Vêpres et matines dominicales

 

 

ton 3

 

Grandes vêpres du samedi

 

 

Lucernaire - ton 3

 

v.  Fais sortir de prison mon âme, pour que je confesse ton Nom.

Par ta croix, ô Christ Sauveur, / l'empire de la mort est détruit, / la tromperie du diable, abolie. // Le genre humain, sauvé par la foi, T'apporte chaque jour ses chants.

 

v.  Les justes sont dans l'attente à mon sujet, jusqu'à ce que Tu m'accordes ma récompense.

Par ta Résurrection, Seigneur, / toute chose fut illuminée / et le paradis, ouvert à nouveau. / Toute la création Te loue // et T'apporte chaque jour ses chants.

 

v.  Des profondeurs je crie vers Toi, Seigneur, Seigneur écoute ma voix.

Je glorifie la force du Père et du Fils, / je chante la puissance du Saint-Esprit, / le Dieu en trois personnes indivisibles et non créées, / la Trinité consubstantielle // qui règne dans les siècles des siècles.

 

            Autres stichères, d'Anatole - ton 3

 

v.  Que tes oreilles soient attentives à la voix de ma supplication.

Devant ta croix vénérable / nous nous prosternons, ô Christ, / et nous chantons et glorifions ta Résurrection, // car par tes blessures nous avons tous reçu la guérison.

 

v.  Si Tu tiens compte des iniquités, Seigneur, Seigneur, qui pourra subsister ? Car auprès de Toi est le pardon.

Nous chantons le Sauveur incarné de la Vierge, / car Il a été crucifié pour nous / et Il est ressuscité le troisième jour // pour nous accorder la grande miséricorde.

 

v.  À cause de ton Nom, je T'ai attendu, Seigneur. Mon âme a attendu ta Parole, mon âme a mis son espérance dans le Seigneur.

Le Christ descendu vers ceux qui étaient dans les enfers leur annonça la bonne nouvelle : / Prenez confiance, dit-Il, / car maintenant J'ai vaincu, Je suis la Résurrection, // et après avoir brisé les portes des enfers, Je vous relèverai.

 

v.  Depuis la garde du matin jusqu'à la nuit, depuis la garde du matin, qu'Israël espère dans le Seigneur.

Nous tenant indignement dans ta maison très pure, / nous T'adressons un chant vespéral, / Te criant des profondeurs, ô Christ Dieu : / Toi qui as illuminé le monde par ta Résurrection du troisième jour, // délivre ton peuple des mains de tes ennemis, ô Ami des hommes.

 

            Stichères à la très sainte Mère de Dieu,de Paul l'Amorréen - ton 7

 

v.  Car auprès du Seigneur est la miséricorde, et grande auprès de Lui la délivrance. C'est Lui qui rachètera Israël de toutes ses iniquités.

Ô Vierge, sois miséricordieuse, diligente et bienveillante / envers moi qui invoque ta grâce divine dans toutes les circonstances de ma vie* ; / car j'ai mis en toi toute la confiance de mon âme / et en toutes choses je mets mon espérance dans ta providence divine ; // aussi rends-moi digne de la gloire future et de la vie en Dieu.

* Lit. : "dans tout ce qui m'arrive en vérité", mais c'est très plat.

 

v.  Louez le Seigneur, toutes les nations, célébrez-Le, tous les peuples.

Ô Vierge, les charbons de mes passions se sont enflammés / par le courroux et la colère, l'ivrognerie et la débauche, / l'avarice et la dureté de mon cœur, les pensées meurtrières*, / l'abattement et le trouble, la vaine gloire et tout ce que ma conscience me reproche ; // je t'en supplie, ô Souveraine, délivre-moi de tous (ces maux) et sauve-moi.

* L'expression n'est pas claire. Le père Denis Guillaume traduit : "la soif de vengeance" ; le slavon dit mot à mot : "mise à mort cruelle" ou "mise à mort du méchant". Toutefois, s'il s'agissait du meurtre en tant que tel, le slavon aurait employé  le mot "ubiïstvo" (ainsi que cela se trouve dans l'énumération des péchés de l'épître de saint Paul aux Galates 5,21). D'où notre proposition de "pensées meurtrières". N.B. Ce texte ne figure pas dans l'Octoèque grec.

 

v.  Car sa miséricorde s'est affermie sur nous, et la vérité du Seigneur demeure dans les siècles.

La conscience pure, prosternons-nous tous devant la Mère de Dieu / lui clamant sans cesse du fond du cœur : / Ô très sainte Souveraine, sauve-nous tous / du courroux et de la détresse, des dangers et des chutes, / car tu es notre rempart et notre soutien, // et tu sauves ceux qui accourent sous ta protection.

 

            Gloire... et maintenant... - Théotokion dogmatique - ton 3

Comment ne pas s'émerveiller, ô Très-glorieuse, / de ton enfantement à la fois divin et humain ? / Car sans avoir connu l'homme, ô Toute-immaculée, / sans père tu as enfanté dans la chair un fils, / Celui qui sans mère est engendré par le Père avant les siècles / et qui sans avoir subi de changement, ni de confusion, ni de division / a gardé intacte ce qui est propre à chacune des deux natures. / Aussi, ô Vierge et Mère, notre Souveraine, / prie-Le de sauver les âmes de ceux qui dans la vraie foi // confessent que tu es Mère de Dieu.

 

 

Apostiches - ton 3

 

Par ta passion, ô Christ, Tu as assombri le soleil, / et par la lumière de ta résurrection Tu as illuminé toutes choses ; // reçois notre chant vespéral, ô Ami des hommes.

 

v.  Le Seigneur est entré dans son règne, Il s'est revêtu de splendeur.

Seigneur, ta Résurrection vivifiante a illuminé le monde entier ; / et Tu as rappelé ta créature corrompue. / Aussi, délivrés de la malédiction d'Adam, nous Te clamons : // Seigneur tout-puissant, gloire à Toi.

 

v.  Car Il a affermi l'univers qui ne sera pas ébranlé.

Tu es le Dieu sans changement / bien que Tu aies changé en souffrant dans la chair. / La création, ne pouvant supporter de Te voir suspendu à la Croix, / est bouleversée d'effroi et chante en gémissant ta longanimité. / Mais descendu aux enfers, Tu es ressuscité le troisième jour // et Tu accordes au monde la vie et la grande miséricorde.

 

v.  À ta maison convient la sainteté, Seigneur, pour la suite des jours.

Pour délivrer le genre humain de la mort, / ô Christ, Tu as souffert la mort ; / Tu es ressuscité des morts le troisième jour, / Tu as relevé avec Toi ceux qui T'ont reconnu comme Dieu / et Tu as illuminé le monde. // Seigneur, gloire à Toi.

 

            Gloire... et maintenant... - Théotokion

Par la volonté du Père, / tu as conçu sans semence, de l'Esprit divin, le Fils de Dieu, / Celui qui sans mère est engendré par le Père avant les siècles* / et qui pour nous est né de toi sans père ; / tu L'as enfanté dans ta chair / et, petit enfant, tu L'as nourri de ton lait. / Aussi intercède sans cesse auprès de Lui // pour qu'Il délivre nos âmes de tout danger.

* Cf. Théotokion du Lucernaire.

 

 

Tropaire - ton 3

 

Que les cieux se réjouissent, / que la terre soit dans l'allégresse. / Car le Seigneur a déployé la force de son bras*, / par la mort Il a terrassé la mort, / et s'est fait le premier-né d'entre les morts. / Il nous a délivrés des entrailles des enfers // et Il a accordé au monde la grande miséricorde.

* Cf. Magnificat (Lc 1,51).

 

            Gloire... et maintenant... - Théotokion

Toi qui fus médiatrice pour le salut du genre humain, / nous te chantons, Vierge Mère de Dieu ; / car dans la chair qu'Il a reçu de toi, / ton fils et notre Dieu a accepté la Passion sur la Croix ; / Il nous a libérés de la corruption, // car Il est l'Ami des hommes.

 

 

Matines du dimanche

 

 

1er tropaire-cathisme - ton 3

 

Prémices de ceux qui se sont endormis, / le Christ s'est relevé d'entre les morts ; / Premier-né de toute la création / et Créateur de tous les êtres, / Il a, en Lui-même, renouvelé notre nature corrompue. / Ô mort, ce n'est plus toi qui règnes, // car le Maître de toutes choses a détruit ton empire.

 

v.  Lève-Toi (ou Ressuscite), Seigneur, mon Dieu, que ta main soit exaltée, n'oublie pas tes pauvres à jamais.

Seigneur, Tu as goûté la mort dans ta chair, / par ta Résurrection Tu en as ôté l'amertume, / Tu as affermi l'homme contre elle / et annulé la victoire de l'antique malédiction ; // Défenseur de notre vie, Seigneur, gloire à Toi.

 

            Gloire... et maintenant... - Théotokion

Émerveillé par la beauté de ta virginité et l'éclat de ta pureté, / Gabriel te clama, ô Mère de Dieu : / Quelle louange digne de toi t'offrirai-je ? / De quel nom te nommerai-je ? / Je m'étonne et je tremble, / mais comme cela m'a été ordonné, je m'écrie : // Réjouis-toi, Pleine de grâce.

 

2ème tropaire-cathisme - ton 3

 

Seigneur, les enfers furent effrayés / devant ta divinité demeurée sans altération et ta Passion volontaire, / et ils se lamentaient : / Nous tremblons devant le corps sans corruption de ta Personne, / nous voyons l'Invisible qui nous combat en secret ; / aussi même ceux que nous détenons clament : // Gloire, ô Christ, à ta Résurrection.

 

v.  Je Te confesserai, Seigneur, de tout mon cœur, je raconterai toutes tes merveilles.

Nous les fidèles, nous annonçons* le mystère ineffable / de ta crucifixion inconcevable et de ta Résurrection indicible ; / car aujourd'hui la mort et les enfers ont été dépouillés / et le genre humain revêtu d'incorruption ; / aussi Te rendant grâce nous Te clamons : // Gloire, ô Christ, à ta Résurrection.

* Lit. "théologisons".

 

            Gloire... et maintenant... - Théotokion

Ô Mère de Dieu, tu as mystérieusement contenu dans ton sein, / le Dieu inconcevable et incirconscriptible, / consubstantiel au Père et à l'Esprit, / qui sans confusion est l'Un de la Trinité / que par ton enfantement nous avons appris à glorifier dans le monde. / Aussi te rendant grâce nous te clamons : // Réjouis-toi, ô Pleine de grâce.

