Les  Maladies

 

 Maladies cryptogamiques

Insectes et Acariens


Les fongicides

    On appelle fongicides, les produits capables de combattre les maladies cryptogamiques (maladies occasionnées par les champignons).
Ces champignons peuvent être situés, en terre, sur ou dans la plante.

    Les champignons du sol, doivent être combattus avec un désinfectant qui pénètre dans le sol.

    Les champignons apparents sont essentiellement de deux types :

    ceux qui attaquent depuis l’extérieur et qui enfoncent des suçoirs dans la plante (oïdium), dans ce cas ont utilise un fongicide qui soigne la maladie par contact sur les zones atteintes.

    et ceux qui se développent à l’intérieur du végétal et qui ressortent (mildiou, rouille) pour lesquels on applique des produits qui pénètrent la sève de la plante.

Les insecticides
    On appelle insecticides, tous les produits destinés à la destruction des insectes, des araignées, des chenilles et autres animaux parasites.
    Il existe les insecticides par contact, le produit touche directement l’insecte, lequel meurt par empoisonnement.

   Les insecticides systémiques, il pénètre dans la sève et l’insecte meurt en mangeant les végétaux traités.

    Les insecticides gazeux et fumigènes, les insectes sont éliminés par les vapeurs toxiques que dégagent les produits insecticides.
 

Les traitements par les insecticides systémiques et gazeux sont relativement efficaces, car ils peuvent venir à bout de tous les parasites même si ceux-ci occupent des endroits peu accessibles.
POURRITURE NOIRE
Phytophthora     (Voir également autre article et traduction The Orchids Magazine octobre 2002)
    Cette maladie se signale par la présence de tâches de couleur brunviolacé ou noir et pouvant dans les cas extrêmes dégénérer en pourriture.

    L’excès d’humidité du compost favorise le développement du champignon, il se présente sous forme de feutrage blanc à la base des plantes.
 

Remède :
    Evitez, l’humidité excessive du compost produite par un arrosage trop abondant ou un compost trop vieux.
    Détruire les plantes trop atteintes et ne pas réutiliser les pots qui portent encore les germes de la maladie.

   Pour les plantes moins atteintes, couper la partie malade et badigeonner la plaie par un fongicide à base de « captafol ».

   Traiter préventivement en période humide et chaude avec un fongicide systémique à base de « captafol » ou « metalaxyl folpel », en répétant le traitement à 7 jours d’intervalle.
 

POURRITURE GRISE
 Botrytis cinerea
    Fleurs piquées de noir, développement d’une fine poussière grise sur les feuilles.

    Maladie favorisée par une température trop froide avec une humidité excessive  la nuit.
 

 Remède :
    Augmenter la température la nuit, installer une bonne ventilation.

    Traiter les plantes par un fongicide à base « d’etylphosphite d’aluminium » ou de « carbendazime ».
 
 
 

POURRITURE JAUNATRE
 Sclerotinia
    Dégénérescence rapide des pseudo-bulbes et des feuilles qui prennent une teinte jaunâtre devenant brun et secs avant la mort de la plante.

    Cette maladie est provoquée par un champignon polyphage, qui parasite les fleurs et les légumes du jardin.
 

Remède :
    Pulvériser la plante avec un fongicide à large spectre à base de « cuivre ».
POURRITURE BACTERIENNE
 Erwinia carotovora
    Taches humides brunes jaunâtres, partant généralement du feuillage et s'étendant à l’ensemble du limbe.
La généralisation de la pourriture entraîne la mort de la plante.
    Les conditions de chaleur et d’humidité sont favorables pour cette maladie.

    Les jeunes plantes ainsi que les plus faibles sont sensibles à cette maladie.

    Elle pénètre par voie vasculaire, elle est propagée par les insectes, les arrosages (tremper les plantes dans un même récipient) et les blessures dans les opérations de culture.
 

Remède :
    Détruire les plantes malades et surtout ne jamais réutiliser le compost et les pots qui ont été contaminés.

