Fonctions buccales, crampes posturales, ATM et (mal)occlusions

La fonction crée, maintient ou détruit l'organe (Physiologie). Une mauvaise posture linguale (déglutition infantile) s'oppose à l'éruption des dents (période de permutation, de 6 à 14 ans), fatigue les muscles (gènes, douleurs, myalgies, crampes), freine la respiration (buccale au lieu de nasale) et contrarie la croissance des os (palais étroit et profond, cloison nasale déviée, fosses et sinus maxillaires étroits, rhinites, alergies, otites, etc.) Il en résulte d'abord une manque de place horizontale pour aligner toutes les dents sur l'arcade dentaire : malpositions, infraclusions, inclusions, chevauchements, encombrements, etc. Ensuite, l'arrêt prématuré de l'éruption dentaire entretient la déglutition infantile jusqu'à l'âge adulte, ou déglutition dysfonctionnelle, grosse consommatrice d'énergie au sein des muscles posturaux des mâchoires (douleurs, crampes).

La déglutition salivaire est répétée 1500 à 2000 fois par jour pour engloutir, jour et nuit, ½ tonne de salive par an dans l'œsophage (Fig.1, Vidéo) : c'est le travail énergétique le plus important de la cavité buccale. La persistance chez l'adulte de la déglutition primaire, ou déglutition infantile, finit par détruire l'organe buccal : usures, migrations et déplacements dentaires ; gènes, douleurs et crampes des muscles posturaux (tête, nuque, dos, membres). Tout problème de malocclusion (inesthétique) et de dysfonction (algies posturales) est intimement lié à ces "interpositions linguales" de la "déglutition salivaire dysfonctionnelle" ou "déglutition atypique" : en plus des interpositions linguales phonétiques ("chuintement"). Bien avant le traitement curatif chez l'adulte (ci-dessous), le traitement préventif et interceptif doit débuter dès l'âge de 5-6 ans (Médecine dentaire pédiatrique) !

Tout traitement efficace visera impérativement à modifier d'abord cette dysfonction linguale : l'étalement horizontal, entre les deux arcades dentaires, de la langue est responsable de l'arrêt prématuré de l'éruption dentaire durant la phase de permutation des dents (adolescence). A contrario, l'élévation linguale dans le palais favorisera la croissance des os maxillaires, évitera les récidives orthodontiques (appareils ODF) et supprimera les myalgies posturales (contractures, crampes) qui entravent toute la vie et les relations sociales du patient adulte.

L'équilibre dynamique du corps influence la posture buccale et réciproquement (gravité terrestre). La langue et la déglutition jouent un rôle primordial lors de la croissance et la maturation de la bouche et de ses fonctions : déglutition infantile, déglutition atypique, malocclusion, palais étroit et profond, obstruction nasale vasculaire, acouphènes, stress, etc. Du cheminement de la croissance résultera une fonction buccale adulte, équilibrée (physiologique) ou pas : gènes, douleurs, crampes, migraines, céphalées, ronflements, apnée du sommeil (SAS, SAHS), etc.

La PREVENTION est le maître-mot : hygiène dentaire quotidienne, principalement celle du soir, et déglutition physiologique, ou 1500 à 2000 réflexes quotidiens "en dents serrées" (A. Jeanmonod, Paris).

Chez l'enfant, élevations linguales réflexes, croissance et maturation (Auxologie) par une succession, jusqu'à l'âge adulte, de ©REIOR et ©GAL trimestriels : sans aucun appareil orthopédique (ODF), l'éruption verticale des dents est optimalisée jusqu'à l'occlusion physiologique, les élévations linguales favorisent la respiration nasale (croissance du palais, des fosses nasales et des sinus), les articulés croisés sont corrigés, les ronflements sont atténués, le bruxisme nocturne disparaît (grincement des dents) et tout cela pour moins d'un euro par mois.
Après traitement, la contention amovible est inutile, autant que la "contention fixe à vie" par fil collé sur les dents (ODF, HAS).

Pour la croissance d'un enfant : que demander de plus ?

Et en prime : il n'y a aucune "récidive orthodontique" !

Chez l'adulte, la simple gravité terrestre peut devenir un obstacle interdisant le repos physiologique des muscles. Il en résulte une dysfonction posturale et des douleurs chroniques, buccales et/ou à distance.

Analyse vidéo numérique de la fonction adulte : on recherche les causes de la dysfonction. Tout, vous saurez tout sur votre dysfonction buccale à l'origine des crampes musculaires ! On en déduit le diagnostic, suivi d'un plan de traitement spécifique. Cette "consultation occlusale" dure deux heures (100 EUR/heure). Ces frais ne sont pas pris en charge par la Sécurité sociale.

Traitement de la dysfonction adulte par plan de morsure rétro-incisif en résine (PMRI, Occlusodontologie, méthode A. Jeanmonod, 1988) : semelle orthopédique provisoire rétablissant une fonction buccale saine en moins d'une semaine. Résultats garantis ! Coût : 1000 EUR le traitement par PMRI et celui-ci n'est pas pris en charge par la Sécurité sociale. Aucun rapport avec l'arbitraire "gouttière occlusale" (Gnathologie, USA 1898-1924).

Attention : le PMRI est très souvent imité, mais jamais égalé !

Transposition du PMRI en résine sur des prothèses en métal et/ou en porcelaine : le PMRI sert de "patron", comme en couture, pour réaliser les travaux définitifs. Suivant le diagnostic, toutes les dents d'une des deux arcades peuvent être concernées. Prix suivant le traitement à réaliser et cette dépense n'est pas prise en charge par la Sécurité sociale belge. A titre indicatif : le forfait d'un bridge total de 14 éléments est fixé à 650,00 EUR par dent. Tous nos travaux sont réalisés en Belgique (Province de Liège).