 

Hypakoï - ton 3

 

L'ange resplendissant remplit d'effroi les femmes myrrhophores par son apparition / et répandit la rosée de ses paroles en disant : / Pourquoi cherchez-vous dans le tombeau le Vivant ? / Il est ressuscité après avoir vidé les tombeaux ; / sachez que l'Immuable a aboli la corruption ; / et dites à Dieu : Que tes œuvres sont redoutables, // car Tu as sauvé le genre humain.

 

 

Antiennes des Degrés - ton 3

 

1ère Antienne

 

Tu as arraché à Babylone les captifs de Sion ; // à mon tour, ô Verbe, du fond de mes passions attire-moi à la vie.

 

Ceux qui sous le vent de midi sèment pour Dieu dans les larmes, // moissonnent dans l'allégresse les gerbes de nourriture éternelle.*

* Cf. Ps 125,5.

 

            Gloire...

À l'Esprit Saint revient toute action de grâce, / car avec le Père et le Fils Il resplendit // et en Lui toute chose vit et se meut.

 

            Et maintenant... (le même).

 

2ème Antienne

 

Si le Seigneur ne bâtit la maison des vertus, en vain nous fatiguons-nous ; // s'Il protège notre âme, personne ne détruira notre ville.*

* Cf. Ps 126,1.

 

Fruit de tes entrailles, sous le souffle de l'Esprit, // les saints seront pour Toi, ô Christ, ainsi que pour le Père, des fils adoptifs.

 

            Gloire...

Par le Saint-Esprit toute sainteté et sagesse sont révélées ; / Il fait exister toute créature : // rendons-Lui un culte, comme au Père et au Fils, car Il est Dieu.

 

            Et maintenant... (le même).

 

 

3ème Antienne

 

Ceux qui craignent le Seigneur sont bienheureux, / car ils marchent dans ses voies ; // ils mangeront tous les fruits de la vie.*

* Cf. Ps 127,1.

 

Réjouis-Toi, Pasteur du troupeau, / voyant autour de ta table tes enfants // portant les rameaux de leurs bonnes œuvres.*

* Cf. Ps 127,4.

 

            Gloire...

Par le Saint-Esprit vient toute la richesse de la gloire, / la grâce et la vie pour toute créature ; // c'est avec le Père et le Verbe qu'Il est célébré.

 

            Et maintenant... (le même).

 

 

Prokimenon - ton 3

 

Dites parmi les nations que le Seigneur est entré dans son règne ; // car Il a affermi l'univers qui ne sera pas ébranlé.

v.  Chantez au Seigneur un chant nouveau*, chantez au Seigneur, toute la terre.                     (Ps 95, 10 & 1)

* Le texte grec s'arrête ici.

 

Canon de la Résurrection - ton 3

 

            Le verset avant chaque tropaire est :  "Gloire, Seigneur, à ta sainte Résurrection".

 

            Si, comme cela se fait dans la pratique paroissiale, on ne lit que quelques tropaires, le dernier sera toujours précédé, en guise de verset, de l'annonce : "Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit, et maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amen."

 

Ode 1 - Hirmos

 

Celui qui jadis, par un signe de sa main divine, / a rassemblé les eaux en un seul flot / et qui a fendu la mer pour le peuple d'Israël, / c'est Lui notre Dieu qui est glorifié ; // à Lui seul nous chantons, car Il s'est couvert de gloire.

 

Celui qui a condamné la terre à produire pour le coupable (au prix de) sa sueur des épines en guise de fruits*, c'est Lui notre Dieu qui dans sa chair a reçu la couronne d'épines des mains des malfaiteurs, détruisant la malédiction, car Il s'est couvert de gloire.

* Gn 3,18-19.

 

Vainqueur et triomphateur de la mort, l'Immortel a été saisi d'effroi*, car Lui qui est notre Dieu, a pris notre chair et notre âme qui connaissent les souffrances ; Il a affronté le tyran et nous a tous ressuscités avec Lui, car Il s'est couvert de gloire.

* Mc 14,33.

 

Très sainte Mère de Dieu, sauve-nous. - Théotokion

Toutes les nations te glorifient, toi qui as enfanté sans semence et qui es véritablement la Mère de Dieu. C'est Lui notre Dieu qui est descendu dans ton sein sanctifié, afin de prendre notre nature et naître de toi à la fois Dieu et homme.

 

            Canon de la Croix et de la Résurrection - ton 3

 

            Dans la pratique, on ne chante que l'hirmos du premier canon. Les hirmi des canons suivants sont donnés pour indiquer la mélodie sur laquelle seront chantés les tropaire, comme cela est encore en usage dans l'église grecque, où le canon est entièrement chanté. Dans les églises slaves, cela ne se fait plus qu'à Pâques.

 

            Le verset avant chaque tropaire est :  "Gloire, Seigneur, à ta croix vénérable et à ta Résurrection"

 

Hirmos : "Peuples, chantons un chant nouveau..."

 

Par son sang divin, le Christ a racheté le genre humain asservi par le tyran ami du péché ; Il l'a déifié et l'a renouvelé, car Il s'est couvert de gloire.

 

Par sa volonté le Christ, trésor de vie, a goûté la mort en tant qu'homme* ; mais en tant qu'immortel par nature, Il a vivifié les morts, car Il s'est couvert de gloire.

* Lit. "en tant que mortel".

 

 

Canon de la très sainte Mère de Dieu - ton 3

 

            Les hirmi du canon de la très sainte Mère de Dieu sont les mêmes que ceux du canon de la Croix et la Résurrection.

 

            Le verset avant chaque tropaire est :  "Très sainte Mère de Dieu, sauve-nous."

 

Dans les cieux, sur terre et dans les abîmes, tout être*, ô Vierge, fléchit avec respect** le genou devant Celui qui s'est incarné de toi, car Il s'est couvert de gloire.

* Lit. "tout être céleste, terrestre et souterrain".

** Lit. "d'une façon décente ou convenable, ou encore majestueuse". Mais ces termes sont difficiles à inclure dans la phrase.

 

Combien admirable est l'échange (qui s'est opéré) en toi ! Ayant reçu de toi la chair, Dieu qui dispense les biens en abondance, nous a donné l'Esprit divin, car Il s'est couvert de gloire.

* Lit. "Ô réconciliations qui sont en toi !" Le père Guillaume parle d' "échanges"; est-ce le sens du terme grec ?

 

            Puis on ajoute le Canon des Ménées  suivi de la Katavassia.

 

 

Ode 3 - Hirmos

 

Toi qui du non-être as amené toute chose à l'être*, / créée par le Verbe et accomplie par l'Esprit, // Seigneur tout-puissant, affermis-moi dans ton amour.

* Cf. prière de l'oblation de la liturgie de saint Jean Chrysostome.

 

Par ta croix l'Impie fut couvert de honte, et il tomba dans la fosse qu'il avait creusée, tandis que la puissance* des humbles fut élevée, ô Christ, par ta Résurrection.

* Lit. "la corne".

 

Comme l'eau recouvre (le fond) des mers, la prédication de la piété (s'est répandue sur) les nations, ô Ami des hommes. Car en ressuscitant des morts, Tu as révélé la lumière de la Trinité.

 

Très sainte Mère de Dieu, sauve-nous. - Théotokion

Glorieuses sont les choses dites de toi, ô vivante Cité* du Roi éternel, car par toi, ô Souveraine, Dieu est venu vivre parmi ceux qui sont sur terre.

* Ps 86,3.

 

 

2ème canon

 

C'est par toi, ô Croix très pure, que (nous avons été) purifiés des sacrifices* offerts aux idoles, car c'est sur toi que Jésus notre Dieu** a étendu les bras.

* En grec "katharma" signifie "purification au moyen d'un sacrifice expiatoire".

** Lit. "le très grand Dieu".

 

Fidèles nous nous prosternons tous devant toi, le sépulcre qui a contenu la Vie ; car en toi a été enseveli Celui qui est ressuscité, le Christ notre vrai Dieu.

 

3ème canon

 

Le rameau issu de la racine de Jessé et qui selon la parole des prophètes a fleuri de toi, ô Vierge, c'est le Christ qui a resplendi pour nous ; Seigneur, Tu es saint.

 

Tu T'es appauvri, (ô Christ), en prenant de la Vierge notre chair, afin que nous* puissions communier à ta divinité ; Seigneur, Tu es saint.

* Lit. "les êtres terrestres".

 

 

Ode 4 - Hirmos

 

Tu nous as manifesté la force de ton amour, Seigneur, / car pour nous, Tu as livré à la mort ton Fils unique. / Aussi Te clamons-nous notre action de grâce : // Gloire à ta puissance, Seigneur.

 

Dans ta miséricorde, ô Christ, Tu as enduré les plaies et les coups, souffrant avec longanimité l'outrage des soufflets sur les joues et supportant les crachats ; c'est par eux que Tu as accompli mon salut. Gloire à ta puissance, Seigneur.

 

Ô Toi qui es la Vie, c'est par ton corps mortel que Tu as connu la mort à cause de la détresse des malheureux et du gémissement des pauvres* ; et ayant détruit le destructeur**, ô Très-glorieux, Tu (nous) as tous ressuscités avec Toi, car Tu T'es couvert de gloire.

* Ps 11,6.

** Lit. "Tu as corrompu le corrupteur", mais dans le français actuel "corrompre quelqu'un" a pris un sens tout différent.

 

Très sainte Mère de Dieu, sauve-nous. - Théotokion

Souviens-Toi, ô Christ, du troupeau que Tu as acquis par ta Passion ; reçois les prières de compassion de ta très glorieuse Mère, et visitant (ce troupeau) dans sa détresse, délivre-Le, Seigneur, par ta puissance.

 

 

2ème canon

 

Ô Ami des hommes, Tu as façonné l'homme à ton image, lui qui après la transgression fut mis à mort par le péché ; en Te laissant crucifier au Calvaire, Tu l'as sauvé .

 

Seigneur, la mort a rendu les morts qu'elle avait engloutis ; l'empire mortifère des enfers a été détruit alors que Tu ressuscitais du tombeau.

 

Très sainte Mère de Dieu, sauve-nous. - Théotokion

Ô Marie très pure, encensoir d'or, l'un de la sainte Trinité, Dieu le Verbe, est descendu en toi et s'est incarné en toi sans confusion, et Il a empli le monde d'un parfum d'agréable odeur.

