe  de  cavaliers, lourd de ses secrets, s'enfonça silencieusement dans  le brouillard  des bords de l'Escaut,vers une destination connue des quelques   seuls  initiés.  Ces événements s'étaient   passés le 13 octobre 1307...
On peut se demander raisonnablement si Saint-Léger ne serait pas devenu une grande ville, les Templiers n'ayant pas quitté les lieux !
Le village a payé un lourd tribut à la première guerre mondiale et durant la seconde, il fut l'un des hauts lieux de la Résistance.  Depuis lors, Saint-Léger vit en somme en marge de la société et se contente d'être un lieu hors du commun.

Monographie écrite par l'auteur du site
 

L’église est une construction en pierre.
Le clocher se termine par quatre petits clochetons en encorbeillement et par une flèche recouverte d’ardoises.
Dans le haut sur trois de ses pans, s’ouvre une fenêtre géminée gothique du XIV° siècle, avec larmiers.
Ils se continuent en cordons sur toute la largeur de la façade.
D’autres cordons coupent encore la façade en quatre étages.



 


Des légendes invérifiables assurent que le Temple, devenu société secrète après sa dissolution officielle aurait été à l'origine de la Franc-maçonnerie : on raconte même que, le 21 janvier 1793 lorsque la tête de Louis XVI roula dans le panier, un cri sorti de la foule: "Jacques de Molay, tu es vengé !" 

Faut-il rappeller que toutes les structures templières (ou rosicruciennes) de la Maçonnerie moderne, sont de pures fabrications des XVIIIe et XIXe siècles, sans sédimentation d'apports antérieurs véhiculés de la fin du moyen âge à l'époque napoléonienne ? 

La fable de la filiation templière de la Franc-maçonnerie a eu une influence considérable sur nombre de jugements contemporains portés sur l'Ordre des Templiers (Voltaire, Condorcet, l'Abbé Barruel, Gérard de Nerval, V.-E. Michelet ...) 

Des libres-penseurs ont innocenté les templiers pour pouvoir mieux salir la papauté - nombre de catholiques ont reporté sur les franc-maçons la haine qu'ils destinaient aux templiers. 

Il est toutefois intéressant de souligner que l'étude du Temple est devenue pour certains un sujet de polémique plutôt qu'un sujet d'histoire.. Les continuateurs de l'ordre des Templiers fournissent tout de même une note intéressante sur l'exploitation et la vitalité de la légende templière. 

Au XIXe et au XXe siècle, bon nombre d'ordres se référant plus ou moins sérieusement au Temple ont été créés. La plupart sont purement intéressés et sont de véritables repaires de gogos recrutés parmi des hommes d'affaires ou des gens influents à la recherche de ce qui pourrait les différencier du reste de la population, en faire en quelque sorte des êtres d'élite. Alors, sous couvert d'ésotérisme chrétien dans le meilleur des cas, ils sont initiés à des " mystères " pour des sommes relativement substantielles. Ces ordres sont tous à la recherche d'une filiation qui leur donnerait une garantie de sérieux. 

Aujourd'hui, les Associations inspirées de l'Ordre du Temple sont devenues légion ( une centaine par le monde, insignifiantes pour la plupart ). 

But inavoué : dons financiers !