Carte d'identité
Biographie
Les dates...
Généalogie
Testament
Thème astral
Maquillage
Ecriture
Sa maison


Rapport...
Les thèses
Qui a tué Marilyn?

Ses films
Les livres
Interviews

Présentation
Les textes

Hit-Parade


Chansons - Présentation

Marilyn chante... Pou! Pou! Pi! Dou!... Pou!

Dans l'histoire de la chanson, il existe un style Monroe.
Seule Marilyn pouvait donner naissance à un style et surmonter, en prenant très jeune des cours de chant (avant même de débuter au cinéma), les deux grands handicaps de sa voix : son registre était fort peu étendu et son très faible volume.
Yves Montand affirme que ce fut là le vrai drame de toute sa vie :"... Elle avait une toute petite voix! Elle savait très bien qu'elle ne pouvait aller au-delà de ça, c'est-à-dire un personnage extraordinairement beau avec cette petite voix de petite fille".

Comme les grands vocalistes de jazz, Marilyn Monroe va tirer parti de ce défaut et réussir les effets les plus inattendus pour trouver sa propre technique. Elle chantait très près du micro avec de subtils accents de confidences ou de chuchotements et le timbre juvénile épiçait ce murmure d'une suavité intimiste et d'une rare fraîcheur érotique. Le mélange, à ce point parfait, provoqua la fureur des ligues puritaines déjà mobilisée par l'image incontestée de sex-symbol de Marilyn. Cette nouvelle façon de chanter tombait dans l'indécence...
Il n'en reste pas moins vrai que nombre de chanteuses des années 50 fortement influencées par Marilyn Monroe, enregistrèrent très près du micro, mettant beaucoup de sensualité dans leur voix. Aucune pourtant ne put lui prendre ce qui lui était propre : la suprême élégance avec laquelle elle savait détailler un couplet, ponctuant quelques passages d'une note aiguë. Unique encore son interprétation de "One silver dollar", son jeu entre la pudeur et la coquetterie, notamment pour "I wanna be loved by you" et l'ambiguïté de sa création pour "Diamonds are girl's best friend" où elle parvient à "sexualiser" les mots "bijoux" et joaillier"...

Est-il possible de résister au charme envoûtant et presque magique de "River of no return" dans lequel Marilyn draina toute la nostalgie du monde et dans lequel sa voix même restitua les battements de son cœur étouffé d'incertitude et de gravité?
Son trouble profond, sa confusion plaidèrent contre elle, installant l'indifférence devant son talent de chanteuse, la contestation face à ses dons de comédienne et au génie de sa personnalité. Témoins impartiaux, les disques demeurent. Alors écoutons Marilyn. Nous entendrons l'offrande d'un plaisir tendrement dionysiaque de la beauté dans la solitude, et de surprenants cris d'oiseaux, des accents brûlants, des glissements lascifs, des pointes ironiques à travers l'ingénuité et le doute.

Et puis l'art de chanter, n'est-ce pas simplement de savoir fredonner comme personne "POU! POU! PI! DOU!... POU!"...

Haut de la page

Galerie
01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11  12  13  14  15


De Marilyn
D'autres...

Lee Strasberg
Norman Rosten
Marie-Christine
Danielle
Poème de Salim
Poème d'Aude
Poème d'Anthony
Poème de Kikauff
Le mien


Liens
Récompenses
Téléchargement
Qui suis-je?


Dernière mise à jour le :