 

 

3ème canon

 

Ô Maître, Toi qui as établi les montagnes, tel la pierre qu'aucune main n'a taillée Tu es venu de la Vierge, selon la mesure de ton intelligence divine ; gloire à ta puissance, ô Ami des hommes.

 

(En venant) de la Vierge, ô Maître, Tu as guéri de la maladie notre nature, ayant promptement uni à elle le remède : ta divinité très pure, ô Verbe.

 

Seigneur, Tu es ma part et l'héritage désiré, Toi qui (en venant) de la Vierge m'as uni à ta Personne (divine), ô Verbe, (alors que) ta Personne prenait chair.

 

 

Ode 5 - Hirmos

 

Avant l'aurore je veille et je T'invoque, Créateur de l'univers, / Toi, la Paix qui dépasse l'entendement ; / car tes préceptes sont pour moi lumière ; // par eux guide mes pas.

 

Toi qui vois tout et qui juges avec équité toute la terre, par jalousie les impies T'ont livré au juge inique, alors que Tu as délivré Adam de l'antique malédiction.

 

Par la puissance invincible de ta croix, ô Christ ressuscité des morts, donne ta paix à tes Églises et sauve nos âmes.

 

Très sainte Mère de Dieu, sauve-nous. - Théotokion

Tu es le tabernacle saint, plus vaste que les cieux, car tu as reçu dans ton sein Celui que toute la création ne peut contenir, le Verbe de Dieu, toi seule est apparue toujours Vierge.

 

 

2ème canon

 

Ayant été percé au côté par une lance, ô mon Christ, Tu as délivré de la malédiction celle qui avait été tirée de la côte d'Adam* et par qui les hommes ont été voués à la perdition.

* Lit. "de l'homme".

 

Étant par nature égal au Père, ô Christ notre Sauveur, Tu as ressuscité des morts le temple sanctifié de ton corps très pur et précieux.

 

 

3ème canon

 

Ô Vierge, ton fils est le Verbe de Dieu, le Créateur d'Adam le premier homme ; Il n'est pas une créature, bien qu'en toi Il se soit façonné une chair vivante.

 

Ô Vierge, ton fils est égal au Père ; Il est le Verbe de Dieu, le Christ notre Seigneur, une Personne parfaite en deux natures en qui (se manifeste) un Dieu parfait et un homme.

 

 

Ode 6 - Hirmos

 

Au fond de l'abîme, entouré de mes péchés*, mon esprit défaille ; / mais étends, ô Maître, ton bras souverain // et, comme Tu as sauvé Pierre, sauve-moi.

* Lit. "Le fond de l'abîme de mes péchés m'a entouré".

 

Un abîme de miséricorde et de bienfaits m'a entouré lorsque dans ta compassion Tu es descendu T'incarner, ô Maître ; ayant pris la forme d'un serviteur, Tu m'as déifié et Tu m'as fait partager ta gloire.

 

Voyant revenu à la vie Celui qu'il avait mis à mort, le meurtrier a subi la mort  ; tels sont, ô Christ, les signes de ta Résurrection et de ta Passion victorieuse et très pure.

 

Très sainte Mère de Dieu, sauve-nous. - Théotokion

Ô Très-pure, qui seule au delà de tout entendement es devenue la médiatrice entre le Créateur et les hommes, prie ton fils d'être miséricordieux envers tes serviteurs pécheurs et d'être leur défenseur.

 

 

2ème canon

 

Tu as subi des blessures, et par ta souffrance sur la Croix Tu as ressuscité avec Toi ceux que les enfers avaient blessés ; aussi je T'invoque : Délivre ma vie de la corruption, ô Ami des hommes.

 

Les portes des enfers s'ouvrent avec crainte devant Toi, et les armes sont enlevées à l'Ennemi ; c'est pourquoi les femmes venant à ta rencontre changèrent en joie leur tristesse.

 

 

3ème canon

 

Sans se séparer (du Père)*, (le Christ) vient de la Vierge immaculée ; Il se fait à notre image en devenant homme en son aspect** et en son être sans perdre sa divinité.

* Lit. "Celui qui par son image ne se sépare pas". On pourrait dire : "Celui qui garde son image (divine)", mais c'est à peu de chose près ce qui se trouve à la fin du texte.

** Lit. "image". Il y a dans ce texte une série de jeux de mots autour du substantif "image".

 

Délivre-moi, ô Toute-pure, de l'abîme des péchés et de la tourmente des passions, car Tu es un havre et un abîme de merveilles pour ceux qui accourent avec foi auprès de Toi.

 

 

Kondakion - ton 3

 

Tu es ressuscité aujourd'hui du tombeau, ô Miséricordieux, / et Tu nous as écartés des portes de la mort. / Aujourd'hui Adam exulte et Ève se réjouit ; / avec eux prophètes et patriarches ne cessent de chanter // la force divine de ta puissance.

 

Ikos

 

Que la terre et le ciel exultent aujourd'hui et chantent d'un seul cœur le Christ Dieu, qui a ressuscité de leurs tombeaux ceux qui y étaient prisonniers. Toute la création se réjouit avec eux et offre au Créateur de toutes choses, notre Libérateur, des chants dignes de Lui ; car Il a délivré les hommes des enfers, Lui, le Donateur de vie et Il les a élevés avec Lui aux cieux ; Il a brisé l'orgueil de l'Ennemi et les portes des enfers par le divin pouvoir de sa puissance.

 

 

Ode 7 - Hirmos

 

Comme jadis Tu as couvert de rosée / les trois saints adolescents dans la flamme des chaldéens, / éclaire-nous aussi par le feu lumineux de ta divinité, // nous qui Te clamons : Dieu de nos pères, Tu es béni.

 

Le voile lumineux du temple se déchira lors de la crucifixion du Créateur, révélant la vérité cachée dans les Écritures aux fidèles qui clament : Dieu de nos pères, Tu es béni.

 

Alors que Tu fus percé au côté, ô Christ, les gouttes de ton sang divin et vivifiant qui selon ton dessein tombaient sur la terre, ont recréé ceux qui avaient été formés de la terre et qui clament : Dieu de nos pères, Tu es béni.

 

Très sainte Trinité, notre Dieu, gloire à Toi. - Trinitaire

Avec le Père et le Fils unique, fidèles, glorifions l'Esprit de bonté ; vénérons l'unique Origine*, l'unique Divinité en trois Personnes et clamons : Dieu de nos pères, Tu es béni.

* Même si c'est le mot qui rend avec le plus de précision le texte original, il faut dire que dans le français courant, il n'est pas très heureux. La plupart des gens savent ce que signifie "avoir des principes" et risquent un contresens. Au début de la Genèse et de l'Évangile selon st. Jean "principio" est traduit par "commencement", mais dire "l'unique Commencement" ne serait pas plus clair. Nous proposons ici "l'unique Origine", mais la question reste ouverte.

 

 

2ème canon

 

Le soleil s'obscurcit en voyant suspendu à la Croix non un homme*, mais le Dieu incarné à qui nous chantons : Seigneur, Dieu de nos pères, Tu es béni.

* Lit. : Ce n'est pas en voyant simplement un homme suspendu à la Croix que le soleil s'obscurcit, mais le Dieu incarné.

 

En recevant le Dieu fort, Donateur de l'incorruptibilité, les enfers effrayés rejetèrent les âmes des justes qui clamaient : Seigneur, Dieu de nos pères, Tu es béni.

 

Très sainte Mère de Dieu, sauve-nous. - Théotokion

Tu as été, ô Très-pure, un trésor précieux de bénédiction pour ceux qui d'un cœur pur confessent que tu es la Mère de Dieu, car c'est de toi que s'est incarné le Dieu de nos pères.

 

 

3ème canon

 

Seigneur de gloire qui règnes sur les puissances d'en haut, Toi qui sièges avec le Père et qui es porté dans les bras de la Vierge*, Seigneur, Dieu de nos pères, Tu es béni.

* Lit. "des bras virginaux", c-à-d "d'une vierge".

 

Terrible est la mort, mais l'ayant rencontrée, Tu l'as anéantie, Toi le Dieu qui T'es incarné de la Vierge* : Seigneur, Dieu de nos pères, Tu es béni.

* Lit. "étant devenu de la Vierge une chair divino-hypostatique".

 

Ô Mère de Dieu, nous savons tous que tu as enfanté Dieu, l'Un de la Trinité, qui s'est incarné en toi et que tu as mis au monde : Ô Très-pure, béni est le fruit de ton sein.

 

 

Ode 8 - Hirmos

 

Les adolescents se tenaient avec piété / au milieu du feu insoutenable, / sans être atteints par la flamme, / et ils chantaient l'hymne divine : / Bénissez le Seigneur, toutes les œuvres du Seigneur, // et exaltez-Le dans tous les siècles*.

* Même Hirmos qu'à la 8ème ode de la Sainte Rencontre.

 

            Avant la lecture du dernier tropaire, à la place de "Gloire... et maintenant..." on annonce : "Bénissons le Seigneur, Père, Fils et Saint-Esprit, maintenant..."

 

Le (voile) lumineux du temple se déchira lorsque ta croix fut plantée sur le Calvaire et toute la création, bouleversée d'effroi, fit entendre ce chant : Bénissez le Seigneur, toutes les œuvres du Seigneur, chantez-Le et exaltez-Le dans tous les siècles.

 

Tu es ressuscité du tombeau, ô Christ, et par la puissance divine de ta croix* Tu as relevé celui qui par la séduction avait été déchu, et qui clame** : Bénissez le Seigneur, toutes les œuvres du Seigneur, chantez-Le et exaltez-Le dans tous les siècles.

* Lit. "le bois". Également il faut remarquer que "le bois" et "la puissance divine" sont présentés comme deux causes distinctes du relèvement de l'homme ; on pourrait donc dire aussi : "par le bois et par ta puissance divine Tu as relevé...", ce qui est plus lourd.

** Lit. : "qui clame et dit".

 

Très sainte Mère de Dieu, sauve-nous. - Théotokion

Tu es apparue comme le Temple de Dieu, le Réceptacle vivant et l'Arche (sainte), car c'est toi, ô Mère de Dieu très pure qui as réconcilié le Créateur avec les hommes ; aussi nous qui sommes son œuvre, nous te chantons et t'exaltons dignement dans tous les siècles.