    En période de chaleur, éviter d’arroser le feuillage avec une eau trop froide ( choc thermique ).

     Installer une ventilation pour que les orchidées puissent se ressuer le plus rapidement.

    Trop d’azote dans l’engrais, provoque un développement exagéré du feuillage sans la consistance du squelette de la plante.

    Pulvériser ou tremper la plante dans un fongicide à base de « Thirame ».
ANTHRACNOSE
    Taches circulaires de couleur brun clair, se couvrant par la suite de granulation de manière concentrique.

    Cette maladie est favorisée par un apport d’engrais trop azoté et par un manque de lumière ou par une température trop élevée.
 

Remède :
    Il faut couper les parties atteintes et saupoudrer les plaies avec un fongicide à large spectre.

    Traiter par pulvérisation l’orchidée avec un fongicide à base de « cuivre ou captafol ».
 

FUSARIOSE
 Fusarium
 
    Flétrissement et perte des feuilles par un manque de racine par suite d’un compost trop compact et trop usé.

    Ce trouble de la plante peut être causé par une température trop basse la nuit avec un compost trop humide.
 

Remède :
 
    Tremper la plante qui a été dépotée avec un fongicide à base « benomyl »

    Rempotez en urgence l’orchidée dans un substrat plus aéré, pulvériser préventivement 2 fois par mois jusqu'à l’apparition des nouvelles racines.
 
 

MOSAIQUE
 Virus de la Mosaîque (Viroses)
    Sur les Cymbidium, formation sur les feuilles de taches jaunâtres, allongées dans le sens des nervures.

    Sur les feuilles de Cattleya, présence de taches chlorotiques et déformation des fleurs associée à  des décolorations.
 

Remède :
     Il n’existe aucun remède pour cette maladie.

    Prendre les précautions de base,stériliserles outils sous la flamme et le compost dans le micro-onde.

    Détruire impitoyablement les plantes atteintes, ainsi que le compost et les pots.

 


 


 ACARIENS
    Sont de minuscules araignées nuisibles qui produisent une fine toile sur l’envers des feuilles. Ils apparaissent surtout par temps sec et chaud.
 
CHENILLES
    Sont les larves de nombreuses espèces de papillons mais malheureusement elles dévorent le feuillage.
CETOINES
    De la famille des scarabées, causent de dommages aux fleurs en se nourrissant de leur partie tendre.
La plus connue est la « cétoine dorée » d’un vert doré mesurant 1,5 à 2 cm de longueur.
PUCERONS
 
    Insectes suceurs vivants par colonies et qui mesurent 1,5 à 2 mm, qui provoquent par leurs piqûres la déformation des jeunes pousses.
Les pucerons produisent des déjections sucrées (miellat) qui sont recherchées par les fourmis.

    Il faut pulvériser un aphicide à base « de Methomyl ou de Malathion » .
 
 

Pucerons vert (19 190 octets)
Pucerons noir (21 050 octets)
Pucerons vert
Pucerons noir
BLATTES
    Insectes qui se cachent le jour et qui dévorent durant la nuit les jeunes feuilles et les nouvelles tiges florales.

    Elles résistent à la plupart part des insecticides, on peut utiliser un insecticide à base de « Diazinon ».
 

ESCARGOTS et LIMACES
    Provoquent des ravages surtout la nuit. Les fleurs ainsi que les poussent sont déchiquetées.

    Il faut répandre des granulés à base de « Métaldéhyde » ou mettre des pièges à base de « boissons sucrées (bière) » qui seront relevés régulièrement.
 

ARAIGNEES ROUGES
    Lorsqu’elles sont nombreuses leurs piqûres provoquent des réactions de la plante par des anomalies dans le développements des feuilles et des tiges florales.

    Utiliser un insecticide à base de « Dicofol ».
 

COCHENILLES
 Il existe 2 sortes de cochenilles.
    Les cochenilles à bouclier, ont une forme circulaire de 2 mm.