 

 

2ème canon

 

Impassible dans sa divinité, le Verbe ne connaît pas la souffrance, mais bien qu'étant Dieu Il souffre dans sa chair ; c'est à Lui que nous chantons : Bénissez le Seigneur, toutes les œuvres du Seigneur, chantez-Le et exaltez-Le dans tous les siècles.

 

En tant qu'homme mortel, Tu T'es endormi, ô Sauveur, mais en tant qu'immortel, Tu es ressuscité, et Tu sauves de la mort ceux qui clament : Bénissez le Seigneur, toutes les œuvres du Seigneur, chantez-Le et exaltez-Le dans tous les siècles.

 

Très sainte Trinité, notre Dieu, gloire à Toi. - Trinitaire

Nous rendons dignement un culte à la Divinité en trois Personnes éternellement* unies, et nous chantons : Bénissez le Seigneur, toutes les œuvres du Seigneur, chantez-Le et exaltez-Le dans tous les siècles.

* Le texte slave dit : "indiciblement".

 

 

3ème canon

 

Tu as surpassé, ô Mère, les ordres célestes* et tu te tiens auprès de Dieu ; aussi nous bénissons, ô Vierge toute-bénie, ton enfant et l'exaltons dans tous les siècles.

* Lit. "spirituels".

 

Tu as rendu plus belle encore la beauté de la nature (humaine), en faisant briller la chair de la Divinité. Bénissons, ô Vierge toute-bénie, ton enfant et exaltons-le dans tous les siècles.

 

            Avant la Katavassia, le chœur chante le verset :

 

Louons, bénissons, adorons le Seigneur, Le chantant et L'exaltant dans tous les siècles.

 

            Après la Katavassia et l'annonce : "Magnifions dans nos hymnes la Mère de Dieu et Mère de la Lumière." le chœur chante le Magnificat.

 

 

Ode 9 - Hirmos

 

Miracle nouveau et digne de Dieu, / car le Seigneur franchit véritablement la porte close virginale ; / nu à son entrée, Dieu est apparu revêtu de chair à sa sortie, / et la porte est demeurée close. // C'est en tant que Mère de Dieu, qu'ineffablement nous la magnifions.

 

Il est redoutable de Te voir, ô Créateur, Toi le Verbe de Dieu élevé sur la Croix, <le Dieu> qui souffre dans sa chair pour ses serviteurs et qui, étendu sans vie dans un tombeau, as délivré les morts des enfers : c'est pourquoi, ô Christ, nous Te magnifions, car Tu es tout-puissant.

 

Toi qui as été déposé mort dans le tombeau, Tu as délivré les ancêtres de la corruption ; Toi qui as fait fleurir la vie, Tu as ressuscité les morts ; Toi qui as guidé le genre humain vers la lumière, Tu l'as revêtu de l'incorruption divine ; c'est pourquoi nous Te magnifions, Toi la source de la lumière éternelle*.

* Lit. "lumière qui vit toujours".

 

Très sainte Mère de Dieu, sauve-nous. - Théotokion

Tu es apparue comme le temple et le trône, où Dieu, qui demeure au plus haut des cieux, est venu faire sa demeure ; Il est né de toi, qui n'a pas connu l'homme, sans ouvrir la porte de ton sein*, ô Toute-pure ; aussi intercède par tes prières incessantes afin que toutes les nations se soumettent à la paix de Dieu.**

* Lit. "de ton corps".

** Lit. : "aussi fais que par tes prières incessantes les peuples barbares soient promptement et définitivement soumis à notre Empereur."

 

2ème canon

 

Ô Christ, Tu as fais jaillir l'honneur pour tous les hommes par une mort déshonorante, à laquelle Tu as goûté lors de ta crucifixion, et par ton essence mortelle Tu m'as accordé l'incorruptibilité, car Tu es l'Ami des hommes.

 

Par ta Résurrection du tombeau, ô Christ, Tu m'as sauvé ; Tu m'as relevé et Tu m'as conduit vers ton Père*, Seigneur, et Tu m'as fait asseoir à sa droite par ton amour miséricordieux.

* Lit. "le Père, ton parent".

 

 

3ème canon

 

Emplis de piété, nous* ne sommes jamais rassasiés de t'apporter nos louanges, Ô Vierge ; car à notre amour vient s'ajouter sans cesse l'amour divin, spirituel, puisque c'est la Mère de Dieu que nous magnifions.

* Lit. "fidèles".

 

Ô Christ, Tu nous as donné (ta mère), celle qui T'as enfanté afin qu'avec constance elle intercède pour nous*. Par ses prières et dans ta miséricorde Tu nous envoies l'Esprit, donateur de bonté, et qui procède du Père.

* L'idée est très difficile à rendre. Le sens est que la prière de la Mère de Dieu ne peut être rejetée (Lit. ne peut être "confondue" ou "bafouée") par son fils.

 

 

Laudes - ton 3

 

v.  L'exécution sur les peuples du jugement écrit, telle sera la gloire de tous ses saints.

Venez, toutes les nations, apprenez la puissance du mystère redoutable ; / car le Verbe qui était au commencement, le Christ notre Sauveur, / a été crucifié pour nous, / par sa propre volonté Il a été enseveli / et Il est ressuscité des morts afin de sauver toutes choses ; // aussi adorons-Le.*

* Cf. Sainte Rencontre, Lucernaire 1, 2 & 3.

 

v.  Louez Dieu dans ses saints, louez-Le au firmament de sa puissance.

Les gardes, Seigneur, ont rapporté toutes tes merveilles ; / mais le sanhédrin, dans sa vanité, a rempli leurs mains d'argent, / pensant cacher ta résurrection que le monde glorifie ; // Seigneur, aie pitié de nous.

 

v.  Louez-Le pour ses hauts faits, louez-Le selon sa grandeur infinie.

Toute chose fut remplie de joie / quand il connut ta Résurrection* ; / car Marie de Magdala, venue à ton tombeau, / a trouvé, assis sur la pierre, un ange aux vêtements lumineux qui lui dit : / Pourquoi cherchez-vous parmi les morts le Vivant ? / Il n'est pas ici, Il est ressuscité comme Il l'avait dit, // Il vous précède en Galilée.

* Lit. "quand il a reçu l'expérience de ta Résurrection.

 

v.  Louez-Le au son de la trompe, louez-Le sur la harpe et la cithare.

Maître, Ami des hommes, / dans ta lumière nous verrons la lumière ; / car Tu es ressuscité des morts / et Tu accordes le salut au genre humain, / afin que toute créature Te glorifie, / Toi le seul sans péché ; // Seigneur, aie pitié de nous.

 

            Autres stichères, d'Anatole - ton 3

 

v.  Louez-Le par le tambourin et la danse, louez-Le au son des cordes et des instruments.

Comme une hymne matinale, les femmes myrrhophores T'apportaient leurs larmes ; / elles arrivèrent en hâte à ton sépulcre en portant des parfums, / pour embaumer ton corps très pur. / Un ange assis sur la pierre leur annonça la bonne nouvelle : / Pourquoi cherchez-vous parmi les morts le Vivant ? / Il a terrassé la mort, Il est ressuscité comme Dieu, // à tous Il accorde la grande miséricorde.

 

v.  Louez-Le avec les cymbales retentissantes, louez-Le avec les cymbales de jubilation, que tout souffle loue le Seigneur.

Près de ton tombeau vivifiant, / un ange resplendissant dit aux myrrhophores : / Celui qui a vidé les tombeaux, le Libérateur, / a dépouillé les enfers / et Il est ressuscité le troisième jour, // car Il est le seul Dieu, le Tout-puissant.

 

v.  Lève-Toi (ou Ressuscite), Seigneur, mon Dieu, que ta main soit exaltée, n'oublie pas tes pauvres à jamais.                   (Ps 9,33)

 

Venue le premier jour de la semaine[1], / Marie de Magdala Te cherchait dans le tombeau / et, ne T'ayant pas trouvé, elle se lamentait en pleurant et clamait : / Hélas, mon Sauveur, Roi de l'univers , Tu as été dérobé ; / mais les deux anges, messagers de la vie, qui se trouvaient dans le sépulcre lui dirent : / Pourquoi pleures-tu, ô femme ? / Je pleure, dit-elle, car on a enlevé mon Seigneur de sa tombe, / et je ne sais pas où on L'a mis[2] ? / Mais T'ayant vu, elle se retourna et s'écria : // Mon Seigneur et mon Dieu, gloire à Toi.

 

v.  Je Te confesserai, Seigneur, de tout mon cœur, je raconterai toutes tes merveilles.                  (Ps 9,2)

Les Hébreux enfermèrent la Vie dans le tombeau, / tandis que le larron ouvrit aux nations les délices (du paradis) en s'écriant : / Celui qui a été crucifié pour moi est avec moi, / Il a été suspendu avec moi sur le bois (de la Croix) / et Il m'est apparu sur le trône siégeant avec le Père ; / c'est Lui le Christ notre Dieu, // Lui qui possède la grande miséricorde.

 

 

            Tropaire après la grande Doxologie : voir ton 1.


 

 

Dimanche - ton 4

 

Grandes vêpres du samedi

 

 

Lucernaire - ton 4

 

v.  Fais sortir de prison mon âme, pour que je confesse ton Nom.

Devant ta croix vivifiante, / nous nous prosternons sans cesse, ô Christ Dieu, / et nous glorifions ta résurrection du troisième jour ; / par elle, ô Tout-puissant, Tu as renouvelé la nature corrompue de l'homme / et Tu nous as montré l'accès aux cieux, // car Tu es le seul bon et ami des hommes.

 

v.  Les justes sont dans l'attente à mon sujet, jusqu'à ce que Tu m'accordes ma récompense.

Tu as aboli le châtiment de la désobéissance, Seigneur, / en Te laissant volontairement clouer sur la Croix. / Dieu fort, Tu es descendu aux enfers / et Tu as rompu les liens de la mort. / C'est pourquoi nous vénérons ta Résurrection d'entre les morts / et nous Te clamons avec joie : // Seigneur tout-puissant, gloire à Toi.

 

v.  Des profondeurs je crie vers Toi, Seigneur, Seigneur écoute ma voix.

Seigneur, Tu as brisé les portes des enfers / et, par ta mort, Tu as détruit l'empire de la mort ; / Tu as libéré de la corruption le genre humain // et Tu as accordé au monde l'incorruptibilité, la vie et la grande miséricorde.

 

            Autres stichères, d'Anatole - ton 4

 

v.  Que tes oreilles soient attentives à la voix de ma supplication.

Venez, peuples, chantons la Résurrection du Sauveur le troisième jour. / Par elle nous avons été délivrés des liens indestructibles des enfers / et tous, nous avons reçu la vie et l'incorruptibilité ; / aussi clamons-nous : / Toi qui as été crucifié et enseveli, / et qui es ressuscité, // sauve-nous par ta Résurrection, seul Ami des hommes.

 

v.  Si Tu tiens compte des iniquités, Seigneur, Seigneur, qui pourra subsister ? Car auprès de Toi est le pardon.

Sauveur, les anges et les hommes chantent ta Résurrection du troisième jour. / Par elle les confins de la terre ont été illuminés ; / par elle nous avons été délivrés de la servitude de l'Ennemi ; / aussi clamons-nous : / Sauveur tout-puissant, créateur de la vie, // sauve-nous par ta Résurrection, seul Ami des hommes.

 

v.  À cause de ton Nom, je T'ai attendu, Seigneur. Mon âme a attendu ta Parole, mon âme a mis son espérance dans le Seigneur.

Tu as brisé les portes d'airain, Christ Dieu, / Tu en as rompu les verrous / et Tu as relevé le genre humain déchu ; / c'est pourquoi d'une même voix nous Te clamons : // Seigneur ressuscité des morts, gloire à Toi.

 

v.  Depuis la garde du matin jusqu'à la nuit, depuis la garde du matin, qu'Israël espère dans le Seigneur.

Seigneur, Tu es engendré par le Père de toute éternité et pour les siècles*, / et ton incarnation de la Vierge est ineffable et indicible pour les hommes ; / ta descente aux enfers est redoutable pour le diable et ses anges ; / car ayant terrassé la mort, Tu es ressuscité le troisième jour // accordant aux hommes l'incorruptibilité et la grande miséricorde.

* Lit. : "Seigneur, ton engendrement du Père est hors du temps et pour toujours."

 

            Stichères à la très sainte Mère de Dieude Paul l'Amorréen - ton 8

 

v.  Car auprès du Seigneur est la miséricorde, et grande auprès de Lui la délivrance. C'est Lui qui rachètera Israël de toutes ses iniquités.

Le Dieu de l'univers qui a pris chair de ton sang, ô Mère de Dieu toute pure, / t'a révélée comme protectrice des fidèles, / défense et secours de ceux qui connaissent les tentations / et qui sont dans l'adversité, / et un havre paisible pour ceux qui sont dans la tempête ; / aussi sauve de toute affliction et tourment // tous ceux qui accourent sous ta divine protection.

 

v.  Louez le Seigneur, toutes les nations, célébrez-Le, tous les peuples.

Je glorifie et je vénère, / j'honore, je chante et je célèbre sans cesse ton nom divin, / ô toute bienheureuse souveraine ; / ne fais pas de moi la risée de l'Ennemi, / moi qui accours sous ta protection, // mais sous l'aile de ton intercession sauvegarde-moi de toute tentation.

 

v.  Car sa miséricorde s'est affermie sur nous, et la vérité du Seigneur demeure dans les siècles.

Réjouis-toi, Mère de Dieu très pure ; / réjouis-toi espoir des fidèles ; / réjouis-toi qui libères le monde ; / réjouis-toi qui délivres tes serviteurs de toute affliction / et par qui la mort est détruite ; / réjouis-toi qui portes la Vie ; / réjouis-toi consolatrice ; // réjouis-toi notre refuge et notre protection.

 

            Gloire... et maintenant... - Théotokion dogmatique - ton 4

David le prophète, / qui grâce à toi est l'ancêtre de Dieu, / a annoncé dans ses chants à Celui qui a fait de grandes choses pour toi : / Voici, la Reine se tient à ta droite. / Il t'a révélée comme mère et médiatrice de la Vie, / le Dieu qui a bien voulu s'incarner de toi sans père / pour renouveler son image[3] corrompue par les passions / et retrouver la brebis égarée dans la montagne ; / l'ayant prise sur ses épaules Il la porte à son Père / et, par sa propre volonté, la réunit aux puissances célestes ; / Il sauve le monde, ô Mère de Dieu, // Lui, le Christ, qui possède la grande et abondante miséricorde.

 

 

Apostiches - ton 4

 

Seigneur, monté sur la croix, Tu as aboli la malédiction de notre ancêtre, / et descendu aux enfers, Tu as libéré ceux qui y étaient enchaînés depuis les siècles / accordant l'incorruptibilité au genre humain ; / c'est pourquoi nous glorifions dans nos chants ta résurrection, // source de vie et de salut.

 

v.  Le Seigneur est entré dans son règne, Il s'est revêtu de splendeur.

Lorsque Tu as été suspendu à la Croix, / Toi le seul fort, / Tu as fait trembler toute la création. / Lorsque Tu as été mis au sépulcre, / Tu as ressuscité les habitants des tombeaux / et Tu as accordé la vie et l'incorruptibilité au genre humain. // Aussi, dans nos chants, glorifions-nous ta Résurrection du troisième jour.

 

v.  Car Il a affermi l'univers qui ne sera pas ébranlé.

Des hommes sans loi Te livrèrent à Pilate, ô Christ, / et Te condamnèrent à être crucifié. / Ils ont révélé leur ingratitude envers leur Bienfaiteur. / Mais par ta propre volonté, Tu as supporté l'ensevelissement, / par ta puissance divine Tu es ressuscité le troisième jour // et Tu nous as donné la vie éternelle et la grande miséricorde.

 

v.  À ta maison convient la sainteté, Seigneur, pour la suite des jours.

Arrivées à ton sépulcre, les femmes en pleurs Te cherchaient ; / mais ne T'ayant pas trouvé, elles se lamentaient et disaient en gémissant : / Hélas, notre Sauveur, Roi de l'univers, / comment as-Tu été dérobé ? / Quel lieu contient ton corps, source de vie ? / Un ange leur répondit : Ne pleurez pas, / mais allez annoncer que le Seigneur est ressuscité, // Lui qui nous accorde la joie, car Il est le seul miséricordieux.

 

            Gloire... et maintenant... - Théotokion

Accueille la supplique de tes serviteurs, ô Toute-immaculée, / toi qui apaises les funestes attaques qui se lèvent contre nous, / et qui nous délivres de toute affliction ; / car en toi seule nous avons un appui ferme et constant, / nous qui possédons ta protection ; / et qu'en t'implorant, ô Souveraine, nous ne soyons pas couverts de honte ; / hâte-toi de répondre aux supplications de ceux qui te clament avec foi : / Réjouis-toi, ô Souveraine, / secours, joie et protection de tous, // et salut de nos âmes.

 

 

Tropaire - ton 4

 

Les femmes disciples du Seigneur / reçurent de l'ange la proclamation lumineuse de la Résurrection ; / elles rejetèrent la condamnation ancestrale / et tout en joie elles dirent aux apôtres : / La mort est dépouillée, / le Christ Dieu est ressuscité // en accordant au monde la grande miséricorde.

 

            Gloire... et maintenant... - Théotokion

Le mystère caché depuis les siècles / et inconnu des anges / par toi est apparu aux hommes, ô Mère de Dieu ; / Dieu s'est incarné par une union sans confusion / et Il a volontairement accepté la Croix pour nous ; / par elle ayant ressuscité le premier homme, // Il a sauvé nos âmes de la mort.

 

 

Matines du dimanche

 

 

1er tropaire-cathisme - ton 4

 

Les femmes myrrhophores levèrent les yeux vers l'entrée du sépulcre / et, ne pouvant supporter la vue de l'ange flamboyant, / elles furent saisies d'étonnement et dirent : / A-t-on volé Celui qui a ouvert au larron le paradis ? / S'est-Il relevé Celui qui avant sa Passion / avait annoncé sa Résurrection ? / En vérité Il est ressuscité, / le Christ qui accorde à ceux qui sont dans les enfers // la vie et la résurrection.

 

v.  Lève-Toi (ou Ressuscite), Seigneur, mon Dieu, que ta main soit exaltée, n'oublie pas tes pauvres à jamais.

Dans ton dessein volontaire, Tu as souffert la Croix, Sauveur, / et les hommes mortels Te déposèrent dans un sépulcre neuf, / Toi qui par ta parole as établi les confins de l'univers ; / ainsi fut lié l'Ennemi : / la mort fut cruellement dépouillée / et tous ceux qui étaient dans les enfers célébrèrent ta Résurrection vivifiante : // Le Christ est ressuscité, le Donateur de vie qui demeure pour les siècles.

 

            Gloire... et maintenant... - Théotokion

Joseph fut émerveillé à la vue de ce qui est au-delà de la nature / et devant ta conception sans semence, ô Mère de Dieu, / il se souvint de la rosée sur la toison (de Gédéon), / du buisson ardent qui ne se consumait pas, / du bâton d'Aaron qui avait fleuri ; / aussi ton fiancé et protecteur rendit témoignage en clamant aux prêtres : // La Vierge enfante et après l'enfantement elle demeure vierge.

 

 

2ème tropaire-cathisme - ton 4

 

Tu es ressuscité du tombeau, Sauveur immortel, /et Tu as relevé avec Toi le monde par ta puissance, ô Christ notre Dieu, / Tu as brisé par ta force la puissance de la mort, / et Tu as montré à tous la Résurrection, ô Miséricordieux ; // c'est pourquoi nous Te glorifions, Toi le seul Ami des hommes.

 

v.  Je Te confesserai, Seigneur, de tout mon cœur, je raconterai toutes tes merveilles.

Gabriel, vêtu de blanc, / est descendu des hauteurs célestes / et, s'approchant de la pierre, là où se trouvait la Pierre de la vie, / il clama aux (femmes) qui pleuraient : / Cessez vos cris de lamentations, / vous qui possédez maintenant la Miséricorde* ; / prenez confiance, car Celui que vous cherchez en pleurant, s'est relevé en vérité. / Aussi clamez aux apôtres : / Le Seigneur est ressuscité, / [recevez la joie et adorez Celui qui s'est relevé ; // ayez confiance, et qu'Ève aussi prenne confiance]**.

* Lit. en grec : "la Compassion", mais nous avons gardé "la Miséricorde" en référence au Canon du Grand Samedi, Hirmos de l'Ode 6.

* Entre crochets, ajout du slavon.