    Les cochenilles farineuses, elles sont recouvertes d’une masse globuleuse.

    Les jeunes cochenilles sont mobiles, une fois adultes elles se fixent leur rostre sur la plante et ne se déplacent plus. Ces insectes trouvent refuge sur le revers des feuilles.
 


 Elles produisent 3 à 4 générations par an.

 


    Pour les cochenilles à bouclier, on les élimine avec de « l’alcool à brûler » ou un traitement à base de « Malathion ou Parathion avec de l’huile minérale blanche ».

    Pour les cochenilles farineuses, dès les premières apparitions, il faut utiliser un insecticide.
 
 

cochenilles à bouclier (37 987 octets)
Cochenilles farineuses ( 32 198 octets)
Cochenilles à bouclier
Cochenilles farineuses
TRIPS
    Sont des insectes de petite taille 1 à 2 mm, qui se nourrissent des parties tendre des feuilles et des boutons en plantant leur rostre.

    Leur invasion donne aux feuilles une teinte métallique et provoque la déformation et l’étoilement des fleurs.

    On utilise un insecticide phosphoré, en répétant 2 à 3 fois le traitement.
 
 

Invasion de Trips
MOUCHES BLANCHES
    Ces Aleurodidés, restent posés à l’envers des feuilles. La ponte des œufs s’effectue sur les jeunes poussent et après la naissance, les larves choisissent un endroit pour s’y établir.

    On les combats de la même manière que les cochenilles, en pulvérisant une « huile minérale blanche ».
 
 

Auleurodes larves (37 593 octets)
Aleurodes aduldes (39 191 octets)
Aleurodes en larves
Aleurodes aduldes
La Phytppharmacie
    Evoquer les parasites ou les maladies, c’est aussi parler des moyens de lutte contre les ennemis des orchidées et des produits à utiliser.
    On peut en effet difficilement compter sur une lutte biologique naturelle. Il vaut mieux agir, d’autant plus qu’en général, il faut le faire vite pour enrayer l’extension de la maladie ou des parasites.

On utilise 2 types de produits.
 

    Les produits dits de contact qui agissent directement par contact avec le parasite ou la maladie ou par ingestion par le parasite.
Les traitements peuvent se pratiquer de 3 façons :
    Par poudrage, ce que nous déconseillons. C’est peu efficace, il y a beaucoup de perte et surtout cela fait une énorme poussière.
    Par bombe insecticide ou " TOTAL " (insecticide et maladie conjugués). C’est un recours pratique mais qui peut causer un choc à la plante par le froid dû à la détente du gaz au moment du traitement.

    Par pulvérisation du produit mis en solution dans de l’eau. C’est le procédé le plus efficace. Il nécessite un petit pulvérisateur à main (qui sert aussi pour humidifier l’atmosphère). Cela permet de bien appliquer le produit sur toute la plante et en particulier sur les parties cachées par les feuilles où se tiennent souvent les parasites.
 

    Les produits systémiques, ce sont des produits qui sont absorbés par l’orchidée soit par les feuilles, soit par les racines et qui sont ensuite véhiculés par la sève qui devient toxique pour l’insecte ou la maladie.
    Ces produits peuvent être appliqués soit en pulvérisation sur le feuillage (absorption par la feuille), soit en granulés répandus à la surface du compost ( le produit actif est absorbé par les racines).
 
Entre les 2 types de produits ?
 
    Les produits systémiques protègent l’orchidée pendant 10 à 15 jours dans ses parties les plus cachées.
    Les produits de contact peuvent très rapidement être lavés par les pulvérisations et les arrosages fréquents en été.
 

    La protection est interne avec le produit systémique que l’on choisit de préférence mixte pour un traitement préventif ou spécifique s’il s’agit d’une attaque importante d’un parasite précis.

 

Masdevallia schrilingis x ignea
Masdevallia
schrilingis x ignea
Cymbidium 
hybride

 

 

Cette page à été réalisée par Jean-Pierre Delwart