 

            Gloire... et maintenant... - Théotokion

Tous les chœurs des anges furent saisis de stupeur, ô Très-pure, / devant le mystère de ton enfantement redoutable : / comment Celui qui de sa seule autorité contient tout, / peut-Il être contenu dans tes bras en tant qu'homme, / comment Celui qui est avant tous les siècles / peut-Il se donner un commencement, / comment peut-Il se nourrir de ton lait, / Celui qui de son ineffable bonté nourrit tout ce qui respire ? // Aussi en tant que Mère de Dieu en vérité, (les anges) te louent et te glorifient.

 

Hypakoï - ton 4

 

Accourues les premières, / les femmes myrrhophores portèrent aux apôtres / l'annonce de ta merveilleuse résurrection, ô Christ, / car Tu es ressuscité en tant que Dieu, // accordant au monde la grande miséricorde.

 

Antiennes des Degrés - ton 4

 

1ère Antienne

 

Depuis ma jeunesse, / nombreuses sont les passions qui m'assaillent, / mais Toi, ô mon Sauveur, // protège-moi et sauve-moi.

 

Vous qui haïssez Sion, / soyez confondus par le Seigneur, / car, comme l'herbe par le feu, // vous serez desséchés.

 

            Gloire...

Par le Saint-Esprit, toute âme est vivifiée, / par la pureté elle est élevée, // elle est illuminée par le mystère sacré de l'unité trinitaire.

 

            Et maintenant... - le même.

 

2ème Antienne

 

Du fond de mon âme, / avec ardeur j'ai crié vers Toi, Seigneur ; / que ton oreille, ô Dieu, // soit attentive à ma voix*.

* Lit. : "me soit attentive".

 

Quiconque a mis sa confiance dans le Seigneur, // se trouve au-dessus de tous les affligés.

 

            Gloire...

Par le Saint-Esprit / jaillissent les flots de la grâce/ qui abreuvent toute créature// pour sa guérison.

 

            Et maintenant... - le même.

 

 

3ème Antienne

 

Que mon cœur s'élève / vers Toi, ô Verbe, / et qu'aucune jouissance des splendeurs du monde // ne vienne m'asservir.

 

Si même nous avons / de l'affection pour notre mère, / nous devons porter au Seigneur // un amour plus brûlant encore.*

* Lit. la première partie de la phrase est au singulier et la seconde, au pluriel.

 

            Gloire...

Par le Saint-Esprit / vient la richesse de la connaissance de Dieu, / de sa vision et de sa sagesse ; // car c'est en Lui que le Verbe révèle toute la volonté du Père.

 

            Et maintenant... - le même.

 

 

Prokimenon - ton 4

 

Lève-Toi[4], Seigneur, viens à notre aide, // et délivre-nous à cause de ton Nom.

v.  Dieu, nous avons entendu de nos oreilles*, et nos pères nous ont raconté.

* Le texte grec s'arrête là.                                                                                                Ps 43, 27 & 2

 

 

Canon de la Résurrection - ton 4

 

 

            Le verset avant chaque tropaire est :  "Gloire, Seigneur, à ta sainte Résurrection".

 

            Si, comme cela se fait dans la pratique paroissiale, on ne lit que quelques tropaires, le dernier sera toujours précédé, en guise de verset, de l'annonce : "Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit, et maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amen."

 

Ode 1 - Hirmos

 

L'antique Israël traversant à pied sec les flots de la mer Rouge / a vaincu la puissance d'Amalec dans le désert // par les bras de Moïse levés en forme de croix.

 

Tu as été élevé sur l'arbre vénérable de la Croix, ô Maître, pour nous relever de la chute en nous guérissant de l'action funeste de l'arbre, car Tu es bon et tout-puissant.

 

Dans le tombeau avec ton corps, dans les enfers, avec ton âme, en tant que Dieu, au paradis avec le larron, et sur le trône, Tu étais avec le Père et l'Esprit, ô Christ, Toi l'Illimité qui emplis tout.

            A vérifier avec la liturgie, à la fin de la Préparation !!!!

 

Très sainte Mère de Dieu, sauve-nous. - Théotokion

Par la volonté du Père, de l'Esprit divin tu as conçu sans semence le Fils de Dieu ; tu as enfanté dans la chair Celui qui sans mère (est engendré) par le Père et qui pour nous sans père (est né) de toi*.

* Lit. "Celui qui du Père sans mère, pour nous, de toi sans Père".

 

 

            Canon de la Croix et de la Résurrection - ton 4

 

            Les hirmi du canon de la Croix et de la Résurrection sont ceux de l'Annonciation : "Ma bouche s'ouvrira". Dans la pratique, on ne chante que l'hirmos du premier canon. Les hirmi des canons suivants sont donnés pour indiquer la mélodie sur laquelle seront chantés les tropaires, comme cela est encore en usage dans l'église grecque, où le canon est entièrement chanté. Dans les églises slaves, cela ne se fait plus qu'à Pâques.

 

            Le verset avant chaque tropaire est :  "Gloire, Seigneur, à ta croix vénérable et à ta Résurrection"

 

Seigneur, Tu as guéri l'humanité de sa blessure, l'ayant renouvelée par ton sang divin ; et par ta puissance Tu as anéanti le fort qui jadis avait brisé ta créature.

 

Par ta mort Tu es devenu la résurrection des morts ; la mort a été privée de sa force dans un combat avec la Vie éternelle, le Dieu incarné qui règne sur tous.

 

Très sainte Mère de Dieu, sauve-nous. - Théotokion

Ton divin temple vivant est plus beau que les puissances célestes, ô Vierge, montagne sainte, car tu as porté dans ton sein notre Dieu.

 

 

Canon de la très sainte Mère de Dieu - ton 4

 

            Le verset avant chaque tropaire est :  "Très sainte Mère de Dieu, sauve-nous."

 

Hirmos : "Comme les cavaliers de Pharaon..."

 

Les peuples furent effrayés, les nations, troublées, et les puissants royaumes s'inclinèrent dans la crainte devant ton enfant, ô Très-pure ; car Il est venu, mon Roi, renverser le tyran et délivrer le monde de la corruption.

 

Le Christ qui habite dans les cieux a purifié sa demeure en descendant vers les hommes, et Il l'a rendue inébranlable ; car seule la Mère* du Créateur est demeurée un joyau de virginité après l'enfantement.

* Lit. : "celle qui a enfanté", mais cela alourdit le texte qui plus loin fait référence à l'enfantement.

 

 

            Puis on ajoute le Canon des Ménées  suivi de la Katavassia.

 

 

Ode 3 - Hirmos

 

Ton Église se réjouit en Toi, ô Christ, / et clame : Tu es ma force, Seigneur, // Tu es mon refuge et mon appui.

 

Celui qui est l'Arbre de la vie et la Vigne sainte* et véritable est suspendu à la Croix devenant pour tous la source de l'incorruptibilité.

* Lit. "la Vigne noétique" c'est à dire selon les catégories qui ne sont pas de ce monde. Nous préférons éviter le qualificatif "spirituel" qui peut prêter à confusion et utiliser celui de "saint" par référence à d'autres traductions (cf. "Présentation du travail de traduction", in "Liturgie des Saints Dons Présanctifiés", p.12. Dans de nombreux textes "logikos" et "noètos" sont employés avec la même connotation, à savoir signifier expressément qu'il s'agit d'une image du monde terrestre appliquée à une personne du monde céleste <et parfois infernal, comme dans la deuxième prière avant la communion de Saint Jean Chrysostome>).On pourrait aussi considérer qu'en français l'emploi de "Vigne" avec un "V" majuscule rend la métaphore suffisamment claire pour alléger le texte en disant simplement : "Celui qui est l'Arbre de la vie et la Vigne véritable est suspendu...".

 

Toi qui es grand et redoutable, Tu as brisé l'arrogance des enfers et, en tant que Dieu incorruptible, Tu es maintenant ressuscité dans ta chair.

 

Très sainte Mère de Dieu, sauve-nous. - Théotokion

Toi seule, ô Mère de Dieu, tu es pour ceux qui sont sur terre celle par qui (sont accordés)* les biens surnaturels ; aussi nous te disons : Réjouis-toi.

* Lit. "par l'intercession de laquelle".

 

2ème canon

 

Le serpent rempli de venin m'a percé de ses dents que Tu as brisées, ô Sauveur et Maître tout-puissant, par les clous de tes mains ; car parmi les saints, il n'est de Saint que Toi, ô Ami des hommes.

 

Tu as voulu qu'on Te voit mort dans un tombeau, ô Donateur de vie, et Tu as ouvert les portes des enfers aux âmes qui y demeuraient depuis les siècles ; car parmi les saints, il n'est d'autre Saint que Toi, ô Ami des hommes.

 

Très sainte Mère de Dieu, sauve-nous. - Théotokion

Tel un champ non labouré* tu as produit l'Épi de vie qui apporte l'immortalité à ceux qui y communient, Lui le Saint qui repose saintement parmi les saints.

* Il y a ici un jeu de mots difficilement traduisible. En fait il s'agit d'un champ couvert de moisson, et en même temps il n'est pas labouré. Le P. Denis Guillaume utilise le terme de "guéret". D'après le Robert, ce mot signifie : "terre labourée et non ensemencée", et dans un sens poétique archaïque : "champ cultivé ; champ couvert de moisson", mais dans ce cas il s'emploie au pluriel.

 

 

3ème canon

 

La nature humaine est purifiée en s'unissant par toi, ô Vierge très pure, à l'inaccessible feu divin ; car le Pain qui a cuit dissimulé en toi t'a gardée intacte.

 

Qui est celle qui en vérité est si proche de Dieu et qui a surpassé tous les ordres angéliques ? C'est celle qui seule resplendit de la beauté de la virginité, la Mère du Tout-puissant.

 

 

Ode 4 - Hirmos

 

Te voyant élevé sur la Croix, Toi le Soleil de justice, / l'Église fut frappée de stupeur et Te clama dignement : // Gloire à ta puissance, Seigneur.

 

Tu es monté sur la Croix et Tu as guéri mes passions par la Passion de ta chair très pure, que Tu as volontairement revêtue. Aussi nous Te clamons : Gloire à ta puissance, Seigneur.

 

La mort ayant goûté ton corps* vivifiant et sans péché a été, en toute justice, mise à mort ; aussi nous Te clamons : Gloire à ta puissance, Seigneur.

* Cf. Homélie de Pâques de Saint Jean Chrysostome.

 

Très sainte Mère de Dieu, sauve-nous. - Théotokion

Tu as enfanté, ô Vierge, sans avoir connu l'homme, et après l'enfantement tu as gardé la virginité ; aussi nous ne cessons de te clamer avec une foi assurée : Réjouis-toi.

 

 

2ème canon

 

Soumis à la Loi, Israël n'a pas reconnu en Toi, ô Christ, le Dieu divin Législateur ; mais transgressant la Loi dont il s'est montré indigne, il T'a cloué sur la Croix comme un hors-la-loi.

 

Ayant pillé le trésor des enfers, ton âme déifiée, Sauveur, a ressuscité avec elle les âmes qui y demeuraient depuis les siècles, et ton corps vivifiant a fait jaillir pour tous l'incorruption.

 

Très sainte Mère de Dieu, sauve-nous. - Théotokion

Tous nous te glorifions, ô toujours Vierge et vraie Mère de Dieu, toi toute pure que préfigura pour Moïse qui contempla Dieu le buisson empli de feu et qui ne se consumait pas.

 

3ème canon

 

L'Invisible s'est rendu visible, Il vécut parmi les hommes, Lui qui est dans la forme de la divinité* inaccessible, par toi, ô Vierge, Il se revêt d'une forme étrangère, et sauve ceux qui te reconnaissent en tant que très pure Mère de Dieu.

* Cf. Ph 2,6.

 

La Vierge reçoit l'Immatériel qui s'unit à notre condition matérielle, l'enfant qui provient d'elle ; c'est pourquoi Lui seul se fait connaître un en deux natures : Dieu incarné et homme qui dépasse tout être.

 

Tu restas vierge après que le Verbe qui vint demeurer en toi, ô Vierge, fut enfanté sans semence, tout en restant Dieu, et Il garda ta virginité pendant l'enfantement ; car Il est le Maître et le Créateur de toute la création.

 

 

Ode 5 - Hirmos

 

Seigneur, ma lumière, Tu es venu dans le monde, / lumière sainte qui ramène des ténèbres de l'ignorance // ceux qui Te chantent avec foi.

 

Seigneur, dans ta miséricorde Tu es descendu sur la terre et, élevé sur la Croix, Tu as relevé la nature humaine déchue.

 

Tu as pris sur Toi, ô Christ, le poids de mes fautes* ; Tu as effacé les douleurs de la mort,** ô Miséricordieux, par ta divine Résurrection.

* Lit. "Pour moi Tu as pris la condamnation pour les fautes".

** Cf. Ac 2,24.

 

Très sainte Mère de Dieu, sauve-nous. - Théotokion

C'est toi l'armure invincible que nous opposons à nos ennemis, ô Epouse de Dieu ; en toi nous possédons une ancre (sûre) et l'espérance de notre salut.

 

2ème canon

 

Te voyant cloué sur la Croix, percé d'une lance et sans souffle, les enfers insensés T'ont englouti tout entier, Te prenant pour un simple mortel, Toi le Dieu vivant ; mais mis à l'épreuve, il a reconnu la force de ta divinité.

 

Ayant partagé le temple détruit de ton corps, ô Ami des hommes, le tombeau et les enfers ont tous deux malgré eux subi un jugement : l'un de rendre les âmes de tes saints, ô Immortel, l'autre, les corps.

 

Très sainte Mère de Dieu, sauve-nous. - Théotokion

Maintenant s'est accomplie la prédication des prophètes, car, Vierge inépousée, tu as contenu dans ton sein le Dieu de l'univers et tu as enfanté le Fils d'avant les siècles accordant la paix à tous ceux qui te chantent.*

* Cf. l'hirmos de l'ode 5 du canon de l'Annonciation.

 

 

3ème canon

 

Le Fils de Dieu, en venant demeurer en toi, ô Très-pure, fit de toi pour nous l'habitacle de la gloire, la sainte montagne de Dieu, l'épouse, le palais, le temple sanctifié et le paradis des délices éternelles.

 

Sans semence, ô Christ, du sang virginal Tu as pris une chair très pure, propre à ta personne, raisonnable et spirituelle, animée, douée d'énergie et de volonté, souveraine et au pouvoir absolu*.

* Lit. : "autocrate".

 

Le sein d'une vierge a confondu l'arrogance du tyran, car l'enfant explora de sa main la plaie causée par l'aspic qui fait périr l'âme et, renversant le rebelle orgueilleux, Il se soumit les fidèles*.

* Lit. : "Il soumit sous ses pieds les fidèles".

 

 

Ode 6 - Hirmos

 

Seigneur, je T'offre mon sacrifice et mon chant de louange, / Te clame ton Église / que dans ta miséricorde / Tu as lavée du sang impur offert aux démons // par le sang qui a coulé de ton côté.

 

Ayant noué la puissance à tes reins*, Tu es monté sur la Croix ; prenant à bras le corps le tyran Tu l'as précipité des hauteurs, car Tu es Dieu, et par ton bras invincible** Tu as ressuscité Adam.

* Cf. Ps 92,1.

** Le slavon dit : "par ta force invincible".

 

Tu es ressuscité resplendissant de beauté, ô Christ ; par ta puissance divine Tu as chassé tous tes ennemis et en tant que Dieu Tu as tout empli de joie.

 

Très sainte Mère de Dieu, sauve-nous. - Théotokion

Ô miracle nouveau entre tous ! Ayant conçu sans connaître l'homme, la Vierge a pu contenir dans l'étroitesse de son sein Celui qui embrasse tout l'univers.

 

 

2ème canon

 

Les enfers ont ouvert leur bouche et m'ont dévoré, ils ont élargi leur gueule*, les insensés ; mais le Christ y étant descendu m'a ramené à la vie, Lui l'Ami des hommes.

* Cf. Is 5,14.

 

La mort a été détruite par la mort, car Celui qui était mort est ressuscité en me faisant don de l'incorruptibilité ; Il est apparu aux femmes, annonçant la joie, Lui l'Immortel.

 

Très sainte Mère de Dieu, sauve-nous. - Théotokion

Ton sein a été, ô Mère de Dieu, la demeure très pure de la Divinité inaccessible que les ordres célestes ne peuvent contempler sans crainte.

 

 

3ème canon

 

Jadis le serpent m'a séduit et fait mourir par (l'égarement) d'Ève, ma première mère ; maintenant, c'est par toi, ô Très-pure, que le créateur me relève de la corruption.

 

L'Abîme de miséricorde t'a ineffablement révélée, ô Vierge, en tant qu'abîme élue de ses merveilles ; car c'est de toi que par l'éclat* de la divinité a resplendi la perle, le Christ.

* Lit. : "la foudre".

 

 

Kondakion - ton 4

 

Mon sauveur et mon libérateur, / au sortir du tombeau / a libéré et ressuscité tous les habitants de la terre, car Il est Dieu. / Il a brisé les portes des enfers, // et Lui le Maître, Il est ressuscité le troisième jour.

 

Ikos

 

Celui qui est ressuscité des morts, le Christ, Donateur de vie, est sorti du tombeau le troisième jour et, par sa force, Il a anéanti aujourd'hui les portes de la mort. Il a mis à mort les enfers, Il a brisé l'aiguillon de la mort et Il a libéré Adam et Ève. Tous les hommes, chantons et clamons sans fin sa louange, car seul Fort, Dieu et Maître, Il est ressuscité le troisième jour.

 

 

Ode 7 - Hirmos

 

Embrasés par leur piété plus que par l'ardeur des flammes, / les enfants d'Abraham clamaient dans la fournaise de Babylone* : // Seigneur, Tu es béni dans le temple de ta gloire.

* Lit. "de Perse".

 

Lavée par le sang divin du Christ, l'humanité a été appelée à l'incorruptibilité et elle rend grâce en chantant : Seigneur, Tu es béni dans le temple de ta gloire.

 

Ton tombeau vivifiant, source de notre résurrection, nous est apparu, ô Christ, plus resplendissant que le paradis et plus éclatant en vérité qu'aucune demeure royale.*

* Cf. Liturgie de saint Jean Chrysostome, après la grande entrée.

 

Très sainte Mère de Dieu, sauve-nous. - Théotokion

Réjouis-toi tabernacle sanctifié du Très-Haut, car par toi, ô Mère de Dieu, a été accordée la joie à ceux qui clament : Ô Souveraine toute pure, tu es bénie entre toutes les femmes.

 

 

2ème canon

 

Suspendu à la Croix, Tu as humilié l'œil orgueilleux, et Tu as abaissé jusqu'à terre le sourcil hautain, ô Sauveur de l'humanité ; Seigneur toujours loué et Dieu de nos pères, Tu es béni.

 

Par ta puissance, ô Maître, exalte la force de ceux qui Te servent, Toi qui es ressuscité des morts et qui as vidé les enfers riches par le nombre des humains qu'ils détenaient ; Seigneur toujours loué et Dieu de nos pères, Tu es béni.

 

Très sainte Trinité, notre Dieu, sauve-nous. - Trinitaire

En suivant les paroles divines, nous glorifions l'unique Divinité, la flamme éternelle à la triple lumière, sans confusion ni division, illuminant toute la création qui clame : Dieu, Tu es béni.

 

 

3ème canon

 

Le feu qui brûle en mon cœur m'incite à célébrer l'amour virginal et à clamer à la Vierge et Mère : Tu es bénie, le Seigneur des puissances est avec toi.

 

Tu es apparue plus élevée que la création, car tu as enfanté le Créateur et Seigneur ; aussi je te clame, ô Mère de Dieu : Tu es bénie, le Seigneur des puissances est avec toi.

 

Très sainte Trinité, notre Dieu, sauve-nous. - Trinitaire

Vénérant ton unique seigneurie, nature en trois Personnes, je Te chante par l'hymne au trois fois Saint en Te clamant : Tu es bénie, Toi qui gouvernes tout.

 

 

Ode 8 - Hirmos

 

Ayant étendu les bras, / Daniel ferma la gueule des lions dans la fosse ; / les adolescents, amis de la piété et couverts de vertus, / éteignirent la violence du feu et clamèrent : // Bénissez le Seigneur, toutes les œuvres du Seigneur.

 

            Avant la lecture du dernier tropaire, à la place de "Gloire... et maintenant..." on annonce : "Bénissons le Seigneur, Père, Fils et Saint-Esprit, maintenant..."

 

En étendant les bras sur la Croix, ô Maître, Tu as rassemblé toutes les nations et Tu en as fait, sur la terre et dans les cieux, une seule Église qui Te célèbre en chantant d'une seule voix : Bénissez le Seigneur, toutes les œuvres du Seigneur, [chantez-Le et exaltez-Le dans tous les siècles]*.

* Entre crochets, ajout du slavon.

 

Tout de blanc vêtu, un ange apparut aux femmes, resplendissant de la lumière inaccessible de la Résurrection et s'exclama : Pourquoi cherchez vous dans le tombeau, comme un mort, le Vivant ? En vérité le Christ est ressuscité, et nous Lui clamons : Bénissez le Seigneur, toutes les œuvres du Seigneur, [chantez-Le et exaltez-Le dans tous les siècles]*.

* Entre crochets, ajout du slavon.

 

Très sainte Mère de Dieu, sauve-nous. - Théotokion

Parmi toutes les générations toi seule, ô Vierge très pure, tu fus* la Mère de Dieu ; tu es devenue la demeure de la divinité, ô Toute-pure, sans être brûlée par le feu de la Lumière inaccessible. Aussi tous nous te bénissons, Marie, épouse de Dieu.

* Lit. "tu t'es manifestée en tant que...".

 

 

2ème canon

 

Voyant ton injuste immolation, la création s'obscurcit en se lamentant ; la terre trembla et le soleil se revêtit de ténèbres comme d'un manteau ; quant à nous, sans cesse nous Te chantons, ô Christ, et T'exaltons dans les siècles.

 

Toi qui es descendu pour moi jusque dans les enfers, Tu en es remonté, m'ouvrant le chemin de la résurrection ; Tu m'as pris sur tes épaules et Tu m'as porté à ton Père ; aussi je Te clame : chantez le Seigneur toutes ses œuvres et exaltez-Le dans tous les siècles.

 

Très sainte Trinité, notre Dieu, sauve-nous. - Trinitaire

Glorifions le seul Père, l'Intelligence première, la cause de tout et le seul sans cause, le Verbe sans commencement et l'Esprit consolateur, Dieu unique et Créateur de toutes choses ; adorons la Trinité consubstantielle et exaltons-La dans tous les siècles.

 

 

3ème canon

 

Celui qui t'avait façonnée de la côte d'Adam, le Seigneur de tous, s'est incarné de ta virginité ; c'est Lui que nous chantons en clamant : Chantez le Seigneur, toutes ses œuvres, bénissez-Le et exaltez-Le dans les siècles.

 

Abraham a vu sous la tente le mystère qui s'est accompli en toi, Mère de Dieu, car il accueillit ton fils avant qu'Il n'ait pris chair et clama : Chantez le Seigneur, toutes ses œuvres, bénissez-Le et exaltez-Le dans les siècles.

 

L'image de ta virginité, ô Vierge, a sauvé les (adolescents) égaux en nombre à la Trinité, car dans leurs corps virginaux ils ont foulé les flammes en clamant : Bénissez le Seigneur, chantez-Le et exaltez-Le dans tous les siècles.

 

 

            Avant la Katavassia, le chœur chante le verset :

 

Louons, bénissons, adorons le Seigneur, Le chantant et L'exaltant dans tous les siècles.

 

            Après la Katavassia et l'annonce : "Magnifions dans nos hymnes la Mère de Dieu et Mère de la Lumière." le chœur chante le Magnificat.

 

 

Ode 9 - Hirmos

 

Le Christ, pierre d'angle qu'aucune main n'a taillée*, / s'est détaché de toi, ô Vierge, montagne non entaillée, / réunissant les deux natures séparées ; / aussi te magnifions-nous dans la joie, // ô Mère de Dieu.

* Cf. Annonciation, Litie 3.

 

Ô mon Dieu, Tu as pris toute ma nature* dans une union totale sans confusion et Tu m'as sauvé tout entier par la Passion que Tu as souffert dans ta chair sur la Croix, dans ta grande miséricorde.

* Lit. "Tu m'as pris tout entier".

 

Tes disciples voyant ton sépulcre ouvert et les linges qui T'avaient enveloppés* restés vides après ta Résurrection**, dirent avec l'ange : En vérité le Seigneur est ressuscité.

* Lit. "les linges qui ont porté Dieu".

** Lit. "vidés par ta Résurrection".

 

Très sainte Trinité, notre Dieu, gloire à Toi. - Trinitaire

Fidèles, adorons tous Dieu, Unité de nature, mais Trinité de personnes, dont les trois hypostases sans confusion sont de même puissance et également honorées, et que maintenant nous vénérons comme il se doit et magnifions.

 

2ème canon

 

M'ayant tenté par un mensonge*, le serpent m'a enlevé, captif, hors de l'Éden ; mais comme un enfant, le Seigneur tout-puissant l'a brisé contre le rocher du Crâne** et par le bois de la Croix Il m'a ouvert à nouveau l'accès aux délices (du paradis).

* Lit. : "Ayant rampé trompeusement".

** Cf. Ps 136,9 & Mt 27,33 ou Mc 15,22.

 

Maintenant Tu as dévasté les forteresses de l'Ennemi ; par ton bras tout-puissant, Tu as pillé ses richesses, ô Christ, en me ressuscitant avec Toi des profondeurs des enfers, et celui qui jadis se vantait sans mesure, Tu l'as tourné en dérision.

 

Viens visiter ton pauvre peuple meurtri ; et par ton bras puissant et miséricordieux affermis ce peuple qui porte ta croix contre ceux qui blasphèment, et délivre ton héritage, ô Christ, car Tu es l'Ami des hommes.

 

 

3ème canon

 

Telle un lys, nous te voyons embellie de la robe empourprée de l'Esprit divin, ô Toute-pure, resplendissant au milieu des épines et embaumant de son parfum ceux qui te magnifient avec sincérité.

 

Celui qui est incorruptible, a reçu de ton sein, ô Toute-immaculée, la nature humaine périssable qu'en Lui-même Il rendit impérissable dans son bienveillant amour ; c'est pourquoi, en tant que Mère de Dieu, nous te magnifions.

 

Toi qui es la souveraine de toutes les créatures, accorde la victoire à ton peuple, réconciliant avec l'Église ses ennemis, afin qu'en tant que Mère de Dieu nous te magnifiions.

 

 

 

Laudes - ton 4

 

v.  L'exécution sur les peuples du jugement écrit, telle sera la gloire de tous ses saints.

Toi qui as souffert la Croix et la mort / et qui es ressuscité des morts, / ô Seigneur tout-puissant, // nous glorifions ta résurrection.

 

v.  Louez Dieu dans ses saints, louez-Le au firmament de sa puissance.

Par ta croix, ô Christ, / Tu nous as libérés de l'antique malédiction, / et par ta mort Tu as délivré notre nature de la tyrannie du diable ; / par ta résurrection Tu as empli toutes choses de joie. / Aussi Te clamons-nous : // Seigneur ressuscité des morts, gloire à Toi.

 

v.  Louez-Le pour ses hauts faits, louez-Le selon sa grandeur infinie.

Par ta croix, ô Christ Sauveur, / conduis-nous à ta vérité / et délivre-nous des rêts de l'Ennemi. / Ressuscité des morts, relève-nous du péché où nous sommes tombés, / Seigneur ami des hommes, Toi qui nous tends la main, // à la prière de tes saints.

 

v.  Louez-Le au son de la trompe, louez-Le sur la harpe et la cithare.

Sans quitter le sein du Père, / Fils unique et Verbe de Dieu, / Tu es venu sur la terre par amour des hommes / et, sans changement, Tu t'es fait homme ; / dans ta chair Tu as souffert la Croix et la mort, / Toi le Dieu impassible ; / Tu es ressuscité des morts / et Tu as donné l'immortalité au genre humain, // car Tu es le seul tout-puissant.

 

            Autres stichères, d'Anatole - ton 4

 

v.  Louez-Le par le tambourin et la danse, louez-Le au son des cordes et des instruments.

Sauveur, Tu as daigné souffrir la mort dans ta chair / et Tu nous as accordé l'immortalité ; / Tu es descendu dans la tombe pour nous libérer des enfers / et nous ressusciter avec Toi. / Vrai homme, Tu as souffert la Passion ; / vrai Dieu, Tu es ressuscité des morts. / C'est pourquoi nous Te clamons : // Gloire à Toi, Seigneur, Donateur de vie, Toi le seul ami des hommes.

 

v.  Louez-Le avec les cymbales retentissantes, louez-Le avec les cymbales de jubilation, que tout souffle loue le Seigneur.

Les pierres se fendirent / lorsque ta croix, Sauveur, fut plantée sur le Calvaire / et les gardiens des enfers tremblèrent d'effroi / lorsque Tu as été déposé dans la tombe, comme un mort ; / car Tu as anéanti la puissance de la mort / et par ta Résurrection, Sauveur, Tu as accordé à tous les morts l'incorruptibilité : // Seigneur, Donateur de vie, gloire à Toi.

 

v.  Lève-Toi (ou Ressuscite), Seigneur, mon Dieu, que ta main soit exaltée, n'oublie pas tes pauvres à jamais.

                                                                                                                                                                                          (Ps 9,33)

Les femmes désiraient voir ta Résurrection, ô Christ Dieu ; / les devançant, Marie de Magdala trouva la pierre roulée de devant le tombeau / et un ange assis qui leur dit : / Pourquoi cherchez-vous parmi les morts le vivant ? / Il est ressuscité car Il est Dieu, // pour sauver tout l'univers.

 

v.  Je Te confesserai, Seigneur, de tout mon cœur, je raconterai toutes tes merveilles.                  (Ps 9,2)

Où est ce Jésus que vous pensiez garder, dites-le nous ? / Où est Celui que vous avez déposé dans la tombe en mettant sur la pierre des scellés ? / Rendez-nous le mort, vous qui avez renié la Vie, / rendez-nous l'enseveli ou croyez au Ressuscité ; / même si vous taisez la Résurrection du Seigneur, les pierres la proclameront / et plus encore celle qui a été roulée de devant le tombeau. / Grande est ta miséricorde, grand est le mystère de ton dessein (de salut), // ô notre Sauveur, gloire à Toi.

 

 

            Tropaire après la grande Doxologie : voir ton 2.

 



[1] Cf. Mt 28,1.

[2]  Cf. Jn 20,12-14.

[3] Il s'agit ici de l'homme, "image de Dieu".

[4] Le texte slave dit : "Ressuscite".